27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 01:20

Voilà un exemple grossier de tentative de fabriquer une matrice d’opinion. Cela fait un moment que l’extrême-droite Vénézuélienne et ses alliés se déchaînent. Depuis que Chavez est en traitement pour son cancer à Cuba. Si la situation n’était pas si douloureuse pour tous ceux qui considèrent cet homme comme un ami et un libérateur, on ne pourrait que se gausser devant les tentatives toujours plus grossières de déstabilisation de l’état par l’opposition.

Obama lui-même ne s’est pas privé de tenir quelques propos insultants qui ont choqué l’ensemble de l’Amérique Latine lors d’une réunion avec la clique de Miami qui compte de nombreux terroristes dans ses rangs.

On se souviendra aussi de cette tentative foireuse de détourner les propos humoristiques tenus par Chavez et Ahmadinejad, qui se marrent en disant que suite à leur réunion, certainement que les fous d’en face vont prétendre qu’ils complotent pour bombarder Washington. Et cela ne rate pas, gros titres dans la presse iternationale aux ordres "CHAVEZ ET AHMADINEJAD S'APPRETENT A BOMBARDER WASHINGTON"

Je suis vraiment intéressée en ce moment quand je vois d’une part les efforts pitoyables de la droite vénézuélienne qui a pourtant le quasi-monopole des grands médias pour distiller son venin, face à un peuple qui démonte les ficelles au fur et à mesure que de nouvelles tentatives sont menées. Alors qu’ici nous voyons les populations menées par le bout du nez par les médias. Qu’est-ce qui fait la différence ?

Ne serait la colère que l’on ressent face à l’indécente nécrophilie de ces putschistes en puissance, tout cela tournerait à la farce…. Ils ne cessent de se ridiculiser toujours d’avantage. Quand « El pais » y met son grain de sel, ce qui nous apparait ce sont les liens très fort entre l’extrême droite espagnole et latino, Aznar et Uribe que l’on retrouvent réunis dans diverses organisations et fondations d’extrême-droite qui ont pour priorité l’éviction de Chavez et des autres présidents dissidents d’Amérique Latine.

Ce qui n’est pas dit dans la brève ici, c’est que la photo « litigieuse » est extraite d’une vidéo qui date de 2008 - et qui n'a rien à voir avec Chavez - qu’on peut trouver sur you tube. Ce qui n’est pas dit ici, c’est que les sources données par El Pais varient, une infirmière, no se que, puis une bloggeuse… pas très sérieux, ni déontologique, ni respectueux du public, et encore moins de la charte du journal qui garantit une information rigoureusement vérifiée à ces lecteurs.

Personne n’est dupe de toute façon, il s’agit bel et bien d’une tentative de manipulation mais qui cette fois se retourne contre ses auteurs qui semblent avoir perdu les pédales pour en venir à de telles extrémités.

 

 

El Pais publie une fausse photo de Chavez  25/01/2013


венесуэла чавес венесуэла шествие поддержка
 
Photo : EPA

Le gouvernement vénézuélien va engager des poursuites judiciares contre le quotidien espagnol influent El Pais pour avoir publié une fausse photo du président du Venezuela Hugo Chavez, estimant que les excuses présentées par la rédaction étaient insuffisantes, rapportent vendredi les médias vénézuéliens.

« Ni leurs photos répugnantes, ni leurs campagnes systématiques n'empêcheront le rétablissement du président », a déclaré le ministre vénézuélien de la Communication et de l'Information Ernesto Villegas lors d'une conférence de presse à Caracas.

Jeudi El Pais a publié une photo d'un homme intubé sur son lit d'hôpital entouré de médecins et présenté comme Hugo Chavez.

french.ruvr.ru
Et en prime un commentaire édifiant
.Posté par Bingo le 25/01/2013 11:59 | Alerter L'un des fondateurs du journal "el païs" est Juan Luis Cebrián . Sa fiche wikipédia est édifiante:

"Juan Luis Cebrián Echarri, né à Madrid le 30 octobre 1944 est président du groupe de presse PRISA. Il est membre du comité de direction du groupe bilderberg.

"Vicente Cebrián, son père, fut un personnalité de la presse du régime franquiste et directeur du journal Arriba, organe de communication de la Phalange espagnole. En 1974 son fils, Juan Luis Cebrián, est placé à la tête de l’information de RTVE par le dernier gouvernement du général Franco. Il a été directeur du journal El País entre 1976 et 1988."

Et notre Jean Louis aime se retrouver en bonne compagnie à Paris avec les BHL, Val, Domenach,Minc, Pinault...etc :

http://www.dailymotion.com/video/xjon3i_le-festival-des-grosses-raclures_news#.UQJlb_K0PDE
3049746850_f867212c1b.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives