12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 16:36

 

Juste pour dire que je ne suis pas la seule à perdre en « civilité » dans mes propos. L’étrange bouillie aux relents nauséabonds qui émane de la grande marmite où mijotent les grenouilles est sur le point de déborder.

Les grenouilles croassent à qui mieux mieux ; il y a longtemps qu’elles ont perdu la faculté de se rebeller contre les injustices, fussent-elles les victimes.

« Le monde va changer de bases », nous n’étions plus grand-chose et demain rien… et les quelques-uns encore debout subissent les coups de la valetaille aux ordres qui se précipite pour ramasser les dernières miettes que jettent désinvoltes, les Nouveaux Propriétaires du Monde. « Chacun pour soi » est sa devise. « Morts aux gueux qui nous volent notre pitance !  ». Je les trouverais pathétiques s’ils n’étaient pas si néfastes pour ce que notre Terre héberge encore d’humanité.

« Fin de partie », la grande expulsion globale touche à son terme !

 

 

Trop d’injustices : Il est temps de faire la Révolution

Gilles Devers

vers4_bertaux_001f.jpgLa nature a horreur du vide, et le gauchisme étant devenu une sorte de sanatorium pour retraités dépressifs et distrayants, ce sont les banques qui ont repris le flambeau de la Révolution.
Sur le haut de la barricade, dans un halo au milieu de l’épaisse fumée des gaz lacrymogènes, voici le leader de la direction des études du Crédit Suisse, mégaphone à la main, qui appelle le monde à renverser la table.
On sent en lui toute la force de la victoire. Il sait que le prochain de coup de baston, c’est pour son museau, mais le bleu marine ne peut rien contre la vérité, pas plus qu’un bloc de béton ne pourrait tarir une source.
D’une main de fer, il brandit son mégaphone, pendant que 583 camarades pédalent pour fournir l’électricité permettant de sonoriser le monde.
De son autre main de fer, le camarade banquier tient le livre rouge,… euh, le Wealth Report 2013 du Crédit Suisse, et c’est de l’authentique bombe révolutionnaire, certifié par la Lénine corporate.
Tout va péter.
La crise ? C’est la propagande des capitalistes. La richesse mondiale a plus que doublé depuis 2000, atteignant un record de 241 billions de dollars US. Cet enrichissement doit tout à l’écrasement des plus pauvres par les plus riches, les chiffres donnant le vertige :
- la moitié de la population mondiale possède moins de 1% de la richesse totale ;
- les 10% les plus riches détiennent 86% des richesses mondiales,
- les 1% les plus fortunés représentent à eux seuls 46% des actifs mondiaux.
Hardi, chères amies et chers amis, rejoignons vite le camarade du Crédit Suisse sur le haut de la barricade mondiale.
La richesse n’est légitime que si elle a été acquise dans le respect du droit. Or, la règle qui permet à 1% de détenir la moitié de la richesse du monde n’est que la loi du milieu, la pourriture du crime organisé, avec de bonnes petites guerres à la clé. La vérité est simple : une bande de salopards rançonne le monde et plonge dans la misère la moitié de l’humanité, condamnant des êtres humains à un degré de pauvreté qui casse leur santé et broie leur vie.
Être humain… S’ils ne savent plus ce que ça veut dire, on va leur expliquer, et si ça ne rentre pas dans leur tête, on leur collera en suppo...
Quant à leurs biens… Qu’ils soient riches, on s’en tape. Mais que leur richesse atteigne un niveau qui condamne à la précarité la moitié des êtres vivants, c’est juste impossible. Selon l’article 3 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme, nul ne peut être soumis à des traitements inhumains ou dégradants.
Cette richesse est la marque de la violence en bande organisée, et il faut donc la reprendre à ces salopards.
Vu les ravages causés, on peut songer à leur casser la gueule.. mais ils nous colleraient au gnouf. De plus, ils ont d’excellents chirurgiens plasticiens, alors ça ne mènerait à rien de concret. Je déconseille.
En revanche, les attaquer en justice pour tout leur piquer, ce sera un régal. On visera l’article 1131 du Code civil selon lequel le contrat qui repose sur une cause illicite ne peut avoir aucun effet. Tout le business de ces crapules repose sur des mécanismes vicieux qu’ils font valider par des parlements croupions et qui permettent de condamner à la servitude 50% de l’humanité. Mais le droit est plus fort que la loi.
Donc, on leur colle une rafale de bons procès. Et si ça ne marche pas, parce qu’ils contrôlent tout, on fout le feu : « La moitié de la population mondiale possède moins de 1% de la richesse totale ». Merde à la fin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives