8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:02

 

 

 

 

Source MOSCOU, 7 mai - RIA Novosti

Le nombre de Russes qui considèrent le président Vladimir Poutine comme un homme politique sage et compétent a doublé en un an, indique un sondage publié mercredi par le Centre russe d'étude de l'opinion publique (VTsIOM).

"Les Russes considèrent Vladimir Poutine en premier lieu comme un dirigeant sage et compétent (21%) et comme un homme déterminé et persévérant (20%). Disons à titre de comparaison qu'il y a un an, des avis analogues ont été émis respectivement par 10% et 14% des sondés", lit-on dans l'étude.

Plus de 40% des personnes interrogées témoignent leur respect au président et saluent son expérience et sa décision de réunir la Crimée et la Russie, un tiers (37%) apprécient son énergie et sa détermination et 27% reconnaissent sa perspicacité.

"16% des Russes sont convaincus que Vladimir Poutine est un homme à cheval sur les principes et 15% estiment qu'il jouit du respect de son entourage. 12% des sondés apprécient la probité et le désintéressement du chef de l'Etat", soulignent les sociologues, ajoutant qu'en tant que responsable politique, Vladimir Poutine suscite des émotions positives chez la plupart des Russes.

Les Jeux olympiques de Sotchi et le retour de la Crimée dans giron russe ont considérablement relevé la popularité du président russe et le niveau de confiance dont il bénéficie.

Le sondage ci-dessus a été effectué les 19 et 20 avril auprès de 1.600 personnes vivant dans 130 localités de la Russie.

 

 

Voici le titre originel de l'article :

Les Russes deux fois plus nombreux à qualifier Poutine de dirigeant compétent

 


Un bel exemple de manipulation de l’info

 

A lire les résultats de l’enquête….

On ne peut pas vraiment dire que Poutine fasse l’unanimité… et il est loin de provoquer un enthousiasme débordant de la part de la population dont il est président. Plus prêt de Hollande que d’Obama, qui ne sont pas des Présidents considérés comme très populaires en ce moment et très, très, très loin des 85% qui réunissent la population du Venezuela autour du président Nicolas Maduro  dans sa promotion active d’une culture de paix et de dialogue en réponse à la tentative de coup d’état….

Une politique dont Poutine, auto proclamé représentant des populations de l’Ukraine lors des discussions de l’ONU aurait du s’inspirer en proposant d’établir des tables de discussion entre parties opposées d’Ukraine désireuses de participer à une culture de Paix et à un dialogue d’Union Nationale qui n’excluait pas la possibilité ultérieure de referendum fédéralistes ou séparatistes. A Genève Poutine a défendu ses intérêts pas ceux du peuple d’Ukraine. Et une nouvelle qui est tombée dans le silence ; le président provisoire du gouvernement auto-organisé de l’Est a refusé de reconnaître les accords : ‘Les Russes ne nous représentent pas », a-t-il affirmé…

 De même que qualifier systématiquement de pro-russe les antifasciste ukrainiens mobilisés dans l’est de l’Ukraine est un abus de langage lourd de conséquence pour ceux qui à l’est comme à l’ouest de ce pays ont un ennemi commun : la junte au pouvoir, les fascistes qui y participent et ceux qu’ils soutiennent et arment. Un abus qui fait obstacle à l’unité de ces mouvements dans une union nationale antifasciste.

 Et qui nous empêche de discerner qu’il ne s’agit pas d’un combat ethnique, mais bien d’une lutte politique qui participe de toutes les luttes antifascistes de la planète qui ne se soucient pas des origines, des tendances politiques ou religieuses de ceux qui la mènent avec détermination et sincérité. La résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale a réuni des gens très différents qui ont tous mis en risque leur vie pour faire barrage au fascisme.

L’exemple du Venezuela montre en plus que des tables de dialogues entre les différentes personnes qui dans le pays veulent vivre en paix et ne soutiennent pas les auteurs déstabilisation fascistes isolent les extrémistes et terroristes et mettent en évidence leur non représentativité au sein de la population faisant apparaître clairement leur caractère minoritaire..  Parmi les antifascistes d’Ukraine on retrouve aussi ceux qui, présents à Maidan, se mordent les doigts de n’avoir pas vu les fascistes arriver et récupérer le mouvement avec les conséquence que l’on sait.

Odessa a passé un seuil, rendant le dialogue (quasi ?) impossible et radicalisant les positions des n parties… Je n’en dirai pas plus, mais je n’en pense pas moins, il est possible de juger les gens tant sur ce qu’ils font que sur ce qu’ils auraient pu faire et n’ont pas fait.

 


Oui l’US/UE/OTAN a pris systématiquement l’initiative d’agressions successives dirigé in fine contre la Russie.  Oui, c’est l’OTAN qui vient de déclarer que la Russie était dorénavant une ennemie, sans que rien ne justifie cela sinon le fait que Poutine ne lèche plus les bottes de leurs dirigeants comme il l’avait fait avec celles de Bush.  Mais non, chaque jour qui passe, chaque info qui s’ajoute à d’autres me confirme, Poutine n’est résolument pas ma tasse de thé, et je ne suis pas certaine que les antifascistes de la gauche ukrainienne qui sont morts dans la souricière d’Odessa auraient trouvé harmonieusement leur place dans la Russie de Poutine.

Paix à leurs âmes et solidarité avec les antifascistes  ukrainiens survivants du désastre qui continuent le combat après la traversée de l'enfer et tous les autres que les grandes puissances de l'Est comme de l'Ouest sacrifient aujourd'hui à leurs intérêt..

 

Quelques photos de 2011 de l'article Sueños y luchas de la juventud ucraniana postsoviética « Desinformémonos par Oleg Yasinsky alors que les jeunes d'Ukraine luttaient contre la privatisation del'enseignement pour leur droit à l'éducation. Ce sont les mêmes qui aujourd'hui sont envoyés en enfer... pour les intérêts de l'OTAN qui agresse et de la Russie qui défend ses intérêt dans l'histoire pas le droit de ses jeunes à vivre heureux et libre dans un pays prospère et en paix.


Ucraina

Ucraina


Ucraina

Ucraina

 

En 2010, 51 personnes arrêtées par la police sont mortes des suites de torture. Ces jeunes qui luttaient hier contre la privatisation de l'éducation par le régime de Ianoulovitch, luttent aujourd'hui contre la junte gangrènée de fascistes au pouvoir... et contre le néolibéralisme et l'annexion de leur pays à des intérêts oligarchiques nationaux et extranationaux... d'où qu'il viennent Une jeunesse qui n'a de place ni en Russie, ni dans un pays dirigé par une junte sous tutelle, mais bien dans une Ukraine de Souveraineté Populaire et une multiculturalité respectueuse de l'autre.

Cela est-il encore possible ? La chute du néolibéralisme sera planétaire où ne sera pas.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives