27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 18:06

 

 

 

 
Opération Paperclip
Récupération des savants nazis
La Seconde Guerre mondiale à peine terminée sur le théâtre européen, les États-Unis et l'URSS entrent en rivalité. Leur priorité devient de piller le plus rapidement possible l'ennemi vaincu, le IIIe Reich. Le savoir-faire technologique développé par les scientifiques allemands suscite toutes les convoitises bien qu'il soit le fruit d'une exploitation d'une main-d'œuvre servile issue des camps de concentration.
Une partie de l'état-major états-unien, bouleversée par ce que découvrent ses hommes à Dachau, Auschwitz, Dora, ordonne de recueillir le plus grand nombre de preuves possible en vue d'un procès des dirigeants nazis. D'autres officiers de l'état-major considèrent au contraire que ces criminels forment un personnel irremplaçable qu'il convient de mettre au service de la puissance des États-Unis. Une opération militaire de récupération des scientifiques allemands ayant travaillé pour le IIIe Reich est donc montée par le Pentagone. Appelée « Operation Paperclip » (Opération Trombone), elle est confiée à la Joint Intelligence Objectives Agency (JIOA), qui regroupe alors l'ensemble des services de renseignement militaires états-uniens. 
L'opération se heurte à de vives résistances à la fois chez les responsables politiques et dans l'état-major. La position du président Franklin Delano Roosevelt était claire : interrogé par William Donovan, chef de l'OSS, sur l'opportunité d'accorder des privilèges aux officiers SS et aux membres du ministère des Affaires étrangères allemand, le président des États-Unis refuse. Parmi les personnes ainsi recrutées par l'OSS, « certains devront peut-être carrément être jugés pour crimes de guerre ou au moins arrêtés pour avoir participé de manière active aux activités nazies », argue-t-il. Passant outre l'ordre présidentiel, la JIOA prend la décision de falsifier les dossiers militaires des scientifiques allemands qu'elle projette d'exfiltrer aux États-Unis.

 

Lire la suite : savants_nazis

 

L'opération Paperclip


 

D'abord nommée "Overcast", c'est en février 1945 que le traité de l'opération est signé afin de préparer l'après-guerre, mais dans une violation flagrante et précoce des accords de Yalta. Ce traité, conclu par les chefs d'état anglais, américain et russe, est entre aures mené par la section T-2 pour identifier et mettre la main sur les scientifiques et ingénieurs nazis ayant travaillé sur les programmes aéronautiques du Reich, notamment les fusées : l'usine allemande des V-2 de Dora-Mittlebau est placée sous contrôle russe. Pourtant, les services secrets américains décident de faire main basse sur tout ce qui peut être pris dans l'usine.

Le 2 mai, peu après la nomination de Harry Truman comme président des Etats-Unis suite à la mort de Roosevelt, Wernher Von Braun et son équipe sont récupérés du site de Dora-Mittlebau par les alliés.

Le 31 mai, le dernier convoi de camions du colonel Holger Toftoy quitte le site de Dora-Mittlebau, quelques heures à peine avant l'arrivée des troupes soviétiques. Les éléments saisis sont d'abord acheminés à Anvers, puis transportés par bateau jusqu'à la Nouvelle-Orléans, pour finir leur transit secret au sein de l'arsenal Redstone dans l'Etat de l'Alabama.

Pour calmer la colère des soviétiques, les américains promettent de rendre ce qu'ils ont pris mais envoient en lieu et place un chargement de pièces de tracteur défectueuses. Si l'immédiate issue de la 2nde guerre mondiale a donné le sentiment d'une relative entente entre russes et américains, cette opération coup de poing est l'un des nombreux incidents qui vont alimenter de manière souterraine le terreau d'une terrible guerre froide.

Au total, près de 2000 nazis sont convertis (à l'aide de méthodes de contrôle programmé de l'esprit selon certains). Parmi eux, Von Braun et ses collègues qui vont être amenés à lancer dans le désert du Nouveau-Mexique des V-2 récupérés par les troupes américaines.

En septembre, 1946, convaincu que les scientifiques allemands pourraient aider aux efforts d'après-guerre américains, le président Truman donne son accord pour autoriser le "Projet Paperclip" ("Trombone", intitulé ainsi parce que les dossiers scientifiques étaient attaqués avec à trombone aux dossiers d'immigration de ces scientifiques), un programme pour sélectionner des scientifiques allemands pour travailler pour le compte des Etats-Unis durant la "guerre froide". Cependant, Truman exclut expressemment toute personne ayant été membre du parti Nazi et plus qu'un participant nominal dans ses activités, ou un supporter actif du nazisme ou du militarisme.

Le département G-2 est responsable de la dissimulation, du secret et de la sécurité de l'opération Paperclip. Il se doit de surveiller l'activité de toute personne pouvant représenter un risque pour le projet.

 

Lire la suite : Paperclip

 

 

L'opération Paperclip, des nazis au coeur du système militaire américain



Werner Von Braun et son équipe sur la base de Fort Bliss au Texas où ils travaillaient dans les années 50 pour la recherche du département de la Défense.

Dès la fin de la seconde guerre mondiale, la CIA lançait l'opération "Paperclip" destinée à recruter des anciens nazis spécialistes de l'espionnage, des fusées, mais aussi de la propagande, du conditionnement mental, de la guerre chimique et bactériologique, de l'expérimentation médicale et de la torture. Le but était de mettre leurs "talents" au service des Etats-Unis dans la lutte contre le nouvel ennemi: l'Union Soviétique et le communisme.

C'est ainsi que 1500 nazis, tous criminels de guerre, ont été intégrés à la CIA, dans l'armée, et dans l'industrie de l'armement où ils allaient diffuser leur mode de pensée, leurs méthodes, et tisser leurs réseaux. Parmi eux, il y avait notamment Werner Von Braun qui allait devenir le concepteur des fusées de la NASA et des missiles balistiques de l'armée, après avoir conçu les fusées allemandes V2 qui étaient utilisées par les nazis pour bombarder Londres.

 

Lire la suite : L'opération Paperclip, des nazis au coeur du système militaire américain

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Métastases du nazisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives