8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 10:55

 

Commémoration de la siembra d'Hugo Chavez, une étoile dans chaque  cœur


Je rappelle brièvement le contexte. Samedi dernier à l’appel de Panama et avec le soutien président de l’OEA, Inzulsa, il fut question, dans le cadre de cette organisation qui réunit l’ensemble des pays du continent Américain, de la création d’un Commission destinée à envisager la nécessité d’une intervention étrangère dans un Venezuela prétendument en rupture d’ordre démocratique.

Rien à dire, une première victoire de ce type fut la reconnaissance immédiate de la légitimité du président Maduro après les élections d’avril dernier, ce qui avait forcé des pays rétifs, comme la France ou l’Espagne, à revoir leur première réaction négative et à eux aussi reconnaître Maduro, les USA restant, cette fois déjà, eux-mêmes isolés dans leur tentative de mettre le Venezuela chaviste au ban des nations. Cela avait aussi forcé leur candidat perdant Capriles Radonsky, a devoir rappeler ses troupes qu’il avait appelées à se déchaîner dans le pays, pendant qu’il faisait lui autant de lobbying que possible pour amener d’autres pays à se rallier à ses exigences de délégitimer ces élections, mais ne rencontrant dans de nombreux pays comme interlocuteurs disposés à l’écouter que ses collègues de l’internationale d’extrême-droite qui sévit dans la région (et dans le monde, entretenant par exemple des liens très fort avec Aznar et son PP au pouvoir pour le pire en Espagne).

Il est tout à fait clair que le coup d’état en Ukraine et la tentative qui se déroule au Venezuela font partie d’un même agenda d’avancée de la globalisation du Monde Marchand. Il est aussi de plus en plus clair qu’en plus des réponses fermes de rejet, face à de telles tentatives, de la Chine, la Russie, des BRICS ou des pays non alignés, il faut dès à présent compter l’Amérique Latine en soi comme une force à part entière, de la scène politique internationale.

Cela constitue aussi un message et un exemple pour tous ceux qui voudraient voir advenir la construction d’une Europe Souveraine, dans la diversité de ces cultures et la mise en complémentarité de ses ressources et des talents de ces peuples. Une Europe, elle aussi, souveraine, dégagée de son assujettissement aux décideurs de Washington, et de ce terrible et destructeur réaménagement de paysages qu’ils nous imposent, paysages politique, économique, culturel mais aussi celui concret que nous avons sous les yeux et qui a souffert mille maux des contraintes imposées de l’extérieur pour sa transformation.


Ajoutons à cela qu’une réunion de l’UNASUR, appelée par le Venezuela, est prévue la semaine prochaine au Chili, qui se tiendra en prolongement de l’entrée en fonction de Michelle Bachelet comme présidente de ce pays.

 

 

Une majorité de pays de l’OEA approuve la déclaration de solidarité avec le Venezuela

 

Caracas 7 mars AVN. – L’organisation des États Américains (OEA) a approuvé ce vendredi une déclaration de solidarité avec le gouvernement du Venezuela et les dialogues de Paix impulsés par le président de la République Nicola Maduro.

Un total de 29 pays ont voté en faveur de cette résolution, à l’exception des États-Unis, du Panama et du Canada, rapporte l’ambassadeur du Venezuela à l’OEA, Roy Chaderton.

Après avoir exprimé que cet accord représente un triomphe pour l’intégration de l’Amérique Latine, il ajoute “’Ce qui s’est passé aujourd’hui est une leçon historique, c’est un exemple que l’OEA se donne à elle-même. Une réponse de la justice internationale avec la souveraineté et la dignité retrouvées face aux prétentions impériales »

Lors d’une entrevue avec TeleSur, Chaderton ajoute que l’approbation de la déclaration de solidarité fut une décision complémentaire, puisque durant la réunion du Conseil Permanent de l’OEA, réalisée le matin, l’ingérence et l’intervention étrangère au Venezuela ont été rejetées par une large majorité. »

Plus tôt, le Ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Elias Jaua, rapporte que durant la réunion préalable des ambassadeurs, un des arguments les plus solides fut qu’ « au Venezuela il existe un état capable de garantir une force policière et militaire préparée pour agir avec un usage proportionnel et différencié de la force » 

Dans ce contexte, Chaderton insiste auprès des membres de la dite Mesa de Unidad Demócratica » (MUD, front de l’opposition) à réfléchir et à prendre ses distances avec les groupes violents .

Traduction Anne Wolff

Source en espagnol :

AVN 07/03/2014 22:20

Mayoría de países de la OEA aprueba declaración de solidaridad hacia Venezuela | AVN 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives