19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 19:21

*Et hop, une pièce du puzzle, c'est tout de même plus stimulant que de taper toujours sur les mêmes clous qui refusent obstinément de s'enfoncer.

 

L’USAID dans les Caraïbes et en Amérique centrale
Par:José STEINSLEGER
...

En décembre 2006, le mafieux cubano-étatsunien Adolfo Franco, directeur pour l’Amérique latine de USAID (Agence Internationale pour le Développement), affirma que le gouvernement de Washington ne travaillerait directement avec celui de Haïti “jusqu’à ce que soit résolu le blocage politique du pays”.

Intéressé à connaître le type d’aide d’USAID, le journaliste Tom Reeves (de la prestigieuse publication Counterpunch) voyagea à l’île antillaise et s’entretint à Jacmel avec Pierre Gestion, dirigeant du Mouvement Haitien pour le Développement Rural, un des acteurs qui renversèrent le président Jean Bertrand Aristide en février 2004.

Se vantant de sa connexion avec le Département d’Etat et avec Refuerzo de la Democracia, programme de l’USAID, Gestion déclara au journaliste : "...ils nous entraînèrent et nous enseignèrent comment nous organiser, et nous avons organisé les groupes pour exiger que soit renversé le gouvernement corrompu d’Aristide".

Confirmant diverses plaintes similaires, le sénateur démocrate Christopher Dodd signala que l’USAID avait destiné 1.2 millions de dollars pour entraîner les "rebelles" d’Haïti, pour plus de 20.000 fusils M-16 et équipements militaires de haute technologie fournis par l’armée de la République Dominicaine voisine. Entretemps, Franco tomba en disgrâce. En novembre 2007, le gouvernement de W.Bush lui demanda de démissionner à cause de la bagarre des fonds pour la “démocratie” à Cuba. Franco fut remplacé par José R. Pepe Cardenas, mafieux de la Fondation Nationale Cubano Américaine qui, après le renversement du président du Honduras, Mel Zelaya (28 juin 2009), fut contracté par la marionnette Roberto Micheletti "pour améliorer son image" à Washington.

Roland Valenzuela, ex-ministre du président Zelaya, dénonça en juin 2010 l’ambassadeur étatsunien Hugo Llorens (d’origine cubaine) d’avoir coordonné le coup d’Etat à Tegucigalpa.

Valenzuela assura que quelques jours avant le putsch, Llorens et Micheletti (alors président du Congrès) reçurent le décret de destitution de Zelaya. Quelques jours plus tard, à la sortie d’un restaurant de San Pedro Sula, il fut assassiné par un "délinquant ordinaire".

Valenzuela apporta une autre donnée intéressante : le brouillon du décret avait été rédigé par Jacqueline Jackie Foglia Sandoval, diplômée de l’Académie Militaire de West Point et fonctionnaire des forces armées du Honduras. Jackie est aussi directrice des relations extérieures de l’Université Zamorano, centre d’études d’Amérique latine reconnu en matière agricole qui reçoit des fonds et des orientations de l’USAID.

A la suite du crime, le président du Collège des Professeurs d’Education Secondaire, Jaime Rodriguez, dénonça que l’USAID et divers organismes non gouvernementaux d’Europe appuient la persécution des maîtres honduriens, dont le syndicat avait été un des plus combatifs dans la résistance au coup d’Etat. Plusieurs de ses membres furent assassinés.

Comme le dénonça le journaliste canadien Jean Guy Allard, les fonctionnaires de l’USAID appuyèrent directement un autre des groupes les plus agressifs contre Zelaya, que CNN a choisi ensuite pour justifier le coup : le Movimiento Paz y Democracia, dirigé par Martha Diaz Velasquez, bénéficiaire de 47 millions de dollars distribué entre différents groupes du Honduras.

De même, le combatif syndicat des maîtres dénonça que des mouvements comme Tranformemos Honduras (MTH) reçoivent des fonds de l’USAID, de l’ONU, de la Banque Mondiale, de la BID et d’organisations européennes d’Espagne, d’Allemagne, de France et de Suède, pour la fin supposée de combattre la corruption. Le programme du MTH Gobernabilidad y transparencia, par exemple, est le même qui au Nicaragua fonctionne sous le nom de Cam Transparencia, administré par Casals & Associates Inc, filiale de la firme de mercenaires Dyncorp, fournisseur du Pentagone.

Le jour où l’Hondurien Valenzuela fut assassiné, le président Barak Obama nomma Mark Feirstein directeur général de l’USAID. La feuille de service méritait la fonction : expert en "guerre de quatrième génération" (désinformation), propriétaire de Greenbarg Quinlan Rosler (firme qui offre des orientations stratégiques pour des campagnes électorales, des débats, des programmations, des recherches), chef de projets pour renverser les sandinistes dans la décennie 1990, chroniqueur du New York Times, conseiller spécial de l’ambassadeur de William Clinton à l’OEA et du fugitif de la justice Gonzalo Goni Sanchez de Losada, ex-président de Bolivie.

L’USAID de Feirstein se préoccupe aussi de la jeunesse d’Amérique centrale. En juillet dernier, avec la Fondation Trust for the Americas, le secrétaire de l’OEA, José Miguel Insulza, a parrainé le projet Armando Paz (sic) : "pour offrir aux jeunes des activités de développement humain et culturel".

Parmi les bienfaiteurs figuraient la pétrolière Chevron, Chrysler, General Electric, Microsoft, Siemens et l’institut Sociedad Abierta du magnat George Soros.

 

Posted on:11/25/2011

Vol. 5, No. 19 • Du 23 au 29 Novembre 2011

Source : Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caroleone 20/06/2012 16:54


Bonjour Anne, On retrouve cette saleté d'USAID un peu partout en Am sud, je l'ai découverte pour ma part en Colombie lorsque j'avais lu le livre d'Hernando Calvo Ospina, Derrière le rideau de
fumée et j'avais été édifiée. C'est de là que je tiens mon intérêt pour la Colombie d'ailleurs !!


Tu as raison, on a peu de personnes intéressées par ce qu'il se passe sur ce continent, les gens ne voient bien souvnet pas plus loin que le bout de leur nez, mais moi, sur mon blog, j'essaie
d'être internationalsite parce que je pense que les problèmes liés au capitalisme et à l'environnement doivent se prendre dans la globalité.Seules les luttes qui se rejoindront porteront des
fruits et je sais que malgré tout, je suis très incomplète car je suis presque ignorante des problèmes sur les autres continents, je les suis de loin mais je n'arrive pas à tout synthétiser, d'où
le choix de Abya yala.


On fait ce qu'on peut malgré tout !


 


Bises


 


caro


 

Anne Wolff 20/06/2012 17:30



Rebonjour Caro,


Tu sais je crois qu'on est tous limités sur le mode connaissance exhaustives... mais je résouds le problème en partant du principe ue la racine du mal est unique, la même partout sur la planète
et qui emploie finalement les mêmes méthodes. Et cela se vérifie.


Là, c'est grave ce qui se met en place, j'avais fait des recherches sur la militarisation du monde ui m'on conduite à ce u'on appelle la "doctrine d'Obama", un mélange de guerres semi-secrètes,
avec des espions, des paramilitaires, des drones et une miltiplicités de petits foyers dansle grand silence des lédias. J'ai vraiment compris ce que cela signifiait concrètement à travers le
témoignages venu du Honduras, entre autre sur les meurtres de ces gens qui rentraient paisblement chez eux à bord d'une barque et qui se sont fait mitrailler... après l'histoire continue, les
étasuniens continuent leurs brutalité dans le village, j'ai vu desphotos ui montrent cette militarisation hybride et toutes les forces de répression entraînées par les mêmes USA, uienvoient aussi
leurs vétérans d'Irak et d'Aghanistant.


Puis j'aiété lire plein de texte de laVia Campesina... et tout semble se confirmer... les USA sont en train d'entraîner des troupes partout sur la planète où il y a des terres et des matières
premières a s'approprier ou placer sous contrôle, partout ils envoient ou contribue à former des troupes antiinsurrections, ils travaillent avec les paramilitaires et les milices privées
locales... et les morts tombent aux compte-goutte...quelques leaders paysans ici, un journaliste là,quelques syndicalistes d'un autres côté...et encore d'un autre un groupe d'insurgé ou des
pseudo narcos..


Pendant ce temps Rio + 20 prépare le cadre pour uneappropriation légitimée de région entières....


Via Campesina dit que se prépare une nouvelle phase d'accumulation de capital, et je le sens aussi.


En Europe il nous ont préparé des troupes spéciales EUROGENDFOR... pour réprimer les insurrections, le droit de tuer les manifestants est légalisé;


Mais autant que possible pour le moment, ils mènent des éliminations ciblées. L'articlehttp://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-imperialisme-et-violence-en-colombie-107098048.html


est édifiant à ce sujet, il montre l'alternance des méthodes en Amériue latine, entre éliminations massives et élimination ciblées...


Je sais qu Via Campesina voit juste autant dans ces dénonciations ue dans ces propositions, dans les alertes qu'ils lancent... que c'est unmouvement de portée internationale mais l'occident est
vraiment dur de la feuille, comme s'il luiétait inconcevable d'accepter des solutions quiviennent d'ailleurs... c'est triste et il risue de le payer très cher...


je ne sais pas, j'ai envie de monter un autre blog sur ce thème Refondation, pour ceux que ces mouvements et les infos du sud traduites intéressent...


Bisous


 


Anne



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives