1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 14:35

 

 

 


«Pourquoi vous faut-il systématiquement assassiner les peuples arabes et musulmans ?» 

Sur MEDIALIBRE

 

Un prêtre syrien écrit à Hollande

 

Un prêtre syrien écrit à Hollande

« Je nourrissais le vague espoir de voir définitivement tournée, la politique de cirque de votre burlesque prédécesseur. À vous écouter, je me suis rapidement surpris à m’interroger sur le bienfondé de mon attente. Il m’a fallu vite déchanter. Je restais ébahi devant votre visage bon enfant, pendant que vous vous permettiez de prononcer des jugements péremptoires, sur tout et sur tous, sans la moindre nuance, ni hésitation.

Mais quand je vous ai entendu parler de la Syrie et de son président, j’ai bien cru entendre la voix même des Maîtres qui vous ont juché sur ce premier poste de France, dans l’unique but de mener à bien le projet de destruction de la Syrie, que votre prédécesseur a été incapable de conduire jusqu’au bout.

Pour une première à la Télévision, c’en était bien une ! Je vous attends de pied ferme, lors des tout proches désenchantements des français. Pour ma part, vieux connaisseur de la France et des français, je me suis surpris à me dire : quelle dégringolade, depuis le départ du Général de Gaulle !

Mr le Président, Avant de poursuivre, il est une coïncidence historique que je me dois de vous signaler, et que vous ignoriez sans aucun doute. Sinon vous auriez évité de vous laisser interviewer, un 29 Mai ! En effet, il est un autre 29 Mai, au cours duquel la France s’est misérablement déshonorée.

C’était en 1945. En ce jour même, la France «MANDATAIRE», s’est permis de bombarder le Parlement Syrien à Damas, pour, ensuite, laisser ses soldats noirs, assassiner les 29 gendarmes, en poste, dans ce haut-lieu de la démocratie. Le saviez-vous ?

Mr le Président, N’est-il pas temps, pour la France, et, donc, pour vous-même, de réfléchir pour de bon sur cette ignoble politique qui, depuis 1916, année des accords aussi secrets que honteux, appelés depuis «Accords Sykes-Picot», la conduit sur les ordres du Sionisme, à détruire la Syrie et le Monde Arabe ? N’y avait-il de clairvoyant et de noble, dans toute la France d’alors, que Mr Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères, pour avoir donné à votre Consul Général à Beyrouth, Mr Georges Picot, en date du 2 Novembre 1915, en prévision de ces accords, cette consigne claire et perspicace : «Que la Syrie ne soit pas un pays étriqué… Il lui faut une large frontière, faisant d’elle une dépendance pouvant se suffire à elle-même» ?

Pour une Syrie «se suffisant à elle-même», et telle que l’avait, déjà, tracée, en 1910, une carte géographique émanant de ce même ministère des Affaires étrangères, vous devez savoir ce qu’il en fut, après qu’elle fût amputée, au Nord-Ouest de la Cilicie, au Nord-Est de la région de Mardine, dans ce qui est l’Irak actuel, de Mossoul, à l’Ouest du Liban, au Sud de la Jordanie et de la Palestine, pour être décapitée, en 1939, d’Antioche et du golfe d’Alexandrette, offerts en cadeaux à la Turquie !

[...]

Mr le Président, Il est aussi une question capitale, que je me dois, en tant que citoyen arabe de Syrie, de vous poser, ainsi qu’à tous les «leaders» occidentaux : «Pourquoi vous faut-il systématiquement assassiner les peuples arabes et musulmans ?»

Vous l’avez déjà fait en dressant, entre 1980-90, l’Irak contre l’Iran, cet Irak, dont le malheureux Saddam Houssein se faisait traiter de «Grand ami», tant par Donald Rumsfeld que par Jacques Chirac ! Ce fut aussitôt après, le guet-apens du Koweït, entraînant la guerre contre l’Irak, suivi d’un blocus de (13) ans, qui a causé à lui seul, d’après les rapports américains mêmes, la mort de 1.500.000 enfants irakiens ! Ce fut ensuite la chevaleresque «guerre contre le terrorisme»… en Afghanistan ! Aussitôt suivie d’une nouvelle guerre contre l’Irak.

Quant à l’immortelle épopée de l’OTAN, en Lybie, conduite par «le général-philosophe», Bernard Henri Lévy, elle vint, à nouveau, compléter ces horreurs, sous prétexte de protection des droits de l’homme ! Et voici que, depuis 15 mois, tout l’Occident s’acharne contre la Syrie, oubliant une infinité de problèmes très graves, à commencer par le Conflit israélo-arabe, qui menacent, réellement, la survie de l’humanité !

Or, toutes ces tragiques politiques occidentales, vous les pratiquez sans honte et sans vergogne, sous couvert de tous les mensonges, de toutes les duplicités, de toutes les lâchetés, de toutes les contorsions aux Lois et Conventions Internationales. Vous y avez en outre engagé ces Instances Internationales, que sont les Nations-Unies, le Conseil de Sécurité et le Conseil des droits de l’homme, alors qu’elles n’ont existé que pour régir le monde entier vers plus de justice et de paix !

Seriez-vous donc, en Occident, en train de nourrir l’espoir stupide de mettre fin de cette façon à l’Islam ? Vos savants et vos chercheurs ne vous ont-ils pas fait comprendre que vous ne faites que provoquer un Islam outrancier, que vous vous obstinez d’ailleurs à financer, à armer et à lâcher avec nombre de vos officiers, un peu partout dans les pays arabes, et surtout en Syrie ? Ne vous rendez-vous pas compte que ce faux Islam se retournera, tôt ou tard, contre vous, au coeur de vos capitales, villes et campagnes ?

Pour tout cela, laissez-moi vous rappeler, moi simple citoyen de Syrie, que cet Islam que vous armez et dressez contre le Monde Arabe, en général, et la Syrie, en particulier, n’a rien à voir avec le véritable Islam, celui-là même que la Syrie a connu, lors de la Conquête arabe, ainsi que l’Égypte et, enfin, l’Espagne. Faut-il vous rappeler que les historiens occidentaux, dont des historiens juifs, ont dû reconnaître que l’Islam conquérant s’est révélé être le plus tolérant des conquérants ?

Ou ne seriez-vous, leaders occidentaux, dans vos différents pays, repus d’opulence et de «grandeur», que les vils exécuteurs des projets sionistes, depuis ces fameux Accords Sykes-Picot, et l’ignominieuse «Promesse Balfour», jusqu’à ce jour, et pour longtemps, semble-t-il, toujours empressés d’apporter à Israël, tous les soutiens possibles, connus et secrets, à tous les niveaux, aussi bien politiques et diplomatiques, que militaires, financiers et médiatiques ?

Oui, pourquoi vous faut-il assassiner et détruire des peuples entiers, pour qu’ISRAËL, SEUL, puisse enfin vivre et survivre ? Est-ce de la sorte que vous cherchez à réparer votre terrible complexe de culpabilité vis-àvis des juifs, dû à un antisémitisme plus que millénaire et proprement occidental ? Vous faut-il le faire au prix de l’existence même de ces peuples arabes et musulmans, au milieu desquels les juifs avaient mené une vie quasi normale, faite de cordialité, voire, de riche collaboration ?

Si mes interrogations vous paraissent exagérées ou outrancières, permettez-moi de vous prier de lire ce qu’ont écrit sur l’emprise du Sionisme aux États-Unis, des hommes comme John Kennedy et Jimmy Carter, et des chercheurs courageux et connus, comme Paul Findley, Robert Dole, David Duke, Edward Tivnan, John Meirsheimer, Stephen Walt, Franklin Lamb, et surtout Noam Chomsky.

Pour ce qui concerne l’emprise du Sionisme en Europe, je m’en tiens aujourd’hui à la France seule. Vu la responsabilité qui est la vôtre, vous est-il permis d’oublier ou d’ignorer ce qu’ont, si courageusement, écrit : Roger Garaudy, Emile Vlajki, Pierre Leconte, Régis Debray, et surtout les juifs Michel Warshawsky, Stéphane Hessel, Serge Grossvak et le Professeur André Noushi ?

 

Si par impossible, tous ces noms ne vous disaient rien, laissez-moi vous rappeler quelques noms si connus en Israël même, qu’il serait malhonnête de les ignorer et d’ignorer ce qu’ils ont osé dire depuis quarante, voire, cinquante ans, et certains bien avant la «création» d’Israël : Martin Buber, Albert Einstein, Yshayahou Leibowitz, Israël Shahak, Susan Nathan, Tanya Rheinhart.

 

 

Pour finir, laissez-moi vous rappeler un texte trop connu pour passer inaperçu. Il date du mois de février 1982. À lui seul, il constitue et condense l’implacable dictat sioniste, imposé depuis des dizaines d’années, à toute la politique occidentale. Il a paru dans la revue sioniste «KIVOUNIM», publiée à Jérusalem. Il s’agit d’un article intitulé « Stratégie d’Israël dans les années 1980″, et il porte la signature de Mr Oded Yinon. Je me contente d’en citer un seul paragraphe, reproduit (p.62) dans un livre récent, intitulé «Quand la Syrie s’éveillera…», paru, à Paris, chez Perrin, en 2011. Ses auteurs sont Richard Labévière et Talal El-Atrache. On y lit textuellement :

«La décomposition du Liban en cinq provinces, préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l’Égypte, la Syrie, l’Irak et toute la péninsule Arabe. Au Liban, c’est un fait accompli. La désintégration de la Syrie et de l’Irak en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël, à long terme, sur son front est ; à court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces États. La Syrie va se diviser en plusieurs États, suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un État alaouite chi’ite ; la région d’Alep un État sunnite ; à Damas, un autre État sunnite hostile à son voisin du nord ; les druzes constitueront leur propre État, qui s’étendra sur notre Golan peut-être, et en tout cas dans le Hourân et en Jordanie du Nord. Cet État garantira la paix et la sécurité dans la région, à long terme : c’est un objectif qui est maintenant à notre portée».

[...]

Mr le Président, Pour finir, laissez-moi vous prier vivement de chercher à vous rendre personnellement compte, de tout ce dossier, et à mesurer la responsabilité que vous y assumez, avant qu’il ne soit trop tard.

Un ami, prêtre français, fin connaisseur de la Syrie, le Père Jean-Paul Devedeux, vient de vous écrire en ce jour même. Sa lettre est une invitation pressante qu’il vous adresse, pour une meilleure connaissance des Arabes, en général, et de la Syrie, en particulier. L’enjeu est de taille.

Veuillez, donc, vous libérer du «rôle» que vous êtes en droit de rechercher, et, surtout, de celui que l’on cherche, immanquablement, à vous imposer.

La Syrie, « seconde patrie de tout homme civilisé » comme l’a si bien dit votre grand savant «André Parot», et terreau de toutes les civilisations, mérite une visite. Elle ne manquera pas de vous étonner, et même de vous captiver. Ayez le courage de la connaître de près. Vous en reviendrez porteur d’un projet de politique nouvelle, clairvoyante et juste, faite d’équilibre humain, qui repose sur les droits et devoirs de TOUS, à l’égard de TOUS ! La vie, la liberté et la dignité sont, pour TOUS !

Nouveau Président de la France, Je vous souhaite d’en prendre l’initiative. Vous n’y serez pas perdant autant que vous l’êtes, en ce moment, et moins que vous le serez demain, si vous vous défilez !

Mr le Président, En vous confiant cet espoir, je vous dis mon respect.

 

Pr. Elias ZAHLAOUI Église Notre-Dame de Damas Koussour – Damas

 

Source :Un prêtre syrien écrit à Hollande: «Pourquoi vous faut-il systématiquement assassiner les peuples arabes et musulmans ?» - CAP 2012... et après?

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 14:25

 

 

Des textes (voir texte suivant) qui remettent un peu les horloges à l’heure en mettant en évidence le rôle de pignoufs de service que jouent autant Obama que Hollande. Ce serait ridicule si ce n’était pas tragique.

La guerre de l’information se déchaîne, tout espoir ne semble pas perdu d’assister à un réveil de la conscience populaire, puisque nous voyons gagner du terrain au camp de ceux qui refusent une intervention (officielle) de l’OTAN en Syrie même « limitée et discrète » ainsi que le promet Obama – et oui, il ose !

Il semblerait que même abrutie comme elle l’est par la propagande, l’opinion publique semble avoir difficile à digérer l’idée que Bashar-al-Assad dont la victoire sur les insurgés et autres mercenaires semblait de plus en plus certaine ait utilisé des armes chimiques dont il savait pertinemment bien qu’elles seraient prétexte à une intervention internationale.

A voir le déroulement de la guerre civile en Syrie, même ceux qui sont persuadés que Bashar-el-Assad est un dictateur sanguinaire à éliminer, ne peuvent croire qu’il est un crétin commettant une telle erreur stratégique.

Et donc apparaissent comme les imbéciles de l’Histoire, Obama et Hollande qui se sont évertués à nourrir cette légende.

 L’Amérique totalement discréditée

Paul Craig Roberts

 

30 Août 2013

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2013/08/30/america-totally-discredited-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un stupide président Obama et un ministre des affaires étrangères imbécile John Kerry ont fait gagner au gouvernement américain sa plus lourde défaite diplomatique de l’histoire et ont détruit la crédibilité de la fonction même du présidfent, du ministère des affaires étrangères et de l’entière branche exécutive. Tous sont mis à nus comme des menteurs de troisième zone.

Complètement intoxiqué par l’arrogance néfaste des mensonges passés qui ont été avalés par qui de droit pour détruire l’Irak et la Libye, Obama a cru que les Etats-Unis, cette “super-puissance”, ce pays “exceptionnel et indispensable”, auraient encore pu en remettre une couche, cette fois-ci contre la Syrie.

Mais le reste du monde a maintenant appris à éviter la course à la guerre de Washington surtout quand il n’y a aucune preuve de quoi que ce soit. Un stupide Obama a été poussé trop loin par une conseillère à la sécurité nationale incompétente, Susan Rice, et la meute de néo-conservateurs qui la soutient, ainsi le parlement britannique a amputé le membre gangréné.

Quel imbécile se mettrait dans une telle position ?

Maintenant, Obama est seul, isolé, essayant de se sortir de cette menace d’attaque d’un pays souverain sans autorisation de personne, ni de l’ONU, ni de l’OTAN, ni du congrès qu’il a ignoré. Sous les standards de Nüremberg, l’agression militaire est un crime de guerre. Washington a jusqu’ici réussi à passer aux travers des mailles du filet en se cachant derrière les acquiescements de l’ONU et de l’OTAN ; malgré ces accords, ce qui a été fait demeure des crimes de guerre.

Mais sa conseillère à la sécurité et les va t’en guerre néoconservateurs lui disent qu’il doit prouver qu’il est le vrai dur à cuire qui peut se tenir seul et commettre des crimes de guerre comme un grand sans la couverture de l’ONU ou de l’OTAN et d’un congrès américains couard. Il n’en tient quà Obama, insistent-ils, d’établir à tout jamais que le président des Etats-Unis est au-dessus de la loi. Que lui et lui seul est le “décideur”, le César, qui détermine ce qui est permis ou non. Le César de la seule “super-puissance” mondiale doit maintenant affirmer son autorité sur toute loi ou l’hégémonie de Washington sur le monde est terminée.

Comme je l’ai fait remarquer dans un autre billet (NdT: voir sous celui-ci), si Obama le fait seul, il sera harcelé pour le reste de sa vie comme un criminel de guerre qui n’osera plus quitter les Etats-Unis. En fait, un effondrement économique qui pointe à l’horizon pourrait aussi altérer le pouvoir et l’attitude des Etats-Unis, Obama se retrouvant ainsi possiblement devant des tribunaux pour ses crimes de guerre.

N’importe comment, le gouvernement américain a perdu sa crédibilité de par le monde et ne la regagnera jamais, à moins de traduire les régimes Bush et Obama devant la justice pour leurs crimes de guerre (NdT: et tant qu’on y sera, ceux de Clinton, Bush père, Reagan, Carter, Ford, Nixon et les précédents à titre posthume…)

La destruction par Obama de la crédibilité américaine va  bien au-delà de la diplomatie. Il est plus que probable que cet automne, ou cet hiver et très certainement en 2014, les Etats-Unis feront face à une crise économique encore plus dévastarice

L’abus par la banque de la réserve fédérale et le ministère du budget et des finances du dollar en tant que monnaie de réserve, l’émission sans fin de nouvelle dette et l’impression (création de l’air du temps) de dollars pour la financer, le point de focus des Etats-Unis de sauver les “banques trop grosses pour se planter” et ce en se moquant éperdument des conséquences négatives que cela a sur l’économie intra muros ainsi que sur les économies mondiales et les créanciers de la dette des Etats-Unis, l’attente de la crise politique sur le problème non résolu du déficit et de la limite du plafond de la dette auxquels devra faire face le congrès à la rentrée de Septembre, l’effondrement de l’emploi et une économie sombrant corps et âme, présentent dans l’ensemble une crise pour le gouvernement de Washington, qui est bien trop importante pour la somme d’intelligence, de connaissance, de maîtrise et de courage à disposition.

Lorsque la proverbiale m…. touchera le ventilateur (NdT: idiôme américain de l’expression “when the shit will hit the fan”, littéralement “quand le merde touchera le ventilateur”… vous avez l’image…), les entités incompétentes et corrompues que sont la réserve fédérale et le ministère des finances, n’auront alors pas plus de crédibilité qu’Obama et Kerry.

Le reste du monde, spécifiquement les états marionnettes de Washington que constituent l’OTAN, prendront grand plaisir de l’embarras de la seule “super-puissance” du monde, qui n’a fait que fonctionner sur du vent et son arrogance depuis la chute de l’URSS.

Le monde ne viendra pas à la rescousse de Washington, maintenant universellement détesté, avec des swaps de monnaies, toujours plus d’emprunts et d’aides étrangères. Les Américains vont chèrement payer leur négligence, leur inattention, leur manque d’intérêt et leur croyance ignorante que rien ne peut aller mal pour eux et que si cela arrive cela ne peut-être que très temporaire.

Deux décennies complètes de délocalisation ont laissé les Etats-Unis avec une force de travail similaire à un pays du tiers monde, employée intra muros dans des boulots a bas salaires de services non-commerciaux, une force de travail comparable à celle de l’Inde il y a 40 ans. D’ores et déjà la “seule super-puissance au monde” est affligée avec un très grand secteur de sa population qui dépend du gouvernement pour sa survie. Alors que l’économie se désintègre, la capacité du gouvernement à satisfaire la demande croissante de biens de survie diminue. Les riches vont demander que les pauvres soient sacrifiés dans l’intérêt des riches et les partis politiques acquiesceront.

Est-ce pour cela que le département de la sécurité de la patrie (NdT: la tristement célèbre DHS, Stasi, Securitate de l’empire du goulag levant…), une institution gestapiste, possède maintenant une force para-militaire qui s’accroît, équippée de chars d’assaut, de drones et de milliards de cartouches (NdT: vous avez bien lu !.. Il s’agit de milliards de cartouches commandées et documentées par la DHS aux usines de munitions…) ?

Combien de temps cela prendra t’il encore avant que les citoyens américains soient abattus dans leurs propres rues par “leur” gouvernement comme cela se passe très souvent dans les pays proches alliés de Washington comme l’Egypte, la Turquie et le Bahreïn ?

Les Américains ont négligé les requis de la liberté. Ils sont si patriotiques et naïfs, que tout ce qu’un gouvernement a à faire est de s’enrouler dans le drapeau, et le peuple, ou en tout cas, bien trop de citoyens, croient quelque mensonge que leur raconte le gouvernement. Ces gens si naïfs défendront le mensonge du gouvernement jusqu’à la mort, et de fait, jusqu’à la mort de la Terre entière.

Si les Américains continuent de croire les mensonges du gouvernement, ils n’ont aucun futur. Si la vérité est connue, les Américains ont déjà perdu un futur vivable. Le “siècle américain” des néoconservateurs est terminé avant même d’avoir commencé.

Mise à jour: J’ai entendu venant d’amis éduqués et conscients de ce qui se passe, que la pressetituée bat les tambours de la guerre ce soir aux informations. Ceci ne fait que montrer ce que sont ces putes des médias américains et leur déconnexion totale avec la réalité. Quiconque perd son temps à regarder les médias de masse américains est un idiot lobotomisé, un danger pour l’humanité.

Mise à jour du 30 Août 2013 à 20:52:

L’imbécile de la Maison Blanche va t’il être la victime de ses propres stupides nominations présidentielles ? N’a t’il vraiment personne pour lui dire comment échapper à ce dilemne où l’ont placé ses abrutis de ministre des affaires étrangères et conseillère à la sécurité ? Quelqu’un doit dire au bouffon de la Maison Blanche qu’il doit dire qu’il accepte les conditions de la communauté internationale qu’il n’y a en fait pas suffisamment de preuves pour lancer une attaque militaire contre la Syrie et de tuer encore plus de gens qui ont été tués dans la soi-disant attaque chimique, toujours non prouvée et qu’il attend de plus amples preuves. Que dieu aide l’imbécile et le pauvre pays qu’il représente.

 

Source et suite :
Resistance71 Blog | Résistance solidaire au Nouvel Ordre Mondial

Partager cet article
Repost0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 18:48

 

 

Je l’ai déjà dit, mais cela vaut la peine d’être répété : jamais je ne soutiendrai Bashar-Al-Assad ou son gouvernement en tant que tel, pas plus que je ne l’aurais fait pour Kadhafi en tant que tel. Cette question n’est d’ailleurs pas de mon ressort mais bien de celui des peuples concernés.

Me concerne la partie de ces populations avec qui nous partageons ce combat planétaire pour la souveraineté des peuples de la Terre. Et dans les guerres qui ont ravagent l’Afghanistan, l’Irak, la Lybie, la Syrie, ces résistants-là n’appartiennent à aucun des deux camps officiels, même sils leur arrivent de faire alliance avec l’un ou l’autre, comme le déterminent les urgences de survie dans un pays en guerre.

Je me sens concernée aussi en tant qu’humaine par la douleur d’un peuple déchiré :tant de morts, d’estropiés, de personne seules au monde après la disparition – sous le bombes de l’un et l’autre camps - de tous ceux qu’ils chérissaient… c’est à chaque fois un peu d’humanité qu’on assassine.

Le constat est récurrent : toutes les interventions  ayant les USA -et ceux qui les dirigent- à leur tête et ayant pris pour prétexte le droit ou le devoir d’ingérence humanitaire ou la défense de la « démocratie » et de la « liberté » made in USA sont des catastrophes pour les peuples qui les subissent et subsidiairement suscitent une haine grandissante des Occidentaux aux seins des populations visées. D’autant plus qu’elles ne sont pas dupes et savent bien que ces interventions résultent d’impératifs géostratégiques et d’une volonté de main mise par les transnationales sur les richesses de leur territoire avec le soutien intéressé des citoyens des pays sur-consommateurs, des pilleurs de planète. Il s’agit encore et toujours d’une colonisation derrière laquelle se cache cette affirmation de suprématie que revendique l’Occident sur les autres peuples, les autres civilisations, les autres cultures, suprématie qui lui donnerait droit à des privilèges similaires à ceux qu’Hitler affirmait être dus à la soi-disant race aryenne.

Même les Irakiens qui s’étaient précipités pour saluer le déboulonnement de la statue  de Saddam Hussein lors de l’invasion US à Bagdad, aujourd’hui s’accusent d’aveuglement et s’en mordent amèrement les doigts. Il est impossible  d’ignorer même à distance –sauf en faisant preuve d’une mauvaise foi ou d’une bêtise crasse -  que ces interventions ont pour conséquences la destruction irréversible de pays entiers – populations décimées, infrastructures détruites et instauration d’un état de guerre civile sans retour, terreur généralisée, alors que des composantes des populations qui vivaient en bonne harmonie ou du moins dans un état de paix sont aujourd’hui ravagées par la haine et le ressentiment, la guerre civile.

Je l’ai déjà dit aussi mais cela aussi vaut la peine d’être répété, ceux que les malheurs rendent meilleurs sont des exceptions. Il suffit de constater autour de soi. Une bonne partie des populations ex-faussement-riches de nos régions perdant petit à petit ses privilèges est prête à lyncher le premier bouc émissaire venu ou à encourager d’autres à le faire avec son assentiment. Pourtant ces gens sont très loin de se retrouver dans une situation aussi dramatique que les ressortissants des pays que leur avidité plongent en enfer.

Je suis toujours mal à l‘aise quand dans certains textes après la partie d’argumentation qui prend la défense des peuples assassinés on en passe à la phase deux, si vous ne le faite pas pour eux faites-le pour vous. Une attaque de la Syrie entraînerait certainement une notable augmentation des prix de l’énergie en Europe et pourrait y déclencher une vague de terrorisme. De tels arguments témoignent d’une telle inhumanité de la part de ceux qui ont besoin qu’on parle des conséquences qui les toucheraient personnellement pour se sentir concernés. Qui sont donc ces gens qui acceptent que des enfants meurent pour qu’ils puissent continuer à mettre de l’essence dans leur voiture, mais formulent des objections si la guerre fait augmenter le prix de leur carburant ? Est-ce Monsieur que je viens de croiser, sont-ce ces gens là-bas qui boivent leurs bières à la terrasse du bistrot ou encore cette personne qui vient de me tenir un discours en faveur de la culture bio mais qui s’avèrera finalement être un bio-facho ? Ici aussi de telles interventions font grandir la division interne des peuples.

Bref s’il n’y avait pas eu le précédent de la Lybie  qui marque un saut qualitatif dans « l’humanitarisme » occidental  - avec ses conséquences désastreuses pour les peuples qui les subissent. Lybie que la plupart ont déjà relégué dans les oubliettes de leur mémoire alors que la guerre se poursuit et qu’il est tout à fait démontré que le régime actuel n’est en rien meilleur que le précédent, que bien du contraire.

Si je n’avais pas vu ceux qui pareils à ceux qui toujours ont envahis les places publiques pour se délecter des bûchers des chasses aux sorcières ou ceux que le spectacle de la mort des gladiateurs excitaient, ceux qui on jouit de voir torturer et assassiner Kadhafi, moment notable de la décadence de l’Occident. Sans cela, sans ceux qui sont prêts à se réjouir de voir Bashar soumis à un traitement similaire, je pourrais encore croire que certains de ceux qui soutiennent l’intervention de l’armée des USA et de ses  laquais serviles se trompent de bonne foi.  Là aucun doute n’est permis, Seuls des imbéciles ou des ordures peuvent soutenir activement cette intervention.

Nous constatons d’ailleurs que plusieurs pays européens membres de l’OTAN refusent de s’associer à cette sordide attaque sans l’aval du Conseil de Sécurité des Nations Unies et donc de la Chine et la Russie. Agir sans cet aval reviendrait à une déclaration de guerre à deux géants qui cherchent à devenir des pôles hégémoniques planétaires au risque de faire basculer la planète dans une guerre mondiale. Mais cela le pouvoir central ne l’ignore pas. Alors quels sont ses véritables buts en lançant cette attaque avec un prétexte dont une grande partie des habitants de la planète est persuadée qu’il a été fabriqué de toutes pièces par les attaquants pour justifier leur intervention ? Si l'attaque de la Syrie est inévitable comme le démontre l'article suivant, et celui au sujet du discours de Kerry, c'est parce que eux en ont décidé ainsi.

 

 

 

Kommersant
11:52 28/08/2013
MOSCOU, 28 août - RIA Novosti

Après les déclarations des dirigeants occidentaux, d'une dureté sans précédent, l'attaque de la Syrie est pratiquement inévitable. Selon les experts trois scénarios sont possibles, écrit mercredi 28 août le quotidien Kommersant.

L'imminence d’une attaque de la Syrie est devenue évidente après le discours du secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui a déclaré lundi soir que Washington disposaient de preuves irréfutables selon lesquelles les autorités syriennes auraient utilisé l’arme chimique dans le cadre de la guerre civile. "Le président Obama estime que ceux qui ont utilisé l'arme la plus monstrueuse du monde, contre la population la plus vulnérable, doivent être traduits en justice", a déclaré Kerry, ajoutant que dans les jours à venir la Maison blanche déciderait quelle serait sa réaction. Mais cette réaction sera certainement la force : Kerry n'a laissé aucun doute à ce sujet.

Le scénario n°1 - plus plausible selon les analystes interrogés – consisterait en des frappes symboliques et limitées. Pendant une journée ou deux, des missiles de croisière seront tirés depuis les destroyers et sous-marins américains sur les sites publics et militaires clés syriens : le ministère de la Défense, le QG, le palais présidentiel, les bases militaires les aérodromes, les lieux de déploiement des unités les plus opérationnelles. Mais cette action n'aura pas de suite et de fin logique. Le but des USA dans ce cas serait d'envoyer un signal à Damas : de nouvelles mesures de rétorsion suivront si vous utilisez l'arme chimique une fois de plus.

Certains alliés européens, la Turquie et les monarchies du Golfe comme le Qatar et l'Arabie saoudite, poussent Washington vers le deuxième scénario. Il implique une guerre aérienne plus longue et des bombardements plus intensifs. Il ressemble davantage à la campagne libyenne de 2011, quand l'armée de l'air des pays de l'Otan avait assuré un appui aérien aux rebelles opposés à Mouammar Kadhafi. Et l'objectif final de cette opération serait le renversement du régime
d’al-Assad, tout comme en Libye.

Le troisième scénario est intermédiaire. Durant un certain temps les USA bombarderaient la Syrie afin d'affaiblir le potentiel militaire de Damas, avant de se retirer au second plan pour accomplir principalement des fonctions auxiliaires. Les pays de la région qui cherchent à renverser al-Assad prendraient alors le relai, avec à leur tête la Turquie – la plus puissante armée de la région.

L'armée de l'air turque pourrait assurer un appui aérien à l'opposition syrienne dans les zones clés du front grâce aux bases aériennes d'Incirlik, Konya, Malatya et Diyarbakir. L'armée de terre turque pourrait également participer à certaines opérations. Dans une moindre mesure le même rôle pourraient être rempli par l'armée de l'air et les forces d'élite des pays arabes qui font partie de la coalition anti-Assad comme le Qatar, l'Arabie saoudite et les EAU. La participation américaine, française et britannique à cette étape serait plutôt symbolique – quelques escadrilles projetées sur les bases turques ou décollant des porte-avions américains en Méditerranée.

Sur le plan politique et diplomatique, l'opération occidentale en Syrie ressemblerait à la campagne de 1999 en Yougoslavie et à la guerre en Irak de 2003. Dans les deux cas, la décision de lancer l'opération militaire a été prise de manière unilatérale – sans l'accord du Conseil de sécurité des Nations unies, où Moscou et Pékin ont le droit de veto.

Selon la presse américaine, trois facteurs détermineront quel scénario sera réalisé : le rapport final du renseignement américain sur l'implication d'al-Assad dans l'attaque chimique, les consultations avec les alliés et le congrès, ainsi que dans quelle mesure chaque option sera compatible avec le droit international.

 

Source : L'attaque de la Syrie est inévitable | Presse russe | RIA Novosti

A lire égaement :

A la veille de la guerre contre la Syrie : Kerry « à la manière de Colin Powell » | Mondialisation

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 20:08

 

 

 
A quel jeu jouent-ils (les gouvernements européens et leurs maîtres) ? C’était évident que d’encourager le terrorisme dans d’autres pays et de soutenir des groupes islamistes dans le but de se défaire des gouvernements qui dérangent l’oligarchie, il y aurait un prix à payer sous forme d’effet boomerang pour les populations européennes. Fallait être complètement débiles et inconscients pour ne pas s’en rendre compte ou complètement pervers et malfaisants pour ne pas en tenir compte. Dans les deux cas, indignes de gouverner.
Entre terreur fasciste et terreur islamiste, l’Europe se prépare des lendemains qui déchantent.

 


El fenómeno de los combatientes europeos en Siria conforma una grave amenaza terrorista

Le phénomène des combattants européen en Syrie constitue une grave menace terroristes

Credito: HispanTv

 

Valls : Plus de 6OO terroristes européens opèrent en Syrie

Par Hispan TV


Le 8 juin 2013. Le ministre de l’intérieur de France, Manuel Valls, affirme que plus de 600 combattants européens luttent dans les files des groupes terroristes armés opposants au Gouvernement syrien.

« Le phénomène des combattants européens en Syrie constitue une grave menace terroriste et un défi au point de vue de la sécurité” précise Valls vendredi durant une entrevue concédée à la chaîne de télévision émiratie AL Arabiya.

La déclaration du titulaire français ont été faites après une réunion ce même jour au Luxembourg entre les ministres de l’intérieur des pays de l’UE qui abordaient ce thème des combattants européens qui opérant en Syrie.

Les titulaires des 27 avertissent du danger que peuvent générer ces terroristes quand ils rentreront dans leur pays d’origine, ils ont parlé de la manière dont pourrait être freinée les départs de ces individus pour la Syrie.


Les ministres de l’intérieur de l’UE redoutent que les terroristes européens se radicalisent et reçoivent un entraînement militaire, et que rentrant en Europe ils ne réalisent des attentats terroristes sur le territoire européen.


Selon un rapport publié au mois d’avril dernier le Centre International pour l’étude de la Radicalisation (ICRS, sigle anglais), depuis le début de la crise en Syrie à la mi-mars 2011, ce sont 5500 étrangers qui sont entrés sur let territoire syrien pour lutter  contre le gouvernement de Damas.

Selon  les estimations 11% d’entre eux viennent d’Europe, en majorité titulaire d’un passeport du Royaume Unis.


Les données mettent en relief que, entre 140 et 600 européens se sont transférés en Syrie depuis le commencement du conflit syrien.


Quelques pays occidentaux et divers pays régionaux fomentent la violence en Syrie à travers l’appui qu’ils amènent aux groupes armés syriens, lesquels à travers leur activité terroriste cherchent à dérouter le Gouvernement du président Syrien Bashar-Al-Assad.

Source : Francia: Más de 600 terroristas europeos operan en Siria

Traduction française Anne Wolff

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 15:47

 

Tiens, tiens les voilà les petits drones chargés de repérer les comportements suspects. Il est question aussi de placer des caméras avec cette fonction dans nos rues, de quoi nous apprendre à marcher droit au plein sens du terme. Va falloir en revenir aux bonnes vieilles écoles de maintien afin d’apprendre à se déplacer sans éveiller la suspicion des machines… cela va créer des emplois !

Blague à part, je vois venir le jour où les nanodrones darderont partout leurs yeux mécaniques afin de repérer au fin fond de la plus profonde campagne le contrevenant qui cueille quelques dernières orties ayant échappé à l’éradication  au désherbant sélectif. Ou celui qui fera pousser sous la lucarne du grenier quelques radis issus de graines non brevetées….

Et… cela va loin tout cela, beaucoup trop loin… une caméra qui surveille les dessinateurs d’art de la rue est tout aussi susceptible de surveiller n’importe quoi d’autres. Et nul doute que cela sera aussi leur usage !!!

 

2210

Allemagne : des drones de surveillance pour contrer les graffitis

(Source : Étrange et Insolite)

Les graffiti sur les trains, ça suffit. Les chemins de fer allemands ont décidé d’utiliser des mini-hélicoptères pour filmer et épingler les graffiteurs, rapporte le Bild am Sonntag, repris par le Spiegel.

Les engins de la Deutsche Bahn, équipés de caméras thermiques, devraient être testés dans les semaines à venir. En cas de mouvement suspect, l’opérateur alertera un pilote. Celui-ci, également au sol, pourchassera les coupables à distance grâce à un système opérant dans un rayon de 40 kilomètres. Le tout sera filmé, données GPS à l’appui, afin que les fans de tags puissent être déférés devant la justice. Pour des questions juridiques, les tests auront lieu dans l’espace aérien de la Deutsche Bahn. Les mouchards, qui seront peints en rouge et porteront le logo de la DB, volent quasiment sans un bruit à 150 mètres d’altitude.

Ils ont une autonomie de 80 km. Coût de ces merveilles ? 60 000 euros pièce. Une broutille au regard des 7,6 millions d’euros dépensés l’an dernier par DB pour effacer les élans créatifs des amateurs de bombes de peinture…

Commentaire :
On dépense beaucoup, de part et d’autre, afin « d’effacer les élans créatifs » de la population et la mettre sous l’oeil autoritaire de Big Brother…
Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 20:29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Iqbal Masih, l’enfant esclave

Iqbal Masih, enfant esclave affranchi à 10 ans et assassiné à 12

Iqbal Masih n'était encore qu'un tout petit enfant pakistanais lorsque ses parents l'ont vendu pour éponger la dette familiale, contractée lors du mariage de son frère. A quatre ans, Iqbal rejoint une de ces fabriques de tapis qui exploitent déjà huit millions de gosses honteusement exploités dans son pays pour la finesse de leurs doigts aptes à réaliser les fameux tapis d'Orient. Pendant six ans, il travaille comme un esclave, les chevilles blessées par de lourdes chaînes. A dix ans il a déjà une tête de vieillard et les mains ravagées d'avoir noué douze heures par jour et pendant 6 ans de précieux tapis revendus à prix d'or en Occident. Un jour de 1993, son calvaire prend fin grâce à Eshan Khan, président de la ligue contre le travail des enfants (BLLF). Lors d'une réunion qu'il organise dans le village d'Iqbal, Eshan découvre le jeune enfant blotti dans un coin de la salle, littéralement effrayé. « Il était émacié et ressemblait à un vieil homme » dira Eshan.
A l’âge de 10 ans, son libérateur l'arrache donc de son métier à tisser pour lui redonner le goût de vivre et la rage de se battre. Iqbal devient alors le symbole de cette jeunesse martyrisée. Il rejoint le Front de Libération du travail des enfants et participe à leur campagne devenant bientôt le porte-parole de l'enfance exploitée. Orateur de talent, il parcourt le monde pour alerter l'opinion internationale sur les conditions de travail inhumaines imposées à des millions d'enfants du Pakistan, de l'Inde, du Bangladesh et d'ailleurs. « Nous nous levons à 4 heures du matin et travaillons enchaînés durant 12 heures… n'achetez pas le sang des enfants ! » s'écrie lqbal dont l'appel bouleverse les consciences.
En janvier 1995, il participe à une Convention contre l'esclavage des enfants à Lahore. Il se rend en Suède et aux États Unis, où il reçoit un prix de la firme américaine Reebok et déclare vouloir utiliser cet argent pour suivre des études d’avocat.
Sous la pression internationale, le gouvernement pakistanais ferme plusieurs dizaines de fabriques de tapis et trois mille petits esclaves sortent ainsi de l'oubli. « Je n'ai plus peur de mon patron, déclare Iqbal qui se rend désormais à l'école de son village, maintenant c'est lui qui a peur de moi » … Mais l'enfant n'aura pas le temps de goûter à sa liberté.
Alors qu'il n'a que 12 ans, l meurt assassiné sur son vélo, le corps criblé de plomb gisant sur la lande de Chapa Kana Mill, près de Lahore (Pakistan). Il avait reçu des menaces de la "mafia de l'industrie du tapis" comme l'affirmait Eshan Kahn. La police pakistanaise écrira dans son rapport : "l'assassinat résulte d'une dispute entre un paysan et Iqbal". Histoire sordide d'un porte-parole qui devenait gênant. Les pistes de ce meurtre sont brouillées alors que la Commission des droits de l'homme du Pakistan a "adopté" la version de la police.  
Départ à la fois prématuré et harmonieux d'un petit prince de lumière qui a donné sa vie pour éterniser, dans l'esprit des nations, le souffle de vie, de vérité, de justice et de courage qu'il avait répandu. Grande âme au sourire d'enfant, Iqbal a réussi sa mission d'Amour : nous pouvons aujourd'hui nous appuyer sur lui pour avancer. « Il était si courageux, disait Khan, vous ne pouvez imaginer »…
Permettra-t-on que le combat d'Iqbal est été vain ?

 


Autres articles qui parlent d’Iqbal et aussi des vidéos à voir ici Iqbal Masih, l’enfant esclave - Chien Guevara    chez Chien Guevara   qui encore une fois cible l’essentiel.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 08:33

 

 

5 CAMARADES DE ROANNE ARRÊTES A LEUR DOMICILE

 

 

CANAILLE
LE ROUGE

 

Après Clémenceau , Moch, maintenant sur la route de Serol ?

 

_8856-copie-1.JPG

Près de 30 ans plus tard, Canaille le Rouge propose un jumelage ivry-Roanne*

 


NOS 5 CAMARADES DE ROANNE   ARRETES   A  LEUR DOMICILE 

 

PAR LAPOLICE CE MATIN DES 6H30 

 

 

ne sont pas des criminels.

 

 

ILS DOIVENT ETRE LIBERES IMMEDIATEMENT.

 

Ce matin, 23 mai 2013, à 6h30 la police a arrêté : ChristelChristianDidierJean-Paul etGérald à leur domicile, suite à leur refus de se soumettre au prélèvement ADN. Leurs appartements ont été fouillés.

Cette attitude est révoltante et intolérable. Leurs familles sont très choquées  par cette intervention musclée et humiliante.

Nos camarades, encore une fois, sont traités comme des criminels.

S’agit–il encore une fois de faire un exemple pour briser la résistance des militants ?

La CGT n’accepte pas cette répression syndicale, cet acharnement qui s’assimile à du harcèlement.

Non ! Cristel, Christian, Didier, Jean-Paul et Gérald ne sont ni des criminels, ni des délinquants, ni des casseurs. Mais des militants honnêtes, ils ont simplement exercé un droit fondamental, le droit de manifester, le droit de libre expression.

La CGT demande au Procureur Général de Lyon ainsi qu’au Procureur de Roanne de mettre fin immédiatement à ses gardes à vue et d’abandonner toute poursuite judiciaire à l’encontre de nos cinq camarades de Roanne.

Montreuil, le 23 mai 2013

le CCN de la CGT interpelle les autorités judiciaires:

 

, le CCN demande au Procureur Général de Lyon ainsi qu’au Procureur de Roanne que cessent immédiatement les gardes à vue et que les poursuites soient abandonnées.

Le CCN "appelle toutes les organisations de la CGT à intervenir pour exiger la libération et l’abandon des poursuites de nos cinq camarades".

 

 

En France en 2013, comme au bon vieux temps de ses guerres coloniales et des répressions sociales de masses,  le PS fait arrêter les syndicalistes pour cause d'actions militantes. Une façon coutumière, quasi génétique, de répondre aux exigences d'ammnistie pour condamnation après luttes sociales.

 

Devant cette chevauchée d'un Valls qui ne fait pas rire, les silences de Taubira sur ce sujet sont autant de complicités actives. ZapatAurault et Blummollet qui couvrent leurs pratiques mais laisse fleurir la délinquence patronale sont d'une impudeur obscène quand ils se posent en héritier du CNR. 


Un député ministre menteur, une patronne du FMI mise en examen, une députée escroc ou un patron voyou, jamais la loi ne leur est appliquée en matière de prélèvement d'ADN.


Un ex ministre de la répression marchand de tableau d'occasion en attendant la suite, ou un ex Président mis en examen pour abus de faiblesse ont-ils dû sucer des cotons tiges ? 


Le dérapage est parfaitement controlé puisqu'il ne chasse que d'un côté. Jamais il ne mord sur la droite. il tient sa route. D'ailleurs, dans les manifs de la droite et ses pseudo interpellations, parmi les jeunes gens BCBG du "Doha-SG" interpelé au Trocadéro, on n'a jamais parlé d'obstination à imposer ces pratiques scélérates.


Pour donner des gages au patronat et tenter d'interdire toute expression de mécontentement sur le plan social, toutes les ressources de la repression policière sont bonnes à prendre.

Des gages, Valls en donne pour mieux mériter les siens. 

 

*Outre la part de souvenirs personnels, La Canaille avait gardé une épreuve de cet autocollant édité après l'intervention des commandos policiers les ordre du ministre socilaiste de la police de Mitterrand contre les métallos de SKF à Ivry et l'accueil que la population leur avait réservé. Idée dans la tête que cela pourrait resservir. La preuve.

 

Source :
canempehepasnicolas

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 17:44

 

 

Monsanto & Co : Disparition des abeilles, menace de guerre globale et grosse monnaie !

Le Kremlin a décidé de prévenir l'Oncle Sam.

 

par Lg

A force de protéger des multinationales "qui nous veulent du bien" comme Monsanto, on voit bien la volonté du gouvernement américain à venir défendre encore et toujours son économie.

Un rapport du ministère des ressources naturelles et de l'environnement de Russie a annoncé qu'une gamme d'insecticitdes détruit purement et simplement la population d'abeilles de la planète. Ce qui, bien évidement, au vu de leur rôle de pollinisation n'est pas de bon augure.

Suite à ce rapport, la Commission Européenne a pris des mesures de précaution, interdisant l'usage de ces pestiucides pendant 2 ans.

Dans ce rapport, on peut apprendre que le marché des pesticides est contrôlé par un oligopole de 4 firmes à quasiment 100% :

- Monsanto, que nous ne présenterons plus.

- Syngenta, à la base société suisse avec une détention majoritaire de The Capital Group Companies pour 9.84 %, viens ensuite Blackrock pour 5.06% et en troisième actionnaire majoritaire, The Growth Fund of America pour 4.94%. (source), bref du fonds de pension américain... Cette société produit les très sympathiques Cruiser et Actara, faisant l'objet d'une récente interdiction européenne (parmi d'autres...)

- Dow Chemical, société américaine notamment connu pour sa participation à l'élaboration de l'agent orange.

- et DuPont, société américaine.

Soit approximativement entre 8 et 10 milliards de Dollar de bénéfices net chaque année à eux quatre.

En plus de relever des dégats incommensurables sur les abeilles, d'autres dégats sont avancés sur d'autres espèces. (source)

Ce serait donc une partie de la biodiversité et de la vie qui seraient sérieusement mise en jeu par ces multinationales par l'usage de certains de leurs produits. Mais le gouvernement américain tient à protéger une petite mine d'or. D'ailleurs ce gouvernement américain n'est il pas déjà trop infiltré par certaines de ces multinationales, pour être un minimum objectif ? 

Mais d'ailleurs, qu'est-ce qui différencie aujourd'hui l'intérêt des grosses multinationales et du gouvernement américain ? Dur, dur de différencier...

Et bien évidement, si les abeilles ne pollinisent plus, il va falloir acheter des semences... Et à qui va-t-on bien pouvoir acheter ces semences ? On se le demande bien...

Alors que la Commission Européenne a pris le chemin de la criminalisation dans le domaine des graines et des plantes non enregistrées avec le gouvernement. Nous voilà, à l'aube des jours nouveaux qui pourrait bien se transformer en catastrophe planétaire, tant la situation risque de se crisper sur l'échiquier international. Poutine fait attendre John Kerry 3 heures, et prévient d'une menace de guerre concernant la capacité des Etats-Unis à brusquer l'environnement avec la disparition des abeilles. En effet, il s'agit de pouvoir manger, pour nous même et pour l'Humanité en général et à long terme.

Obama a signé en catimini le "Monsanto Protection Act", assurant la supériorité de Monsanto vis-à-vis des lois américaines, laissant sans recours tout son peuple contre l'industrie crimino-chimique américaine. Pauvres américains...

Qu'adviendra-t-il au moment où les Etats-Unis continuent d'assurer l'hégémonie de leur industrie toxique avec leurs organismes génétiquements modifiés ? Qu'adviendra-t-il au moment où l'on considérera cette position comme un crime contre l'Humanité ? Ou qu'adviendra-t-il, si leur funeste dessin voit le jour ?

Quelques chose me dit que John Holdren, toujours en poste et en photo à côté du président américain se frotte les mains... L'application du livre qu'il a co-écrit en 1977 "Ecoscience : population, ressource, environnement", n'est peut-être plus très loin...

Quelque chose me dit qu'il n'y a plus beaucoup de barbelés, mais que l'eugénisme risque de ressurgir et de prendre une forme nouvelle. Bien plus insidieuse, surtout quand on commence à contrôler Mère nature. Nous sommes bel et bien les cobayes de savants fous aux manettes, tout se passe bien sous nos yeux...

 

"Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlez le peuple, contrôlez la monnaie et vous contrôlerez le monde" - Henry Kissinger

 

Source : Monsanto & Co : Disparition des abeilles, menace de guerre globale et grosse monnaie ! - AgoraVox le média citoyen

Sur le même thème : Près d’un tiers des colonies d’abeilles ont péri cet hiver aux Etats-Unis « État du Monde, État d'Être

Des abeilles et des hommes

 

mobee, une abeille robotisée pour sauver notre mondeUn robot abeille est en cours de développement ...elle pourrait également être utilisée par le secteur militaire

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 18:59

 

 

 

 

Une guerre secrète dans 120 pays

Nick Turse traduit de l’anglais en espagnol  pour Rebelion

Et de l'espagnol en français par Anne Wolff 

 

En chaque endroit de cette planète, un commando étasunien est en train de mener à bien en ce moment une mission. Même si nous répétons cela 70 fois… cela n’aura pas suffi pour aujourd’hui. Sans que le peuple américain n’en sache rien, une force secrète à l’intérieur de l’armée des EU a entrepris toute une série d’opération dans une majorité des pays du monde. Cette nouvelle élite du pouvoir dans le Pentagone se livre à une guerre globale dont la taille et l’étendue n’ont encore jamais été révélées jusqu’ici.

Depuis qu’une SEAL (Sea, Air, Land, groupes conjoints dont l’emblème est le phoque. NdT) de la Marine US eut mis une balle dans la poitrine et une autre dans la tête de Osama Bin Laden, après avoir donné assaut au refuge dans lequel il était caché au Pakistan, une des plus secrètes parmi les unités d’opération sous couverture de l’armée US s’est convertie en centre de l’attention générale. Voilà qui est peu commun. Malgré que l’on sache que les Forces d’Opérations Spéciales des EU sont déployées dans les zones de guerre d’Afghanistan et d’Irak ; et qu’il soit toujours plus évident que ces unités interviennent dans des zones conflictuelles difficiles, comme le Yémen ou la Somalie ; l’extension totale de ces guerres, d’une ampleur mondiale est restée profondément enfouie dans l’ombre.

L’année passée, Karen De Young et Greg Jaffe, du Washington Post, donnèrent l’information : les forces Spéciales des EU étaient déployées dans 75 pays.  A la fin de la présidence de Georges W. Bush, ces forces se retrouvaient dans 60 pays. Le porte-parole du commandement des dites Opérations Spéciales Tim Nye, me dit que pour la fin de cette année (2011) ce chiffre atteindra probablement 120. « Nous n’arrêtons pas de nous déplacer, il ne s’agit pas seulement de l’Afghanistan et de l’Irak. » dit-il récemment. Cette présence globale ‘dans près de 60 % des nations du monde et beaucoup plus étendue qu’elle ne l’était reconnue antérieurement  – elle donne une nouvelle et surprenante preuve de l’existence et de la montée en pouvoir d’une élite clandestine à l’intérieur du Pentagone qui est en train d’entreprendre une guerre secrète dans tous les coins de la planète.

L’apparition d’une ”armée secrète” au sein de l’armée.

Apparu depuis l’échec de l’assaut de 1980 qui tentait de sauver les otages étasuniens en Iran, dans lequel 8 soldats étasuniens perdirent la vie, le Commandement des Opérations Spéciales étasuniennes (SOCOM) fut créé en 1987. Une fois que l’armée régulière surmonta la perte de confiance et la manque  de fonds des années post-Vietnam, les Forces d’Opérations Spéciales de rencontrèrent soudain unifiées, dotées un budget stable et d’un commandant 4 étoiles comme défenseur.

Depuis lors, SOCOM a grandi en proportion alarmantes en tant que force combinée. Elle est composée d’unités issues de toutes les branches de l’armée, incluant les « Bérets Verts » et les Rangers, les SEAL de la Marine, les Commandos des Forces Aériennes et les Equipes d’Opérations Spéciales du Corps des Marines, en plus d’équipages spécialisés d’hélicoptères, équipages de bateaux, personnel des affaires civiles, corps de secours paramilitaires jusqu’à des contrôleurs du trafic aérien de batailles et météorologues des opérations spéciales ; les SOCOM mènent les missions les plus secrètes et les plus spécialisées des EU.

Ces missions incluent les assassinats, attaques contre-terroristes, missions de reconnaissance de longue portée; analyse de renseignements, entraînement des troupes étrangères et opération de contre-prolifération d’armes de destruction massive.

Un de ses éléments clé est le Commandement des Opérations Spéciales Conjointes ou JSOC, un sous commandement clandestin qui a pour missions principales la poursuite et l’assassinat de terroristes supposés. Le JSOC présente ses rapports au président et agit sous son autorité, il maintient une liste noire globale qui inclut des citoyens des EU. Il développe une campagne de « chasse et capture » extra-légale que John Nagl, un ancien conseiller en contre-insurrection du général 4 étoiles et prochain directeur de la CIA David Petraeus,  appelle une machine a tuer des terroriste à dimension industrielle.

Ce programme de meurtres est accompli par des unités de commandos comme les SEAL de la Marine et les Forces Delta de l’Armée, tout aussi bien que par l’intermédiaire d’avions sans pilotes, qui font partie des guerres secrètes dans lesquelles la CIA est impliquée dans des pays comme la Somalie, le Pakistan, et le Yémen. En plus le commando dirige et contrôle un réseau de prison secrètes, sans doute jusqu’à 20 sites noires, rien qu’en Afghanistan, qui sont utilisée pour des interrogatoires.

Industrie en croissance

D’une forcé de quelques 36 000 membres au début de la décennie des 90, le personnel du commandement des opérations spéciales a augmenté pour atteindre 60 000 hommes, parmi lesquels un tiers son membres permanents de SOCOM ; les autres ont d’autres spécialités occupationnelles militaires et opèrent une tournante dans le monde entier.

La croissance des budgets de base de la SOCOM a été exponentielle depuis le 11 septembre, depuis 2001, ils ont presque triplé passant de 2300 millions de dollar à 6 300 millions. Et si on y ajoute le financement pour  les guerres d’Irak et d’Afghanistan, il a plus que quadruplé atteignant 9 800 millions de dollars au cours de ces années. Il n’est donc pas surprenant que le nombre de personnel déployé à l’étranger ait quadruplé lui aussi. Des nouvelles augmentations et des opérations plus larges se pointent aussi à l’horizon.

Le  général en fonction Denis Hejlik, qui auparavant était chef de Commandement des Opérations Spéciales des Forces du Corps des Marines –la dernière des branches de l’armée à incorporer la SOCOM en 2006 -  annonce qu’il prévoit de doubler son unité qui est composée de 2600 effectifs. « Je les vois comme une force qui disposera de 5 000 membres, l’équivalent du chiffre de SEAL qui est sur le champ de bataille. Entre 5000 et 6000 » dit-il lors d’un déjeuner célébré au moins de juin avec un journaliste du domaine de la défense de Washington. Les plans à longue échéance exigent que la force augmente déjà de 1 000 unités effectives.

Durant sa récente audition de confirmation au Sénat, le Vice-amiral de la Marine William Mac Raven, chef entrant de SOCOM et ancien chef de JSOC (celui qui commandait lors de l’attaque de Bin Laden) obtint un rapide taux d’augmentation de 3 % à 5 % par année, cependant il luttait pour obtenir d’avantage de ressources, incluant plus d’avions téléguidés et la construction de nouvelles installations pour les opérations spéciales.

Un ex SEAL qui  en certaines occasions accompagne encore les troupes sur le champ de bataille, Mac Raven, affirme que comme les forces conventionnelles sont en diminution en Afghanistan, les troupes des opérations spéciales devraient y tenir un rôle toujours croissant. En Irak, ajoute-t-il, ce serait tout bénéfice si les forces étasuniennes continuaient à travailler là une fois passée la limite de décembre 2011 pour un retrait total des troupes étasuniennes. Il assura aussi au Comité de Service Armé du Sénat que « comme ancien commandant de la JSOC, il peut affirmer qu’ils ont travaillé fort dur au Yémen et en Somalie »

Pendant un discours au Symposium Annuel des Conflits de Basse Intensité et des Opérations spéciales de l’Association Industrielle de la Défense Nationale célébré le premier de l’an, l’Amiral de la Marine Eric Olson, le chef sortant du commandement des Opérations Spéciales, signala une image de satellite obtenue de nuit. Avant le 11-s, on pouvait considérer comme zones clés les portions illuminées de la planète – dans leur majorité des nations industrialisées du Nord global – « Mais le monde a beaucoup changé au cours de la dernière décennie » dit-il. « « Notre point de vue a changé en grande mesure concernant le Sud… assurément à l’intérieur de la communauté des opérations spéciales, nous abordons les menaces émergentes depuis les zones qui ne sont pas illuminées ».

A cette fin, Olson lança le “Projet Lawrence », un effort pour augmenter les habilitations culturelles – comme les formations avancées en langues et une meilleure connaissance de l’histoire et des coutumes – pour les opérations à l’étranger. Le programme s’appelle ainsi à cause de l’officier britannique, Thomas Edward Lawrence (plus connu sous le nom de Lawrence d’Arabie) ; qui s’unit aux combattants arabes pour entreprendre une guerre de guérilla au Moyen-Orient durant la première guerre mondiale. Mentionnant l’Afghanistan, le Pakistan, le Mali et l’Indonésie, Olson a ajouté que le SOCOM nécessite à présent « Lawrence de toutes parts’.

Quoique Olson n’ai fait référence qu’à 51 pays qui constitueraient un objet de préoccupation pour SOCOM , Nye me dit un jour que les forces d’opérations spéciales étaient déployées dans plus ou moins 70 nations de tout le monde. Dans chacune d’elles, s’empresse-t-il d’ajouter, à la demande des gouvernements hôtes.

Selon le témoignage d’Olson au début de l’année devant  le Comité des Services des Armées du Congrès, environs 85% des troupes des Opérations Spéciales déployées à l’étranger se rencontre dans 20 pays de la zone d’opération de CENTCOM dans le Grand Moyen Orient : Afghanistan, Bahreïn, Egypte, Iran, Irak, Jordanie, Kazakhstan,  Koweït, Kirghizstan, Liban, Oman, Pakistan, Qatar, Arabie Saoudite, Syrie, Tadjikistan, Turkménistan, Emirats Arabes Unis, Ouzbékistan et le Yémen. Le reste étant dispersé dans le monde entier, depuis l’Amérique du Sud, au Sud Est Asiatique, quelques-unes en petit nombre, d’autres en grands contingents

Le Commando des Opération spéciale ne veut pas révéler dans quel pays ces forces sont localisées. « Il est clairement avantageux pour nous de ne pas révéler certains des lieux où nous sommes installés » dit Nye. « Toutes les nations hôtes ne désirent pas le savoir, quelles que soient les raisons, qu’elles soient internes ou régionales »

Mais ce n’est pas un secret, (ou alors bien mal gardé) que les troupes d’opérations spéciales noires, comme les SEAL et la forcé Delta, mènent des mission de capture et de meurtres  en Afghanistan,  en Irak, au Pakistan et au Yémen, pendant que les forces blanches comme les “Bérets vert” et les Rangers entraînent des forces indigènes pour faire face à une guerre secrète mondiale contre Al Qaeda et d’autres groupes militants.

Aux Philippines par exemple, les EU ont dépensé 50 millions de dollars par an dans un contingent de 600 effectifs des Forces d’Opérations Spéciales  de l’armée, les SEAL de la Marine, des opérateurs spéciaux de la Force Aérienne et d’autres qui mènent des opérations de contre-terrorisme avec des alliés philippins contre des groupes d’insurgés comme la Yemaah Islamiyah et Abu Sayaf.

L’année passée, comme le révèle une analyse de documents de SOCOM, de documents de sources ouvertes du Pentagone et de bases de données des missions des Opérations Spéciales compilées par la journaliste d’investigation Tara McKelvey (pour l’Initiative de Journalisme de Sécurité Nationale de la Faculté Medill de Journalisme), la majorité des troupes d’élite étasuniennes ont réalisé des exercices d’entraînement conjoint à Belize, au Brésil, en Bulgarie, au Burkina Faso, en Allemagne, en Indonésie, au Mali, à Noriega, à Panama et en Pologne.

Dans ce que nous faisons cette année, il y a eu des  missions d’entraînement semblables en République Dominicaine, en Jordanie, en Roumanie, au Sénégal, en Corée du Sud et en Thaïlande, et dans d’autres pays. En réalité me dit Nye, en ce moment, les travaux d’entraînement se poursuivent dans presque tous les pays dans lesquels les Forces Spéciales sont déployés. « Dans les 120 pays que nous aurons visité en fin d’année, je dirais que dans l’immense majorité il y a des exercices d’entraînement d’une manière ou d’une autre. Nous pourrions classifier cela comme des exercices d’entraînement »

L’élite au pouvoir au Pentagone.

En d’autres temps, pupilles abandonnées de l’establishment militaire, les Forces Spéciales ont grandi exponentiellement non seulement en taille et en budget mais aussi en pouvoir d’influence. Depuis 2002, SOCOM a été autorisé à créer ses propres Détachements Spéciaux Conjoints aux Philippines, une prérogative normalement réservée aux commandos combattants plus grands, comme le CENTCOM. Cette année, sans en faire de publicité, SOCOM a créé son propre Détachement Spécial des Acquisitions Conjointes, un groupe de concepteurs d’équipement et de spécialistes en acquisition.

Avec ce contrôle sur le budget, les formations et l’équipement de ses forces, des pouvoirs normalement réservés aux départements (comme le département de l’Armée ou le Département de la Marine) de ceux à qui se prodiguent des dollars à chaque budget du Département de la Défense et qui a d’influents défenseurs au Congrès, actuellement SOCOM est un acteur doté d’un pouvoir exceptionnel au sein du Pentagone.

Il est capable avec un poids réel de gagner des batailles bureaucratiques, d’acheter du matériel de technologie de pointe, de se dédier à des enquêtes marginales notamment concernant les transmissions de messages électroniques de personnalités influentes ou de développer dans l’ombre des technologies secrètes pour les troupes de terre. Depuis 2001, les contrats importants concédés aux petites entreprises – celles qui produisent généralement des équipements spécialisés et des armes – ce sont multipliés par 6.

Avec ces quartiers à la base de la Force Aérienne Macdill en Floride, mais opérant à l’extérieur de cette scéne, les commandos se répandent sur toute la planète, y compris Hawaï, l’Allemagne et la Corée du Sud, ils sont actifs dans une majorité de pays, le Commandement des Opérations Spéciales est actuellement une force en soi.

Comme chef sortant de SOCOM, Olson signala au début de l’année : SOCOM “est un microcosme du Département de la Défense, avec des composantes terrestres, maritimes et aériennes, une présence globale et une autorités et des responsabilités à l’image des départements militaires, des services de l’armée et des agences de la Défense. »

Chargé de coordonner tous les plans du Pentagone contre les réseaux globaux du terrorisme et, en conséquence, en étroite connections avec d’autres agences gouvernementales, des armées étrangères et des services de renseignement ; armé avec une immense panoplie d’hélicoptère espions, d’avions de pointe avec équipages et d’autres télécommandés super armés, avec des bateaux rapides dotés des technologies les plus perfectionnées. Humvees spécialisés et véhicules adaptés à tous terrains résistants aux mines et embuscades, ou MRAPs ainsi que d’équipements d’avant-garde (et d’autres sont en préparation), SOCOM représente quelque chose de nouveau au sein de l’armée.

Quoique que le défunt spécialiste du militarisme Chalmers Johson se soit référé à la CIA comme armée privée du Président , aujourd’hui le JSOC assume ce rôle., agissant comme chef exécutif des escadrons privés d’assassins et son parent SOCOM fonctionne comme une nouvelle élite de pouvoir au Pentagone, une armée secrète au sein de l’armée qui détient le pouvoir local d’une portée globale.

Dans 120 pays de toute la planète, les troupes du Commando des Opérations Spéciales mènent des guerres secrètes d’assassinats ciblés et de base intensité, des opérations de captures et de séquestrations, des attaques nocturnes de type « coup dans la porte », des opérations conjointes avec des forces étrangères et des missions d’entraînement avec des associés locaux, étant parties d’un conflit de l’ombre, de ceux aux sujet desquels les étasuniens ne sont pas informés. En d’autres temps « spéciales » s’entendait comme petites, peu consistantes, des équipe qui agissent loin, aujourd’hui elles sont spéciales par leur pouvoir, leurs accès, leur influence, leur rayonnement.

Ce rayonnement bénéficie à présent d’une campagne de relation publique bien orchestrée qui les aide à projeter une image surhumaine à l’intérieur et à l’extérieur, malgré qu’une grande partie de ses activités actuelles s’effectuent toujours plus dans l’ombre. La vision typique qu’ils essayent de diffuser peut se résumer dans la déclaration de l’Amiral Olson : « Je suis convaincu de ce que les forces … sont les associés les plus multiculturels, les chasseurs d’assassins les plus mortels et les conseillers, formateurs, solutionneurs de problèmes et guerriers les plus responsables, agiles, innovateurs et efficaces qu’aucune nation puisse offrir »

Récemment au Forum de Sécurité de l’Institut Aspen, Olson donna quelques commentaires aussi édulcorés mais aussi quelques informations mensongères en affirmant que les Forces d’Opérations Spéciales des EU étaient en train d’opérer dans 65 pays et impliquées dans des combats dans seulement 2 d’entre eux. Quand il fut interrogé au sujet des avions sans équipages au Pakistan, selon les informations, il répondit « Etes-vous en train de parler d’explosions non attribuées ? »

Cependant quelque chose lui échappa. Il signala par exemple que des opérations noires, comme la mission Bin Laden, avec des commandos aéroportés réalisaient des attaques nocturnes, et que c’était devenu quelque chose de très banal. Chaque nuit s’en mènent à bien une douzaine, dit-il. Cependant le commentaire qu’il fit concernant la taille du SOCOM est encore plus éclairant. En ce moment, souligna-t-il, les Forces des Opérations Spéciales des EU sont presque aussi grandes que toute l’armée du Canada en service actif. En réalité cette force est beaucoup plus grande que les armées en service actif de beaucoup de nations dans lesquels les troupes d’élite opèrent chaque année et il a été décidé qu’elles continueraient d’augmenter

Les étasuniens doivent être conscients de ce que cela signifie d’avoir des forces « spéciales » aussi immenses, aussi actives et aussi secrètes et il est fort probables qu’ils commenceront à l’être quand ils disposeront d’une meilleure information. Or cette information, ce ne sera ni Olson, ni ses troupes qui vont la dispenser. « Notre capacité d’accès [à des pays étranger] dépend de notre capacité de ne pas en parler » dit-il en réponse a une question au sujet de ce culte du secret de SOCOM. Quand les missions deviennent objet d’attention comme ce fut le cas avec Bin Laden, les troupes d’élites se sentent molestées. « L’armée secrète » de l’armée veut retourner dans l’ombre et faire ce qu’elle a à faire. »

 

A partir de la traduction espagnole réalisée pour Rebelión par Sinfo Fernández.

Nick Turse est historien, essayiste et journaliste d’investigation. Il est éditeur associé de TomDispatch.com y nouveau rédacteur de Alternet.org, Son dernier livre : The Case for Withdrawal from Afghanistan (Verso Books).

Este artículo es una colaboración entre Alternet.org y TomDispatch.com

Source espagnole : Diario La Izquierda: Una guerra secreta en 120 países (Nick Turse)

Traduction française Anne Wolff

 

.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 19:09

 

 

Brésil : Une opération de « nettoyage social » des sans-abri pour la célébration du Mondial de foot 2014 !

 

Le Centre national de défense des droits de l’Homme, un organisme parrainé par la Conférence épiscopale du Brésil, s’est montré préoccupé par un possible « nettoyage social » des sans-abri, au motif de la célébration de la Coupe du monde de foot de 2014.

S’est joint à cette association, afin d’exprimer également ses craintes au Gouvernement de Dilma Roussef (du Parti des travailleurs), le Conseil national des procureurs généraux de justice. Des représentants des deux organismes se sont rencontrés d’abord avec le ministre du Secrétariat général de la présidence, Gilbert Carvalho, afin de lui faire part de leurs craintes. Ces personnes portent actuellement une attention toute particulière aux villes qui accueilleront les matches de la Coupe.

Les organisations craignent que la dite « hygiénisation » de ceux qui, pour différentes raisons, vivent dans la rue, soit un euphémisme pour donner les mains libres aux bourreaux des personnes sans défense, invisibles pour la société « officielle », mais qui pourraient être vues par les millions de touristes qui arriveront au Brésil l’année prochaine. logo-jmjSans compter que le pape François vient à Rio de Janeiro dans trois mois et que plus de deux millions de personnes seront présentes dans la capitale carioca à l’occasion des Journées mondiales de la Jeunesse [1] – les JMJ, organisées par l’Eglise catholique pour le 23 au 28 juillet 2013 ; les JMJ Rio 2013 ont leur logo et vendent des licences pour la fabrication de produits dérivés comme le claironne le site des JMJRio 2013 [1]. De plus, un des thèmes mis en relief est le suivant, sur fond d’une photo panoramique de Rio est : « La sécurité, une priorité pour les JMJ-Rio 2013 ».

Au cours des quinze derniers mois, 195 dits « vagabonds » ont été assassinés, la plupart brûlés par des anonymes, comme ce fut le cas de Jorge Affonso, 49 ans, assassiné ce dimanche 28 avril 2013 à Jacupiranga, dans l’Etat de São Paulo.

A Goiânia, c’est une Commission du Ministère des droits de l’Homme qui a été envoyée pour analyser les 29 derniers assassinats de personnes sans abri.

Selon des chiffres officiels de l’Institut brésilien de géographie et de statistique, il existe au Brésil non moins de 1,8 million de personnes vivant dans les rues et ce sont moins de 25% des municipalités qui mènent des politiques spécifiques à l’égard de ces personnes.

A São Paulo seulement, on calcule qu’environ 15’000 personnes n’ont pas de maison, et que 5’000 sont dans cette situation depuis plus de dix ans. Malgré le fait qu’en 2009 le Gouvernement du président de l’époque, Lula da Silva, ait lancé le Programme de politique nationale en faveur des dits « vagabonds », les autorités tendent à fermer les yeux sur cette cruelle réalité.

Pourtant, pour le sociologue Mauricio Botrel, du Centre national des droits de l’Homme, il ne fait pas de doute que les politiques locales en faveur de ces personnes sont indispensables, cela pour éviter un « nettoyage social » effectué généralement dans l’obscurité de la nuit et applaudi en silence par les bien-pensants.

Le Procureur général de l’Etat du Río Grande do Sul, Eduardo Veiga, président du Groupe de travail national sur les droits de l’Homme, a affirmé que les Ministères publics des Etats [fédéraux] étaient en train d’être encouragés à financer l’implantation de comités municipaux en faveur des sans-abri dans tout le pays.

Que les craintes exprimées par certains Evêques et Procureurs généraux ne sont pas infondées, c’est ce que révèle d’ailleurs le précédent de Rio, lorsque des reporters de la Folha de São Paulo ont découvert en 2009 que la mairie de Rio se mettait soudain à « recueillir » des « vagabonds » afin de faire bonne impression auprès de la Commission du Comité olympique (outre la FIFA de Sepp Blatter, dont « l’intégrité » dans le business du foot est à peu près à hauteur de celle de Berlusconi dans la gestion politique de son « entreprise Italie » durant des années…) censé donner aussi un préavis sur la présence du Mondial dans la capitale carioca.

María Cristina Bore, présidente nationale des Politiques de la rue, a affirmé qu’une opération de nettoyage social des sans-abri « était à l’ordre du jour », au motif du Mondial.

Policiers paulistes suspectés de « nettoyage social »

Des chercheurs de São Paulo pensent que les derniers massacres d’indigents sans-abri pourraient être l’œuvre d’« escadrons de la mort » qui essaient d’éliminer plus de 10’000 mendiants vivant dans les rues de la plus grande ville du Brésil.

Travaillant sur de nombreuses d’hypothèses, mais sans pistes définitives, les chercheurs de São Paulo essaient de résoudre le dramatique puzzle des derniers assassinats d’indigents sans-abri qui ont mis la ville en état de choc et qui font craindre que les « escadrons de la mort » [qui renvoient aux pires pratiques des dictatures militaires et de la police militaire brésilienne dont des membres faisaient des « heures supplémentaires »] soient en train de réaliser de macabres tâches de « nettoyage social » dans les rues paulistes.

Pour la première fois depuis que les enquêtes ont été commencées, il y a un peu plus d’une semaine, en cette fin avril 2013, le commissaire Luiz Fernando Lopes Teixeira a incorporé des policiers et des gardiens de sécurité parmi ceux que l’on soupçonne être les auteurs de ces attaques brutales, perpétrées dans la capitale économique et financière du Brésil, qui ont provoqué la mort de douze mendiants au cours des dernières semaines.

Jusqu’à présent, trois hypothèses étaient avancées pour expliquer les attaques : des jeunes néonazis ou skinheads ; des matons engagés par des commerçants du centre de la ville pour se défaire des mendiants indésirables ; ou alors une dispute interne entre les pauvres eux-mêmes.

Mais au cours des dernières heures s’est renforcée l’idée selon laquelle il s’agirait de groupes de « nettoyage social » intégrés par des policiers et même des gardiens de sécurité (liés à des firmes privées dites de sécurité, qui souvent engagent des policiers, parfois expulsés de la police à cause de comportements inacceptables).

Des escadrons organisés

« Il est clair qu’il s’agit d’un crime effectué par un ‘groupe organisé’ (ce qui exige une plus grande protection sociale pour les habitants de la rue) et que ce n’est pas une action isolée », a commenté Pedro Montenegro, le défenseur général du peuple (Ombudsman) du Secrétariat national des droits de l’Homme.

L’hypothèse prend toute sa force quand on considère que les cas de São Paulo se différencient des assassinats de mendiants dans les rues d’autres villes brésiliennes, qui ont eux presque toujours un caractère isolé et occasionnel. Le massacre de la ville pauliste a eu un plus grand impact, de par la quantité de victimes que ces attentats clairement planifiés ont fait en peu de jours.

Des faits similaires se sont produits dans les années nonante à Río de Janeiro, où, pendant plusieurs années, des centaines d’enfants et d’adolescents avaient été assassinés par des escadrons de la mort, composés dans de nombreux cas par des agents de police en congé, engagés par les commerçants locaux pour « nettoyer » la zone de délinquants présumés et de personnes commettant des délits mineurs.

Actuellement, les autorités de la plus grande ville du Brésil – avec 10,5 millions d’habitants – craignent que ces pratiques d’homicides ne soient en train de s’installer là où vivent près de 10’400 sans-abri, selon des calculs de la Pastorale catholique du « peuple de la rue » de São Paulo.

Mais l’inquiétude pauliste s’étend à d’autres zones, comme la ville méridionale de Porto Alegre, où il existe la crainte que des groupes de fanatiques se livrent à de nouveaux attentats, comme l’a expliqué Clarina Glock, la journaliste qui coordonne la publication du journal Boca de rua [voir son site : http://bocaderua.com.br/ ] fait par des personnes vivant dans la rue.

Dans cette ville du sud du pays, il n’existe pas les groupes traditionnels de São Paulo qui discriminent et attaquent ceux qui viennent du Nordeste, la région qui est source de la plus grande migration interne du Brésil. La journaliste ajoute que « oui, il y a des groupes de skinheads, et la lenteur avec laquelle les criminels de São Paulo sont identifiés peut stimuler des attaques semblables dans d’autres lieux ».

En plus, des cas de São Paulo, d’autres mendiants ont été assassinés la semaine passée dans l’Etat de Pernambuco (nord-est) par des hommes qui leur ont tiré dessus depuis un véhicule en marche.

La police soupçonne que ces homicides ont été commis par une bande de tueurs sévissant dans la ville de Recife, capitale de Pernambuco, et qui fait déjà l’objet d’une enquête pour d’autres attaques contre des personnes sans-abri.

Ainsi, le panorama des plus dépossédé·e·s au Brésil – et en Amérique latine en général – est toujours plus dramatique, parce qu’à la pauvreté et à l’abandon s’ajoutent maintenant les haines « sociales » qui font que beaucoup de gens s’érigent en juges et décident de faire justice eux-mêmes.

En juin 1990, Amnesty International a publié une information sur les violations des Droits de l’Homme perpétrées dans les principales villes brésiliennes qui arrivait à la conclusion que, de plus en plus, la police répondait à la violence sociale croissante en prenant elle-même la justice en main. Ce document donnait l’alerte sur des pratiques telles que l’exécution extrajudiciaire d’enfants et d’adultes par la police et les escadrons de la mort, l’utilisation de la torture par les agents de sécurité et les traitements inhumains subis par les détenus. Quatorze ans plus tard, les violations des Droits de l’Homme en relation avec la violence urbaine continuent à être un problème qu’il est nécessaire d’affronter. (Traduction A l’Encontre)


[1] Ainsi parmi les principales propositions des JMJRio 2013, on trouve la réponse suivante pour celles et ceux – jeunes dévots – qui veulent faire, avec une efficacité commerciale et en jonction avec les organisateurs des JMJ, des produits dérivés avec le logo JMJ Rio2013 : « L’association de son produit aux concepts et aux valeurs liés aux Journées, une ample exposition médiatique avec forte divulgation, une ouverture des canaux de vente, une augmentation des ventes, en plus de notre assistance pour un meilleur développement et utilisation du partenariat. » (Réd. A l’Encontre)

 Source : Brésil : Une opération de « nettoyage social » des sans-abri pour la célébration du Mondial de foot 2014 ! - Presse-toi à gauche !

A lire également 

Nettoyage social en Colombie : le massacre des sans-abri

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives