16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:42

 

 


Par María Josefina Arce.
PETROCARIBE est depuis sa naissance, il y a 8 ans, le fer de lance de l’intégration énergétique en Amérique Latine et dans les Caraïbes ; mais cette initiative, qui a pour principe la solidarité et la prise en compte du développement spécifique de chaque pays, est aussi associée à toute une série de programmes sociaux développés dans les 18 pays membres de cette alliance.
altPETROCARIBE financera par exemple un programme venant en aide à 100 000 mères haïtiennes vivant dans la pauvreté. Le programme appelé « Maman chérie », prévoit le versement d’une allocation de 10 à 20 dollars par femme ayant des enfants qui assistent à l’école. En effet, l’objectif de ce projet est aussi de lutter contre la déscolarisation.
Il s’agit d’améliorer les conditions de vie de la population du pays le plus pauvre d’Amérique, qui a été frappé par plusieurs catastrophes naturelles notamment par le séisme de 2010, qui a coûté la vie à de nombreux Haïtiens.
Cette initiative n’est qu’un exemple des projets développés par PETROCARIBE. Comme l’a déclaré le président du Nicaragua, Daniel Ortega, cette alliance énergétique comprend « des projets de construction de raffineries et d’infrastructures de stockage d’hydrocarbures et des programmes sociaux, ce qui contribue à lutter contre la pauvreté, et permet aux peuples signataires de ces accords, socialistes et solidaires, de se développer intégralement et d’accéder à la culture, à l’éducation et à la science ».
Le Fonds ALBA CARIBE, qui fait partie de PETROCARIBE, a permis de financer à hauteur de 179 millions de dollars 85 projets développés dans 11 pays et a alloué 29 autres millions de dollars à trois projets d’électrification.
Ces programmes concernent la santé, l’éducation et la santé, autant de priorités figurant dans l’Accord de Coopération Energétique signé par les pays membres.
Le Fonds Alba Aliments à quant à lui permis de financer 12 projets agroalimentaires dans 9 pays, pour un montant de 24 millions de dollars.
Il y a 8 ans encore, lorsque PETROCARIBE était créé, le marché énergétique de la région était dominé par les grandes transnationales du pétrole.
Aujourd’hui, grâce à l’Accord de Coopération Energétique, cette situation a changé radicalement et de nouvelles perspectives ont été ouvertes : PETROCARIBE est révolutionnaire non seulement dans le domaine de l’énergie, mais aussi dans le domaine social car les ressources provenant du pétrole sont désormais destinées à des programmes bénéficiant à toute la région.

Source. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Sud Amérique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives