15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 17:25

 

Il est vrai je suis une fois de plus choquée, degoûtée, même pas en colère, c'est trop bas, trop petit, trop mesquin et trop lâche pour que je ressente de la colère. Les mots me manquent, mais je voulais marquer le coup !!!!

Je vais continuer ma campagne critique contre la « « « gauche’’’’ parce que je suis intimement convaincue que dans la gauche électoraliste de l’Occident  plus aucun parti n’incarne ces idéaux de gauche que beaucoup partagent et aimeraient contribuer à réaliser. Je pense qu’une grande partie de l’enthousiasme pour le Front de Gauche en France ou ce qu’essaye de faire à présent le PTB en Belgique amènent des gens à espérer qu’enfin quelque chose change, qu’enfin une gauche qui lutte pour la fin de l’oppression et de l’exploitation de l’humain par l’humain SUR TOUTE LAPLANETE, se lève et prend place.

Et je m’en prendrai une fois de plus à Mélenchon, et à son odieux déni de Mikis Theodorakis, reconnaissance avouée et assumée des calomnies tant sionistes que celle de cette extrême-droite liftée, le FN meilleur ami des fascistes sionistes qui sévissent dans le gouvernement israélien (et qui sont de plus en plus dénoncés par la population juive de ce qui est historiquement la Palestine), l’UMP parti qui vire à toute allure vers l’extrême-droite… la clientèle est de ce côté.

Je continue donc cette lutte qui consiste à mettre en évidence d’une part des valeurs que beaucoup voudraient pouvoir défendre, et je la mène contre les élus potentiels des partis de gauche  parce que je suis persuadée que cette lutte aujourd’hui ne passe pas par les urnes mais par la reconstruction de ce qu’était l’implantation de gauche comme mode de convivialité et de solidarité au début du siècle dernier, quand  l’aspect électoraliste était plus que secondaire. Beaucoup aussi ne sont pas dupes et cherchent d’autres formes de luttes qui relèvent DU politique (manière des humains de s’organiser entre eux pour habiter ensemble la planète) et non plus de LA politique politicienne telle qu’elle s’impose ici avec une délégation de pouvoir qui conduit inévitablement vers des concentrations et des confiscations.

Je l’ai dit, je le répète et j’insiste :   mis à part l’immunité honteuse dont se sont dotés les élus, en tant que mandataires, la plupart de ceux qui sévissent actuellement, à gauche comme à droite, sont condamnables comme mandataires qui ont outrepassé ou failli à ce pourquoi ils ont été mandatés.

On peut constater aussi que la rémunération de la plupart des fonctions politiciennes est tout bonnement scandaleuses et que leur conditions de retraites, dont la durée d’exercice et les montant versés aux ex politiciens sont tout à fait dans la ligne des parachutes dorés qui récompenses les gestionnaires d’entreprise pour des gestions catastrophiques. Se prétendre de gauche et accepter de telles rémunérations alors que des couches toujours plus larges de la population vivent la misère au quotidien, c’est tout bonnement scandaleux.

 

La gauche a pris son essor non avec des grands mots martelés par des tribuns (surpayés pour jouer ce rôle) mais par la mise en place de dispositifs concrets de solidarité et de lutte pour la conquête de droit aujourd’hui bafoués. Elle a pris son essor dans des processus collectifs qui créait les relations de camaraderie forte des combats partagés, des dangers affrontés ensemble et aussi des moments de bonne convivialité qui faisait partie de ce modus vivendi. La gauche alors était plus une question de pratiques, c’un vivre ensemble bien plus que de théories déversées depuis une scène par la vedette du moment. Et une bonne partie de la base des partis de gauche, comme une encore plus grande partie de la population qui n’a que faire des étiquettes, se sent bien plus interpellée par la nécessité de reconstruire de tels réseaux de solidarité, des lieux de convivialité, d’activités et de culture partagées, les mutualités aussi qui viennent au secours de ceux que l’état volontairement défaillant abandonnent à la misère et à la maladie.

Une nouvelle affaire défraye la chronique après l’attaque scandaleuse (tant dans son mode que dans son absence de contenu pertinent) contre Monsieur Balme succède l’attaque contre Monsieur Mélenchon. Si de mes recherches au sujet de Monsieur Balme, je suis revenue en me disant, après une première informée que, c’est un homme comme cela qu’il faudrait pour mener un front de gauche. Un homme qui peut être jugé sur les faits concrets de sa gestion municipale, et de ses combats quotidiens… et non comme Mélenchon sur son absentéisme et son manque de participation au Parlement Européen, ce pour quoi il a été élu et est grassement payé, lui qui confond le drapeau Hollandais avec le drapeau Allemand ! S’il peut se permettre de critiquer le pédalo de Hollande, il faut bien reconnaître que lui c’est fait le champion du parachute… et que les derniers événements pourraient lui donner comme devise : « toujours plus bas dans la fourberie, toujours plus bas dans la mesquinerie, à genou devant ceux dont dépend en premier le pouvoir » pour lequel  les urnes ne sont plus là que comme un décor, une sorte de rituel, qui légitimiste ce pouvoir que d’autres que le peuple accordent …ou non aux candidats potentiels… oligarchie, ploutocratie… banquiers juifs ? Ben oui, c’est de la provo de ma part, mais tout cela donne envie d’en rajouter un peu.

Mélenchon, une fois de plus me donne envie de vomir. Accusé d’entretenir des relations sulrureuses (sic) avec Mikis Théodorakis par des membres de ce parti qui dérive toujours plus à droite

«  Mikis Théodorakis ? Qui ça…. Je ne connais pas ce Monsieur, ce n’est pas moi c’est lui… « nous répond Mélenchon, dans un bac à sable il se prendrait une claque pour jouer les rapporteurs.

Je n'ai jamais rencontré M. Mikis Theodorakis", a déclaré l'ex-candidat à la présidentielle, lors d'une conférence de presse au côté du candidat PS Philippe Kemel à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). "Ils se rendent tous coupables d'un délit, ils seront punis. Ils sont en train de commettre une faute morale majeure, ils sont tous en train de devenir des petits colporteurs de ragots du FN", a estimé M. Mélenchon, assurant que "tous ces responsables seront poursuivis l'un après l'autre".

Il a ensuite accusé le gouvernement précédent d’avoir décerné la légion d’honneur à Theodorakis.

Si l’UMP accuse Mélenchon d’entretenir des relations sulfureuses avec Theodorakis, je trouve moi que sa manière de nier ce grand résistant est particulièrement nauséabonde et une manifestation de plus d’un dirigeant de gauche qui se met à genou devant cet interdit de dire quoi que ce soit de négatif concernant quelque juif que ce soit… en plus dans une accusation venant de la droite de plus en plus extrême porté, on croit cauchemarder.

En ce qui concerne Mikis Theodorakis, pour ceux qui ne le connaisse pas, je vous renvoie a Wikipedia, c’est peu, mais suffisant pour montrer que de le voir renier par Mélenchon fait de Mélenchon une de ses ordures de plus qui se met à genou devant les maîtres. N’oublions tout de même pas que les plus grands responsables de l’antisémitisme dans le monde, c’est l’extrême-droite totalitaire israélienne qui  déclare que tout juif est sioniste par nature, (et que ceux qui ne le sont pas mérite encore plus que les goïs de se faire écraser par la super élite juive de ce monde) ce qui jette la confusion entre les quelques ordures fascistes israéliennes, tous les israéliens qui ne le sont pas et l’ensemble de la judéité qui compte parmi elle les plus grand antisioniste dont Einstein ne fut pas le moindre qui dénonça avec d’autres les premiers occupants sionistes fascistes de la Palestine, non en tant que juifs mais bien en tant que fascistes avérés.  Cette confusion qui est sciemment entretenue permet de jeter le bébé avec l’eau du bain. Et si Mikis Theodorakis s’est permit de critiquer les banquiers juifs de Wall Street et la part qu’ils prennent dans ce qui permet les exactions sionistes en Palestine, de là à franchir le pas qui fait de lui un antisémite c’est aller un peu vite en besogne.

Personnellement je n’aime pas ces amalgames qui font des banquiers juifs les grands coupables. Ils ne sont pas plus coupables que d’autres, sinon en tant qu’héritiers  poursuivant la trahison par des occidentaux juifs ou non de ceux qui ont traversé ou n’ont pas survécu à l’épreuve des camps de concentration nazis, où ils s’étaient retrouvés en grande partie en conséquence de la solidarité active apportée par les parents et grands-parents de ces mêmes banquiers juifs et autres magnats aux projets d’Hitler, ils n’étaient pas les seuls et Ford ou Bush n’était pas juifs que je sache.

Je monte sur mes grands chevaux chaque fois que j’entends dans la pièce où je suis quelqu’un prononcer les mots fatals.. ; les juifs suivit d’une assertion négative ; et je fais de même qu’il s’agisse des arabes, des musulmans, des cathos… ou que sais-je encore parce que toute pensée en forme d’amalgame est toujours par nature dans l’erreur et le dénigrement injustifié.

« Dans un texte intitulé Antisémitisme et Sionisme publié sur son site, Míkis Theodorakis écrit qu’il considère ceux qui l'accusent d’antisémite comme de « répugnants vers de terre » avant de regretter « le rôle du lobby juif américain dans l’élaboration de la politique impérialiste des États-Unis ».

(wikipédia)

C’est vrai dit comme cela et selon le point de vue que j’exprime plus haut, formulé devant moi, je me serais levée et j’aurais attaqué… et comme c’est le cas la plupart du temps je pense qu’il se serait avéré que ces paroles malheureuses désignent le lobby sioniste (fondé par, et auquel participe de nombreux non-juifs) et non le lobby juif en tant que tel. Dans le confusionnisme ambiant, ce n’est qu’une manière de plus de jeter la confusion, mais aussi de contraindre tous et chacun à plier la nuque face aux fascistes sionistes qui prétendent ouvertement au titre de « Maîtres du Monde » qui leur aurait été conféré par un dieu auquel la majorité d’entre nous ne croient pas.

Et Mélenchon n’a pas failli, il a fait allégeance et lécher la main du maître en reniant Theodorakis, ce grand résistant et ce grand humaniste d’une manière qui le dénonce lui comme un fourbe, prêt à tourner sa veste au premier rappel à l’ordre. J’espère que quelques-unes de plus parmi ceux qui se sont laisser duper par cet imposteur, verront un peu mieux qui il est et combien il est peu fiable.

Ce que je dis ici au sujet de Theodorakis, c’est lui qui aurait dû le faire et non reconnaître implicitement, à l’UMP en plus, le droit de faire le procès de cet homme qui les écrasent tous par son envergure, pas les risques pris dans ces activités de résistant et par un parcours impressionnant qui ne mérite pas d’être réduit à néant pour quelques paroles malheureuses qui méritaient elles de plus longues explications avant lapidation. Et comme le dis le vieux dicton : "Que celui qui n'a jamais pécher, jette pa première pierre"

Anne

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Caroleone 15/06/2012 19:17


Bonsoir Anne,


 


Je peux mettre le lien vers ton texte sur l'article que j'ai mis à ce sujet , c'est intéressant  et je ne sais pas si j'aurais des réactions parce que c'est calme.


Tous les avis se valent, je t'avoue que lorsque j'ai mis cet article de l'huma c'était justement pour ouvrir les débats, un peu par provoc parce que je ne m'y retrouve plus à vrai dire, je me
rappelle bien aussi avoir relayé l'appel de Théodorakis il y a quelques années, je dois même en avoir encore des traces sur mon blog.


Bises


 


caroleone

Anne Wolff 16/06/2012 08:26



Bonjour Caro,


Pasmoyen de faire passer ma réponse hier !!!


Oui bien sûr. Je pense aussi que c'est un sujet intéressantet même plus important. J'attends de gens qui se posent à gauche et qui plus est en tant que leader politique qu'ils soient clair au
sujet des fasictes sionistes qui influe;nt sur la politique d'Israel


Et c'est certainement une contribution à la lutte contre l'antisémitisme grandissant et qui me révulse, que de préciser cela. Et comme je le dis dans le texte je ne supporte pas d'entendre des
gens dirre en ma présence "oui meis, LES juifs...." mais je me rends compte presque toujours que c'est cette atteinte à la liberté d'expression qui interdit de s'exprimer à ce sujjet qui entraîne
la confusion,


Theodorakis est un grand Monsieur, c'était un ami de Neruda, il a mis en musique le "canto general,, il a prisdes risque et a souffert comme Resistant au fascisme, et cela personne de gauche de
l'äge de Mélenchon ne peut l'ignorer....


Et oui Caro, il serait important de débattre de tout cela maistout le monde est lassé, déçu par la politique,... en Belgique comme en France... pourtant je sais aussi que beaucoup de gens
voudraient "faire quelque chose"mais ne savent pas trop bien quoi,et re oui des expériences comme Utopia au Honduras ou La Paz (et d'autres, La Valette..., ) en France ouvrent des perspectives...


Bisous et bonne journée


Anne


 



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives