29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 00:42

 

 

La souveraineté alimentaire de la Suisse mise en péril par l'accord de libre échange entre la Suisse et la Chine

20131213-suisse-chine.jpg

(Genève, le 9 décembre 2013) Le 6 juilliet la Suisse a signé un accord de libre-échange avec la Chine. Les jubilations et hochements approbateurs de l'ensemble de la classe politique laissent songeurs. Le soutien de l'Union Suisse des Paysans est encore plus incompréhensible. Alors que cette organisation s'active pour défendre la sécurité de l'approvisionnement, elle ne craint pas de s'enliser dans des contradictions insurmontables en soutenant cet accord de libre-échange. 

En Suisse, à l'envers de tout bon sens, l'idée maîtresse en matière de politique agricole consiste toujours à tout miser sur le libre-échange. Bien que la croissance débridée et une concurrence illimitée ont des effets dévastateurs sur les populations, l'environnement et les systèmes politiques. Ainsi cet accord est le 27ème accord bilatéral que la Suisse a signé. Les caisses fédérales se privent de recettes douanières qu'elles devront retrouver ailleurs. Dans la foulée des taxes douanières sont remplacées par des taxations du marché intérieur. Les contribuables suisses seraient bien avisés de réfléchir aux conséquences de tels accords.

Par ailleurs, le chômage de masse européen découle en partie de la destruction de la substance industrielle européenne provoquée par ces politiques. Pendant ce temps la Chine investit dans des infrastructures européennes, tels que des ports par exemple et des industries de transformation, telles que charcuteries, laiteries, conserveries. Parallèlement elle s'engage en première ligne dans la bataille mondiale pour les terres arables. De fait, les décisions chinoises en matière de politique agricole concernent également la population suisse et il est impératif qu'au moins les organisations paysannes portent un regard critique sur la logique de libre-échange et ses effets négatifs.

 Les 800 millions de paysans chinois représentent près du tiers des paysans mondiaux. La Chine, un des berceaux de l'agriculture, possède un héritage d'une culture agricole florissante*. Cette haute culture paysanne est cependant sujette à une destruction systématique. Cette tendance s'intensifie  plus particulièrement depuis le début de la réforme en 1978 par la mise en place forcée d'une agriculture industrielle. La Chine continue d'être un système de ségrégation dans lequel les droits paysans sont fondamentalement niés: pas de liberté d'organisation syndicale, pas de justice économique (taxations arbitraires, revenu de moitié inférieur au revenu médian), pas de droit à l'accès à la terre (expulsions), pas de liberté de mouvement à l'intérieur de la Chine (passeport intérieur).

Malgré cela un des plus grands mouvements migratoires mondiaux se déroule en Chine. Depuis trois décennies près de 280 millions de paysans ont quitté les zones rurales pour les zones urbaines. Ils y travaillent en tant que migrants illégaux, dépourvus de droits sociaux et de scolarisation pour leurs enfants dans l'industrie d'exportation. Avec sa population de près de 1,4 milliards la Chine est le plus grand marché alimentaire mondial. Elle ne possède cependant que 9% des réserves d'eau potable et 8% des surfaces agricoles utiles.

Pour le gouvernement chinois, il s'agit de garantir un approvisionnement bon marché en viande de porc et de volaille pour les populations urbaines. L'alimentation de 700 millions de porcs représente un défi énorme. Ces dernières années la Chine est devenu le plus grand importateur mondial de soja et de maïs. Ces importations ont provoqué des changements dramatiques. Ainsi 30 millions d'hectares, accaparés dans le cône sud de l'Amérique Latine ont été transformés en monocultures de soja pour la production d'aliments bon marché. Les plus grands élevages de porcs et de volailles se trouvent en Chine. Dans ce contexte se situe la chute des prix à la production à laquelle font face les paysans chinois. Cette évolution a poussé des millions de paysans à abandonner leur ferme au seul profit  des grandes sociétés. 

Les effets sont déjà palpables et s'accentuent: pollution des eaux et des sols, émissions croissantes de gaz à effet de serre, résistance aux antibiotiques, destruction de la biodiversité génétique, problèmes de sécurité alimentaire et de régime alimentaire, maladies chroniques, frais médicaux en rapport avec le développement et la diffusion d'épizooties, oppression des petits paysans et l'accroissement des inégalités entre les pauvres et les riches. Ceci devrait être de bonnes raisons pour impulser un changement de cap afin de garantir à long terme et durablement tant la sécurité alimentaire que le développement. Selon le rapport agricole mondial la poursuite des politiques agricoles actuelles n'est pas une option. Il faut des solutions pour une agriculture productive, écologique et sociale. En vue de la limitation des terres cultivables, des défis climatiques et d'alimentation, l'alternative est une agriculture multifonctionnelle, locale et de petite structure. Il n'y pas qu'en Chine où les politiques agricoles et alimentaires doivent orienter les conditions cadres des marchés dans cette optique. Les petits producteurs occupent une position clé dans le système alimentaire chinois et ils ont besoin d'être soutenus pour le développement d'un avenir durable. En reconnaissant ces faits, au lieu de s'adonner à une jubilation aveugle en faveur du libre-échange, le Conseil fédéral et l'Union Suisse des Paysans pourraient apporter leur contribution à la solution des ces questions d'importance globale.

Uniterre. 

*King, Farmers of Forty Centuries, Or Permanent Agriculture in China, Korea, and Japan, 1911

 

Source : La souveraineté alimentaire de la Suisse mise en péril par l'accord de libre échange entre la Suisse et la Chine

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Et la Chine
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 22:39

Voilà pour compléter l’article précédent qui évoque la rencontre entre les chefs de guerre des USA et du Japon, la remilitarisation accrue de ce dernier avec la Chine dans le collimateur.

Que les Tea Party étasuniens bloquent le gouvernement et simultanément préparent une  méga manifestation destinée  à bloquer le pays et Washington vers laquelle sont annoncé la convergence d’un million de camions accompagnés de motards c’est pour le moins inquiétant. Tout ce que les USA comptent d’extrême-droite dure et surarmée sera de la partie. Cela promet du grabuge, à voir de quel côté seront les forces « de l’ordre » !

Surtout sachant que Effrayant : le Pentagone s’arroge le pouvoir de réprimer les “troubles imprévus”

 

Où tout cela mène-t-il ? Quelles peuvent être les répercutions internationales ? Et la Chine ? De quel pouvoir dispose-t-elle réellement pour faire respecter aux Etats-Unis leurs obligations financières ?

 

Nouvel Ordre Mondial: La Chine montre t’elle son véritable jour ?…


Voilà qui conforme en quelque sorte ce que nous disons ici depuis un bon moment, à savoir que la Chine est trop dépendante de fric qu’elle a investi dans la dette américaine pour vraiment être un opposant ferme à l’empire, à l’encontre de la Russie… La crise politique au pays du goulag levant révèle t’elle la Chine sous son vrai jour ? Possible…

De fait, les yanks sont en position de faire chanter la Chine et ils le font en coulisses soyons-en certain, ceci n’augure rien de bon pour le futur.

Seule solution: Tout larguer, sortir de cette escroquerie planétaire qu’est cette économie oligarchique criminelle et génocidaire.

Comment ? En attaquant le pilier central de la fumisterie coloniale: l’usurpation, le vol et le pillage des terres sur lesquelles résident frauduleusement les entreprises multinationales connues sous le nom d’Etats-Unis et de Canada. Qui peut réussir cela ?… Les peuples autochtones, avec notre aide et notre soutien d’ex-colonialistes libérés de l’idéologie dominante.

Là est la connexion entre la lutte pour la souveraineté et l’auto-détermination des peuples indigènes et le Nouvel Ordre Mondial. Nous le disons et le répèterons sans cesse: l’avenir du monde est entre les mains des peuples autochtones des Amériques (et d’Afrique et d’Asie), soutenus par les peuples occidentaux libérés de la tutelle oligarchique. Elle est là la révolution mondiale: priver l’empire de sa base territoriale et de ressources usurpés depuis 1492 !

– Résistance 71 –

 

La Chine prévient de ce que le plafond de la dette américaine est une “bombe à retardement”

 

Press TV

 

7 Octobre 2013

 

url de l’article original:

http://www.presstv.ir/detail/2013/10/07/328135/china-warns-us-over-debtceiling-deadline/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Chine a prévenu les Etats-Unis que la perspective du premier défaut de paiement de la dette de l’histoire des Etats-Unis en résultat de la crise sur le plafond de la dette, pourrait sérieusement endommager les intérêts économiques de la Chine.

Dans une conférence de presse ce Lundi, le vice ministre des fnances chinois Zhu Guangyao a dit que “le compte à rebours est commencé” et que les politiciens de Washington devraient “assurer la sécurité des investissements chinois”.

“En tant que première économie mondiale et que créateur de la réserve monnétaire mondiale, il est important pour les USA de maintenir la valeur de crédit de leurs bons du trésor”, a dit Guangyao.

L’officiel chinois a dit que la Chine avait clairement manifesté son inconfort avec l’impasse politique dans laquelle se trouve Washington et le gouvernement américain, qui est en état de fermeture partielle à cause d’un désaccord entre démocrates et républicains sur la législation des dépenses (budget).

“Les Etats-Unis ont beaucoup d’investissements en Chine et la Chine possède un grand nombre de bons du trésor américains… Les Etats-Unis sont clairement au courant des préoccupations de la Chine au sujet du problème financier à Washington et la China demande que les Etats-Unis s’assurent de la sécurité des investisements chinois,”

Le disfonctionnement du gouvernement américain est entré dans son 7ème jour avec peu de signes pour une résolution immédiate des conflits internes, alors que le problème toujours plus important du plafond de la dette américaine pointe à l’horizon. Washington n’aura pas assez de liquidité pour payer ses factures si un accord pour augmenter le plafond de la dette n’est pas atteint avent le 17 Octobre.

La fermeture forcée du gouvernement est survenue après que la chambre basse menée par les républicains a refusé d’approuver le budget pour les opérations du gouvernement. Les législateurs demandaient que l’administration devait d’abord retarder la loi sur le nouveau système d’assurance maladie et de santé, l’Obamacare.

La Chine possède 1280 milliards de dollars en trésorerie américaine au 1er juillet 2013 d’après les données du ministère des finances états-uniens, les véritables chiffres pourraient  bien être supérieurs car la Chine a aussi investi au travers d’intermédiaires.

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Et la Chine
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 23:21

 

10 mai 2012 – La Réserve Fédérale (FED) des Etats-Unis a autorisé pour la première fois dans l’histoire qu’une banque chinoise achète un établissement américain. La Banque Industrielle et Commerciale de Chine va acquérir des actions dans la subdivision américaine de la Banque de l’Est Asiatique. Deux autres établissement bancaires chinois auront également la permission d’accroître leurs échanges avec les Etats-Unis.

Les experts déclarent que c’est un grand succès pour la Chine et ses banques, qui permettra de développer davantage leurs entreprises en Amérique et en Europe.

Les négociations pour que la plus grande banque de Chine fasse l’acquisition d’actifs américains se sont faites en janvier 2011, mais pour terminer l’opération il fallait l’approbation des autorités de régulation.

Le processus a pris plus de temps qu’il n’est normal. Le procédé standard consiste en une période de 60 jours pour examiner une demande. Dans ce cas précis, la FED a effectué un contrôle minutieux des principes guidant le système de régulation chinois en regard des normes internationales.

« Il n’a pas été trouvé de preuves selon lesquelles les méthodes et normes de comptabilité des principales banques chinoises, comme ICBC ne sont pas fiables. ». La FED a également donné l’autorisation à la Banque Agricole de Chine d’ouvrir une succursale à New York et à la Banque de Chine d’avoir la sienne propre à Chicago.

70 % de La Banque Industrielle et Commerciale de Chine appartiennent au gouvernement. En termes d’actifs, la banque est la plus grande non seulement en Chine mais également dans le monde avec 2 ;5 billions de dollars. A titre de comparaison, les actifs de l’américain JP Morgan Chase s’élèvent à 2,3 billions de dollars. Aux Etats-Unis la banque chinoise a prévu d’offrir aux clients des dépôts en yuans.

http://actualidad.rt.com/economia/view/44292-China-comienza-...

URL de cet article 16674
http://www.legrandsoir.info/la-chine-commence-a-acheter-les-banques-des-etats-unis.html
Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Et la Chine
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 14:11

Chine : une activiste se prostitue pour défendre les droits des travailleuses du sexe

বাংলা · চীন: যৌন কর্মীদের অধিকার রক্ষায় যৌন কর্ম
English · China: Prostituting to Defend Sex Workers' Rights

Après avoir été le témoin d'une récente descente de police dans une maison de passe dans la province de Guangxi, Ye Haiyan, blogueuse réputée et activiste féministe [en français], également connue sous le nom de Liumang Yan (Hooligan Sparrow), avait décidé de proposer, le 11 janvier, ses services sexuels aux travailleurs ruraux en signe de soutien aux droits des travailleuses du sexe.

Liu a raconté sa journée de prostitution sur son compte Sina Weibo [en français] le 12 janvier, compte rendu qui a été supprimé par les employés mêmes de ce site, mais repris sur son compte Qzone [en chinois], un site de journaux intimes qui appartient à la compagnie Tencent. Son récit rend compte de la vie des travailleuses du sexe dans les plus basses classes sociales en Chine. Vous trouverez ci-dessous une compilation de ses articles supprimés sur Sina et publiés sur Qzone :

我今天在十元店潜伏做调查,正好遇上一个姐妹被警察抓走。这些姐妹与顾客一次性交的价格在10元至20元之间,属于低价交 易,年关难过。希望警察按照中国法律的要求,酌情,从轻处罚,不要为了从中捞取好处,而选择最高量刑。也希望大家帮忙呼吁,使姐妹们免受合法抢劫。事发 地,广西博白。

Aujourd'hui, j'ai mené une enquête dans un sex-shop qui facture la passe à 10 dollars et j'ai assisté à l'arrestation d'une sœur. Ces sœurs sont payées entre 10 et 20 yuans (soit l'équivalent de 1,5 à 3 dollars) pour avoir des relations sexuelles avec leurs clients. Elles travaillent parmi les franges les plus défavorisées de la population. Je souhaiterais que la police fasse preuve de plus de discrétion et ne les exploite pas durement à coup d'amendes. Je souhaiterais également que les gens s'opposent à ce pillage légal dont nos sœurs sont victimes. L'arrestation a eu lieu à Bobai dans la province de Guangxi.

这个姐妹十分热心,她辛苦赚钱,交完房租,准备回家过年。刚刚打好了洗头水,说洗完头就回家,结果就被警察抓了。 我想看看,中国政府,是以罚款为目的,还是为了解决民生治安为目的。性工作者在隐蔽的场所,解决了农民工的性需求,也解决了自己的生存问题,而中国政府在 做什么?

Cette sœur est une grande travailleuse. Elle gagne assez d'argent pour payer son loyer et se préparait à rentrer chez elle pour le Nouvel An [en français]. Elle allait se laver les cheveux quand des officiers de police l'ont appréhendée ; je me demande si de tels raids sont faits au nom de la justice ou de la sécurité publique. Les travailleuses du sexe répondent aux besoins sexuels des travailleurs ruraux en déplacement en même temps qu'elles règlent par leurs propres moyens leurs problèmes de survie. Qu'a fait le gouvernement chinois pour les aider ?

孟建柱老师:希望您能体谅民间的疾苦,不要从性工作者身上,谋取行政经费。特别是贫困的性工作者。希望公安部能在内部发个通知,对于贫困性工作者,在年关之际,少下黑手。 中国民间女权工作室叶海燕,深切恳求。

A l'attention de Maitre Meng Jianzhu [Meng [en anglais] est le ministre de la sécurité publique de la République populaire de Chine]: j'espère que vous pouvez comprendre la souffrance des plus démunis. Ne profitez pas des travailleuses du sexe, en particulier les plus pauvres, en leur infligeant des amendes. Je souhaiterais que le bureau de la sécurité publique puisse publier une note interne et demander aux officiers de police d'arrêter de faire des descentes chez les travailleuses pauvres du sexe, particulièrement à l'approche du Nouvel an. Ceci est une humble demande de la part de Ye Haiyan, défenseure des droits des femmes chinoises les plus pauvres.

Ye Haiyan dans un sex-shop des quartiers pauvres

我从现在开始,对来这里的农民工提供免费的性服务,一是以免他们被警察抓,处以高额经济处罚,被合法抢劫,二是为解决基层百姓的性需求,缓解社会压力做出努力。三是用我的高风亮节对比政府的麻木无情。希望对他们有所触动。活动明天结束。

A partir de maintenant, j'ai décidé de proposer mes services sexuels aux travailleurs ruraux émigrés dans les villes. Premièrement, je fais cela afin d'empêcher les prostituées d'être arrêtées et légalement dépouillées par la police. Deuxièmement, je le fais pour répondre aux besoins sexuels des plus pauvres et pour aider à faire redescendre la tension sociale. Troisièmement, je veux souligner le contraste entre mon amour pour les couches sociales les plus démunies et la cruauté du gouvernement. J'espère qu'ils seront touchés par mon action, qui prendra fin demain.

今天我提供第一个免费性服务的是一个18岁的农村孩子。他在门口转悠,问我多少钱?我说,你给多少钱?他说,十块钱可以 吗?我问他多大,他说18岁,为什么来这种地方,是不是处男?他似乎听不懂,扭头要走。我说,来吧,我跟你做,不要钱。然后帮他带上套子,告诉他出门去玩 一定要带安全套。

Pour mon premier service sexuel, j'ai eu affaire à un garçon âgé de 18 ans qui venait d'un village de campagne. Il hésitait devant la porte du bordel avant de me demander combien ça coutait. Je lui ai demandé combien il pouvait payer et il m'a demandé si 10 yuans suffisaient. Je lui ai demandé son âge, il m'a répondu qu'il avait 18 ans. Je lui ai demandé pourquoi il venait là, et s'il était vierge. Il n'a pas eu l'air de comprendre ma question et a voulu partir. Je lui ai dit d'entrer et que je le ferai pour rien. Je l'ai aidé à mettre un préservatif et lui ai rappelé d'en avoir à l'avenir toujours un avec lui, dès qu'il avait besoin de ce genre de services sexuels.

我为四个人提供了免费的性服务。其中一个老人五十多岁,他穿着很破旧,因为在下雨,他穿着雨衣,雨鞋,脸上满是皱纹,我说 不要钱,他问为什么?当他看到我白嫩的身体,我相信他不理解这是怎么回事,我说我是北京派来的。这个社会有许多的不平等。起步,机会,权利,发展不平 等,…性,居然也不平等。

J'ai répondu aux besoins de quatre personnes. L'une d'entre elles avait la cinquantaine. Il pleuvait ; il portait des vêtements et des bottes de pluie et avait le visage ridé. Je lui ai dit que c'était gratuit. A la vue de ma jolie peau blanche, il a demandé pourquoi et se demandait où était le piège. Je lui ai dit que j'avais été envoyée par Beijing. Cette société est tellement remplie d'inégalités. Au niveau de l'origine familiale, des opportunités, des droits, du développement… et même au niveau du sexe.

老百姓,只是打个炮而已。他打一次炮,只花十块钱,他开支得起。这对他的生活,不会有任何影响,对社会也没影响。他也许娶 不起老婆,娶不到老婆,可去找个小姐,满足一下生理需求,你们却要在他身上抢劫三千,你们这些流氓强盗已经把他们逼到这样的角落,你们还要在暗地里,敲诈 一笔,会不会太狠了点!

Tous les gens des basses classes veulent du sexe. Il peut se l'offrir pour 10 yuans, ça ne va pas affecter sa vie ou la société. Les hommes comme lui n'ont pas les moyens d'avoir une femme, mais ils peuvent au moins satisfaire leurs besoins sexuels grâce aux travailleuses du sexe. Et vous voulez leur prendre 3000 yuans ? D'abord vous les poussez dans les retranchements les plus sombres et vous voulez toujours les voler ? N'est-ce pas cruel ?

那个准备回家的姐妹今天出来了,罚了三千。她必须接150个客人。才能还清罚款。我觉得自己帮不上她,心里难过,不敢见她。我觉得自己很没用。看着这些姐妹被警察打劫,我却一点办法没有。

Cette sœur, qui s'apprêtait à retrouver sa famille pour le nouvel an, a été relâchée hier après avoir payé une amende de 3000 yuans. Ce qui veut dire qu'il lui faudra trouver 150 clients pour rembourser cette somme. Je me sens tellement mal de n'avoir rien pu faire quand j'ai vu la police commettre ce vol.

大家可以将心比心,回想一下,一个人,因为生存,而天天担心受怕的心情。她想要这20块钱,可在角落里,有一双眼睛却虎视 耽耽盯着她的钱包,想要她的三千。她会快乐吗?最可恨的是,钓鱼执法,谁知道面对的这个男人是真正的嫖客,还是警察的线人。到底是会赚到20,还是会损失 三千?

Je vous en prie, essayez de comprendre leurs peurs et leurs angoisses. Elle voulait juste gagner 20 yuans, mais son porte-monnaie est scruté à chaque instant, histoire de lui soutirer 3000 yuans. Comment peut-elle être heureuse ? Les missions d'infiltration les font vivre dans la peur, ne sachant jamais si l'homme qui se présente est un vrai client ou une taupe de la police, et si elle va gagner 20 yuans ou en perdre 3000.

是什么人在消费十元店的姐妹?达官贵人会去十元店找那些老妈子吗?他们永远不会踏入他们认为肮脏,低级的地方!他们视这里 面的人为猪狗。只有农民工会走进这里与大姐们平等相处。我的农民工客人,衣服里三层,外三层,件件都破了,我抱着他,心里充满了悲哀,难道生活紧迫到连补 衣服的时间也没有吗?

Qui peut se permettre une passe à 10 dollars ? Les riches viendront-ils ici pour les vieilles prostituées ? Ils ne viendront jamais dans un endroit aussi crasseux, ils les prennent de haut. Il n'y a que les paysans qui viennent ici. Le travailleur paysan que j'ai eu comme client portait des vêtements tout usés. Je me suis sentie tellement triste quand je l'ai pris dans mes bras. Il n'a donc même pas le temps de repriser ses vêtements ?

那里的男人说,我是最温柔的小姐。其实我不是温柔,是我懂得尊重他们,把他们当成自己的兄弟,亲人,没有看不起他们,把他们当成像“大老板”一样的男人。不管他的衣服多么破旧,身上多少泥水,我把他抱进怀里,安慰他。让他感觉到自己是有人喜欢的。

Les hommes m'ont dit que j'étais la femme la plus douce du sex-shop. En fait, je n'ai fait que les respecter et les considérer comme mes frères, comme ma famille. Je ne les regarde pas de haut, je les traite comme des rois, peu importe l'état de leurs vêtements et de leur propreté. Je les prends dans mes bras et les soulage, leur laissant sentir que quelqu'un les aime encore.

Ecrit par Oiwan Lam · Traduit par Stephanie Camus

 

Source : Chine : une activiste se prostitue pour défendre les droits des travailleuses du sexe · Global Voices en Français

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Et la Chine
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 01:53

 



(Source : Bistro Bar Blog)

Révélation : le vrai coût des jouets de Noël achetés aux usines chinoises

Ouvriers à l'usine Hung Hing

Avec l’arrivée de Noël d’ici trois semaines, une investigation clandestine a révélé la sinistre réalité de la vie dans les usines de jouets chinoises générant un marché de 2,8 milliards de livres par an dans la seule Grande-Bretagne.
De grandes marques comme Disney, Lego et Marks & Spencer ne paient qu’une fraction du prix magasin des produits aux usines qui fabriquent leurs jouets. L’été dernier – les usines se préparant à faire face à la demande pour la période de Noël – des enquêteurs ont passé trois semaines dans les cités industrielles de Shenzhen et Dongguan. Dans plusieurs cas, ils ont trouvé que les employés :
  • arrivaient à faire 140 heures d’heures supplémentaires par mois;
  • étaient payés un mois en retard;
  • prétendaient qu’on attendait d’eux un travail avec de dangereux appareils et machines sans entraînement ni sécurité;
  • devaient travailler en silence et étaient condamnés à une amende de 5 livres s’ils allaient aux toilettes sans permission.
L’effet peut-être les plus insidieux des longues heures de travail pour un maigre salaire est la déchirure familiale, séparant en permanence les parents de leurs enfants sauf quelques jours par an. De nombreux ouvriers avaient trop peur de parler aux enquêteurs, mais deux femmes acceptèrent, à condition que leurs noms soient changés.
Wang Fengping, 27 ans, a deux filles de 7 et 5 ans. Ils habitent à 10 heures de train de l’usine de jouets On Tai. Elle et son mari gagnent 200 livres par mois(un peu plus de 233 €) en faisant des jouets pour Disney et d’autres, mais ne peuvent se permettre de faire venir leurs enfants à la ville. Les fillettes sont donc gardés par leurs grand-parents. Wang les appelle deux ou trois fois par semaine. La plus jeune lui demande toujours quand elle revient à la maison.  »Bientôt », répond toujours Wang.
La réalité est qu’ils ne se rencontrent qu’une seule fois par an, au nouvel an chinois. Elle garde le moral en racontant à ses collègues ce que font ses filles à l’école. Elle leur chante parfois des chansons que les filles ont appris à l’école et qu’elles lui ont chanté par téléphone.  »Notre famille ne mourra pas de faim, mais ne peut se nourrir avec ce salaire », a-t-elle dit.
Ma Hui, 25 ans, travaille pour le groupe Hung Hing Printing, qui fabrique des articles pour M&S, Lego et Disney. Elle a une fille de 2 ans, qu’elle a dû abandonner quand l’enfant n’avait que 3 mois dans l’espoir qu’elle pourrait gagner assez pour un jour rentrer à la maison et mettre en place sa propre affaire et réunir la famille. Elle aussi ne voit son enfant qu’une fois par an et elle a accroché une photo de sa fille sur le mur du dortoir près de son lit.
L’association Sacom qui a mené cette enquête accuse les grandes marques mondiales de ne pas payer suffisamment les usines, avec des ouvriers qui en souffrent parce que les usines font des coupes à leur détriment pour tenter de sécuriser les contrats. Le rapport critique aussi le propre régulateur de l’industrie qui ne se soucie pas de réprimer les abus.
La porte-paroles Debby Chan Sze Wan disait : »Dans la période qui précède Noël, les jouets sont des cadeaux courants pour les enfants. Ils apportent probablement de la joie aux consommateurs et aux sociétés de jouets, mais les ouvriers n’ont pas les moyens d’acheter des livres ou des jouets à leurs enfants bien-aimés.
 »La détresse des ouvriers est due à l’exploitation des chaînes d’approvisionnement mondiales. Si les marques n’augmentent pas le prix unitaire ni ne change leurs pratiques d’achat, aucun changement structural dans les conditions de travail de l’industrie du jouet n’est faisable. »
Les enquêteurs ont ciblé trois usines, y compris la société On Tai Toys, qui fabrique pour Disney et un certain nombre d’autres marques internationales, etHung Hing. Toutes les usines sont certifiées manufactures de jouet décentes par le Conseil International des Industries du Jouet, qui est supposé contrôler l’application des normes éthiques dans plus de 2400 usines qui emploient environ 1,7 millions de gens dans le monde. Mais Sacom a accusé le Conseil d’autoriser  »des violations permanentes des droits du travail » dans des usines certifiées.
À l’usine Hung Hing un chercheur a trouvé que les 8000 ouvriers affichaient jusqu’à 100 heures supplémentaires par mois, dépassant de loin le maximum légal. Les ouvriers disent qu’ils ont signé un document consentant à un travail d’heures supplémentaires dépassant le maximum légal. Le salaire de base était de 132 livres (154 €) par mois (jusqu’à 250 livres [292 €] en comptant le maximum d’heures supplémentaires) mais les salaires ont été payés avec 3 semaines de retard.
Les ouvriers se plaignaient de formation inadéquate pour les machines de l’usine et l’année dernière un ouvrier est mort en tombant dans une machine. Ils ont dit qu’il y avait souvent des blessures et des problèmes avec les produits chimiques utilisés. Ils se plaignaient aussi des normes des dortoirs, où l’eau pour la toilette et les chasse d’eau est coupée à 22h.
À la société On Tai Toy un chercheur a trouvé que la plupart des 1500 ouvriers étaient âgés entre 30 et 50 ans, bien qu’on fasse venir environ 300 étudiants pour aider à s’en sortir avec les pics saisonniers.
Un chercheur a passé trois semaines dans l’usine et a trouvé des ouvriers qui effectuaient 140 heures d’heures sup chaque mois, presque quatre fois la limite légale des 36 heures mensuelles.
Le salaire de base est de 110 livres (129 €) par mois, mais les salaires ont été payés un mois en retard, enfreignant les lois du travail. Pendant le pic saisonnier les ouvriers peuvent se faire 240 livres (280 €) par mois, y compris les heures supplémentaires, mais cela tombe à 140 livres (164 €) en basse saison.
Une journée typique de travail en pic saisonnier démarre à 8h et ne se termine pas avant 22h. Les ouvriers travaillent habituellement 6 jours par semaine, mais si l’usine est débordée il n’y a pas de jour de repos.
Les ouvriers se sont plaints qu’on les empêchait de se parler sur la chaîne de production et qu’ils avaient une amende de 5 livres (presque 6 €) s’ils allaient aux toilettes sans autorisation. Ils rapportaient de fréquentes brûlures par des fers à souder et des décharges électriques par de vieux sèche-cheveux qui servent pour mettre de la colle, ainsi que des problèmes de santé à cause de produits chimiques sans étiquetage avec lesquels ils doivent travailler. La loi demande que les produits chimiques soient identifiés et que les ouvriers sachent quoi faire en cas d’accident. Il y a plus de 10 ouvriers qui se partagent 20 m² de dortoir, aménagé avec des lits superposés. Ils sont douze à se partager une toilette et l’extérieur du bâtiment est envahi par les poubelles abritant un paradis pour les rats.
En réponse aux allégations des chercheurs de la Sacam, Disney a dit : »La société Walt Disney et ses affiliées prend très au sérieux les revendications d’un travail injuste, et enquête à fond sur toutes ces allégations. »
Lego a dit que l’enquête dans la pratique du travail à l’usine avait soulevé de très sérieux problèmes, qu’il les prenait très au sérieux et qu’il avait demandé à son partenaire de licence, Dorling Kindersley, de mener une enquête.
 »S’assurer que les droits des ouvriers sont respectés est très important pour le groupe Lego et tous nos partenaires sont d’accord pour adhérer à de strictes directives – notre code de conduite. Le groupe Lego demande à tous ses partenaires de licence de donner une assurance écrite que leurs vendeurs, également, se conforment au code de conduite du groupe Lego, et que leurs fournisseurs fassent un audit une fois par an. L’adhésion au code de conduite est une priorité dans l’engagement avec nos partenaires. Il semble que dans ce cas le code a pu être rompu et nous nous en occupons instamment. Une fois que nous aurons une vision totale des faits, nous prendrons une décision. »
Dorling Kindersley a déclaré qu’il était profondément concerné par les allégations et qu’il avait contacté Hung Hing pour qu’il exprime ses vues :  »Nous avons des normes éthiques strictes d’approvisionnement qui ont été recoupées par toutes les questions identifiées dans cette enquête. Les allégations, si elles sont exactes, démontreraient une infraction à ces normes ». Il disait que l’usine avait récemment passé un audit, mais que cela serait désormais revu, ajoutant :  »Nos termes en affaires sont absolument clairs, tout fournisseur en infraction à nos normes d’éthique est sollicité pour changer ses pratiques ou à envisager une rupture de contrat. »
Un porte-paroles de Marks & Spencer a dit :  »Nous sommes un tout petit client du groupe Hung Hing – moins de 0,5% de son chiffre. Nous tenons toute allégation qui suggère une infraction à nos strictes normes d’éthique très au sérieux et nous travaillons très étroitement avec nos fournisseurs, y compris cette usine, pour s’assurer qu’ils adhèrent à nos normes strictes. »
Hung Hing a fait répondre une lettre de quatre pages par son manager général Dennis Wong dans laquelle il a admis qu’on pouvait demander aux ouvriers de faire des heures supplémentaires jusqu’à 92 heures par mois en juillet et août. La lettre disait que le mois dernier les heures supplémentaires s’étalaient de 23 à 77 heures. La société a dit que les ouvriers qui refusaient de faire du supplément n’étaient pas pénalisés.
Il a attribué le retard de paiement des salaires à la complexité des calculs de salaires pour plus de 8000 ouvriers, et a argumenté que c’était une pratique industrielle normale. Il a insisté sur la formation de sécurité que recevraient les ouvriers, mais a averti que les managers seraient tenus responsables de futurs manquements et verraient une déduction sur leur salaire .
La société a dit que procurer de l’eau pour les toilettes après 22h était du gaspillage et que des barils d’eau étaient disponibles pour servir de chasse d’eau.

Traduit par Hélios

Source : Noël « made in China » « État du Monde, État d'Être

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Et la Chine
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 20:20

 

Un blog qui vous parle de la Chine au quotidien, mais comme toute reproduction même partielle étant interdite, je vous donne le lien Reflets de Chine - Une autre vision

Une mine d'nfos intéressantes à prendre avec des pincettes.

Je ne sais pas pour vous, mais moi la Chine m'intrigue, et m"inquiéte... 

A suivre...

 

 

 

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Et la Chine
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 12:05

 

 

3

Les chinois m’étonnent de plus en plus! Le mouvement protestataire récent pour la fermeture d’une usine chimique était déjà un très beau geste, courageux et intelligent, mais celui qui suit est encore plus admirable! 100 millions de chinois en ont marre de la politique du pays et ont tourné le dos parti communiste, 100 millions!!!Vraiment étonnant que personne n’en parle alors que le phénomène n’est pas récent et prend chaque jour plus d’ampleur…

On peut voir des scènes comme celle-ci dans le monde entier, sauf en Chine continentale. (NTD)
On peut voir des scènes comme celle-ci dans le monde entier, sauf en Chine continentale. (NTD)

Cette année, le Parti communiste chinois célèbre ses 90 ans. Et le parti est au pouvoir en Chine depuis bientôt 62 ans. Mais un mouvement populaire est en train de balayer le pays et pourrait changer la donne.

Ce mouvement compte des millions de participants. Mais pour de nombreuses raisons, ce mouvement est passé inaperçu dans le reste du monde.

Yi Rong, Vice-présidente du Centre des démissions du PCC, a déclaré: «On peut dire qu’il s’agit du plus grand mouvement de prise de conscience spirituelle dans l’histoire du peuple chinois».

 Ce mouvement est appelé Tuidang par ses organisateurs. Tuidang signifie démissionner ou quitter le Parti. Il est formé par des Chinois de Chine continentale ou d’outre-mer qui renoncent publiquement à leurs liens avec le Parti communiste chinois.

Cela a commencé en novembre 2004. Cette année-là, l’édition chinoise du journal indépendant, The Epoch Times, a publié une série éditoriale intitulée Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois. Ce document présente une analyse en profondeur du PCC.

John Nania, rédacteur en chef de The Epoch Times, a précisé: «Personne n’avait essayé ni réussi à révéler entièrement tout ce que le Parti communiste a fait au cours des décennies de son existence et ses plus de 60 ans de règne sur la Chine».

Les Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois analysent et critiquent le PCC comme il serait difficile de le faire en Chine, en raison du climat politique. Ce document illustre par des dizaines d’exemples la façon dont l’idéologie violente du PCC a conduit à des millions de morts et causé de grandes souffrances. De nombreux lecteurs ont réagi à ce texte en comprenant que leurs souffrances sous le règne du PCC étaient partagées.

Les Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois avancent aussi que la Chine ne sera jamais libre et prospère tant que le PCC détiendra le pouvoir.

Moins de deux semaines après la publication des Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois, les rédacteurs du journal ont commencé à recevoir des messages de lecteurs chinois déclarant qu’ils voulaient renoncer à leurs liens avec le PCC.

Quelques mois plus tard, le Centre mondial des démissions du PCC était formé. Son but était de collecter ces déclarations et d’aider les gens à démissionner du PCC.

En avril 2005, le Centre avait reçu plus d’un million de déclarations de démissions. Aujourd’hui, selon eux, ce nombre a dépassé les 100 millions.

La plupart de ces déclarations viennent de gens démissionnant de l’une des trois organisations du PCC: les Jeunes Pionniers, la Ligue des Jeunes communistes et le Parti communiste lui-même. C’est pourquoi ce mouvement est également connu sous un autre nom: Santui ou les «trois démissions».

Bien qu’un grand nombre de ceux qui démissionnent ne soient pas actuellement membres du parti, cela ne les exclut pas du mouvement Tuidang. En fait, les règles de démission sont si simples qu’il est difficile de qualifier Tuidang de mouvement politique: peu importe que vous soyez un membre actif du parti ou que votre affiliation ait expiré. Aucune information de contact n’est demandée et un nom d’emprunt est accepté pour ceux qui craignent les représailles.

Une seule chose compte vraiment; Yi Rong, Vice-présidente du Centre des démissions du PCC, a affirmé: «Tant que les gens se défont complètement des liens qui les lient au PCC, dans leur cœur et spirituellement et qu’ils en sont conscients, je pense que c’est ce qui compte».

Dans ce mouvement politique, le cœur des gens est donc plus important que leur point de vue politique.

John Nania, rédacteur en chef de The Epoch Times, a précisé: «Ils doivent laver leurs mains du sang du PCC. Parce que les serments prononcés, en rejoignant le Parti communiste ou l’une de ses organisations, comprennent de nombreux vœux parlant de sang, comme donner son sang pour le Parti et ainsi de suite. Et bien sûr, beaucoup de sang a été versé dans l’histoire du Parti. Quatre vingt millions de personnes sont mortes de causes non naturelles suite aux actions du Parti communiste au cours de son histoire».

Le mouvement Tuidang est clairement chinois dans sa vision globale, très différent des mouvements pour la démocratie de type occidental dans les années 1980 ou la plus récente Charte 08.

Le mouvement Tuidang ne parle même pas de politique. Il souligne la moralité et trouve ses racines dans les anciennes cultures bouddhiste et taoïste de la Chine. Les Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois appellent à un renouveau moral, dans une culture qu’ils décrivent comme corrompue par l’idéologie violente du Parti communiste.

C’est pourquoi les déclarations de démissions de ces personnes reflètent leur vision de moralité plus que leur esprit politique.

Par exemple, cette déclaration d’un homme appelé Ma Hua. Le père et le grand-père de Ma étaient tous deux membres du PCC. Ma était lui-même membre et a travaillé dans le service public pendant dix ans.

Il écrit: «Je comprends personnellement et j’ai fait l’expérience des mensonges, des tromperies, du contrôle mental et de la brutalité du PCC révélées par les Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois. Mais j’ai rejoint le PCC afin de gagner mon pain et j’ai fait des choses stupides contre ma propre conscience. Aujourd’hui, je regrette profondément cela et j’espère que grâce à Tuidang, je pourrai corriger mes erreurs et que ma conscience pourra trouver un peu de paix».

Leung Yiu-chung, membre du Conseil législatif de Hong Kong, a dit: «Si les gens décident de quitter ce parti et d’abandonner leurs intérêts personnels, cela reflète leur prise de conscience de l’état corrompu de la Chine. Ils ne veulent plus supporter cet état de fait malhonnête et malsain. Cela reflète l’éveil constant du peuple chinois».

Qu Zheng, journaliste à The Epoch Times, a commenté: «La vague Tuidang a commencé lorsque les Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois ont fondamentalement changé le cœur des gens. Ce document permet aux gens de réaliser à quel point ils veulent se défaire de ce qui est mauvais et mettre un terme à leur indifférence».

C’est un renouveau qui prend ses racines dans la culture traditionnelle chinoise, pas dans la politique. Et il est soutenu, de façon inhabituelle, non pas par des intellectuels ou les gouvernements étrangers, mais par une organisation de bénévoles.

Ce mouvement pourrait très bien changer le futur de la Chine.

Sources: lagrandeepoque.com via eso-news.bl

Le mouvement Tuidang: Pourquoi 100 millions de personnes quittent le PCC ? (première partie) « Les moutons enragés

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Et la Chine
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives