22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 16:58

 

Foto: Juan Barreto, AFP

Quelques infos qui font le point sur la situation au Venezuela, alors que les troupes du Commandement Sud se disent prêtent à intervenir dans le pays.

La Seconde phase est le titre d’un article du journaliste Jose Vicente Rangel dont je vais vous résumer l'essentiel.

Une nouvelle phase de déstabilisation se prépare, malgré que les manifestations qui sont menées depuis plus de deux mois dans le pays n’aient pas suscité l’adhésion populaire dans un premier temps, et perdent chaque jour du terrain, y compris dans les rangs de l’opposition, comme le reflètent non seulement les enquêtes qui leur accordent maximum dix pourcents d’avis favorables, mais les avis exprimés par des membres et de plus en plus de leaders de l’opposition qui désavouent la violence et s’en démarquent.

 

terrorismo en Chacao


Une question se pose donc : « Face à une telle débâcle, qu’est-ce qui pousse cette minorité d’insurgés violents à vouloir poursuivre leur tentative de coup d’état ? »

Il y a certainement la poursuite implacable de ce coup d’état permanent qui malgré l’échec de 2002, n’a jamais cessé, comme si ses auteurs étaient totalement incapables de se remettre en question poursuivant fanatiquement un but qui toujours se dérobe. Pris dans le mouvement, les insurgés ne songent même pas à s’arrêter, de réfléchir, de tirer les leçons de leurs échecs répétitifs et encore moins de songer à réparer les dégâts qu’ils ont commis. Seule la chute de Maduro ou leur mise hors de combat pourra les arrêter.

Le gouvernement est au courant de leurs projets. Le Ministre de l’Intérieur Miguel Rodriguez Torres sait qu’ils disposent de la logistique nécessaire pour entamer cette seconde phase dont l’objectif reste la chute du Président Maduro. Pour y parvenir, ils ont les ressources économiques nécessaires, des équipes spéciales, l’armement approprié, le personnel entraîné ainsi que les connexions nationales et internationales. Un nouveau développement certainement plus létal est en préparation.

Et les dirigeants (intérieurs et hors du pays) sont les mêmes qui ont menés et subit l’échec du coup d’état de 2002, de la grève pétrolière, ce sont eux qui étaient derrière les guarimbas (Noms donné aux manifestations et en particuliers aux barricades élevée par les manifestants) et ce sont eux qui préparent cette nouvelle phase. Pour ces gens peu importe le pays, ses habitants, les institutions, la Constitution et encore moins que coule le sang, comme ils l’ont déjà démontré.

 

Foto: Mildred Manrique ‏@milmanrique


Que faire ?

Il faut aller au-delà du simple rejet. Ne pas perdre de vue ce qui est en marche. Ne pas céder aux provocations. Et avant tout unir les Vénézuéliens contre les terroristes. Dialoguer avec tous ceux qui répudient ces pratiques politiques aberrantes. Mettre l’accent sur la recherche de la paix. Mettre sa confiance dans la majorité de la population qui est consciente et sensée, comme elle l’a été il y a 12 ans.

 

Dispararon cohetones contra la PNB. Foto: Rafael Hernández @sincepto


Aujourd’hui le Venezuela, et demain ?

Partout il y a des signes inquiétants. La droite Latino-Américaine abandonne tout scrupule, tout respect de l’institution du suffrage, comme elle l’avait déjà fait lors du coup d’état du 11 septembre 1973 contre Salvador Allende au Chili et comme elle a réitéré avec le coup d’état du 11 avril 2002 contre Hugo Chávez. .Alors qu’aujourd’hui se lève partout dans la région des gouvernements élus progressistes ce qui se passe au Venezuela est prémonitoire. L’opposition y méconnaît un résultat électoral obtenu selon des normes légales, et qualifie le président élu, Nicolas Maduro de dictateur. Avec cet argument n’importe quel gouvernant progressiste peut devenir une cible, et renversé par la force. Aujourd’hui le Venezuela est un laboratoire. Les destin démocratique de la région se joue ici. Si les plans impériaux et de la droite consulaire se réalisent plus aucune démocratie ne sera en sécurité. C’est pourquoi la question est : Que sera demain ?

 

An anti-government protester stands with a shield near flames from molotov cocktails thrown at a water cannon by anti-government protesters during riots in Caracas


La furie de l’opposition est déchaînée. Quand dans l’Est de Caracas ils voient un chaviste ils l’humilient ou l’agresse physiquement. Les cas sont innombrables Ils ne respectent même pas les femmes. Par contre à l’Ouest, l’ambiance est fort différente. Il y a du respect, une maturité… une différence qui mériterait d’être étudiée.

Le directeur de l’entreprise d’enquête dont les résultats ont montré la désaffection populaire pour les manifestants, fait partie de l’opposition. Il s’est fait insulter abondement sur les réseaux sociaux, s’est fait traiter de Caïn, les insurgés ont tenté de l’agresser alors qu’il était au restaurant.

Quand à Leopoldo Lopez et Maria Machado, ils ont sombrés dans l’indifférence de leurs pairs, sans gloire. Certains des membres de l’opposition sur les bancs de l’Assemblée ont même manifesté une certaine jubilation lors de la chute de Machado, c’est un vrai nid de vipères..

Résumé de La segunda fase - Por: José Vicente Rangel

 

 

Bltk5sAIcAA-hvV

 

Les photos sont extraites de  Vándalos opositores irrumpieron en futuro edificio de tribunales de Chacao y atacaron Banco de Venezuela reportage sur la guarimba de dimanche à Chacao, municipalité de l'est de Caracas aux mains du parti d'opposition Voluntad Popular, Muchacho, qui les encourage et les soutient.

 

 


Bltt-d8IAAAHMgn

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives