8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 21:22

D’une part nous avons une directive européenne qui rend punissable l’incitation indirecte au terrorisme (Nouvelle loi anti-terrorisme : Débusquer l’Oussama qui sommeille en vous), d’autre part nous avons un président des Etats-Unis qui tue des gens qui présente une menace imminente pour des ressortissant et des intérêts de USA sauf que cela est laissé à la libre appréciation du président-tueur sans qu’il ait à présenter de preuves.

Nous avons également des forces de répressions qui ont le droit de tuer des « émeutiers » et nous avons de singulières dérives déjà opérantes qui devraient nous ouvrir les yeux ou du moins titiller la conscience des plus endormi. Nous dérivons lentement mais sûrement vers des régimes de terreur, celle où tout un chacun est susceptible de se voir dénoncer par son voisin à tort ou à raison…

Si on met tout cela bout à bout et côte à côte… cela me semble bien nauséabond. Je me fais une autre idée de la sécurité même si cela n’a jamais été ma préoccupation principale. Non seulement nous vivons dans un univers de plus en plus carcéral avec l’arbitraire de la répression qui ne cesse d’étendre son champ d’action, en plus nous sommes soumis à l’austérité pour payer nos contrôleurs et des guerres auxquelles nous ne souscrivons pas, mais d’autre part je trouve qu’ils ont bien de la patience ces peuples dont nous avons détruit le pays et massacrés les populations. A moins qu’ils n’aient eux aussi un proverbe qui dit que la vengeance est un plat qui se mange froid…et alors les gars gare à vos fesses le jour où cela explosera…

Et ce n’est pas de l’incitation même indirecte au terrorisme, le terrorisme n’est jamais la bonne méthode. Mais il serait tout simplement humain que ceux qui ont tout perdu, qui ont vu leurs proches massacrés, leurs enfants naître déformés, leur honneur et leur dignité bafoués, leur pays saccagés, se chopent la haine parce qu’il n’y a plus rien d’autre qui donne sens à leur vie  « Haine et vengeance ». J’en connais qui se choppent la haine pour moins que cela et le retour viendra, j’ai à peine un petit doute… à moins que… à moins que les peuples d’Europe ne se lèvent pour reprendre en main leur destin dans le dialogue et le partage avec les autres peuples du monde… et nous aurons alors intérêt à nous montrer bien gentils, parce que les ressources ont nous usons quotidiennement abondamment dans un gaspillage éhontée, nous ne pourrons plus les piller ailleurs.

Je me demande toujours si les faux-culs de « « « gauche » » » qui soutiennent les interventions  déshumanisantes de l’Empire, n’ont pas dans un coin de leur tête ce qu’il aurait à perdre si la colonisation prenait fin.

Ma pauvreté, c’est ma liberté !

 

Obama dos au mur après la fuite du mémo sur les assassinats ciblés

Publié le 07/02/2013

1


55398e3e-480a-11e2-9bf9-624880d43298-493x328

Après la fuite, lundi soir, par le journaliste de la chaîne NBC Michael Isikoff du « Livre blanc » confidentiel du département de la Justice sur les assassinats ciblés, la Maison Blanche a convoqué d’urgence mardi matin une conférence de presse pour tenter d’éteindre l’incendie.

Obama s’est contenté d’une courte apparition pour lire une déclaration, avant de s’esquiver un long moment avec son porte-parole Jay Carney, qui est revenu pour répondre aux questions des journalistes. Carnay, visiblement pas content d’être laissé avec le pétard en main, a déclaré qu’il pensait échapper à l’exercice (sous-entendant qu’il croyait qu’Obama aurait le courage de répondre lui-même aux questions), mais qu’il allait finalement faire face à la musique.

Ces événement font suite à une lettre envoyée au Président par un groupe de 11 sénateurs plus tôt dans la journée de lundi, parmi lesquels se trouvaient 8 démocrates, exigeant de la Maison-Blanche qu’elle rende public le mémo confidentiel du département de la Justice justifiant les assassinats ciblés.

1329049703_snipers_nest_05

Ce livre blanc, intitulé « De la légalité des opérations létales dirigées contre un citoyen américain exerçant de hautes responsabilités auprès d’al Qaïda ou une autre force associée », est explosif par le seul fait qu’il confirme que le Président s’arroge le droit de tuer toute personne désignée par lui comme associée à des activités terroristes. Le mémo indique que le Président peut agir de cette manière, à condition que soient respectés les trois éléments suivants :

  • La première condition est « qu’un responsable informé, de haut niveau du gouvernement des Etats-Unis a déterminé que l’individu ciblé pose une menace imminente d’attaque violente contre les Etats-Unis ». Le mémo ne précise pas qui doit être le haut responsable en question, ni ses qualifications ou la qualité des preuves dont il dispose. Bien au contraire, le mémo poursuit en précisant que cette « condition n’exige pas que les Etats-Unis disposent de preuves claires montrant qu’une attaque particulière contre des ressortissants ou intérêts américains doit avoir lieu dans un futur immédiat ». Ainsi, le concept de « menace imminente » est déformé jusqu’à le rendre totalement méconnaissable.
    Jameel Jaffer, directeur-adjoint responsable des questions légales de l’Association de défense des droits civiques (ACLU), en fait l’analyse suivante :
    « L’affirmation première du livre blanc est que le gouvernement a l’autorité de procéder à l’assassinat extra-judiciaire d’un citoyen américain si ’’un responsable gouvernemental informé et de haut niveau’’ estime qu’il pose ’’une menace continuelle au pays’’. Cette vaste autorité existe, selon le mémo, même si la menace n’est pas imminente aux sens normal de ce mot, même si la cible n’a jamais été inculpée d’un crime ou informée des allégations pesant contre elle, et même si la cible ne se trouve d’aucune manière sur un champ de bataille réel. »
  • La deuxième condition est qu’il faut que la « capture soit réalisable ». Il s’agit d’un court paragraphe, dans un texte de 16 pages, qui traite de manière expéditive s’il est commode ou non de tenter de capturer la cible plutôt que de simplement l’assassiner.
  • La troisième condition est que l’assassinat doit être exécuté dans le respect des lois de la guerre.

 

 

Lire la suite : Obama dos au mur après la fuite du mémo sur les assassinats ciblés « MediaBeNews

Trouvé grâce à Les Dernières Nouvelles du Monde | Scoop.it

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives