31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 11:10

 

 

 

Bientôt une guerre sanglante en Europe ?

Par La Voix de la Russie | L'historien Eric Hobsbawm, d'origine autrichienne et britannique, décédé à Londres en octobre 2012 à 95 ans et Egon Bahr, l'éminence grise du SPD, 91 ans, vivant en Allemagne, ont évoqué à 4 ans d'intervalle la forte possibilité d'une guerre en Europe, une pensée également partagée par de nombreux lecteurs.

Avons-nous deux experts séniles, l'un souhaitant ne pas aller seul dans la tombe et l'autre un illuminé avide d'un coup publicitaire juste avant la nouvelle année 2014 ? Qu'on ne s’y trompe pas. La publicité n'intéresse pas ces deux hommes, surtout pas celui qui est parti. Leur âge, selon le concept platonicien, les a placés au rang de sages. Ces hommes ont utilisé leur savoir, leur vécu accumulé au fil de l'Histoire, leur capacité à prendre de la distance, pour parler. Le non-dit habituel de nos responsables politiques est brisé. Les hommes de terrain ont la parole.

Eric Hobsbawm a parlé dans un long entretien accordé au Stern en 2009 d'une guerre sanglante en Europe. Egon Bahr, journaliste politique avant de devenir l'éminence grise du SPD, réputé pour sa diplomatie et le choix des mots, fut le conseiller du chancelier Willy Brandt, SPD, et le théoricien de la politique de rapprochement de l'Allemagne fédérale à l'Est (Ostpolitik). Egon Bahr a évoqué au début du mois de décembre 2013 devant des lycéens médusés l'imminence d'une guerre.

L'historien. Eric Hobsbawm, devenu marxiste « à cause de la grande dépression des années 30 à Berlin», comme il le disait, a connu la fin de plusieurs systèmes et surtout la chute de la République de Weimar, l'anéantissement du nazisme, la fin de la RDA, la chute du communisme. Eric Hobsbawm s'attendait à la chute du capitalisme, quitte à irriter d'aucuns à l'évocation de ce terme du registre de Karl Marx. « En tant qu'historien, je sais qu'il n'existe pas de solutions durables. Le capitalisme, aussi, même si il apparaît comme immortel dans la tête des gens, va aussi disparaître ». Eric Hobsbawm a observé avec la montée du chômage et de la pauvreté une similitude entre son époque d'avant guerre et la nôtre. « Alors que j'étais encore à l'école à Berlin, j'ai vécu les combats de rue et je sais ce que cela signifie quand le chômage dévore la société. C'est comme une maladie qui brise l'âme et pourrit le corps. La peur rampe à travers le corps de la petite bourgeoisie. Dans les années 30 je savais que nous nous trouvions sur un Titanic et que nous allions heurter bientôt l'iceberg. La seule chose qui resta incertaine fut de savoir ce qu'il se passerait quand cela arriverait ». Pour Eric Hobsbawm, le 15 décembre 2008, le jour de la faillite de la banque Lehman, va plus changer le monde que l'effondrement des tours du 11 septembre 2001. « Je n'ai jamais pu comprendre comment les mêmes idéologues, qui vantaient l'économie de marché avant la grande dépression, ont pu dominer, la fin des années 70, les années 80 et 90 du siècle dernier. Cette même idéologie a mené le monde, par la pauvreté, la misère, le chômage, à une catastrophe épouvantable. Les experts sont des ignares qui ferment les yeux devant la réalité. L'homme a une mémoire courte. Nous les historiens écrivons sur les crimes et la folie de l'humanité. Nous rappelons ce que l'homme veut oublier. »

Le politique. «L'arrivée d'Hitler signifie la guerre, avait dit mon père, et je ne l'avais pas cru», a lancé Egon Bahr, 91 ans, en parlant à la surprise de son auditoire durant 40 minutes de la guerre qui nous menace, au lieu de faire comme prévu son exposé sur Willy Brandt. Le journaliste Sebastien Riemer du Rhein-Neckar-Zeitung,témoin de la scène,a vu des lycéens qui avaient du mal à prendre au sérieux le vieux politicien mais qui n'osèrent pas consulter leurs smartphones. « Le plus grand danger de notre époque est internet. Nous refusons de le voir pour la première fois de l'Histoire et nous ne voulons pas imaginer qu'un tel outil puisse être utilisé pour faire la guerre », aurait notamment dit Egon Bahr selon le Rhein-Neckar-Zeitungen évoquant les dangers d'une guerre numérique. Vu l'expérience politique d'Egon Bahr, on peut se poser des questions sur le maigre témoignage du journaliste du Rhein-Neckar-Zeitungqui se limite à l'arrivée d'une « cyber war » (une demande d'entretien a été envoyée auprès Egon Bahr pour précisions) quand les voyants rouges sur la pauvreté en Allemagne ne cessent de s'allumer. Nous pouvons au moins constater qu'un imminent politicien s'est permis de prendre la parole librement pour sortir ce qu'il avait sur le cœur, quitte à penser que l'Histoire se répète car comme le jeune Egon Bahr en son temps, ces jeunes lycéens ne purent s'imaginer l'imminence d'une guerre en Europe. Des jeunes lycéens qui pourraient dire un jour : « L'arrivée d'Internet signifie la guerre avait dit Egon Bahr et je ne l'avais pas cru ». La rencontre se déroulait à Heidelberg dans la fondation Friedrich Ebert, du nom du premier Reichskanzler d'après guerre 14-18, tout un symbole pour le vieil homme.

Situation sérieuse. Der paritätische Gesamtverband, association d'aides au plus démunis, a donné deux conférences de presse importantes où on apprend le 6 décembre dernier que 100 000 personnes sont sans assurance maladie en Allemagne et le 19 décembre 2013, qu'un nouveau record de pauvreté est passé de 14 % en 2006 à 15,2% en 2012. Il est à noter que cette organisation caritative dénonce la fausse étude publiée en mars 2013 par le gouvernement fédéral sous la houlette de Ursula von der Leyen (actuelle ministre de la Défense !), étude à laquelle nous avions à juste titre réservé un article(1) pointant une mascarade où Ursula von der Leyen, alors ministre du Travail et des Affaires sociales, avait déclaré que « les données actuelles montrent une évolution positive de la vie en Allemagne ».Les études et analyses de terrain du Der paritätische Gesamtverband rejoignent hélas les analyses d'Eric Hobsbawm. N

 

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de l'auteur

 

Source :
Bientôt une guerre sanglante en Europe ? - Dernières infos - Société - La Voix de la Russie

 

Pour l'article ci-dessus, comme beaucoup de ceux qui porte en eux l'héritage des années 30 en Allemagne, je suis effectivement inquiéte, les conditions de féroces guerres civiles se mettent en place, j'ai vu de mes yeux monter les tensions à Bruxelles, je vois bien le climat de pré-lynchage ethnique, le désir de se débarasser purement et simpement des non-intégrés, la ise en place des conditions du travail obligatoire, et comme beaucoup je mesure le risque de terrorisme immense que nos participations aux méfaits guerriers de l'OTAN, et les formations généreusement accordées aux fanatiques, attirent sur nous.

Beaucoup sont morts dans les années 30 et 40 du siècle derniers pour n'avoir pas voulu voir les signes qu'ils avaient sous les yeux...entre 60 et 70 millions de morts en 40-45 dont 45 millions de civils.  L'horreur légitime qu'a sucité l'industrialisation de la mort dans les camps de concentration ne doit pas nous faire oublier les plus de 6O millions d'autres victimes mortelles de cette guerre. Je ne ferai pas de différence entre vicitimes civiles ou militaires pour tous ces pauvres "conscrits" obligés de se battre malgré eux, chair à canon de raisons d'état  qui ne les concernaient pas. Et j'ajouterai que les victimes mortelles sont l'aspect chiffrable d'une destruction bien plus vaste. Estropiés, orphelins, traumatisés, paysages ravagagés....

 

(1)Quelques extraits de cet article

 

Berlin : Curieux rapport darwinien sur richesse et pauvreté

 

j'aurais employé Malthusien  plus correct que de détourner une fois de plus les théories de ce pauvre Darwin, quand il s'agit des prémisses de la théorie eugéniste de Malthus dont nous gave la propagande. Nous ne sommes pas trop sur Terre, la misère est due à la convoitise sans limites de quelques-uns qui les conduisent dans une ultime phae d'accumulation de capital : une accumulation par dépossession (de tous les autres):

(...)
Le rapport montre la présence d'emplois « atypiques » dans le pays. Travail à temps partiel, mini-job, intérim, CDD, ont augmenté. La Ministre n'a pas parlé de moyens exceptionnels pour améliorer la situation.  

L'article dénonce un rapport écrit avec des luntettes roses par Alice au pays des Merveilles, il dénonce aussi une vision qui rend les pauvres, les chômeurs et les non-intégrés seuls responsables de leur situation.

(...)Fait. L'organisation gegen-hartz qui dénonce l'enlisement de la pauvreté en Allemagne, accuse le gouvernement fédéral d'avoir édulcoré le rapport sur les faits et a déclaré : « Comme les déclarations contenues dans le rapport officiel sur la pauvreté et sur la richesse ne reflètent pas la pensée politique du gouvernement, ce-dernier l'a, donc, modifié. Nous voyons une grande différence entre la richesse et la pauvreté augmenter dans le pays. En outre, la réelle augmentation des salaires n'est simplement pas considérée par le gouvernement. Dans le rapport initial on pouvait lire que les bas salaires avaient continué de baisser sur la période de l'étude et que l'écart des revenus s'était accru. Le rapport avait également évoqué la dangerosité de cette évolution pour la paix sociale. Des faits ont été éliminés. La phrase : « Un peu plus de quatre millions de personnes ont travaillé en 2010 pour un salaire horaire brut de moins de sept euros » a été tout simplement supprimée ».

Voir Réformes Hartz - Wikipédia

Un constat gravissime par sa récurrence, l'enlèvement à leur famille d'un nombre toujours plus élevé d'enfants, un phénomène dénoncé également aux USA, où les enfants sont littéralement enlevés dans leurs familles permettant aux entreprises privées (banques,sociétés pharmaceutiques) de juteux bénéfices dans le secteur de l'accueil.(a)

 

La distribution inégale de la richesse n'a pas plu au Ministre de l'Economie Philipp Rösler. Die Arche (Organisation qui nourrit gratuitement les enfants et qui ne cesse de construire des Centres) nous donne une idée de la représentation géographique de ces deux millions d'enfants vivant du Hartz IV et après le passage de la crise, sur une carte du pays publiée sur son site kinderprojekt-arche.de Armustkinder. Déjà en septembre 2012, la presse allemande titrait que 105 enfants par jour étaient retirés de leur famille. Curieusement, ni ce rapport, ni les journalistes présents dans la conférence de presse, ne parlent du Jugendamt qui est chargé de cette basse besogne d'autant plus qu'il semble être une des causes du dysfonctionnement sociétal.

 


Lire le tout : http://french.ruvr.ru/2013_03_09/Berlin-Curieux-rapport-darwinien-sur-richesse

 

(a)Voir le site en anglais :

Every Mother is a Working Mother Network | We are a national multi-racial grassroots network of mothers, other carers and supporters campaigning to establish that raising children is work and that caring work has economic value, entitling us to welfare and other resources. EMWM coordinates DHS: Give Us Back Our Children in Philadelphia and DCFS: Give Us Back Our Children in Los Angeles.

 

Et aussi article en espagnol sur ce thème : Los huérfanos de la pobreza

ainsi que

El Opus Dei controla los Bancos de Alimentos, de la caridad a la manipulación y el lucro 

 

Je lance l'alerte sur ce thème. J'ai constaté de solides dérives en Belgique, j'y reviendrai, mais ouvrez l'oeil, il se passe quelque chose de très grave !!! Les enlèvements d'enfants posent question, dans une majorité des cas (et dans presque tout ceux que je connais), la cause est la situation économique de la famille et il est prouvé qu'une aide directe aux familles serait - sans même aborder les traumatismes -  plus économique... dans une société de profit ce n'est pas innocent. Je reviendrai là dessus, des décennies d'expérience me le prouve : une génération placée est une génération sacrifiée. Et nous assistons actuellement à la mise en place de bizness très lucratifs autours de la "gestion" de la pauvreté !

 


  Une pauvreté sans visage dans un décor sans âme... voilà ce qui nous attend....

Nous remarquerons l'uniforme style Guantanamo que portent des pauvres  anonymes (à suivre)


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Planète urgence
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives