26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:26

 

 

En las fotografía se aprecia claramente que un grupo de personas portando armas de guerra realizan prácticas militares en los alrededores de la Facultad de Ingeniería de la Universidad de Carabobo.

A l'Université de Carabobo, a proximité de la Faculté d'Ingénierie les paramilitaires se mélangent aux étudiants.

Ce qui évoque pour moi, ces camps que les amis de leur leader proche des néonazis colombiens organisent, des  vacances de plein air avec training militaire et idéologique.

 

http://confidencialcolombia.com/get_img?ImageWidth=339&ImageHeight=480&ImageId=25945

 

Et aussi, ces camps d'entraînements paramilitaires qui ont permis à de jeunes vénézuéliens de d'entraîner à tirer sur des effigies de Maduro, tout cela grâce aux bourses que l'oligarchie d'éxtrême-droite, s'est cotisée pour leur offrir. Ceci dit, pas trop dur pour eux, puisque comme le fait remarquer Eva Golinger, ces gens sont le 1% le plus riches du 1% des plus riches. Autant Capriles, que Lopez, que Machado appartiennent à cette oligarchie qui n'a rien d'une élite et qui s'accroche hystériquement et violement à un pouvoir qui a été au moins partiellement redistribué au peuple, alors que le programme du gouvernement, celui de Chavez, est d'élargir ce partage des décisions jusqu'à l'état communal. Si la notion d’état communal interpelle, ce qui et bien concret, les communes qui se multiplient et pas seulement au Venezuela mais sur tout le continent Sud, sont les cellules de base d’une réelle souveraineté politique des peuples. Leur articulation opérationnelle à l’échelle d’un pays, d’un continent, d’un monde, s’invente à présent au quotidien, par la pratique. Cela est avec toutes ces imperfections, la réalité que le Venezuela a impulsé dans la région : un peuple toujours plus apte à participer aux prises de décision qui le concerne en personne bien informée des enjeux de ces décisions.

En discutant avec des latinos, j’ai souvent émis des doutes sur la réalité de ce phénomène « C’est vraiment comme cela ? » et oui, les réponses furent unanimes, des oui souvent nuancés de critiques mais qui faisaient elles aussi la preuve de la grande conscience et connaissance politiques de mes interlocuteurs. Et de cette liberté de parole et de critiques qui fait la différence du chavisme avec des gauchismes qui proscrive "le droit de tendance" interne et/ou externe dans le "parti". Et je sais de quoi je parle, ce qui me permet d'apprécier la différence de nature des processus.

La conscience politique personnelle ou dans ses aspects de production d'intelligence collective, sont des denrées qui se font rares dans notre Europe décadente, et où le monopole du politique est celui d’une minorité dissidente, qui malgré toutes les dissuasions ambiantes, depuis les copains qui trouvent que c’est rasoir et que bien plus intéressant les potins sur la dernière étoile projetée sur l’écran de leur virtualité grandissante, que les menaces de criminalisation et les tabous d'une nouvelle Inquisition qui pèsent sur la Libre Pensée, dogmatisée. Mais… et les élus me direz-vous ? Les élus dans des gouvernements dont les budgets et leurs utilisations sont dictés par les instances internationales du Commerce n’ont plus qu’un rôle de gestionnaires des restrictions et de propagateurs de mauvaises nouvelles dont il faut amortir le choc, faire passer la pilule amère de la misère grandissante, tout en préparant les arsenaux juridiques et autres formes de contrôle, répression qui seront chargés de contenir les légitimes velléités d’insurrection des populations meurtries. Ils les appellent défense du droit à la Sécurité, mais la sécurité de qui, pas celle du peuple qui est conditionné à un état de bien-être qui dissuade la délinquence. Sécurité est cette sécurité de la formule "la sécurité et les intérêts de Etats-Unis" ou Etats-Unis est un concept vague qui ne désigne ni un pays, ni sa population mais bien une classe restreinte qui à la main-mise sur les institutions du pays, en commençant par le Pentagone et entend bien étendre cette hégémonie au monde entier, parvenir à la domination du spectre complet, ce sont eux qui le disent. Autrement dit la sécurité est celle de la propriété privée de plus en plus monopolistique des Grandes Corporations.

C’est ce qui porte aujourd’hui le nom de « Démocratie Internationale » et qui ressemble de plus en plus fort à ce que ce terme désignait lors de ses origines athéniennes : un loisir actifs réservé aux riches mâles oisifs originaire de la Cité à l’exclusion de toute autre catégorie d’habitants.

 

Un nouveau fascisme,  tente de simplanter mondialement, par une série de coups d'état aussi bien législatifs comme en Espagne, que celui violent de l'Ukraine. Ce fascisme est intrinsèquement lié à la nature de ces Corporations, qui vivent une nouvelle phase d'accumulation de capital, une accumulation par expropriation, qui raye du marché les petits et moyens capitalistes et s'approprie leurs outils de production, les terres et logements - c'est la crise du capitalisme, une crise interne dans laquelle les gros avalent les petits,  les Corporations ne se sont  jamais mieux portées.  Ce coup d’état multiple à pour fin d'imposer mondialement le pouvoir de son National Socialisme militarisé dirigé par une caste, une Olympe. Un système dans lequel les états et gouvernements sous leur forme actuelle n'auront plus de raison d'être, les gouvernements en tant que mode politique de débat public seront remplacés par des gouvernances, systèmes de gestion d'ordre économique. Un système qui se casse la gueule quand il doit faire face à l'imprévisible, et qui nécessite donc, c'est mathématique, lié au mode mathématiques spécifique de son ingénierie sociale, un contrôle total sur les populations les menant toujours d'avantage vers un comportement de mécanique, de machines prévisibles, homogénéisées, normalisées.  Le Honduras, avec ces « quartiers » sûrs qui d’une première phase dans laquelle les barrières protégeaient les possessions des riches entre dans une nouvelle phase qui consistent à enfermer les plus pauvres dans des ghettos, c'est l'opération quartiers sûrs, les conseillers de ce projet étant… Israéliens, est une illustration, un laboratoire avancé de ce devenir fasciste du monde.

Nous vivons une ère de ghettoïsation et la construction de murs et autre barrage est un secteur de pointe des créations d’emploi, constructeurs et gardiens de prison de haute sécurité ou de semi liberté aussi. En janvier 2011n c’étaient 2,3 millions de personnes qui étaient ainsi incarcérée, aux E.U., un triste record mondial,  0,9%, de la population et vous pouvez voir que le taux de croissance des emprisonnements est en nette progression. Alors que les conditions de détention sont souvent d’une inhumanité avérée, sans parler de la gestion privée d’une partie des prisons qui se font de doubles bénéfices entre subsides prélevés sur les impôts des citoyens et bénéfices réalisés sur le travail des prisonniers.

 

 

 

 

 

 

Le graphique ci-dessus et le modèle des prisons productives dans un univers de « tolérance zéro » est une caractéristique essentielle de cette nouvelle Démocratie qui se veut mondiale et tente à présent de s’imposer par la violence et le meurtre sur tous les continents. J’ai pris ici des exemple du Venezuela et de la Colombie, Mais toutes les cherches que j’ai pu effectuer concernant ce mouvement de nazi et autres fascismes qui prend une terrible ampleur sur tous les continents, me parle de structures récurrents manifestement sous la direction d’une organisation centrale qui applique des schémas similaires.

Le titre l’indique, c’est une réflexion libre, par une analyse exhaustive ni une synthèse, mais bien un partage des indicateurs qui m’ont parus significatifs – et que je compte bien poursuivre, mais là présentement il s’agit surtout de me joindre au chœur de ceux qui lancent l’alerte et de faire écho.

Constat : partout dans le monde, une propagande qui ratisse large, familiarise les jeunes avec l’idée qu’Hitler et le national socialisme « sont bon pour eux », le point le plus avancé de cette propagande sont ces peluches à l’effigie d’Hitler qui sont offertes aux bébés dans le cadre faussement anodin du courant nazi-chic.

Les autres points communs, s’adaptant aux variantes locales, couleur de peau, religion et coutume, implique la création d’une conscience nationaliste exclusive des différences, qui court-circuite toute velléité d’un internationalisme solidaires « des opprimés ». Pour comprendre cette organisation, il faut l’envisager selon un principe de cercles concentriques qui s’élèvent dans une hiérarchie qui conduit à un très petit nombre de décideurs centraux.

Cette jeunesse débraillée est le premier cercle, elle est préparée à accepter avec joie la mise en place de structures de pouvoir fort local… elle peut aussi servir d’agitateurs et de chair à canon dans les troubles qui sont artificiellement créés pour déstabiliser des gouvernements insoumis. Le manque de culture et de réelle éducation, de connaissance de l’histoire et d’autres réalités contemporaine sont des conditions indispensables pour l’efficacité du conditionnement dont elle est l’objet.

C’est vraiment récurrent , comme le sont aussi les seconds cercles de petits chefs, du style de ceux qui vont aller chercher l’appui de Uribe de service pour gagner en pouvoir, et qui risque d’apprendre par la suite, comme ce pauvre Leopoldo Lopez vient de faire à ses dépends, pour Tonton Alvaro et malgré toute l’affection de façade que ce dernier lui a témoigné, après que celui-ci a choisi parmi ces deux poulains de promouvoir l’autre, Henrique Capriles, comme futur président d’un Venezuela débarrassé du chavisme, Leopoldo, s’est retrouvé avec le statut de « pion à sacrifier », sous contrat de sicaires, ce qui ne lui a pas laissé d’autre issue, malgré les lourdes charges qui pèsent sur lui, pour sauver sa vie, que de se livrer pour trouver refuge dans les prisons de cet état qu’ils déteste et entendait renverser et qui est aujourd’hui paradoxalement garant de sa vie en le protégeant de ses « amis » et alliés.

Leopoldo se retrouvait dans un cercle plus central que le second, je n’ai pas élucidé toute la structure interne, et pour cause, passé un certain degré de hiérarchie la structure devient occulte et ses membres agissent dans le secret.

Le second cercle donc est celui des leaders de nos bandes de jeunes fascistes avérés mais aussi de bandes de jeunes délinquants, utilisés dans un rôle qui équivaut à celui de SA par des nuits de Cristal. Ce second cercle est tout aussi sacrifiable que le premier, ils sont les pions utilisés selon les besoins de la stratégie. Et hier à Caracas, à l’Assemblée Nationale, ont été dévoilés des documents audio dans lesquels Corina Machado la troisième du trio infernal des  plus si « jeunes » leaders, l’exprime sans détour, si les nécessités du plan l’exige ces jeunes seront assassinés sans état d’âme par ceux-là même à qui ils ont accordé leur confiance.

Un autres cercle est composés des milices à proprement parlé, elles ont reçu un entraînement militaire ou paramilitaire, et nous pourrons remonter la hiérarchie en fonctions du niveau de professionnalisation de cette formation militaire et du grade obtenu. Et j’en reste là dans cette première approche du fascisme du 21ème siècle.

A suivre

Anne Wolff

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Métastases du nazisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives