6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 14:48

 Mujeres Chavistas por la Paz ocupa desde la mañana la Plaza Morelos para marchar hacia el norte en respaldo del gobierno del presidente Nicolás Maduro.

J’ai essayé au cours des dernières semaines de donner, à la mesure de mes moyens, le meilleur aperçu possible de ce qui se passe réellement au Venezuela. Comme j’essaye depuis quelques années pour ce grand mouvement populaire qui traverse l’Amérique Latine. Ce n’est pas facile, j’apprends sur le tas tout à la fois la lecture rapide en Espagnol et la recherche d’un chemin pour rendre des infos relatives à une situation au sujet de laquelle les gens sont plus ou moins informés – ou intoxiqués (concernant le Venezuela, la matrice médiatique vient bien au-delà d’une simple désinformation). Des gens qui aussi qui sont plus ou moins en sympathie avec le processus révolutionnaire qui se déroule dans ce pays.

Une terrible menace pèse sur le peuple du Venezuela…

Je vais reprendre un commentaire posté ce matin parce que l’essentiel y est dit, même si certaines de ces infos sont une mise à jour des derniers événements pour ceux qui ont suivi… d’autres parlent un langage plus planétaire, elles parlent aux humains de la terre, à tous ceux qui pensent que les solutions de paix ne peuvent s’obtenir par les armes, quel que soit par ailleurs leur opinion concernant le Venezuela, son gouvernement, et les aspirations de sa population … après je développerai certains points pour soutenir la proposition que je fait ici.

Avant de penser à concrétiser la proposition que je formule, il faudrait avoir si elle trouve du répondant.

Une Proposition : les Ambassades de Paix du Pouvoir Populaire du Venezuela.

De Chávez, j’ai appris beaucoup de choses. Mais une des plus importantes, c’est d’avoir lu après avoir écouté ses conférences de Presse, en direct, mot à mot, phrase par phrase, l’incroyable transformation de ce qu’il disait… ce n’était pas une simple transformation, non, c’était carrément le contraire. J’ai compris alors que je ne ferais plus jamais confiance en rien de ce que disent nos médias.

Depuis j’ai appris que leur pouvoir non pas de désinformation, le mot est bien trop faible, d’intoxication des consciences serait plus juste était un de ces outils outils bien au point d’une nouvelle forme de guerre, dans laquelle la guerre psychologique, joue un rôle majeur.

Je vais reprendre quelques-uns des arguments de Chavez, d’une de ces conférences de 2009, après le coup d’état au Honduras, parce qu’ils sont malheureusement tout à fait d’actualité. Une petite parenthèse édifiante. alors que je suivais, jour après jour (nuit après nuit en fait) ce coup d’état au Honduras, j’avais repéré que le même commentaire, mensonger, prouvable, (si quelqu’un veut les détails, pas de problème) revenait avec des petites variantes et des signatures fantaisistes de mêmes connotations sur tous les sites solidaires du peuple du Honduras . J’avais rassemblé ces commentaires pour les publier sur mon blog, après quelques péripéties, leur auteur s’était dénoncé, il m’avait expliqué par message qu’il accomplissait cette mission pour l’institut CATO, au nom de la « défense de la démocratie et de la liberté ». J’ajoute que quand j’avais publié cet aspect des choses, expliquées par courriel, il s’était fait nettement plus menaçant.

Ce coup d’état de juin 2009, et une reprise d’avancée de la militarisation en Amérique Latine, en Colombie en particulier, avait très clairement annoncé la couleur de la politique étrangère d’Obama, alors nouvellement en fonction.

Chávez avait très bien compris ce que cela signifiait… après les passages bouleversant dans lesquels il décrivait les effets des interventions « yankee », celles anti-humanitaires comme les autres, où il décrivait avec précision les ravages de ces interventions, qui laissent des pays pavés de morts, des enfants qui agonisent sous les décombres et que personne ne peut sauver, les infrastructures détruites, des siècles de recul, la misère quotidienne qui en résulte, un clair programme anticipé, détaillé de ce que depuis ont subi la Lybie, la Syrie, alors qu’il nous décrivait les effets terribles des bombes à l’uranium appauvri, il nous amena à la conclusion qu'aucune personne digne de ce nom ne pourrait jamais souhaiter une telle intervention même chez son pire ennemi.

Son autre conclusion, était qu’il allait créer la défense militaire suffisante pour dissuader une telle intervention….

CHAVEZ VEUT LA GUERRE !!! titraient nos media le lendemain.

Dans la même veine, on peut rappeler, la petite blague de Chavez et Ahmadinejad :  « Ils vont encore dire que si on se réunit, c’est parce qu’on veut bombarder Washington », et les deux de rigoler…

CHAVEZ ET AHMADINEJAD SE PRÉPARENT A BOMBARDER WASHINGTON.

publiaient les médias le lendemain !

Le Grand Soir fait partie de ceux qui avaient à l’époque rectifié le « tir ».

Aujourd’hui, nous en avons un peu plus sur les intentions de Washington.

1) Une sous-commission du Congrès prépare le gel des avoirs des vénézuéliens officialistes aux E.U. ainsi qu’une restriction des visas accordés aux vénézuéliens.

2) Samedi passé, lors d’une réunion de l’Organisation des Etats Américains, et à l’encontre de la volonté d’une grande partie des pays de la région (ceux où ne se ramassent pas chaque les morts assassinés d’un résistance à l’accaparements des terres et des ressources du pays par les "investisseurs étangers" dans une guerre qui ne dit pas son nom) ont avancé de nouveaux arguments et proposé de créer une commission prélable à une intervention au Venezuela

3) López depuis sa prison a appelé à continuer l’action violente pour faire tomber le gouvernement, Alors que Capriles met au point une nouvelle forme de commandos d’intervention qu’il faut que je relise en détails pour bien en comprendre le mécanisme.

Mai est une date avancée pour cet assaut, cela laisse deux mois.

Ce sont le derniers éléments les plus marquants  - mais non les seuls - de l’avancée de la chronique d’une invasion annoncée. De celles qu’on ne souhaiterait pas à son pire ennemi.

J’ai beaucoup réfléchi cette nuit à ce qui pourrait être fait ici par tous ceux qui le souhaitent pour contrer cette horreur annoncée. Comment faire pour démonter cette monstrueuse manipulation médiatique. J’ai une proposition, après chacun en pensera ce qu’il voudra : je crois que le Pouvoir Populaire du Venezuela, devrait organiser dans le monde des Ambassades de Paix. Des caravanes, visibles avec des gens du peuple du Venezuela qui viennent expliquer, jusqu’au fin fond des petits villages quand c’est possible, à un maximum de gens, ce qu’est leur réalité et ce qui les menacent, et pourquoi. Et tous ceux qui se sentent solidaires, pourraient se mettre ensemble pour apporter chacun leur part, à leur mesure, dans l’organisation de ces Ambassades, et ce serait certainement plus que bénéfique pour tous ceux qui pensent qu’il est plus que temps d’organiser entre nous les réseaux d’une solidarité active en Europe.

 

C’est une proposition.


Pourquoi, cette proposition : Au Venezuela, la cinquième pouvoir constitutionnel, en même temps que le législatif, l’exécutif, le judiciaire, l’électoral est le Pouvoir Populaire. Le Pouvoir Populaire est la base d’un futur état communal. Le moment n’est pas de s’étendre ici sur ces acquis, ce qui n’a pas été fait, sur ce qui a été contre-productif, si ma proposition prend forme, tous ceux qui le veulent auront tout loisir d’en discuter avec les protagonistes. Une chose cependant est certaine, c’est que ce mouvement communal de pouvoir populaire est aujourd’hui un vaste mouvement en Amérique Latine qui concerne tous ceux se présentent comme communerxs et bien d’autres, qui défendent la Souveraineté Populaire.

Aujourd’hui, ce Pouvoir Populaire, en gestation, ce sent démuni et fort impuissant face à des enjeux qui se décident sur la scène et dans les coulisses de la géopolitique globale. Et particulièrement blessé et outragé, par l’image que les medias donne d’eux, si nous avons des lois qui criminalisent toujours d’avantage les protestations sociales, eux, qui ont une grande liberté d’organisation, d’expression, d’expérimentation de cette nouvelle forme de pouvoir, se voient soudain criminalisés de l’extérieur par une association de Malfaiteurs, et rarement ce mot aura été mieux employé. Il faut savoir en plus, qu’une intervention militaire est – encore - conditionnée par une approbation suffisante de l’opinion publique, occidentale en priorité.

 

Aujourd’hui les appels à la solidarité internationales et à s’unir de partout dans le monde à ce vaste mouvement de Souveraineté Populaire qui est l’espoir de l’Amérique Latine et que la chute du Venezuela conduirait au massacre comme ce serait  certainement le cas pour les chavistes au Venezuela, sans distinction, hommes, femmes, enfants, vieillards, l’Opposition Oligarchique attend le feu vert pour sa nuit de Cristal et l’intensité de sa haine monte, monte, monte….

Leur programme est très clairement exprimé dans cette image et rappelons tout de même que certains d’entre eux n’avaient pas hésité, en avril dernier, à mettre le feu, à des logements populaires ou dormait des enfants qui n’ont été sauvé que grâce à la vigilance d’un voisins insomniaque et que depuis le début de la « Rébellion » ils ont répété ces menaces et d’autres, une image explicite de leur programme et de ce que serait le Venezuela demain si on les laissait faire… :

 

 


El Alcalde fascista de San Cristóbal colgó muñecos simulando chavistas, eso forma parte de la conspiración

Le maire fasciste de San Cristobal à fait prendre des mannequins de chavistes, et tout qui est un peu conscient sait que leur objectif est de le faire avec des chavistes en chair et en os....

 

 

Le mouvement bolivarien s’est construit pendant des décennies, par un lent travail du peuple, avec le peuple ou chacun écoute ce que l’autre a dire, Chavez en a fait des kilomètres ,de villages en village, avant d’être président…

Une Ambassade de Paix qui transcende les frontières, serait le prolongement logique de la construction d’un Pouvoir Populaire qui transcende les frontières, à l’heure où, à part quelques collabos, nous sommes tous confrontés à une même menace, que l’on peut sans se tromper qualifier de fasciste,, à l’aube d’un affrontement qui ne laisse que trois issues : eux, nous, le chaos dans la durée.

Et le défi que lance le peuple bolivarien, que nous lance le peuple bolivarien,  c'est de désarmer les fauteurs de guerre par une grande initiative d’amour et de paix planétaire, une force populaire qui rendent leurs armes de mort et de haine, inutiles et sans effet.

SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE SOUVERAIN DU VENEZUELA

AMBASSADES DE PAIX !

Anne…


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives