16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 16:20

 

 

 

·          

·          

Le Venezuela répondra en éteignant par la loi les actions violentes et de nature  putschiste.

Extraits du discours du Président Maduro du mardi 16 avril 2013

 

 

 

“Qui vient avec la violence rencontrera l’Etat” a affirmé le président du Venezuela depuis le Cartel de la Montaña, à Caracas, où c’était réuni le Haut Commandement politique du Gouvernement National afin d’évaluer la situation dans le pays.

Le président de Venezuela, Nicolas Maduro, a prévenu, ce lundi dans la nuit, les troupes de chocs antichavistes, qui causent des troubles à travers tout le pays, que le Gouvernement affrontera la loi à la main  toutes les actions putschistes entreprises par ces secteurs [de l’opposition] et que « qui vient par des chemins de violence rencontrera l’Etat »

Ainsi s’est exprimé Maduro depuis le Cuartel de la Montaña, à Caracas, où le Haut Commandement politique du Gouvernement National tenait une réunion pour évaluer la situation dans le pays, récemment affecté par des attaques violentes de groupes partisans du candidat présidentiel de la droite,  deux fois mis en déroute, Henrique Capriles Radonski.

“Ils veulent multiplier les foyers de violence dans le pays, comme cela s’est passé en Syrie et en Lybie. (Et comme le prévoit la doctrine de guerre en 6 points d’Obama NdT). Ce sont de petits groupes, ils ont attaqué en premier lieu de nombreux CDI (maison de la santé installées par la révolution bolivarienne au cœur des quartiers populaires. NdT), des constructions populaire de la Grande Mission Logement, des locaux du Parti Socialiste Unifié. J’imagine qu’ils crieront démocratie quand il poseront des bombes et les feront exploser » exprime Maduro.

En plus, il rejette le fait que les hordes antichavistes ont tiré contre des groupes humains et attaqué les logements personnels de fonctinnaires de l’état, comme par exemple, celui de Tibisay Lucena (Qui préside le conseil électoral, CNE NdT)

 

Nous allons agir, nous avons les vidéos, nous en avons parlé avec la Procureure (Générale de la République) et cela ne sera pas accepté. Tous ceux qui sont en train de promouvoir la violence, déjà ont instigué au délit, à la haine, à la non reconnaissance des institutions. Nous allons agir légalement et tout qui s’attaque à la maison d’un fonctionnaire ira en prison » assure-t-il. 

Dans une entrevue accordée au canal d’état vénézuélien, Maduro rejette catégoriquement les diverses actions et faits de violence qui se sont produits dans le pays après les élections de dimanche.

« La loi à la main nous allons préserver la paix (…) L’action correcte des organismes de l’Etat, dans le respect de la Loi sera maintenue. Tous ceux qui attaquent la maison d’autres citoyens iront en prison » réaffirme-t-il.

De même, il assure que “que qui vient par des chemins de violence, par la voix du sabotage, rencontrera l’Etat de front. Nous allons agir (…).Ce sont des minorités violentes qu’il s’agit d’isoler, et qui doivent répondre face à la Loi. »

Les responsables

Le Président dénonce que les troubles sont provoqués par des groupes fascistes qui reçoivent l’appui des Etats-Unis (voir à ce sujet les formations paramilitaires qui leur ont été prodiguées par Optor et les subsides versés aux « « « ONG » » ad hoc NdT,), de l’auto dénommée Table d’Unité Démocratique de la droite vénézuélienne et de Capriles Radonski.

« Nous savons qui dirige cela. Ils sont sortis des frontières de la Constitution et de la loi dans leur délire, ils sont entrés dans une phase de guarimba (stratégie insurrectionnelle) en folie » déplore Maduro.

De même, il invite le peuple à s’imaginer « ce qu’ils auraient fait s’ils avaient gagné les élections. Alors ce qui se produit maintenant aurait semblé un enfant de lait à côté de ce qu’ils auraient fait ».

C’est pour cela qu’il informe de la réunion déjà tenue du “commando anti-putsch et que nous sommes occupés a confronter les rapports et évaluations pour la correcte mise en œuvre du plan République et des organismes de la sécurité de l’Etat, dans le respect de la loi, et avec l’appui de tous les gouverneurs.

 

 Àppel à la paix

Le Président du Venezuela affirme que la réponse du gouvernement est très claire :”continuer à travailler et gouverner” De même, il demande à tous les révolutionnaires vénézuéliens d’éviter de céder aux provocations et à ne pas entrer en confrontation.

« J’en appelle à tous les collectifs, et groupes sociaux, c’est le moment de la sérénité, de la tranquillité, d’être certains de ce que nous entreprenons de faire, de démontrer à quel point nous sommes forts. La Paix, la paix c’est cela qui est fondamental » précise-t-il. 

D’un autre côté, il appelle le peuple à se mobiliser pacifiquement ce mardi dans tous les états du pays, “ nous sommes déployés, travaillant avec le peuple dans la rue »

Il convoque également une manifestation pour vendredi à Caracas afin d’accompagner la prestation de serment, pendant qu’il annonce qu’un défilé militaire aura lieu l’après-midi »

 

“Là il y aura la justice et la paíx, l’oligarchie se trompe. Nous appelons toutes les institutions à poursuivre le travail : face aux appels à la grève générale qu’ils lancent, travail général ; face aux tentatives de sabotage et de violence, j’appelle au travail, au contrôle de soi, à la légalité, à la justice, à l’efficience » explique-t-il.

Madur désigne les forces de chocs antichavistes comme promotrices de la « destruction, la mort, le sabotage permanent, le putschisme, le comportement antipatrie. Nous sommes l’amour, la patrie, le progrès, l’avenir du pays » achève-t-il.

“Que se passerait-il si je devenais fou et appelait le peuple à la arrechera –à s’exciter – dans les rues ? Que se passerait-il si j’appelais le peuple et les Forces Armées à sortir dans la rue ? Combien de millions se lanceraient dans les rues ? ? Que se passeraient-ils si nous allions dans les rues pris par la folie et allions à votre encontre ? Que se passerait-il dans ce pays ? » demande-t-il.

Et immédiatement il répond lui-même « nous ne le ferons pas. Ce pays a besoin de paix pour se développer. Les gringos souhaitent que nous cédions à la folie, et que nous entrions dans une guerre du peuple contre le peuple ».

Enfin, il appelle l’opposition à la réflexion. « S’il reste quelque politique censé dans l’opposition. Qui de vous aura la vaillance de lancer la première pierre et de dire la vérité qui est à dire. Où sont les politiciens de l’opposition qui croient en la démocratie. En reste-t-il ? Qu’ils se montrent, qu’ils soient sensés » demande-t-il.

« Tout ce qui se passe à une raison dans la vie. Dieu sait ce qu’il fait disait notre Commandant. Nous sommes ici nous autres, sereins, tranquilles, travaillant » cnclut Maduro.

http://www.telesurtv.net/articulos/2013/04/16/nicolas-maduro-advierte-a-grupos-violentos-que-respondera-con-el-peso-de-la-ley-4515.html 

 

Via
Venezuela responderá apegada a la ley las acciones violentas y golpistas

Traduction Anne Wolff

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Sud Amérique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives