8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 16:17

 

 A force de ne pouvoir, y échapper… j’avais réussi à survoler le mariage pour tous, mais là, il s’agissait de légiférer pour élargir les libertés de chacun d’agir selon ses aspirations et sa conscience. Je vais donc me fendre d’un billet sur «faut-il restreindre la liberté d’expression » et si oui, dans quel cas, en mettant quelle limite à cette restriction ?

Parce que la question est bien là… que le jeté de nains soit interdit, ne relève pas d’une question de liberté d’expression, mais bien d’une maltraitance physique concrète, d’une pratique sadique et non de mots.

Quand la libre expression de sentiments antisémites s’est vu interdire, j’ai eu très peur. Quand la nécessité d’un tel interdit se profile, c’est que le mal est déjà fort avancé, et qu’il n’existe plus de mots, de raisonnements, d’arguments discursifs susceptibles de lui apporter la contradiction. Légiférer en cette matière est non seulement l’aveu d’une faiblesse de la raison mais aussi celui que l’échec de la démocratie à assurer la concorde public, c’est le passage de la démocratie à la dictature.

La citoyenneté crée déjà une différence, une catégorisation entre habitants d’un même pays qui crée un sous-statut aux droits restreints pour ceux qui ne sont pas admis à la citoyenneté. L’impact que cela peut avoir sur de jeunes esprits qui grandissent dans cette discrimination permanente entre ceux qui sont citoyens et ceux qui ne le sont pas, surtout chez ceux qui ne bénéficient pas ou dont les parents ne bénéficient pas du statut de citoyens, mais qui ont la même obligation que chacun à un comportement civique, a des conséquences sur la formation du rapport au monde qui sont passées sous silence.

La seconde guerre mondiale fut un génocide en tant que plus de 60 millions de personnes du monde entier y ont été assassinées. Au sein de ce génocide, se sont produit des ethnocides qui ciblaient des populations précises pour leurs origines ethniques alors que d’autres mourraient pour leurs idées.

J’ai été élevée par une grand-mère dont le père était juif allemand et avait été tué par les nazis. Notre entourage était formé de beaucoup de personnes d’ethnie juive, ou partiellement juive. Si ma grand-mère avait porté l’étoile jaune comme elle était obligée de le faire, de même que ma mère, une petite fille à l’époque, je ne serais probablement pas là pour écrire ces lignes. Si sa sœur avait fait de même, il est tout aussi probable qu’elle n’eut pas fait long feu dans la Résistance.

Je n’étais pas encore à l’école primaire, quand au cours d’un repas, la manche d’une amie proche de la famille c’est relevée. « Tante G, pourquoi tu as un numéro sur ton bras ? » Silence, et ce regard d’adulte qui vous intime de vous taire. Ce n’est que le repas terminé que ma grand-mère m’a prise à part pour m’expliquer, tout d’abord que ce numéro était porteur de souvenirs tellement douloureux qu’il ne fallait pas les évoquer devant Tante G. pour ne pas réveiller le cauchemar, et que ce n’était pas sans raison que même en été elle portait des manches longues.

Après j’y ai été des mes questions d’enfant, que lui est-il arrivé, qui lui a fait cela, pourquoi ? Ce fut le début d’une terrible découverte. Je ne m’en rappelle plus précisément les étapes. Ce dont je me souviens par contre, c’est que j’ai appris qu’il y avait eu une grande guerre, que des millions de gens y était morts, que cela avait été atroce, et que « Plus jamais cela » était un devoir que chacun se devait d’accomplir. Plus jamais personne, nulle part ne devait vivre cela. Ce qui était en cause, c’était la guerre, les discriminations qu’elles soient fondées sur des origines ethniques, sociales ou d’opinion.

Israël était à l’époque une sorte de leurre pour beaucoup de juifs et d’autres. Il est important de rétablir la vérité à ce sujet. L’idée « Israël » était alors « vendue » comme un concept de paix, de concorde, un pays qui se devait d’être missionnaire de paix, l’image commençait seulement à se brouiller et il faudra attendre mon adolescence pour que des juifs – et oui – commencent au nom du « Plus jamais cela » à dénoncer les exactions israéliennes en Palestine.

J’ai fait il y a quelques semaines un voyage du souvenir. Livre de témoins des années 30 en Allemagne, de ce « devenir juif » d’une partie de la population qui jusque-là se vivait allemande. Ce fut le cas de mon arrière-grand-père qui à l’issue de la Première Guerre Mondiale fut jugé trop patriote Allemand par sa belle famille Belge et après un divorce regagna Berlin, sa ville natale. Les témoignages d’enfants sont les plus bouleversants. En quelques mois, quelques semaines, quelques jours parfois, des gamins qui sont parmi d’autres dans une classe de petits allemands se voient exclus par les autres, parfois encouragés par des professeurs, il y a alors pour beaucoup de petits allemands, de petits français ou belges plus tard mais pas beaucoup plus tard, un « devenir juif » qui est la cause d’une stigmatisation, d’un rejet, d’une exclusion et comme on le sait pour beaucoup d’entre eux, ce fut une condamnation à mort.

Au cours de ma ballade du souvenir, j’ai parcouru un site qui m’a parlé Mémoire Juive et Education    . A un moment la question est posée à une personne d’ethnie juive, à savoir si le racisme d’état anti romms actuels peut être comparé à celui de la France de l’occupation envers les juifs. La réponse fait mal, la réponse fait peur : « Le comportement de la police est le même, la différence c’est qu’il n’y a pas les occupants ».

Si les juifs de l’après-guerre ont absolument besoin de refuge, c’est que beaucoup de ceux qui ont survécu ont subit les mauvais traitements de la police de leur pays d’origine, se sont retrouvés dans des camps après des dénonciations – revanchardes ou intéressées – de leur voisins. Et qu’après le traumatisme des camps, après voir du se cacher au fond de réduits, parfois pendant des années pour échapper aux raflés, après s’être vu enlevé enfant à sa famille partant vers la mort par des gens bienveillants, obligés de s’adapter à une identité d’emprunt pour échapper à la mort, en ne sachant pas où avaient été emmenés leurs parents, s’ils les reverraient et quand ? Sachant que le délire meurtrier des nazis n’avait été possible que grâce à la complicité tacite ou active d’une majeure partie des habitants de leur pays d’origine, pour beaucoup, il n’était plus possible de s’y refaire une vie. Et le besoin était urgent d’un endroit « où se sentir à l’abri ». Je vous décris ce qui apparaissait à mes yeux d’enfants : Israël était ce refuge placé sous le signe de la concorde. Je sais que ce mythe était encore vivace pour beaucoup, juifs ou non autour de moi. Un refuge où des personnes ayant vécu un cauchemar pourraient s’en libérer – peut-être, on ne revient pas d’Auschwitz.

J’ai aussi vécu cette déchirure de devoir me situer en permanence vis-à-vis de ma famille paternelle, un grand-père d’origine franco-bavaroise (dont je porte officiellement le nom), et une grand-mère bruxelloise habitée par un antisémitisme populaire qui ne résistait pas à l’épreuve de la rencontre. Pour illustrer, toute sa vie les homosexuels lui semblaient inacceptables et elle les condamnait de manière virulente. A la mort de son second mari, une ancienne ouvrière de son magasin de chapeaux est venue la chercher pour lui proposer de venir faire des chapeaux pour les séries télévisées de notre chaîne de télévision flamande. Résultat (accent bruxellois inclu) : « Les homosexuels !  Dire que j’ai dis tan-an-ant de mal de ces gens, et ils sont si gentils ». Du coup elle avait vu 30 fois la cage aux folles et promettait que malgré ses mauvaises jambes elle retournerait le voir s’il repassait en ville…. Pourtant, ma mère à ses yeux restait « Cette juive… ». Tout en parlant 5 minutes après, du petit garçon si mignon du quincaillier juif d’avant-guerre vitupérant parce que de son temps quand elle avait besoin d’un clou, elle pouvait acheter UN clou chez lui et non dix ou vingt comme les grandes surfaces nous obligent à le faire.

Mes parents étaient séparés avant ma naissance et divorcés peu après, et j’ai fort peu fréquenté ma famille paternelle, D’avantage mes grands-parents, mon père reste anecdotique dans mon histoire. Ce qui n’a pas empêché ma mère de me bassiner régulièrement sur l’affront que je lui faisais en ressemblant à mon père. J’ai donc dès l’enfance pris refuge auprès de ma grand-mère maternelle - qui m’a élevée - dans mon identité Wolff, auprès de ceux qui ne me soumettaient pas au stress d’une division d’appartenance et s’intéressaient à la petite fille que j’étais, sans chercher ce qui pourrait être discrédité en moi au nom d’origines douteuses. Auprès de ceux pour qui « Plus jamais ça » s’adressait à chaque personne en tant que personne humaine qui se devait de chercher les moyens de la paix mondiales dans le respect de chacun et de tous. Est-ce un hasard si beaucoup d’entre eux étaient juifs ?

J’avais 17 ans quand ma grand-mère a commencé a souffrir d’un cancer qui pendant les dix mois qui suivirent la conduisent vers la mort en la plongeant  en enfer. Après pour des raisons qui n’amèneraient rien ici, j’ai pris le large. Mais pas sans savoir que mes tantes et oncles, de sang ou d’adoption commençaient à ouvrir les yeux sur le sionisme, il faudra encore quelques années pour que soient fondée l’association belgo-palestinienne dont un des fondateurs, Marcel Liebman était juif, un autre Naïm Kadher Palestinien fut bientôt assassiné et le troisième Pierre Galand est un Belge. C’est dans ce courant de pensée que j’ai grandi, celui qui fonde notre humanité commune sur une sensibilité partagée et une considération du degré l’humanité de chacun évalué en fonction de son respect de l’humanité de tous les autres. Telles sont mes origines, constitutives de ma conception du monde.

Un long parcours pour en arriver au cas « Valls », au sionisme et en particulier au sionisme israélien, et à la judéophophie, l’arabophobie et la phobie des rroms composantes d’une même forme de déshumanisation pour chacun de ceux qui les pratiquent, pour tous ceux dont un quelconque forme de phobie est constitutive de la conception de l’Autre.

Pourquoi le cas « Valls » parce que ce que fait Valls aujourd’hui crée un précédent (qui UE oblige pourrait nous atteindre bientôt) qui porte atteinte à la liberté d’expression de tout un peuple qui pourra si ce précédent passe se voir condamner pour délit d’opinion et selon les dominantes du moment, le principe restera, les cibles changeront. Ce délit d’opinion pourra concerner tant des formes de xénophobie que des ’idéologies à géométrie variable, divergentes d’avec celle du Pouvoir en place, alors que nous assistons à une dérive généralisée tant en UE qu’aux EU, celles de la criminalisation des opinions divergentes condamnées comme menaçantes pour la « sécurité et les intérêts de Etats-Unis » qui est une doctrine militaire imposée dans le monde entier, et dans lequel Etats-Unis ne désigne plus ce pays, mais bien des Corporations Transnationales. Et donc Il serait aussi contre-productif et égarant de remplacé EU par USRAËl ou quelques formules du même genre qui ne désignent pas une cible mais un leurre. Les vraies cibles sont ailleurs, les déterminer demande à la fois une réouverture de l’histoire et une analyse du quotidien.

Le cas « Valls », parce que après avoir stigmatisé les victimes du dit Holocauste que sont les Rroms, après avoir envoyé ses forces de polices, user envers eux de comportements qui sont ceux utilisée par la police française quand elle obéissait aux ordres de l’occupants quand il s’agissait de rafler Rroms et juifs pendant la seconde Guerre Mondiale, après avoir suscité les troubles de l’ordre public par de légitimes réactions  de protestation d’une – bien trop faible – partie de la population , après avoir jeté le trouble dans la conscience d’enfants qui voyaient leur petits camarades de classe « devenir rroms »  et être déportés pour cette raison et cela dans l’accomplissement de ces fonctions officielles de Ministre de la République, le voici qui sans vergogne, sans aucun soucis de cohérence, fait monter la tension au sujet d’un comédien qui lui n’a aucun pouvoir d’envoyer qui que ce soit en déportation.

Je ne vais pas entrer ici dans la polémique Dieudonné, à mes yeux et à ceux de beaucoup après avoir pratiqué longtemps avec talent un humour de Concorde le voici devenu artisan de haine, cela est rejetable, doit être mis en lumière et des centaines de milliers de personnes en débattent aujourd’hui, que ce soit sur Internet ou ailleurs que ce soit en France, dans d’autres pays ou sur d’autres continents. Mais le débat est faussé par ceux qui depuis des années l’ont mis en position de jouer un rôle dans un scénario écrit par d’autres, mais dans lequel il se complait, celui de victime, de martyr, de persécuté pour délit d’opinion. Et désolée, je trouve que sa réponse fait le jeu non seulement de ceux qui lui imposent ce rôle, mais aussi de ceux qu’ils prétendent combattre en le lui imposant. On l’aurait préféré plus intelligent et faisant la nique à tous les fabricants de haine de tous bords, et moins ami des producteurs de concepts (sic) « caca-culotte » (re-sic), qui sèment la division partout où ils passent. Il est triste de le voir instrumentalisé par ceux dont il faisait rire aux débuts de sa carrière par la qualité de son humour qui a fait place à une ironie au rire méchant à relent d’ego blessé.,  il n’y a plus d’autodérision mais le culte d’un ego qui dénigre avec hargne, tout et n’importe qui.

 Il est encore plus triste que cette ironie fondée sur le rejet aujourd’hui fasse salle comble et déchaîne les passions et dans lequel le seul rapprochement populaire est celui de judéophobes, d’arabophobes et autres phobes. Et je mets en garde ceux qui continuent de le suivre au nom de ces débuts… Il y a un devenir « Dieudonné » qui marque une rupture entre ce qu’il était avant le sketch du colon (que des juifs auraient aussi bien pu écrire) et après ce sketch, ce n’est plus la même idéologie qui l’habite., ni les mêmes effets qu’il produit

J’ai commencé en établissant une différence entre habitant et citoyen et je terminerai par cette autre différence, qui n’est pas nouvelle, qui a établi une rupture de la démocratie moderne entre des citoyens qui au nom de leur opinion ne jouissent pas des mêmes droits, celui d’exprimer librement leur pensée et d’en débattre que les autres. Nous sommes face au danger de franchir un seuil dans cette discrimination qui nous éloigne dangereusement de la démocratie moderne, en créant des différences entre citoyens et leurs droits, entre habitants en fonction de leur idéologie.

Il serait urgent de faire une analyse profonde des conséquences de la loi Gayssot, et autres interdits similaires, elle a été le catalyseur d’une prolifération d’une parole qui devenait attrayante parce qu’elle transgressait un interdit, diffusée dans le « secret », en privé, elle a pu proliférer sans avoir à affronter le contradiction du débat public. J’ai en écrivant cela, une souvenir qui s’impose, alors que les étudiants de toute l’université venaient se mesurer à Marcel Liebman en lui apportant la contradiction pendant ses cours, et les étudiants d’extrême-droite n’étaient pas les moins assidus, parce que lui rabattre le caquet en réduisant son argumentation à néant était un défi à relever, je ne crois pas qu’aucun d’entre eux y soient jamais parvenu.

Cela se passait à chaque cours, devant des centaines d’étudiants, les théories des étudiants de l’extrême étaient démontées et réduites à néant par une argumentation informée, rationnelle et cohérente. Et cela faisait barrage à la remontée de l’extrême-droite. Quand on en arrive à croire qu’il faut  interdire, il est déjà trop tard, surtout quand la police vient enlevé des enfants devant leurs copains montrant que ce qui est interdit au peuple est permis à ceux qui confisquent le pouvoir lié à leur mandat.

Quand à Valls, il fut le premier a transgresser les interdits qu’il veut imposer à d’autres, cela devrait être la question centrale du débat actuel, celle de la dérive du pouvoir et de la destruction de la démocratie par ceux la-même qui ont été élu pour l’incarner et la défendre !

 

Anne Woff

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Blanche de Marseille 14/01/2014 18:18


Merci de vôtre réponse dont je viens de prendre connaissance - Je n'ai voté Hollande que par défaut pour éliminer l'Agité du bocal qui le précédait ...aujourd'hui je le baptise Judas
Hollande car chaque jour amène de sa part la trahison de ce pourquoi il a été élu  ( n'y voyez aucune allusion concernant le Peuple Juif , c'est tout simplement une image venue de mon
cathéchisme enfantin , Judas ayant été dénoncer Jésus auprès des autorités de l'époque , lequel à l'Humanité subversive a mal fini - Inch'Allah !  )  Je n'ai jamais eu la moindre
illusion concernant Hollande et le PS m'a donné envie de cracher sur leur seuil dès les années 80 , rue Montgrand à Marseille ! Ce qui est grâve c'est qu'il dépasse tout en rapines des Citoyens ,
qu'il se lance bille en tête dans des guerres pour lesquelles seuls les Casques Bleus auraient dû intervenir !!! quant à Walls la Menace ...en suite d'un Hortefeux ...serviteurs de la Pensée
Brune ...et de tant d'autres qui ne valent pas mieux , se tirent la bourre ( pour parler vulgairement - pardon - ) à qui fera le plus d'expulsions d'enfants qu'on va chercher au sortir de l'école
ou du bus  , comme du temps de Pétain ! mais tout cela je l'ai déjà dénoncé dans plusieurs billets , avec un peu de chances je finirai en taule car tout est flické à un point incroyable -
c'est pour cela que je vous ai fait cette petite remarque - il y a danger actuellement en France , clair et net !  J'ai été très émue de lire ce que vous révélez au sujet de vôtre famille -
Les Gouvernements français successifs nous ont plutôt apporté la Honte , notamment celle de la sale guerre d'Algérie , appelée Opération de Pacification pendant laquelle des soudards ouvraient
les portes des modestes logis à coups de bottes - exactement comme les nazis !!!  Toutes les familles ont été touchées et c'est bien un gouvernement socialiste  ( je maudis Mittérand )
qui nous a toujours conduit au pire - Cette hypocrisie de se nommer Socialiste en ont trompès plus d'un(e) - J'en ai fait partie , mais connaissant mieux au cours des années , je les vomis encore
plus que la Droite , celle de Walls !!  De ma part il n'y aura plus de vote pour personne car il n'y a personne autre que des rapaces cupides , à la vénalité brutale pour gouverner - Je suis
complètement d'accord avec ce que vous dites - Sincèrement à vous 

Anne Wolff 15/01/2014 00:18




 



Je me sens en fait dégoûtée par cette histoire et les réactions qu'elle a suscité, mes recensement des exactions commises par des néo-nazis dans les pays de l’Est contre les populations Gitanes.
Qui donne leur donne la parole ?   Tellement de haine versée sur d’autres haines. Tellement de
crétinerie exacerbée. Et très clairement la situation en France est inquiétante pour nous. Même si l’extrême-droite n’a pas une grande influence en Wallonie, nous sommes cernés de toute part par
des pays où elle prend de l’ampleur.



Valls, c’et pure ordure… Il n’est pas con, il sait bien dans quoi il met les pieds. Il a clairement fait faire un bond en avant au FN. Et la gauche est un mot qui en Europe se décline au passé.
Sachant aussi le contrôle exercé sur Internet, il s’est offert en prime un bon sondage d’opinion.



Je vais prendre des distance avec tout ça, je crois que j’ai appris énormément de choses en quelques jours et le oins qu’on puisse dire c’et que ce n’est pas joli.Je vis dans une région où
j’habitais au début des années 80, nous étions un bonne petite bande de copains, entre Wallons, Bruxellois, Juifs, Algériens, Marocains, Arménien, Flamands, Américaine, Suisse et j’en oublie
certainement… je ne comprends pas pourquoi on fait de nous les ennemis héréditaires, ni surtout pourquoi tant de gens accepte le révisionnisme que constitue nos  manuels d’histoire. Je ne suis pas marxiste, le postulat d’une eschatologie dans l’histoire me semble relever aussi de l’opium du peuple. Je crois plus à une
lutte d’idéologie que de classe. Soit, je vais retourner à mes paysans et là non plus manifestement ce n’est pas tout joli, joli.



Portez-vous bien, je rendrai visite à votre site et commenter comme je voulais le faire, mais là j’ai une indigestion de toute cette histoire et je retourne ressourcer vers d’autres
horizons



Anne W 



Blanche de Marseille 13/01/2014 14:07


Vous m'avez fait l'honneur de répondre et je vous en remercie , cependant je pense que vous êtes fort loin de la France pour avoir émis des comparaisons que je n'accepte pas en tant que
telles parce que tout à fait inadéquates concernant Hollande ! il ne faut pas exagérer !  je déteste ce gouvernement encore plus que le précédent , et je m'en ouvre sur ce billet  ( un
com chez moi aurait été le bienvenu puisque vous êtes quand même dans mes favoris et que nous partageons sur beaucoup de plans la même façon de voir ) mais il faut garder mesure en toutes choses
- autant que possible et je reconnais que les agissements de certains au gouvernement poussent à l'exaspération - sans doute feront-ils des procès , cela leur amènera des sous , ils n'aiment que
ça ! Je voudrais , parce que cela me tient à coeur , vous faire part d'un sentiment que j'éprouve concernant la Shoa  qui signifie " Tempête " et non Destruction  ( je l'ai appris il y
a peu )  Je défie quiconque de venir me dire que je suis insensible à ce qu'ont vécu les victimes innocentes d'un Holocauste si terrible que jamais on ne pourra faire pire - on peut
recommencer ( et j'ai bien peur pour les années futures parce que les idées "brunes" se répandent partout ) on ne pourra descendre plus bas dans la barbarie ! Mais...ce qui finit par provoquer
chez moi un agacement , c'est cette façon de se draper dans la Shoa , en permanence alors que par ailleurs ils font subir aux Palestiniens des horreurs sans nom , destruction de familles entières
, tortures insensées sur les prisonniers , coups tordus ici ou ailleurs ...vous avez compris qu'en rien je ne suis antisémite  ( pas plus que Dieudonné d'ailleurs )  par contre les
ravages provoqués par le Sionisme militaire agressif  ( celui qui manie les politiques )  finissent quand on y réfléchit un peu par provoquer le contraire de ce qu'ils souhaitent ! Ils
veulent qu'on les plaignent ?...mais bien sûr que le coeur est là ...qu'ils arrêtent de faire de la Shoa un bouclier pour protéger des agissements contraires à la Démocratie en France déjà !
l'évocation de la Shoa est devenu un prétexte POLITIQUE - et si nous ne devons jamais oublier cette horreur , j'en conviens totalement , j'aimerais que les Politiques , qui ne sont ni sincères ,
ni propres , ni désintêressés arrêtent de prendre des décisions illégales !!!  Amicalement ;-)

Anne Wolff 13/01/2014 16:14




 



Désolée pour avoir répondu ici, j'avais eu une longue journée, après avoir lu vos billets et après avoir répondu à votre commentaire, je n'avais pas le courage d’écrire une ligne en plus. Elles
se brouillaient devant mes yeux !



Je suis à 30 km de la France, sans frontières naturelles, donc bien trop près à mon goût,  j'y ai passé 12 ans, ma fille y est née, mon père y habite,
j'y ai des cousins et surtout beaucoup d'amis dont les politiques "sociales" d'Hollande mettent la vie en danger et celles de leurs enfants en les privant de leur boulot, en les privant de leur
logement, en les privant de leur avenir.



Quand à son colonialisme meurtrier, il nous met tous en danger parce que le retour de flamme ne connaîtra pas de frontières. L'amitié de Hollande avec les Saoud, sa position de serviteur des
Corporations et de l'Otan, en font un ennemi mondial des peuples libres, mais aussi d’autres factions fanatiques et meurtrières bien implantées en France comme en Belgique. J’ajoute que mes amis
qui ont pour racine cet Islam généreux et aux fortes valeurs éthiques de bienveillance pour son prochain sont aujourd’hui en prise avec le contrôle que des islamistes fanatiques essayent de leur
imposer.



La France n'a jamais été très aimée dans le monde, elle se fait haïr et moquer. Les Belges, en général, n'ont jamais beaucoup aimé les français "La France est un beau pays, dommage qu'il y ait
les français" est un dicton belge. A différentes reprises quand les français ont été évoqués autour de moi, les rires moqueurs ont fusé. Et cela aussi me fait de la peine.



J'ai des origines vendéennes, bavaroises, flamandes mais aussi et surtout juives berlinoises et comme beaucoup de ceux qui ont eu pour éducation le "Plus jamais cela, (ni la shoah ni l'holocauste
d'une guerre avec ses plus de 60 millions de morts et combien de victimes, d’enfances volées, de deuils, d’handicaps, de destructions), plus jamais, pour personne, nulle part".  Ni Auschwitz, ni Dresde, ni Hiroshima. C'est une douleur de constater que chaque jour - ô que si - on fait pire et qu’une partie au moins de ce pire est faite au
nom des enfants de la Shoah, et le plus souvent par les héritiers de ceux, juifs ou non qui n’ont rien fait quand il était possible de les sauver. Enfants de Gaza, enfants de Fallouja, enfants de
Tegucigalpa, enfants d’Ostrova… enfants qui n’ont plus de sommeil guettant les passages des drones tueurs, la nuit, qui survolent leurs lit, enfants mutants de l’Agent Orange au Vietnam et de
l’Uranium, enfants aux reins bloqués par le glyphosate, enfants et adultes assassinés pour leur voler leurs organes, enfants détruits par des drogues qui vous rongent la chair, que d’autres ont
inventé et leur vendent… j’arrête là… mais c’est cela la honte… c’est que depuis Pire ne cesse d’arriver.



Alors non, Hollande en tant que chef du gouvernement n'est pardonnable ni d'envoyer les troupes françaises tuer pour de l'uranium, ni de se porter en tête pour perpétuer la destruction de la
Syrie, de sa population, de ses infrastructures, ni de soutenir le régime Saoudiens en faisant la carpette pour ses Princes, ni de ne pas intervenir contre les expulsions de roms qui font
partie des conditions de possibilités d'un nouvel ethnocide qui se déroule aujourd’hui au quotidien. En tant que chef du gouvernement il assume la totale responsabilité de tout cela, plus que
Valls qui est censé répondre de ces actes devant le Président. De même qu’il est le premier - en tant que chefs de l’état - responsable de l'interdiction des spectacles de Dieudonné et de
l'instrumentalisation à cette fin des plus hautes instances juridiques de la France, et de bien d’autres choses encore.



Beaucoup de gens sont morts parce que d’autres ont cru qu’Obama ne pouvait être au courant des crimes commis au nom des USA. Beaucoup d’autres mourront des illusions que certains se font au sujet
d’Hollande. Et je n’aimerais pas d’apprendre demain que des amis sont mort dans un attentat commis par les terroristes revenus de Syrie, à qui les politiques de nos gouvernements ont donné l’occasion d’aller apprendre le métier de terroriste à l’étranger faute de la possibilité d’apprendre un métier plus honorable
dans nos pays.



Maintenant je reconnais que je me suis peut-être trompée et qu’en ce qui concerne l'origine de son air d'imbécile heureux et assouvi au clown pas drôle, il pourrait ne pas être du à des
substances stupéfiantes mais aux endorphines produites par les satisfactions de ses amours parallèles. On en est là, à de rares exceptions prêt, il n’y a pas eu de débat politique sur la liberté
d’expression mais bien des échanges émotionnels débridés.



Et oui, il existe (encore) une différence fondamentale entre Belgique et France, nous n’avons pas de loi contre le racisme et l’antisémitisme, mais bien une loi contre le racisme et la
xénophobie… un monde de différence ! Privilégier la lutte contre l’antisémitisme aux autres formes de xénophobies est une discrimination de fait inacceptable !!!!…



Au plaisir de vous relire, on ne peut être d’accord sur tout et c’est très bien ainsi.



Anne



Blanche de Marseille 12/01/2014 18:04


Je pensais bien en venant chez vous trouver un post concernant justement cette affaire Dieudonne qui provoque des polémiques - ce qui en soi ne serait pas à déplorer dès l'instant que la
parole est libre et respectée - Or , celui qui met le feu ce n'est pas l'humoriste  ( j'ai visionné beaucoup de vidéos pour comprendre car je ne le connaissais pas )  mais bien Walls ,
ce dictateur au petit pied qui rameute toute la presse contre l'artiste , en est arrivé à ses fins odieuses , entraîner le Conseil Constitutionnel à interdire  " à priori "  des
spectacles ! ce qui ne s'était jamais vu !!!  il sue la haine , il suffit de le voir , de l'écouter parler - ses méthodes policières sont violentes ...Tout cela pour effacer les dérives d'un
gouvernement dont pratiquement tout le pays attends les élections pour le rejeter ! l'affaire Dassault en premier !!! corruption - violences contre les plus démunis - mensonges éhontés -
arrogance - je n'aurai pas de mots assez durs pour qualifier ce gouvernement encore plus détesté que le précédent et c'est peu dire !!! Walls a allumé la mèche de son siège éjectable - J'aimerais
, si vous en avez le temps que vous veniez lire mon billet de ce jour dans lequel je mets les choses très au clair concernant de déni de Démocratie grâvissime - l'injustice me révolte et je me
bats comme je peux ...avec mon respect 

Anne Wolff 12/01/2014 21:48



Bonsoir Blanche,


Je partage tant de ce que vous écrivez, que jai par moment l'impression de me lire en miroir, oui, j'ai été en rage ces derniers jours. Une rage comme je n'en ai pas connu souvent dans ma vie.
N'importe qui m'aurait décrit lemonde que nous connaissons aujourd'hui, il y a 30 ans,je l'aurais pris pour un fou, une folle quelqu'un à l'esprit mal tourné. Il y a seulement 5 ans... je me
trouvais moi l'esprit mal tourné, parce que je commençais à entrevoir la réalité derrire les écrans opaques, je pensais que j'étais prise d'humeurs noires, ce qui ne me ressemblait pas...
aujourd'hui je découvre à quel point j'étis en dessous de la vérité !


Mandela ne pouvait pas renoncer à sa lutte parce qu'il n'existe aucune liberté pour celui qui transporte ses barreaux dans la tête. C'est ce qu'on nous demande aujourd'hui de faire. Et ce qui
m'enrage c'est de voir tout ceux qui le font avec cette haine fondamentale pour la vie et pour la liberté qu'ont les Inquisiteurs. Surtout ceux qui se disent de gauche ! Longtemps ces gens je les
ai plaint, j'étais triste pour ceux qui portaient une telle noirceur en eux que si j'appréciais la beauté d'une fleur ou le vol d'un oiseau, ils demandaient "Qu'est-ce que cela te rapporte ?"
J'ai appris avec le temps que pour ceux qui posent ce genre de questions, je n'ai pas de réponse... à un moment je trouvais qu'il fallait les larguer en pleine forêt, avec le kit de survie
minimum et sans boussole, qu'il retrouve la boussole intérieure des vivants... pas celles des écrans qui guident des drones tueurs. Depuis j'ai senti le fossé entre nous se creuser, chaque enfant
qui mourrait pour que "cela rapporte" le creusait un peu plus.


Sarkozy, Bush... ils sont ce qu'ils sont et ne s'en cachent pas alors qu'Obama et Hollande ont leurré le peuple avec de faux espoirs,c'et ignoble. Avec les premiers, on savait à qui on avait
affaire, à quoi on pouvait s'attendre et il était clair que plus personne ou presque n'en voulait,alors à leur place sont venu des "bonimenteurs", qui ont tenu des discours  d'espoir, alors
qu'ils se savaient porteurs de fin de monde.


Hollande est ce qu'il y a de pire, un clown qui ne fait rire personne, Obama me fait je ne sais pourquoi toujours d'avantage penser à une limace.Je m'excuse humblement auprès des limaces réelles,
mais les limaces me dégoûtent profondément...


Et jusqu'ici je ne m'étais jamais préoccupée de Valls... c'est vrai il dégage une incroyable haine, il me fait penser à Heydrich. Hollande, je ne sais pas ce qu'elle lui met dans son café
Valérie, mais c'est clair qu'il est out et sous un mélange de stupéfiants et euphorisants, en truc comme cela, pas la moindre lueur d'intelligence, une sorte d'autostatisfaction béate, une
parfaite incarnation de crétin mécanique ... mais Valls, les seuls mots qui me viennent "une âme damnée", un tueur qui ne se salit pas lesmains et charge d'autres du sale boulot, un répresseur,
un planificateur de solution finale... c'est ce qu'il évoque pour moi, avec une grosse de sadisme et malgré ses airs d'éternel constipé, un ego sur pattes.


Et Dieudonné ? j'aime pas, c'est tout aussi viscéral, parce que je sens que tout n'est pas mis sur la table,...


Ce qui est certain, c'est que sachant les ambiguitéqu'elles véhiculent,volontairement je pense, jamais je ne pourrais faire de quenelle... mais même sans le savoir, bof, pas très élégant, ni
vraiment significatif d'amélioration du monde... La plaisanterie sur le colon juif, c'était très gentil compte tenu des horreurs qui se produisent en Palestine, et plus que mérité... insulter les
enfants de la shoah, qu'il soit Roms ou Juifs ou.... NON. Qu'on les laissent reposer en paix... c'et cela qui a fait exploser ma rage... pauvres petits choux, commei celan'avait pas été assez
monstrueux, il faut que d'autres plus de 70 ans plus tard déclarent de nouvelles guerres... en leur nom !


 


 


j'ai le sentiment que tout cela était - aussi  -une sorte de test, de sondage,  pour que chacun dans l'émotion dévoile ce qu'il pense, où il se situe... je ne me sens pas trop
concernée, ce que j'ai à le dire je le dis, je l'ai toujours fait. Je ne me mettrai pas moi les barreaux parce qu'énoncer son opinion devient toujours plus risqué


Stella Calloni cite Britto Garcia :  "


«(...) leur pouvoir consiste à nous obliger à nous cacher. Qu’ils se cachent eux !
»


Merci Blanche, cela fait du bien de pouvoir s'exprimer à ce sujet avec quelqu'un de sensible


Anne



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives