5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 14:34

 

Un article très important pour comprendre qui sont les ambassadeurs en France de la Russie de Poutine, Latsa organise également des voyages en Russie pour des groupes de jeunes Nationalistes francophones. Il y a beaucoup à dire sur cette propagande discrète d’une certaine Russie - celle de Poutine -  dans la francophonie, une propagande qui fait partie du projet de Grande Europe Nationaliste étudié par les experts du gouvernement russe.

J’en apprends de plus en plus à ce sujet, je relaye ce texte parmi bien d’autres infos, entre Venezuela, Ukraine et travail de recherche… je suis un peu débordée là ! Alors que je pense que c'est un droit pour chacun d'être informé de ce qui se passe en haut en coulisse, des décisions sont prises, des actions entreprises qui concernent notre avenir alors que l'Europe entre en guerre, que nos pays deviennent ou non champ de bataille, ils sont engagés et Washington - lors de la visite de Merkel ' vient déjà d'ordonner à l'UE d'augmenter ses dépenses militaires ... forcément au frais de la population !

Alexandre Latsa Alexandre Latsa à la tribune / photo Nouvel Arbitre

La guerre de l’information russo-ukrainienne ne connaît pas de répit. Le rôle de la mouvance "sociale-nationaliste" dans la révolution made in Maidan, un temps ignoré, est ainsi désormais notoire et étayé. Symétriquement, les accointances du pouvoir russe avec une mouvance idéologique "eurasiatique", d’extrême-droite ont bien été évoquées dans la presse écrite, mais n’ont pas fait l’objet d’une même médiatisation. C’est en quoi la conférence "mythes sur la Russie d’aujourd’hui" organisée au siège de l’UMP par la Droite Populaire récemment, et la personnalité de son orateur sont intéressantes.

 Il s’agit d’Alexandre Latsa, porte-voix des thèses russes. Sa trajectoire est exemplaire de la séduction qu’exerce la Russie auprès de notre propre extrême-droite.

"Deauville, Sentier, territoires occupés"

Revenons rapidement sur la Droite Populaire. Incarnant un des courants les plus droitiers de l’UMP, son soutien à la politique russe n’est pas une surprise. En outre, un de ses représentants est le lobbyiste Thierry Mariani. Il dirige l’organisation Dialogue franco-russe, qui recevait Latsa en décembre 2013.

Photo Dialogue franco-russe

Les Jeunes de la droite populaire, maîtres d’œuvre de la conférence, sont de leur côté dirigés par Pierre Gentillet. "Poutinien" revendiqué ayant eu les honneurs de la Voix de la Russie, défenseure de la geste dieudonniste, en outre. Dans la foulée de la conférence, les trois hommes cosignaient une tribune dans Atlantico.

Serbie et jeunesses FN

Latsa, chasseur de têtes, "fixeur" basé à Moscou depuis 2008, est/fut chroniqueur dans plusieurs médias russes officiels (Ria Novosti, Voix de la Russie), pour les sites français Atlantico et Agoravox ou encore Eurasia Rivista, revue du "nazi-maoïste" revendiqué Claudio Mutti. En 2012, il a coordonné un livre de commande appelé la "Russie de Poutine". Latsa explique cet engagement russophile par le "traumatisme politique" que fut la guerre de Yougoslavie et évoque sa conversion à la religion orthodoxe.

Dans le conflit yougoslave, Latsa prit le parti des dirigeants serbes et s’associa au collectif "Non à la guerre". Plus tard, il multiplie les séjours à Belgrade, au nom d’un engagement humanitaire. En 1998, il était élu sur une liste étudiante du Renouveau étudiant (émanation du FN), à Bordeaux. Une organisation dont les slogans étaient alors "Deauville, Sentier, territoires occupés", "A Paris à Gaza Intifada", "Europe, Jeunesse, Révolution" et posant bras tendu, rapportaient Le Monde ou Libération. Une rhétorique nationaliste-révolutionnaire qui "colle" : à l’instar du maître à penser de cette mouvance, Jean Thiriart, Latsa prône l’Europe de "Dublin à Vladivostok" et fréquenta par le passé quelques forums où il est de bon ton de dénoncer "l’occupation usraélienne de la France".

Promotion d’un mouvement ultranationaliste

Dix ans et quelques séjours en Serbie plus tard, c’est donc à Moscou que l’on retrouve Latsa, toujours aussi impliqué politiquement. Début 2009, il accorde un entretien à Russki Obraz, un groupement ultranationaliste, qui sera mêlé à une dizaine d’affaires criminelles. Au cours de cet échange, Latsa déclare que "la France est devenue une colonie de ses anciennes colonies". Quelques mois plus tard, inversion des rôles. C’est au tour de Latsa d’interroger et promouvoir le chef d’Obraz, sur le média français Agoravox. Enfin, sur le site d’Obraz, le blog de Latsa sera pendant plusieurs années listé parmi les "blogs officiels" du mouvement. A l’insu de son plein gré, répond Latsa :

"Je ne suis pas membre d’Obraz et ne l’ai jamais été, primo car je suis étranger et un étranger ne peut appartenir a un mouvement russe, (ni Obraz, ni Russie Unie etc) … Et secundo car lorsque j’ai faite cette ITV Obraz en 2008 se présentait comme un mouvement affilié a Russie-Unie (duquel je suis par contre proche depuis 2008) via lequel ils m’ont contacté [...] Je crois qu’Obraz a utilisé ce texte et mon site dans leur blogroll pour se targuer d’avoir des soutiens étrangers pour se faire valoir politiquement (?)"

Il n’empêche, sur son blog Latsa a pendant un temps relayé l’actualité d’Obraz et même traduit certains de leurs communiqués. Il dit ainsi son approbation à celui intitulé "ni capitalisme ni communisme" :

Comme l’explique Ilia Goriachev, un des responsables de Russki Obraz :

«Nous avons des valeurs claires : nous sommes pour le développement industriel et technologique de notre pays (…) Mais pour cela nous estimons n’avoir besoin que de travailleurs Russes !
Nous n’avons ni besoin de managers internationaux, ni d’immigrés du 1/3 monde!
Nous sommes en faveur de l’identité nationale y compris dans le travail. Ainsi, vous pouvez voir ici un certain nombre de drapeaux d’autres travailleurs de pays «frères» (pays de galles, transdnistrie, québec, texas ..). Pour nous la lutte pour la liberté est la même partout, c’est la luttre des travailleurs contre l’impérialisme, contre l’oppression et de l’OTAN et contre l’internationalisme.

Il est temps pour la Russie de surmonter sa dépendance aux afflux de migrants de l’est, mais également aux crédits de l’ouest et de recouvrer son indépendance !
Pour nous aujourd’hui un seul mort d’ordre : ‘Ni libéralisme, ni marxisme’.

Latsa vante aujourd’hui "le modèle pluriethnique eurasien et russe" contre  "le multiculturalisme occidental" et affirme que "le meilleur modèle est celui d’un Etat fort, dirigiste, permettant le capitalisme d’Etat(1) afin de maitriser le capitalisme sauvage". Il collabore avec des médias russes "mainstream" ; des éléments du pouvoir russe sont par ailleurs entrés en guerre totale contre Obraz, pourchassant son chef pour des faits relevant de terrorisme. (Obraz aurait en fait longtemps été instrumentalisé dans un jeu plus vaste de pure ingénierie politique, alias "political technology").

Une "quenelle" à l’UMP ?

Latsa UMP
Gentillet et Latsa / photo Euryanthe M.M. Facebook

L’intervention en elle-même de Latsa à l’UMP n’aura pas réservé de grandes surprises, mais ne fut pas sans "dérapages". Les différents comptes-rendus font état, de sa part :

  • D’une apologie sans nuance du régime russe : "On peut penser que le modèle qui se déroule en Russie sera un modèle pour l’Europe de l’Ouest demain", "En France, il y a une alternance de personnes qui gèrent mal. En Russie un parti qui gère à peu près bien.", "Poutine est un authentique patriote."
  • D’une défense de "l’axe Paris Berlin Moscou", "seul moyen d’avoir la paix en Europe."
  • De raccourcis et sous-entendus :  "Je n’arrive pas à comprendre que BHL qui est juif puisse soutenir le parti nazi Svoboda". Surtout, Latsa a déclaré être venu à la conférence en tant que "citoyen français entrepreneur en Russie et éternellement lié à cette nation par sa femme", un clin d’oeil appuyé à destination des initiés "antisionistes". Ceux-là ne manquent pas une occasion de rappeler les propos démagogiques de Valls à une radio communautaire : "par ma femme je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël" (cf.Comment Florian Philippot est devenu une star de la dieudosphère et Comment l’antisémitisme a gagné l’UMP)

C’est donc ce sulfureux mercenaire de l’information, au carrefour d’intérêts économiques et politiques (il animait encore récemment une rencontre avec le frontiste Aymeric Chauprade à Moscou) qui est venu tenir conférence au siège de l’UMP. Un fait peu anodin pour le parti en question et qui témoigne par ailleurs de la crise qu’a connue le mouvement de jeunesse officiel de l’UMP, les Jeunes Pop’, laissant un espace aux plus radicaux. L’affaire pose un problème plus sérieux : la France  a longtemps été soudée par un consensus social et géopolitique dit "gaullo-communiste". A défaut d’un courant gaulliste fort, avec qui la gauche française réaliste dialoguera-t-elle et construira-t-elle la politique étrangère indépendante qu’elle appelle de ses voeux ?

De façon plus terre-à-terre. Du côté des Jeunes de la droite populaire, après soirée, on se félicitait presque d’avoir mis une "quenelle"… à cette UMP "atlantiste". Certains militants joueraient-ils contre leur camp ? Qu’en pense Jean-François Copé, qui a accordé une "enveloppe parlementaire" de 10 000 euros à un mouvement de la droite extrême appelé UNI (MET) et très lié à la Droite populaire ?

 

Source :
Ukraine/Russie. Un drôle d’expert au siège de l’UMP | Olivier Pechter

(1) Comprendre les structures de la société russe beaucoup plus complexe que la nôtre, avec ses survivances d'avant et de pendant la révolution, et après et les mutations qu'elles ont subit; celles de cette classe à part entière de corporations de voleurs du temps du tsarisme, qui a traversé tous les régimes, changeant de formes donnant plusieurs branches qui évoluent dans des directions différente est un vrai casse tête, certaines branches ont pris le chemin de la petite délinquance, d'autres se sont organisées sur un mode mafieux, d'autres encore conservent leurs formes corporative traditionnelles, un entremêlement du même type que le narco-mafio-capitalisme structurel occidental, où oligarques et maffieux sont parfois les mêmes, on retrouve de ces anciens bandits tant dans les sommets du pouvoir, que dans les institutions,  c'est une étude pour russophile, ce qui est certain ici que le terme d'état désigne non pas un peuple et ses aspirations mais bien la gestion par une oligarchie capitaliste qui tient les rênes du pouvoir et contrôle l'économie et la population....

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives