3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 13:48

 

Cujíes, ceibas, jabillos, yacures, bucares, mangos y palmas, entre otras especies han sido derribados por los vándalos opositores

L'opposition sévit à Maracaïbo, 500 arbres abbatus

On ne peut pas comprendre ce qui se passe au Venezuela sans comprendre ce qui se passe au dehors, en trois points Washington, Miami, la Colombie d’Uribe qui est le relais de Washington en Amérique Latine dans la fabrication de ce conflit et de son déroulement. Les trois piliers vénézuéliens de la « rébellion », sont pour les deux premiers Capriles et Lopez, tout autant des créatures de Washington que des poulains d’Uribe, la troisième, Corina Machado, qui depuis l’arrestation de López a pris le relais, elle, travaille directement avec le département d’état US, dans le cadre du programme mis en œuvre par Washington en 2011, lors d’un séminaire qui s’est déroulé à Miami sur le thème « 600 jours pour éradiquer l’autoritarisme chaviste du Venezuela », résumé ici ,   

 

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/02/sifrinos_copia.jpg


Les USA tirent en ce moment sur la ficelle pour obtenir les conditions d’une intervention officielle. Depuis quelques années, comme il apparaît clairement dans le séminaire cité ci-dessus, Washington ayant compris que le chavisme était indéboulonnable par les urnes a commencé le long travail préalable à une révolution de couleur au Venezuela, cela va jusqu’à un apprentissage des techniques de Gene Sharp, mises au programme tout à fait officiel de certaines universités privées du Venezuela. J’ajouterai à ce sujet qu’il faudrait ouvrir les yeux, la partie pacifique et publique de cette théorie, se double très clairement d’une autre, occulte qui implique le recours à la violence, au terrorisme, en parallèle. En tout lieux où elle a été mise en pratique, on a vu une apparition plus ou moins asynchrone de la composante violente qui va prendre le dessus… un thème à creuser, sur le mode instrumentalisation de la composante démocratique d’opposition qui se visibilise et est ensuite dépassée (voir éliminée) par une composante autoritaire, violente et répressive .


http://www.aporrea.org/imagenes/2013/05/javu-3.jpg

Venezuela, les membres sifrinitos de JAVU s'en prennent aux enfants du peuple. mai 2013

Or, depuis le début, le 12 février de cette rébellion, au Venezuela, de nouveaux rapports ont été produits par l’opposition oligarchique, qui ont filtrés et qui constatent que la révolution de couleur n’est pas possible non plus au Venezuela. La rébellion est restée amplement minoritaire et ponctuelle. Non seulement la base chaviste est trop large et bien implantée, mais nos rebelles n’ont pas réussi à garder la façade de pacifisme qui aurait pu leur rallier une grande partie de l’opposition. Ils ont directement mené des actions violentes, de destruction, qui évoquent la Nuit de Cristal des SA, en plus dilué mais d’une même nature, dont le peuple a été la première victime (le petit peuple en particulier celui qui est coloré, et chaviste étant la cible de ces jeunes fascistes), mais les clases moyennes, blanches ont également subit les conséquence de leur blocus de rues, destructions de transports public et paralysie des commerces, ainsi que subit leur violence pour ceux qui ont tenté de les contredire ou même de dialoguer avec eux, et pour ceux qui ont été victimes des dispositifs meurtriers utilisés pour créer les barrages, qui ont tué et mutilé sans discernement. Et donc ils se sont également aliéné l’opposition démocratique. Au bout de plusieurs semaines de soulèvement, il apparaît clairement que ce mouvement n’a aucune revendication à formuler, que sa seule action est de tenter de créer les conditions d’un renversement du gouvernement au profit de forces occultes qui le manipule dans le but de prendre le pouvoir sur le pays. Et cela se traduit par de multiples dégâts dont le peuple, y compris les classes moyennes, sont victimes et des dégâts qui vont coûté très cher et prendre du temps à réparer et certains sont tout implement irréversibles, arbres coupés, patrimoine culturel détruit, pollutions irréversibles….

Il apparaît également que, dirigé par des leaders qui n’ont souvent d’étudiants que le nom, rejetons de l’Olympe de l’Oligarchie, et membres d’organisations d’extrême-droite, ce mouvement n’a pas réellement de base, et comme il ne propose aucun programme politique les jeunes qui le rejoignent le font pour se défouler, sans autre objectif que de fiche le bordel. On voit des jeunes remplis de haine qui veulent tout détruire tout de suite, alors que les Révolutions de Couleurs  utilisent la sympathie que suscite immanquablement dans de larges couches de l’opinion public, une jeunesse pacifiste et généreuse, désireuse de construire « un avenir meilleur » pour son pays et le monde, le problème : Au Venezuela, la jeunesse qui répond à ses critères est résolument chaviste et désireuse de construire cet avenir meilleur à travers la révolution bolivarienne… et ce malgré qu’elle ait été depuis la première élection de Chavez, la cible privilégiée de l’endoctrinement yankee en vue de déstabilisation.

 

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/02/guarimberos_traje_de_bao.jpg

La guarimba en vacances

Une anecdote  qui décrit la manière d’être récurrente de cette jeunesse de nouveaux riches sans éducation produit par l’acculturation yankee… ils sont de ceux qui aiment profiter de l’absence des parents pour organiser des fêtes à la limite de l’orgie ou abondent l’alcool et la drogue, quelques filles d’un milieu plus modeste, souvent fière de l’aubaine, y sont en général invitées pour servir d’exutoire aux pulsions sexuelles des petits maîtres (en l’occurrence au Venezuela qui se sont auto-dénommés « petits requins »). Les fins de fêtes laissent des carnages, de cadavres de bouteilles dont les fonds maculent les fauteuils, tapis… des cendriers renversés, sont répandu à travers la pièce, quelques semi cadavres humains à remettre plus ou moins en état avant de les rendre à leur géniteurs gisent à gauche et à droite… et si quelqu’un d’un peu plus éduqué envisage de remettre un peu d’ordre dans tout cela, la réponse est invariablement « Laisse, la bonne est là pour ça » et la rébellion actuelle au Venezuela et essentiellement composé de tel jeunes qui aimeraient étendre leur fête de décervelés au territoire du Venezuela, avec le petit peuple dans le rôle de la bonne qui va nettoyer les dégâts.

 

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/02/entrada_sector_el_campito_a.jpg

et le peuple nettoie

Et donc le plan de révolution de couleur a foiré faute d’une jeunesse sympathique pour l’incarner aux yeux de l’opinion publique. Et les manipulations médiatiques pour feindre le contraire y compris une répression féroce dont cette généreuse jeunesse pacifiste serait la victime ont été systématiquement dénoncés, mis en évidences, sources à l’appui alors que ce sont multipliés les documents qui montrent les déchaînements de violence incontrôlée (sont-ils drogués) et le peuple qui tant bien que mal répare des dégâts, deux personnes en train de démonter des barricades sont mortes victimes de « tireurs isolés ».

 

http://www.contrainjerencia.com/wp-content/uploads/2014/02/MARCHA-ESTUDIANTES-UNIVERSITARIOS-FOTOS-ANGEL-DEJESUS-10-600x400.jpg


Et donc ce plan au finish entre dans une nouvelle phase et c’est bien ce qui effraye tant la grande majorité du peuple vénézuélien, les 85% qui rejettent cette violence que ceux qui en sont solidaires, et aussi les membres de résistances régionales qui savent que le Venezuela contient la violence dont ils sont victimes, au quotidien.

Deux solutions : l’intervention « humanitaire » officielle dans un état failli au bord de la guerre civile… D’où une immense manipulation médiatique. Mais qui n’atteint ni les gouvernements ni les peuples révolutionnaires d’Amérique Latine qui font bloc et démontent la propagande au fur et à mesure qu’elle est produite.

Les Russes par l’intermédiaire de Lavrov ont également prévenu le département d’état qu’ils analyseraient la moindre tentative d’ingérence « qu’ils ne laisseraient pas se produire ce qui c’est passé en Ukraine »

 

 

 


 

http://www.aporrea.org/imagenes/2012/10/venezuela-organizacion-de-estudiantes-nacionalistas-orden2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://confidencialcolombia.com/get_img?ImageWidth=339&ImageHeight=480&ImageId=25945


L’autre est l’invasion armée officieuse, à partir de la frontière avec la Colombie et en particulier de l’état de Táchira sous la direction d’Uribe… d’où l’importance de comprendre ce qu’il en est de l’état de ses troupes actuelles, de combien de forces il dispose pour cette opération.  Et là tout devient très compliqué, parce que non seulement, parmi ses troupes on trouve les anciens paramilitaires, mais aussi une jeunesse d’extrême-droite qui, par ses soins en Colombie, et ceux de López, à Miami, a elle aussi bénéficié de cette formation paramilitaire dans des camps organisés à cet effet. Et c’est dans cette catégorie que se retrouvent les auto-proclamés leaders « étudiants » ainsi que dans deux groupes ouvertement d’extrême-droite « Manos Blancas » (étudiants) et ORDEN (Patria, honor y familia), où ils rejoignent leurs aînés. Et le complément nécessaire de cette intervention armée officieuse, ce sont les terroristes internationaux professionnels dont plusieurs ont déjà été arrêtés sur le territoire, alors que d’autres très certainement courent toujours. Et par-dessus tout est redouté l’intervention de bandes criminelles narco-fascistes qui dans différents pays de la région (Mexique, Honduras, Colombie… travaillent très précisément dans le sens voulu par les transnationales, ce qui est de plus en plus abondement documenté au Mexique où les gardes indigènes, qui ne sont pas des « autodéfenses » mais bien une des structures institutionnelles établie par la loi qui protège les statuts et organisations indigènes spécifiques, sont une cibles privilégiées des narcoterroristes.)

 

http://www.correodelorinoco.gob.ve/wp-content/uploads/2014/02/MARCHA-MUJERES-POR-LA-PAZ-7.jpg

Et pendant ce temps le peuple manifeste pour la paix et en soutient au gouvernement

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/02/marcha_guayana1.jpg

 


 Et peut se faire tirer desus comme à la fin de cette manifestation

Et là ben oui nous entrons dans des structures très complexes, aux alliances contre nature, changeantes selon les objectifs, qui impliquent des politiques, des magistrats, des militaires, des mercenaires, des paramilitaires, des bandes criminelles, des narcoterroristes, la DEA… et j’en passe, un gros sac de nœuds, qu’il faut démêler fil après fil, en remontant les pistes… et celui qui s’attaque à cela, met sa vie en danger.

 

 


Par contre quand on cherche « A qui profite les crimes », on retombe immanquablement sur les transnationales qui sont en train de s’approprier les ressources de la région, d’y installer leurs agro productions consommatrices de terre. Et certaines d’entre elles émanent de l’Occident alors que d’autres sont d’origine chinoise, ce qui complique encore l’histoire, de même que la mainmise sur le pétrole vénézuélien est l’enjue d’une guerre entre Washington et Pékin, les Russes continuant à assurer leur nouveau rôle de défenseurs du Droit International ont eu averti Washington qu’ils ne laisserait pas se développer une nouvelle Ukraine au Venezuela et que la moindre ingérence serait sanctionnée… ce qui laisse un peu perplexe, tout ceux qui savent que cette pseudo-révolte, est le fruit de plus d’une décennie d’ingérence massive à très gros budget et pratiquant la subversion des plus larges couches de populations possibles et principalement des jeunes, à travers diverses fondations conçues à cet effet. Où commence l’ingérence aux yeux des Russes ?

 

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/03/madamas_el_callao.png

Carnaval de El Callao es reconocido como Patrimonio Cultural de Venezuela

Congé de carnaval oblige, la guarimba a provisoirement diminué d’intensité sauf en quelques points chaud ou ce ne sont déjà plus les étudiants qui mènent le mouvement mais des paramilitaires et délinquants payés pour fiche le bordel. Et ce qui est a redouté c’est que les participants aux négociations de Paix y compris ceux de l’opposition, ne soit déjà plus en capacité d’influer sur une décision de renverser à tout prix le gouvernement qui est prise depuis l’extérieur avec la complicité des Corina machado, López et autre Capriles et quelques autres putschistes notoires et avérés (2002)

C’est donc avec anxiété que nous attendons la suite de ces événements qui veulent effacer de la surface de la planète les sourires heureux d’un peuple qui prend son destin en main, qui ont si souvent réchauffé le cœur de tous ceux qui rejette l’austérité que nous impose les prêtres de la marchandise, qui ne connaissant que le Profit ignore la valeur du bonheur et redoute son pouvoir contagieux.

Et si aucun doute n’est possible, soutenir le peuple du Venezuela, c’et soutenir son gouvernement, il est tout aussi évident que fasse au remaniement du paysage politique et aux menaces qui planent, ce grand dialogue à l’intérieur des mouvements constitutifs de la révolution bolivarienne, du PSUV mais aussi des différents mouvements communaux, sociaux, paysans…que les militants depuis longtemps appellent à grands cris et plus nécessaires et urgent que jamais et remettrais du politique dans un débat qui penche de plus en plus vers l’exclusivement économique.

Anne Wolff

 

 

http://www.aporrea.org/imagenes/2013/09/paz_21-9.jpg
80,9% de la población venezolana aprueba instalación de la Conferencia por la Paz

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Letzte Ölung 03/03/2014 17:21


bonjour, je découvre votre blog que je met dans mes liens car en lisant je m'aperçois que nous avons dans l'ensemble les même valeurs, cordialemnt Chris.....

Anne Wolff 04/03/2014 13:06



Merci, cela fait plaisir. Je me sens de plus en plus en décalage, entre un conscience politique éduquée d'Amérique Latine et une Europe francophone qui ne veut pas savoir... qui voudrait que les
version qu'on lui donne de ce qui se passe au Venezuela tiennent en trois lignes  qui ne font pas référence aux influences extérieures, et surtout pas à cette internationale fasciste, dont
après ample informée, je suis au regret de constater que nous seulement elle est bien organisée politiquement, qu'elle se militarise et que depuis l'Amérique Latine, les liens vers son origine
conduisent tout droit à Washington, ce que le cas de l'Ukraine vient de confirmer avec une inquiétante et douloureuse évidence....


En Europe non seulement elle gagne du terrain dans les parlements mais dans des pays aussi différents que la Suède, la Pologne ou  l'Espagne, ses milices sont de plus en plus reconnues comme
des auxilaires de police !


Alors que dans des pays toujours plus nombreux des bandes de néonazis "casent" de l'immigrés, du clochard, du "gauchistes", des occupations sociale... en toute impunité.


J'ai recherché une photo que je n'ai pas retrouvée une réunion de jeunes nazis du Venezuela qui sont réunis sous un pont où ils ont pendu des mannequins de chavistes, cela fait froid dans le dos
car il ne fait aucun doute que leur plus cher souhait est de pouvoir en faire de même demain avec de chavistes humains et vivants.....


Et personne n'a l'air de s'apercevoir de la gravité de la situation !


 



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives