2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 16:28

 

 

 

Je n’ai aucun doute qu’il y ait un programme initial mis en œuvre dans la réalisation de ce projet, je n’ai aucun doute que parmi les concepteurs d’un tel programme il y ait eu quelques élitistes de bonne intention, persuadé que réellement le peuple serait plus heureux si des personnes « éclairées » décidait pour lui de son destin que si on le laissait faire. Je n’ai aucun doute non plus que parmi les concepteurs figurent des crapules absolues, eugénistes dans l’âme, qui ne pensait dès le départ qu’à leur propre profit et se laissait guider par leur pathologique désir de Puissance sans mesure.

Je suis persuadée aussi que ce projet, s’il a rencontré moins de résistance que je ne le supposais en à rencontré bien plus que dans leur grand mépris des peuples l’avaient envisagé les concepteurs initiaux. Personnellement les phases d’un éventuel complot qui remonte à des durées variables ne m’intéressent que dans la mesure où cela me permet de discerner les acteurs actuels et leurs modes d’action. Je suis tout aussi persuadée que seul un travail en profondeur du peuple, pour le peuple qui met en place des organisations locales productives et conviviales, en connexion avec toutes les autres partout sur la planète peut apporter une solution. Cela se fait, partout, mais dans la course contre la montre, le temps en ce moment joue contre nous, encore que les lois de la nature  nous apprennent que dans une situation d’instabilité, quand existe des précurseurs d’une innovation adaptative, le renversement peut se faire très vite qui fera de cette exception une généralité, et que des effets leviers peuvent alors être mis en action qui font que « de petites causes produisent des grands effets, non sortons ici de la linéarité (et de la mécanique) dans les résultats de rapports de forces asymétriques. ..   

Je ne juge pas les criminels accapareurs à titre personnel, seul un tribunal des Peuples seraient habilité à juger collectivement les crimes de lèse-vie, le génocide qui résulte de l’application d’une idéologie qui se veut « Pensée Unique », une industrialisation du monde.

Comme je rappelais, 6 millions de juifs tués pendant la seconde guerre mondiale, ne doivent pas, en mobilisant seuls toute la mémoire d’une guerre génocidaire, nous faire oublier les plus de 60 millions d’autres morts, et les centaines de millions d’autres victime de ce génocide qui n’était pas une guerre des Peuples mais une guerre d’appropriation capitaliste au détriments de tout ceux qui furent victime d’un génocide[i], la guerre industrielle comme méthode génocidaire qui tue plus de civils que de militaires et qui est le prélude indispensable à la future colonisation de l’Europe par le Marché, elle-même prélude à l’accaparement de la Planète par les 1/100.000. Et, nul doute, que le plus horrible, parmi toutes ces horreurs, fut une industrialisation de la mise à mort de civils dans les camps de la mort. Et je n’ai d’autres cousins juifs que ceux qui se donnent corps et âme pour que « Plus jamais ça » soit une réalité pour tous les enfants et les adultes de la Terre, en aucun lieu, pour aucun peuple, sans discriminer entre les victimes du carnage, et je n’ai d’autres cousins de mes autres origines que ceux qui ceux aussi ont rejoint ce combat. C’est inacceptable ce combat pour savoir qui est la plus grande victime d’un holocauste mondial alors que ces ravages se poursuivent et menacent de subir un inimaginable saut quantitatif dans un très proche avenir (croissance de la guerre, progrès de sa létalité l’aboutissement obligé de la compétition pour les ressources de la terre et les profits qu’elle génère).

Ce que nous révèlent ces chiffres, c’est que les Maîtres du Marché n’ont eu aucun scrupule à entraîner dans la mort des dizaines de millions de gens pour faciliter leur colonisation de l’Europe. Ce que nous ne devons pas oublier c’est que l’immense majorité des militaires morts dans ce conflit sont aussi des civils qui ont été revêtus d’un uniforme pour servir de chair à canon et s’entre-tuer avec d’autres civils dans une guerre qui n’était pas celles des peuples qui y furent sacrifiés.

Cette guerre là, n’a jamais cessé depuis, elle a occupé d’autres champs de batailles, adopté différentes formes, mais c’est encore et toujours la même guerre, et si nous ne réagissons pas, elle touchera à son terme, elle a fait des centaines de millions de victimes, elle pourrait en faire des milliards.  C’est pourquoi mes premiers vœux sont ceux d’une prise de conscience populaire des enjeux et des protagonistes de ce conflit planétaire qui opposent quelques dizaines de milliers d’individus et ceux qui sont à leur service, dont certains ont subit des conditionnements inhumains pour devenir ces machines de guerre sans sentiments qui était aussi l’idéal des SS. à l’ensemble des peuples du monde. J’ai pesé ce que j’écris là, j’ai remonté des dizaines de fils en partant de la réalité concrète de mon implantation de terrain.

C’est pourquoi mon plus grand souhait, mon plus grand espoir est que les peuples du monde s’unissent pour décider d’être co-auteurs d’un nouveau scénario.

Utopia : La réalité, c’est que débarrassé des accumulateurs pathologiques, la Terre recèle bien assez de ressources pour que nous puissions y vivre tous confortablement, sans se tuer au travail. La réalité est que les destructions massives et contaminations sont telles que cela ne sera bientôt plus vrai.

 

Il faut que cesse les divisions des peuples qui les poussent à s'entretuer, faisant le jeu d'un ennemi commun devenu maître dans l'art de semer et d’exacerber entre voisins des différents souvent fabriqués à cette fin. Les 100 000 en rigolent et cela conforte leur mépris, une telle racaille n'est-ce pas, la populace, ne mérite pas de vivre... je vous promet que je n'exagère pas. Vous savez comme moi que cela n'est pas vrai que ce sont eux encore qui fabrique ces conditions de guerres et de misère qui font perdre toute dignité à ceux qui en sont victimes. 

Des centaines de millions de gens l’ont compris qui œuvrent au quotidien pour poser les fondations d’un nouveau monde, d’économie locale, fondé sur d’autres notions de richesses et d’abondance plus proprement humaines et gratifiantes. Et le cœur de cette lutte, son nerf de la guerre, est la défense de l’agriculture paysanne, avant d’avoir besoin d’argent, nous avons besoin d’une nourriture saine produite dans un milieu ambiant non contaminé. Au quotidien, c’est une question de sérénité et bonheur personnel, collectivement ce sont les conditions de possibilité de la survie qui se posent ainsi, petites graines par petite graines dans un terreau dont nous essayons de protéger la fertilité, de l’améliorer quand cela se peut… Un chemin de bonne vie…

2014… des combats nous attendent. Un seul guide : l’Amour : l’amour-propre, l’amour du prochain, l’amour de la vie.

 

Anne Wolff

 



[i]Pertes humaines pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Comme le montre ce graphique, plus de la moitié des victimes furent des civils

Bilan des victimes1,2 

Pays

Militaires

Civils

Total

Union soviétique3,4

8 800 000 à 10 700 000

13 600 000

21 100 000

 République de Chine

3 800 000

16 200 000

20 000 000

Indes orientales néerlandaises

-

4 000 000

4 000 0005

 Reich allemand6,7

5 318 000

3 810 000

9 128 000

 Pologne

320 000

5 500 000

5 820 000

 Japon

1 300 000

700 000

2 000 000

 Royaume de Yougoslavie

300 000

1 400 000

1 700 000

 Royaume de Roumanie

520 000

465 000

985 000

 Royaume de Hongrie

-

-

750 000

 Royaume de Grèce

-

-

574 000

 France

238 000

330 000

541 000

 Autriche

380 000

145 000

525 000

Royaume d'Italie

330 000

80 000

410 000

 Tchécoslovaquie

-

-

400 000

 Royaume-Uni

382 600

67 800

450 400

 États-Unis

416 800

1 700

418 500

 Pays-Bas

12 000

198 000

210 000

 Belgique

12 000

76 000

88 000

 Finlande

-

-

84 000

 Canada

45 300

-

45 300

 Inde britannique

87 000

1 500 000

1 587 000

 Australie

39 400

700

40 100

 Albanie

-

-

28 000

Espagne

12 000

10 000

22 000

 Royaume de Bulgarie

19 000

2 000

21 000

 Nouvelle-Zélande

12 000

-

12 000

 Norvège

-

-

10 262

 Luxembourg

-

-

5 000

 Danemark

4 000

-

4 000

Nombre total des victimes 

25 189 100 

42 186 200

64 781 162

En 1945, de nombreuses régions sont détruites en Europe et plusieurs millions de personnes sont mortes ou blessées. Les combats de la Seconde Guerre mondiale n’ont épargné que les pays neutres. Le bilan humain est dramatique : entre 60 et 70 millions de morts, plusieurs millions de blessés, 30 millions d’Européens déplacés8 en raison des changements de frontières, surtout en Europe orientale9. Ce conflit fut le plus coûteux en vies humaines de toute l'histoire de l'humanité. Environ 45 millions de civils sont morts dans les combats et les bombardements et le nombre de victimes civiles est supérieur à celui des victimes militaires.

Des peuples entiers sont décimés (ainsi on comptait sept millions de Juifs en Europe avant la guerre et seulement un million après) et des populations sont détruites. La Pologne a perdu environ 15 % de sa population.

Source :
Bilan de la Seconde Guerre mondiale - Wikipédia

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives