9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 07:23

 

C'est la France "civilisée" d'aujourd'hui

 

expulsion.jpg

 

Le propriétaire met ses affaires à la rue. Des passants profitent de l'expulsion pour faire leur marché. L’affaire fait grand bruit à Marsillargues.

 

"C’est totalement cavalier, honteux", s’insurge Bernadette Vignon, maire de la commune. Et il est vrai que les superlatifs manquent tant les faits semblent irréels. La semaine dernière, dans la nuit de jeudi à vendredi, un propriétaire a vidé toutes les affaires d’un appartement et changé les serrures. Puis des Marsillarguois se sont servis en récupérant ce qui avait été laissé sur le trottoir.

 

 

Il est déjà tard, ce jeudi, mais on s’active au 11 de la rue Pasteur, au centre du village. Accompagné d’hommes de main, un propriétaire s’affaire en pleine nuit. Et rassure même un passant. "Ce n’est rien. C’est juste un déménagement." Toutes les affaires d’un jeune homme installé dans un appartement de 45 m2 sont mises dehors sans autre forme de procès. Et les serrures changées. La manière forte. En faisant fi de toute légalité.

 

 

"Tout le monde s’est rué dessus !"


Tout aussi consternante est l’attitude d’une partie de la population, au petit matin. "Le ferrailleur était là à 6 h. Tout le monde s’est rué sur les affaires, sans se demander à qui elles appartenaient", retrace, encore effaré, un témoin de la scène. "J’ai vu quelqu’un revenir avec son véhicule pour le charger. Une femme choisissait les lampes sans se poser de question."

 

Tout était à terre : le mobilier, les vêtements. Du four à la guitare en passant par le matériel électronique, une vraie caverne d’Ali Baba. Mais personne ne va donner l’alerte ou s’interroger sur l’origine de toutes ces affaires en bon état. "Il y en avait sur 3 m de large et 20 m de long. Un vrai déménagement." Recyclé avec avidité par quelques bonnes âmes locales.

 

Le locataire des lieux, accaparé par sa vie professionnelle, n’arrive, lui, que le vendredi soir à Marsillargues. Et trouve porte close. Le temps d’apprendre qu’il n’a plus rien. Mobilier, habitat, matériel professionnel. Tout s’est évaporé.

 

Deuxième coup de massue : "La gendarmerie de Lunel n’a pas pris ma plainte, se déclarant incompétente", regrette-t-il. L’affaire est aujourd’hui dans les mains de son avocat.

Elle interpelle aussi la municipalité. "Je vais recevoir le locataire lundi, assure Bernadette Vignon. Il y a des lois. On ne peut pas agir comme ça, surtout en période hivernale."

 

La Ville a également mis tout en œuvre pour récupérer un maximum des biens de cet homme. Avec, pour l’instant, un certain succès.

 

Midi Libre

 

Finalement oui,  toutes les civilisations ne se valent pas, beaucoup ont une plus haute idée de l'hospitalité et du sens de l'humanité que la civilisation occidentale pour qui l'homme n'est plus qu'une occasion de faire du profit.

 

Aux USA ce n'est pas mieux lire : 

 

17 000 enfants SDF à New York

 

Cri du Peuple 1871 : http://www.mleray.info/article-c-est-la-france-d-aujourd-hui-98731246.html


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives