6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 10:24

 

Quand j’étais ado, j’ai appris que je faisais l’objet d’une surveillance spéciale de la part de la sûreté de l’état de mon pays et de nos voisins français. Comme j’ai appartenu depuis à deux organisations dont les membres font l’objet d’une surveillance continue, et que j’ai repéré quelques-unes des grandes oreilles qui de temps à autres viennent aux nouvelles, quand je surgis d’un de mes ermitages par exemple, j’ai appris à vivre avec ce genre d’inconvénient qui me faisait plutôt rigoler.

Je ne vole pas dans les magasins mais j’aime beaucoup y balader les surveillants que mes allures marginales égarent, je fais ma petite étude de marché, viens, repars, hésite, ce qui donne aux vrais voleurs qui ont toute ma sympathie l’occasion de travailler à l’aise. Voilà qui leur apprendra à juger sur les apparences. Je partais du même genre de point de vue pour cette surveillance qui me semblait des plus ridicules, je ne suis certainement pas une terroriste, jamais je ne donnerai ma caution à quelque forme de terreur ou de violence aveugle que ce soit.

Mais il me semble qu’à présent la donne a changé. N’aspirant qu’à une vie simple qui se déroulerait autant que possible dans les circuits amicaux de créativité et d’économie parallèle, je trouvais plutôt débile de la part de la « sûreté » de s’occuper de moi avec une telle obstination, mais si cela pouvait les distraire et qu’ils avaient le goût de partager les piments de mon existence, soit…

Si je n’ai pas changé, par contre les règles du jeu, elles, l’ont fait… j’envisage par exemple de me recycler dans la fabrication de manteaux un peu spéciaux, dont, à la plus grande mode des anciens vendeurs d’images pornos –d’avant Internet – l’intérieur serait garni d’une multiplicité de petites poches, afin de pouvoir y mettre des semences interdites à échanger – sous le manteau -  «Voyez bonnes gens mes variétés de carottes prohibées !».

Il semble bien que je commettrais là, un acte, qui bientôt sera assimilé, sinon à du terrorisme du moins à de l’insurrection anti-UE, un acte désormais puni en Grèce – et bientôt dans le reste de l’UE - de 6 mois à 2 ans de prison… 6 mois si je me contente de fabriquer le manteau ; deux ans si j’en use ?

Bon dorénavant si je sors et constate que d’aucun s’intéresse de près à mes pelisses, devrais-je en déduire que je suis repérée, et n’aurais pas du divulguer ce projet sur le Web ? Dois-je faire mon examen de conscience en tenant compte de ces nouvelles règles du jeu pour en déduire tout ce qui fait, aujourd’hui, de moi une insurgée potentielle ou une terroriste avérée ?

Dois-je soupçonner tous ceux que je rencontre d’être soit un espion, soit une de ces personnes dotée d’un grand sens civique d’un nouveau genre ? Comme la copine qui après quelques tapages nocturnes a eu droit face au juge à un dossier de 8 pages concocté en commun par de charmants voisins, notant ses entrées et sorties et celles de ses visiteurs, la dame du dessus allant jusqu’à coller son oreille au plancher pour en savoir plus sur les complots qui se tramaient chez F.

Ce n’est pas drôle, mais il me semble cependant qu’il serait de bonne guerre d’ajouter quelques (bonnes mauvaises) herbes dans la choucroute, pour distraire ces « braves gens » dont la vie est consacrée à l’espionnage amateur ou professionnel. En ce qui concerne l’information circulante, un premier tri des infos est opéré par des robots qui sans réel discernement réagissent à certains stimuli, voici un premier champ d’action possible. Ensuite les contrôleurs « humains » prennent la relève pour dépouiller les résultats de cette première sélection. Nous pourrions avoir l’obligeance de les distraire un peu (6 mois ?), si non de les égarer (2 ans ?), de leur offrir les divertissements d’un labyrinthe de la surinformation dans lequel ils pourraient baguenauder aux frais du contribuable. Hé ! qui les paye ? Le premier qui me dit qu’il est fier de payer des impôts je lui en colle une au nom de la « liberté d’expression »… mais non, c’est juste une image.

Je rigole, même si je sais que ce n’est vraiment pas drôle et que se mettent en place toutes les conditions d’un état totalitaire militarisé, et formé pas par n’importe qui, les O.P. des USA eux-mêmes, qui préparent, conseillent et équipent dorénavant, nos gardiens d’un ordre toujours plus noir,  à la guerre contre-insurrectionnelle. Des O.P, eux-mêmes en contacts rapprochés avec ses militaires israéliens spécialistes en techniques d’apartheid et génocide, fruit d’une longue expérience avec les Palestiniens (zut,, je devrais la boucler, le Mossad, dont nous savons à présent que lui aussi nous espionne, ne plaisante pas avec ces choses-là et ce ne sont assurément pas des gentils !) Alors que la population est à présent invitée à participer activement à ce néofascisme en pratiquant la délation comme un sport civique de premier plan, chaque jour de nouveaux actes innocents tombant sous le coup de la loi ou de quelques nouveaux règlements, ou objet de soupçons légitimés.

J’ai déjà évoqué cette scène, quand les drones de surveillance, ayant repéré que je cueille gentiment ma salade de pissenlits, en avertirons les répresseurs, qui viendront me chercher afin que j’accomplisse quelques travaux d’intérêt général rééducatifs dans un champ d’OGM du tout puissant croque-mitaine Monsanto, pendant que des mouches tout aussi OGM dotées de caméras minuscules viendront examiner mon logement et y faire leur nid, de mini-surveillants. Subversive, insurgée, pissenlits interdits ! Pour me protéger contre   moi-même, dit le personnel politique européens, nos mandataires à qui on en demandait pas tant. Si si, allez voir leurs débats, cela revient comme un leitmotiv, à se demander si ce sont d’horribles hypocrites ou de complets débiles.

Je trouve cela plutôt triste, et n’en rigole que parce que je n’ai pas l’intention de me laisser démoraliser par leur APC (Agissements Pervers Conjoints).

Et pire que tout, plutôt que de créer de l’emploi en engageant toujours plus de nouveaux espions, ils utilisent les robots et les services gratuits de la population. Une question, je connais quelques personnes tout de même à qui la police de mon quartier à proposé de travailler comme indicateur rémunéré. Ces rémunérations sont-elles censé figurer dans la déclaration d’impôt de ces personnes ? Si non, sont-elles passibles de poursuites pour fraude ? Y a-t-il un fiscaliste dans la salle ? Des traqueurs de fraudeurs ?

L’heure est grave, un néofascisme parasite fait son nid dans nos démocraties qu’il s’apprête tout bonnement à phagocyter. De nouvelles Inquisitions et agents de contrôle et de répression se mettent en place, tout doucement sans faire de bruit. Connaissant le rôle des medias aux ordres, et surtout leur principaux propriétaires, les matrices d’opinions qu’ils ont véhiculé et qui contribuent aujourd’hui à faire de prises de position et de certaines actions, - hier strictement prohibées - de l’extrême-droite, des actes éminemment respectables, seuls quelques daltoniens chasseurs de rouge-bruns et autres traqueurs de complotistes fanatiques ou autres abrutis, n’y reconnaîtraient pas la mise en œuvre d’un schéma, d’un plan global à grande échelle, qui à force de petits changements quantitatifs, sous forme de restrictions progressives d’espace de liberté, nous conduit vers un changement qualitatif, une mutation, une bifurcation, le passage d’une démocratie certes imparfaite à un totalitarisme, un absolutisme.

 

Anne Wolff

 

 […] la société sera dominée par une élite de personnes libres de valeurs traditionnelles qui n’hésiteront pas à réaliser leurs objectifs aux moyens de techniques épurées avec lesquelles ils influenceront le comportement du peuple et contrôleront la société dans tous les détails, jusqu’au point où il sera possible d’exercer une surveillance quasi permanente sur chacun des habitants de la planète.

 […] cette élite cherchera tous les moyens pour parvenir à ses fins politiques, comme de nouvelles techniques pour influencer le comportement des masses, ainsi que pour obtenir le contrôle et la soumission de la société »

Zbigniew Brzezinski (Les 4 lieutenants des Rockefeller)

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Anne-Marie 06/11/2013 17:04


Espérons-le pour le maire de New-York mais je suis plus que dubitative.


Je lui laisse le bénéfice du doute ....


Même les dirigeants de gauche d'Amérique latine ne peuvent s'empêcher de laisser polluer la nature en autorisant l'extraction du pétrole, pour donner à leur population les "bienfaits" de notre
société con-so(t)-mmatrice.


Tristesse

Anne Wolff 06/11/2013 22:30



C'est vrai que les mandataires de gauche ne sont pas la hauteur de ce point de vue et Correa depuis son coup de grenouille de bénitier autocrate avec l'avortement, j'ai du mal.


Mais l'Amérique Latine, de loin ce ne sont pas que les mandataires mais aussi un immense mouvement fondamentalement paysans, ancré dans la terre et les vraies valeurs.


Mais Bon, je vois bien pour le Honduras,  la canditatede gauche promet des investissements étrangers et de la technologie... et celam 'énerve comme beaucoup de gens là-bas.N'empêche entre la
Xiomara, pour qui j'ai par ailleurs un immese respect, et le régime de terreur actuel, y'a pas photo. Les gouvernements de gauche permettent un plus libre développement de ce mouvement paysan
dans sa plus grande partie membre de la Via Campesina, et cela permet à l'ensemble des luttes anti extractivistes de se développer et de s'unir et de se renforcer dans toute la région..


Ce ne sont pas que les mandataires qu'il faut blâmer, c'est une rupture sociale aussi entre les aspirations "classe moyenne" d'une bonne partie des populations et le modèle paysan de simplicité
et de souveraineté tout court et alimentaire. Le changement de modèle se fera si une majorité se dégage nettement dans toujours plus de pays, toujours plus "à gauche", vers un nouveau paradigme.


Une analyse intéressante lors des élections d'avril au Venezuela, montrait qu'une partie de la population qui de la pauvreté est passée à la classe moyenne s'est embourgeoisée.


Je peux le déplorer personnellement, mais pas en tant qu'Européenne, parce que  exactement la même chose s'est produite ici... regarde les tous pleurer pour se faire enchaîner à leur pouvoir
d'achat...Je vois bien la différence entre les anciens  ouvriers et les générations qui succèdent affligée de tous les défauts irrritants que la gauche attribue aux petits bourgeois.


 


 


Raisonnement parallèle pour le maire de New York, à voir sa femme et ses mômes, c'est évident qu'il ne fait pas partie du mouvement "White Supremacy"  (nazi pur et dur) qui prend une ampleur
inquiétante aux USA... sidéjà ilremplace la "tolérance zéro" par plus d'éducation,de culture, d'espaces de liberté, ce sera un renversement intéressant...


 


 



Anne-Marie 06/11/2013 12:48


Quand ce n'est pas le quidam lui-même qui facilite le travail :


 


"Facebook est la version post-moderne de la Stasi." (Julian Assange)

Anne Wolff 06/11/2013 13:22




On est une fois de plus d'accord. Beaucoup de gens finalement semblent adorer cela, se mettre en scène à grand coup de publicité, Se recréer comme personnage, et s'oublier en tant que personne.
Dérisoire...Quand l'existence virtuelle supplante l'existence réelle.



J’ai vu des amis à peine rentrés chez eux, se précipiter pour prendre le pouls de leur compte FaceBook, en oubliant jusqu’aux discussions entamées, jusqu’à la présence des amis qu’ils avaient
invité pour se consacrer à leurs « amis » invisibles. Chacun ses délires, mais tout de même…



J’en suis bien navrée. Mais après tout ils sont adultes, s’ils ne savent pas ce qu’ils font ou n’en mesure pas vraiment les conséquences, je trouve cela beaucoup plus grave pour les gamins qui
deviennent des cibles d’un fichage qui les suivra toute leur vie alors qu’ils ne sont pas encore en mesure d’user d’un « principe de précaution ».



Même sur mon blog, si j’avais (encore) 2O ans, je pense que je prendrais plus de pincettes pour m’exprimer, mais si les anciens (ou presque), témoins d’un autre monde possible ne s’expriment à ce
sujet, que leur restera-t-il qui donne sens à leur vie ?



Comme le dit Stella Calloni, soit nous nous conduisons préventivement en coupables qui se cachent pour éviter la sanction, soit nous continuer de porter clair et fort les mots qui dénoncent un
devenir du monde contraire à nos espérances, et faire apparaître son existence qui est là, entre les lignes.



La bonne nouvelle du jour (à confirmer par la suite) : un nouveau maire de New York, ex admirateur de la révolution sandiniste du Nicaragua, et porteur d’un projet plus équitable,
s’exprimant paraît-il dans un espagnol parfait, doté d’une épouse afro-étasunienne et d’enfant métis, son fils ayant une coiffure à la Angela Davis. 
Intéressant… tiendra-t-il ses promesses ? En tous cas il est élu par un raz-de-marée populaire qui avoisine les 7O% !


 


 



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives