27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 09:49

 

Reprenons les faits : des représentants de la police mènent des négociations avec le gouvernement. Celles-ci semblent avoir abouti quand une partie de la police dit n’être pas satisfaite quant à un des neufs points de cet accord qui concerne leurs salaires. Des policiers cagoulés se mutinent et se retrouvent dans un des sièges de police. Arrive alors un ex policier qui a été renvoyé et des membres de parti de droite qui leur distribuent des armes. Les policiers occupent alors la place Murillo, et les rues avoisinantes au centre de la Paz, là où se trouvent les centres de pouvoir de l’état. Leur première action est de se rendre dans un centre administratif de la police et d’y brûler les dossiers d’enquêtes internes ainsi que de détruire les ordinateurs.

Ils bloqueront pendant plusieurs jours l’accès au Palais Présidentiel, à l’Assemblée nationale et à la Chancellerie de l’état plurinational et ferons sauter quelques vitres avec des explosifs. Ils commettront aussi quelques violences à l’égard de ceux qui veulent rejoindre l’assemblée, de manifestants partisans du gouvernement, dont un groupe de femmes indigènes qui sera molesté… le tout accompagné d’insultes, certaines étant des insultes racistes. Ils frappent, jettent au sol et utilisent des lacrymogènes. Ils crient « Ne provoquez pas ! Ne provoquez pas ! »

Or il semble bien qu’ils n’attendent que cela, que le moindre signe de provocation sera le début d’un carnage. Mais le gouvernement tient bon, malgré la violence, les insultes à son égard, les coups reçus par ceux de ses membres qui ont voulu se rendre à l’assemblée, il ne cède pas. A plusieurs reprises Morales et les porte-parole du gouvernement réaffirment : « Nous n’utiliserons pas l’armée, c’est ce qu’ils attendent, même si nous sommes certains de pouvoir prendre le contrôle de la situation, nous ne voulons pas que le sang coule. » Appel est fait à la vigilance de la population et à ne pas donner prétexte à ce que se déchaîne la violence. Partout à travers le pays des manifestations et proclamations de soutien au gouvernement se multiplient.

Suite à des interceptions de communication, le gouvernement déclare qu’il existerait un « Plan Tipnis » qui contiendrait les instructions pour mener un coup d’état. Le gouvernement annonce avoir intercepté des messages qui prônent l’usage de cocktails Molotov, l’assaut de casernes de l’armée et l’assassinat de Ministres et bien sûr l’éviction de Morales.

Il semble que les mutins comptaient sur l’arrivée d’une marche indigène de protestation contre le gouvernement qui devait arriver à la Paz dimanche en protestation contre des promesses non tenue dans les Tipnis. Mais les marcheurs ne sont pas entrés dans ce jeu-là. Leur porte-parole a affirmé que leur but était de faire pression pour que le gouvernement corrige ses erreurs mais certainement pas de le renverser.

D’autres tentatives ont été faites pour appeler aux soulèvements d’autres couches mécontentes de la populations, à part quelques réactions ponctuelles, le saccage d’une radio en province, quelques pillage est saccages par des groupes de jeunes dont l’organisation de jeunes d’extrême-droite de Sant-Cruz qui avait au préalable « bénéficié » d’une formation donnée par un membre d’Optor, il semble que les mutins et ceux qui sont derrière n’aient pas rencontré beaucoup de succès, ni dans leur tentative de rallier les mouvements indigènes mécontents, ni dans celles de soulever d’autres couches de la populations qui aurait des contentieux avec le gouvernement.

Les négociations ont donc repris et il semblerait aux dernières nouvelles qu’elles soient en bonne voie cette fois pour déboucher sur un accord.

Toute l’Amérique en Latine en lutte pour le changement s’est mobilisée pour se mettre en état de vigilance vis-à-vis de toute autre tentative de déstabilisation qui pourrait se produire dans la région.

Les choses semblent donc s’arranger, mais des questions (nombreuses) restent posées.

Chroniques d’une déstabilisation annoncée. Cela fait quelques semaines déjà que je fais état de cette inquiétude latente : l’Empire des transnationales s’apprêterait à lancer une offensive contre l’Amérique Latine afin de mettre la main sur les ressources naturelles et les terres de la région afin de pouvoir s’y livrer aux juteuses activités liées à l’extractivisme et à l’agro bizness. Les organisations paysannes réunies à RIO pour le sommet des Peuples, lancent l’alerte, une nouvelle phase d’accumulation de capital monopolistique se prépare.

Un bilan devrait être fait qui dresserait une liste de tous les signes et de tous les évènements qui provoque cet état d’alerte et ce cri d’alarme que deux évènements viennent de confirmer : la destitution de Lugo par les comparses locaux de cet agro bizness et cette mutinerie au relent de tentative de coup d’état en Bolivie. Ajoutons à cela la campagne de presse lancée contre l’Argentine qui vise à faire croire que ce pays est en voie de déstabilisation pour cause de mécontentement aggravé de la population, le petit jeu de présentation simultanée de la carotte et du bâton au Brésil… récompenses en cas de collaboration et menaces en cas de refus, militarisation et répression accrue au Honduras… etc.,… etc.,…

Quand bien même la crise bolivienne connaitrait un dénouement dans le calme, ce serait la victoire d’une bataille dans une guerre qui s’annonce rude et longue, contre toutes les forces  de liberté de l’Amérique Latine qu’elles soient incarnées par des gouvernements, des mouvements sociaux et paysans, des mouvements indigènes, des associations de défenses des droits humains…

Le néolibéralisme veut manifestement reprendre place et s’imposer dans cette région dont il se faisait toujours d’avantage expulser. Et il utilisera pour ce faire tous les moyens qui lui sont habituels violence et contrainte, menace et harcèlement, corruption et séduction.

C 'est ce même pouvoir néolibéral des mêmes quelques-uns qui nous condamne ici a une austérité toujours aggravée et qui s’apprête chez nous aussi à sévir avec d’avantage encore de rigueur, grâce au trahisons successives de nos politiciens, le voilà doté d’outils tels que le MES, qui lui permettent de se servir dans les caisses des états comme il le veut, quand il le veut… une autre forme de cette nouvelle phase d’accumulation et de concentration de capital.

Sur toute la planète, les peuples ont ces mêmes ennemis, peu nombreux, leur alliés et ceux qui les servent parfois sans avoir conscience de la cause qu’en réalité ils défendent. Le néolibéralisme est en train d’opérer son propre changement de paradigme qui devrait le rendre maître de la planète. Il n’est pas réformable, améliorable, il n’y a pas de supplément d’âme possible pour qui n’en a pas. Il n’a cessé  au cours du siècle écoulé de semer la division, la traîtrise et la guerre entre ceux qui devraient s’unir pour le combattre car il est leur mortel ennemi à tous.

Un changement de paradigme doit s’opérer aussi parmi les combattant du néolibéralisme de toute la planète, la recherche d’un socle commun de pratiques surtout et de théorie aussi qui nous permette de le combattre efficacement. Aujourd’hui les prémisses de ce paradigme se retrouvent  en Amérique Latine, mais aussi dans les mouvements paysans de toute la planète et dans ce grand mouvement mondial d’audit pour l’abolissement des dettes indues, c’est dans la somme des actions locales qui posent les bases d’un monde dans lequel plusieurs mondes sont possibles et peuvent coexister dans leur diversité dans une bonne harmonie faite d’échanges et de coopération, de solidarité que les chemins vers un monde meilleur se dessinent.

Les solutions ne se trouvent pas dans les urnes, elles sont dans des pratiques quotidiennes coordonnées et organisées pour construire ce monde sur toute la planète, maintenant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Caroleone 27/06/2012 14:32


Anne,


Un lien vers un article que tu ne
trouveras certainement pas, j'avais attendu d'avoir de la source directement en Bolivie à l'époque de la marche des tipnis et c'est mon pote kallawaya qui m'a fait ça sur facebook, il y a des
liens que tu peux certainement comprendre s'ils sont en espagnols mais apparemment ils ne sont pas valides, il faut les recoller dans le moteur de recherche...j'ai dû me faire pirater par OB !!


Bisous et bonne srecherches


 


caro


 


 

Anne Wolff 28/06/2012 00:05



Tellement fatiguée que ton lien m'avait échappé, je remédie tout de suite à cet oubli ! (impardonnable)


Merci et gros bisous



caroleone 27/06/2012 12:50


Anne, tu n'as pas la possibilité comme nous d'avoir l'ADSL illimité ?


Bises


 


caro

Anne Wolff 27/06/2012 14:11



Ben non... Dur en ce que je dois me limiter à fond pour les photos et que cela me donnait un bon équilibre entre les horreurs de la réalité néolibérale etla beauté du monde...mais il y a des bons
côtés puisque je viens de remettre de l'ordre sur le bureau de mon ordinateur qui en avait grand besoin... faut dire que j'étais à la recherche de textes sur les Tipnis que je pensais avoit
téléchargés... mais non ... 


J'ai tout de même retrouvé quelques textes intéressants... parce qu'il me semble qu'il est temps de se remettre un peu tous de l'ordre dans les idées... que ce soit en Belgique ou en france, la
gauche me semble devenir une sorte de mythe pour bonne conscience en quête de refuge facile... il est vrai que de ce point de vue les gauches latinos formulent des critiques très pertinentes et
je suis désolée de devoir constater que je ne vois rien dans le panorama actuel che nous qui se rapproche en quoi que ce soit des guaches du socialisme bolivarien,si ce n'est par des
récupérations à bon marché mais qui font fi des fondements de ces démarches qui s'inscrivent dans une rupture radicale avec le néolibéralisme.


Ai vu chez jean Levy je pense que le front de gauche voulait se fonder en parti liquidant ainsi la spécificité de PC et que cela trahissait les promesses de départ... voilà qui m'interpelle...


...


Voilà, je vais un peu fouiller ce que j'avais mis de côté pour mes jours de misère de net...



caroleone 27/06/2012 11:19


Ce texte résume tout très bien Anne, je m'y retrouve totalement et je te remercie d'avoir su coucher ses mots et ses explications, je le reprends puisque j'ai mis ce matin le communiqué de
l'ambassade de Bolivie à Paris qui confirme bien qu'il y avait une réelle tentative de destabilisation du régime de Morales.


J'espère que tout va se calmer, il y a des forces profondèment impliquées autour d'Evo, il est investit doublement comparé aux autres chefs d'état et son devoir en est d'autant plus compliqué.


Bises et merci encore


 


caro

Anne Wolff 27/06/2012 12:03



Bonjour Caro


On peut s'entreremercier beaucoup comme cela, chacun(e)s apporte sa contribution et c'est cela qui fait avancer les choses.


J'ai passé une journée d'autant plus abominable hier, qu'avec le décalage horraire, avant la nuit ici pas grand chose ne se passe...etque j'avais vraiment la trouille au ventre pour les gens
là-bas... il suffisait d'un rien... même d'un provocateur infiltré pour que tout explose.


Je me trompe peut-être mais je crois que les mutins attendaient l'arrivée de la marche des Tipnis pour fiche le grand bordel et que les indigènes en lutte, avec de bonnes raisons je pense, contre
la route du gouvernement on fait le bon choix...


Voilà qui va être intéressant à analyser parce que des organisations "extérieures" essayent de les manipuler depuis un bon moment... auraient-elles échoués ? Je l'espère.Mais dans l'ensemble, il
me semble que si les organisations indigènes sontcritiques vis-à-vis des gouvernements progressistes dans leur tendance à développer des mobèles industrieles et extractivistes, elles ont la
maturité et l'intelligence de comprendre que c'est un combat à mener del'intérieur et pas en s'alliant avec le néolibéralisme dont tous discours qui les flattent est éminemment mensonger et
traître. Je crois que les seuls soutiens que les transnationales peuvent rencontrer est de droite et d'extrême-droite.... et il existe... malheureusement...


Il y a là aussi une analyse à mener pour briser les mythe de la belle histoire que l'on veut nous faire gober et remettre en évidence les liens historiques entre une partie de la classe
dirigeante étasunnienne et le naisme et ses prolongement jusqu'à aujourd'hui. Une analyse quidoit suivre les tentacules jusque dans ces implications actuelle européenne, en suivant des liens
comme ceux que nous donnent les connexionopus dei par exemple, mais aussi toute la mouvance islamiste qui se réclame ouvertement comme héritiers des imams copains d'Hitler...


Ily a du boulot, c'est clair, entre suivre au quotidien et analyser en profondeur... et je dois dire que je trouve beaucoup plus de sources intéressantes en espagnol et regrette amèrement de ne
pas avoit pratiqué l'anglais d'avantage... A force de dévorer des dépêches, j'ai repassé un cap en espagnol hier... et jeme donne encore quelques semaines pour traduire vraiment vite et bien.


J'ai aussi ce problème d'avoir une connexion limitée... c'est mon dernier jour avant recharge aujourd'hui et je ne sais si j'arriverai au bout de la journée avec ce qui me reste, alors que je
bave d'envie de pouvoir faire des recherches approfondies sur ces interventions de l'USAID au Paraguay, sur la filiation nazie de l'actuel gouvernement, sur les tentative de manipulations des
indigènes par des organisations de déstabilisations... je n'ai même pas ouvert mon propre blog aujourd'hui pour garder un maximum de crédit pour suivre ce qui se passe en Bolivie... quel
stress...


Voilà, moi aussi je suis de tout coeur avec le peuples là-bas qui c'est libéré de ses bourreaux et ne veut pas les voir revenir...


Bisous


Anne


 



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives