9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 20:03

 

Le commandant en chef de Kiev
Dix tanques ont attaqué la ville de Mariupol avec à leur bord des paramilitaires nazis et probablement des mercenaires, les habitants de Mariupol ont réussi à capturer un tank

 

 

 

 

Voyez les "militaires" ukrainiens qui entrent dans la ville

 

Des affrontements très durs ont eu lieu entre ces bandits et la police qui a refusé d'exécuter les ordres de la Junte Nazie de Kiev de tirer sur la population.

Les bandes fascistes ont, elles, tiré sur des civils sans défense, il y a eu plusieurs morts

Les milices antifascistes de la ville de Donetsk se sont dirigées vers Mariupol pour apporter leur soutien a la population, rapporte Ria Novosti.

En ce moment il n’est pas question de combats importants au sens d’une attaque militaire classique. Ce qui donne à penser qu’il s’agit d’une nouvelle action des bandes de Praviy Sektor et de mercenaires de Blackwater, intégrés dans ce que Kiev appelle Garde Nationale. Nous l’avons rebaptisée Garde National-Socialiste.


D’après les dernières nouvelles les bandes fascistes auraient abandonné la ville.

 

D’autre part les guarimberos vénézuéliens semblent avoir repris leurs attaques en coordination avec leurs frères de Maidan. Aujourd’hui ils ont assassiné un Policier National Bolivarien. Blessé il est emmené par ses camarades(Qui dégageait une de leur barricade NdT)




Traduction Anne Wolff

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne-Marie 10/05/2014 13:43


http://www.legrandsoir.info/a-caracas-les-policiers-meurent-sous-des-balles-de-protestation.html

Anne Wolff 11/05/2014 08:52



Les policiers meurent... et les autres... une jeune femme enceinte tuée d'un coup de fusil dans la tête, un peit gars à moto qui s'étrangle ave le fil de fer galvanisé tendu à hauteur de son cou,
un jeune faciste dont les explosifs lui pètent entre les mains, ... 40 et quelques...


Le chauffeur de bus qu'ils ont arrosé d'essence avant d'y mettre le feu, n'est pas mort. Après avoir éteint le feu qui lui a dévoré les jambes et les bras, il a encore eu le courage de tourner
l'extincteur pour essayer d'éteindre les flammes dans le bus. Il lui faudra au moins 6 mois pour guérir de ces brûlures. Un membre du parti socialiste unifié du Venezuela a été emmené en
pantoufle par des gars dans une camionette blanche sans immatriculation qui sont venu l'enlever à son domicile, un gars a pris un coup de couteau dans le poumon, parce que les fascistes l'ont
reconnu comme le fils d'une militante chaviste populaire 'chaperon rouge', cela sous le yeux de sa petite fille de 12 ans et de sa soeur, qu'ils avait sauvagement battue... etc...Le chef des
service secret a été enlevé et abatttu, un des gardes du corps de Maduro a été abbattu sur la route, une présentatrice de radio et unchanteur de rock, chavistes, ont échappé à des attentats
similaires... on ne les compte plus.


Chaque jour des bâtiments, des moyens de transports publiques sont détruits, et des centrales électriques sont attaquées. Ils ont coupé plus de 5OOO arbres pour faire des barricades et mis le feu
à la forêt autour de Caracas pour en détruire le poumon...on ne compte plus non plus...


Parmi les gens qui ont été arrêtés seul un tiers sont des étudiants. Parmi les étrangers on trouve des professionel de la déstabilisation, des paramilitaires,terroristessous mandat de recherche
internationale et trafficants de même.


Le gouvernement doit à la fois faire face à un ennemi intérieur, mais aussi éviter que les troupes massées à la frontière étasuniennes, et les paramilitaires d'Uribe, ne trouve prétexte pour une
intervention humanitaire, qui verrait comme en Ukraine un lynchage et un massacre des forces de gauche.


Comment encore gouverner dans ces conditions,comment écouter sereinement la voix du paeuple qui dit : Nous sommes avec toi Maduro, mais écoute nous d'avantage, parce que si toi tu n'a pas le
temps, nous la révolution on est prêts à la faire avancer, pour notre immortel commandant Chavez, en suivant le plan qu'il nous a laissé, mais nous avons besoin de moyens, besoin que la structure
du parti Unique sorte de la stratification, de la rigidité, de la corruption, de l'inertie en tant que force réellement populaire...oui, la situation est tendue, oui il y a des manquements du
gouvernement économiques, mais surtout politiques; mais comment faire quand on est en guerre ?


Et avec toutes les erreurs, les manquements, c'est n'empêche le combat magnifique de ceux qui ne se battent pas pour leurs petits intérêts mesquins maisquiont conscience d'être le dernier rempart
contre le fascisme mondial, le germe de l'humanité, unité organique harmonieuse...


Et si je tiens, c'est grâce à eux, ...


 



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives