26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:10

 

Je vous convie à lire ce disours, édifiant une fois de plus, Obama annonce la couleur sans complexe... la guerre, la guerre,et encore la guerre et la domination économiste à la fois sur les politiques et les économies du reste de la planète. Je l'ai commenté en le lisant... c'était surtout pour décharger ce mélange de rage et de tristesse à l'annonce d'une radicalisation de se programme de destruction, de domination et de misère généralisée sauf pour quelques uns, lui, ses camarades du CFR, leur maîtres et ceux qui les servent docilement.

En ce qui nous concerne, européens de tous les pays, ce que nous pouvons faire, exiger le retrait de l'Union Européenne de nos pays. Le gouvernement de l'union est entièrement inféodé aux USA et aux lobbyistes qui lui dictent leurs décisions. Le pouvoir réel est toujours d'avantage soustrait aux mains des nations pour basculer dans le giron d'une Europe de plus en plus dictatoriale.

Nous pouvons aussi adopter des modes de vie qui refusent le consumérisme, réactiver des activités locales et créer des réseaux d'échanges. Nous devons arrêter ce pillage des richesse des autres continents qui font le malheur des habitants des pays qui les possèdent et nous procurent des leurres, des substituts de richesse qui ne bénéficient qu'aux profiteurs et nous rendent malheureux.

Tournons le dos à leurs industries et recréons les moyens de satisfaire la plus grande partie de nos besoins. Il existe suffisement de personnes formées dans tous les domaines en rupture avec le système,  pour que nous puissions pourvoir à  tous nos besoin et retrouver la joie de vivre dans des relations pleinement humaines.

"Travailler plus, pour gagner moins d'argent et plus de moyens de bonne vie, et vivre mieux en faisant de notre travail un plaisir." Tout est là ! C'est (encore) possilble,mais pour combien de temps ? L'étau se resserre et la planète se dégrade irréversiblement chaque jour d'avantage... il n'y a pas de retour en arrière,seulement une grande marche en avant de convivialité et de solidarité pour réinventer le monde.

 

 

Monsieur le président de la Chambre,
Monsieur le vice-président,
membres du Congrès,
distingués invités et chers compatriotes.

Le mois dernier, je me suis rendu sur la base Andrews de l’armée de l’air et j’ai souhaité la bienvenue à quelques-uns de nos derniers soldats qui revenaient d’Irak. Ensemble, nous avons fièrement salué une dernière fois le drapeau sous lequel plus d’un million de nos compatriotes se sont battus – et plusieurs milliers d’entre eux ont donné leur vie.[1]

Nous nous réunissons ce soir bien conscients que cette génération de héros[2] a fait des États-Unis un pays plus sûr et plus respecté à travers le monde[3]. Pour la première fois en neuf ans, il n’y a pas d’Américains qui combattent en Irak. Pour la première fois en deux décennies, Oussama Ben Laden n’est plus une menace pour ce pays.[4] La plupart des hauts responsables d’al-Qaïda ont été vaincus. L’élan des talibans a été brisé, et une partie de nos soldats déployés en Afghanistan commencent à rentrer aux États-Unis.

(. . . )

En outre, nous facilitons la tâche aux entreprises pour qu’elles puissent vendre leurs produits dans le monde entier[5]. Il y a deux ans, j’ai fixé l’objectif du doublement des exportations sur cinq ans. Avec les accords commerciaux bipartites que j’ai signés et qui ont maintenant force de loi, nous sommes en bonne voie pour atteindre cet objectif – en avance sur le calendrier fixé. Bientôt, il y aura des millions de nouveaux clients pour les biens américains au Panama, en Colombie et en Corée du Sud. Bientôt, il y aura de nouvelles voitures dans les rues de Séoul, importées de Detroit et de Toledo et de Chicago.

Il n’y a pas un endroit au monde que je négligerai pour ouvrir de nouveaux marchés pour les produits américains. Et je ne resterai pas les bras croisés quand nos concurrents ne respectent pas les règles du jeu.[6] Nous avons déposé des plaintes contre la Chine à un rythme près de deux fois supérieur à celui du gouvernement précédent – et cet effort a porté ses fruits. Plus d’un millier d’Américains ont un emploi aujourd’hui parce que nous avons stoppé une flambée d’importations de pneus chinois. Mais nous devons faire plus encore. Il n’est pas normal qu’un pays laisse pirater nos films, notre musique, nos logiciels. Il n’est pas juste que des industriels étrangers aient l’avantage sur nous uniquement parce qu’ils sont lourdement subventionnés.

Ce soir, j’annonce la création d’un organisme spécialisé dans les contentieux commerciaux, la « Trade Enforcement Unit », et qui sera chargé d’enquêter sur les pratiques commerciales déloyales de pays comme la Chine. Nous multiplierons les inspections pour empêcher les produits contrefaits ou dangereux de franchir nos frontières. Le Congrès doit faire en sorte qu’aucune entreprise étrangère ne soit mieux placée qu’une entreprise américaine en matière d’accès à des financements ou à de nouveaux marchés, en Russie par exemple.

(. . . )

En mettant fin à la guerre en Irak, nous avons pu infliger des coups décisifs à nos ennemis. Du Pakistan au Yémen, les agents d’al-Qaïda qui demeurent sont en fuite, et ils savent qu’ils ne peuvent pas se soustraire aux États-Unis d’Amérique.

Grâce à cette position de force, nous avons commencé à mener la guerre en Afghanistan à sa fin[7]. Dix milliers de nos soldats sont revenus au pays. Vingt-trois mille de plus seront rapatriés d’ici la fin de l’été. La passation de la responsabilité aux Afghans se poursuivra et nous forgerons un partenariat durable avec l’Afghanistan pour que ce pays ne soit plus jamais une source d’attaques contre l’Amérique.[8]

Au moment où le flux de la guerre se retire, une vague de changement déferle sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, de Tunis au Caire, de Sanaa à Tripoli. Il y a un an, Kadhafi était l’un des dictateurs les plus anciens de la planète – un assassin avec du sang d’Américains sur les mains[9]. Aujourd’hui, il n’est plus. Et en Syrie, il ne fait pour moi pas de doute que le régime d’Assad découvrira bientôt que la force du changement est irrésistible et qu’on ne peut écraser la dignité des gens.[10]

Nous ne savons pas exactement comment s’achèvera cette transformation extraordinaire. Mais nous sommes intéressés au premier chef par son issue. Et bien qu’il revienne au bout du compte aux peuples de la région de décider de leur destin, nous encouragerons les valeurs qui ont été si avantageuses à notre pays[11]. Nous nous dresserons contre la violence et l’intimidation[12]. Nous défendrons les droits et la dignité de toutes les personnes humaines – hommes et femmes ; chrétiens, musulmans et juifs[13]. Nous soutiendrons les politiques qui favorisent l’émergence de démocraties solides et stables et de marchés ouverts, car la tyrannie ne fait pas le poids face à la liberté.[14]

En outre, nous protégerons la sécurité des États-Unis contre ceux qui menacent nos citoyens, nos amis et nos intérêts.[15] Regardez l’Iran. Grâce à la force de notre diplomatie, un monde naguère divisé sur la façon de gérer le dossier nucléaire iranien ne fait maintenant plus qu’un[16]. Le régime est plus isolé que jamais ; ses dirigeants font face à des sanctions paralysantes, et tant qu’ils se déroberont à leurs responsabilités, cette pression ne fléchira pas. Qu’il n’y ait aucun doute à ce sujet : les États-Unis sont déterminés à empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire, et je garde toutes les options sur la table pour atteindre cet objectif. Mais une résolution pacifique de cette question reste possible, cette option étant nettement la meilleure, et si l’Iran change de direction et s’acquitte de ses obligations, il pourra rejoindre la communauté des nations.[17]

Le renouvellement du leadership américain se fait sentir sur toute la planète.[18] Nos plus anciennes alliances en Europe et en Asie sont plus fortes que jamais[19]. Nos liens avec les Amériques sont plus profonds.[20] Notre attachement absolu – et je dis bien absolu — à la sécurité d’Israël se traduit par la coopération militaire la plus étroite de l’histoire entre nos deux pays.[21] Nous avons fait clairement comprendre que les États-Unis sont une puissance dans le Pacifique, et un nouveau départ en Birmanie a fait naître une nouvelle lueur d’espoir. Des coalitions que nous avons forgées pour sécuriser le matériel nucléaire aux missions que nous avons menées contre la faim et la maladie, des coups que nous avons assenés à nos ennemis à la force immuable de notre exemple moral, l’Amérique est de retour.[22]

Quiconque vous dirait autrement, quiconque vous dirait que les États-Unis sont en déclin ou que notre influence s’est érodée, ne sait pas de quoi il parle. Ce n’est pas le message que nous entendons de la part de dirigeants du monde entier, qui sont tous impatients de collaborer avec nous.[23] Ce n’est pas le sentiment des gens de Tokyo à Berlin ou du Cap à Rio, où l’opinion que l’on a des États-Unis n’a jamais été aussi bonne depuis de nombreuses années. Oui, le monde est en train de changer ; non, nous ne pouvons pas contrôler chaque événement. Mais l’Amérique reste la nation qui est indispensable aux affaires mondiales – et tant que je serai président, j’ai l’intention qu’il en soit toujours ainsi.[24]

(. . .)

L’un des objets en ma possession dont je suis le plus fier est le drapeau que les membres de l’équipe SEAL avaient emporté avec eux dans leur mission contre Ben Laden. Le nom de chacun d’entre eux y est inscrit. Certains sont peut-être démocrates. D’autres sont peut-être républicains. Mais cela n’a aucune importance. Tout comme cela n’avait aucune importance quand ce jour-là, j’étais assis à côté de Bob Gates – un homme qui avait été le ministre de la défense de George Bush - et d’Hillary Clinton, qui avait été ma rivale dans la course à la présidence.[25]

(. . .)

(…) Chaque fois que je regarde ce drapeau, il me rappelle que les fils de notre destin sont cousus ensemble comme ses cinquante étoiles et ses treize bandes. Cette Nation est grande car nous l’avons bâtie ensemble.[26] Cette Nation est grande car nous travaillons en équipe. Cette Nation est grande car nous nous défendons les uns les autres.[27] Et si nous restons fidèles à cette vérité, en ce moment d’épreuve, il ne saurait y avoir de défi trop grand ou de mission trop difficile. Tant que nous sommes unis dans un but commun, tant que nous maintenons notre détermination commune, nous allons de l’avant, notre avenir est plein d’espoir et l’état de notre Union sera toujours solide.

Je vous remercie, que Dieu vous bénisse, et que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique.[28]

Barack Obama

 

 

 

Description : Déclaration de Barack Obama à propos du décès de Mouammar KadhafiDéclaration de Barack Obama à propos du décès de Mouammar Kadhafi

 

Description : Déclaration de Barack Obama à la 66e Assemblée générale de l'ONUDéclaration de Barack Obama à la 66e Assemblée générale de l’ONU

 

Description : Déclaration de Barack Obama sur la LibyeDéclaration de Barack Obama sur la Libye

 

Description : Discours de Barack Obama sur le Moyen-Orient et l'Afrique du NordDiscours de Barack Obama sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

 

Description : Déclaration de Barack Obama sur la mort d'Oussama Ben LadenDéclaration de Barack Obama sur la mort d’Oussama Ben Laden

 

Réseau Voltaire 

 


Mes notes énervées !

[1] Pas un mot au sujet des victimes irakiennes…. Quelques milliers des nôtres, et le plus d’un million d’autre cela compte pour du beurre. Salaud(s)

[2] Fourbe et hypocrite… les soldats US sont de la « chair à canon » d’un nouveau genre et quand ils ne servent plus les vétérans peuvent crever dans les pires conditions.

[3] Il y croît ? Les Etats-Unis sont à présents  méprisés par une majorité d’habitants de la planète, une bonne partie les haïssent, partout on les maudits et nombreux sont ceux qui guettent les signes de leur déclin espérant leur disparition comme nation pour les plus gentils et les moins touchés par leurs crimes.

[4] L’a-t-il jamais été… à présent ce sont des légions d’une nouvelle générations qui se sont levées avec une volonté déterminée de détruire les USA, s’ils le peuvent. Et ceux-là ne seront pas sous contrôle, leur papa n’est pas le copain des Bush. Ils sont les victimes de guerres cruelles où ils ont perdu des êtres chers, enfants, femmes, parents amis… certains n’ont plus rien à perdre, il leur reste une seule raison de vivre la vengeance.

[5] Bon enchaînement puisque les guerres sont aussi le prétexte à ouverture de nouveaux marchés, c’est pourquoi il faut si possible tout détruire, ne rien laisser debout, que tout soit à reconstruire que des villes entières soient entièrement à reconstruire ainsi que toutes les autres infrastructures des pays massacrés.

En plus vendre des voitures alors qu’il serait urgent de mettre un frein à la croissance du nombre des véhicules individuels et familiaux, aux transports par route….  Bonjour la protection écologique de la planète !

  

[6] Règles du jeux réelles : nous mettons une barrière aux importations mais gare à qui voudrait en faire autant vis-à-vis des produits exportés de USA… des sanctions sont prévues pour mettre à genou ceux qui n’accepterait pas ce jeux du seigneur et des vassaux.

[7] … c’est cela oui, c’est le commencement de la fin… qui en doutait ?

[8] Source d’attaque ? J’ai loupé un épisode. Les armées afghanes ont tenté un débarquement aux Etats-Unis, l’Afghanistan a envoyé des missiles sur le territoire US ? Il a des hallucinations, cela se soigne mais au stade où il en est là…faut plus tarder, il est loin dans sa parano…. Ou c’est pure hypocrisie et mauvaise foi ?

[9] Encore deux poids et deux mesures qui pèsent tragiquement sur le destin de notre monde. Du sang d’Etasuniens sur les mains assimilé à un crime de lèse-majesté, et « puni » comme tel. Mais eux peuvent se permettre des morts, des blessés, des affamés, des malades par centaine de millions cela pèse pour rien dans la balance…. Là on est dans le racisme absolu et génocidaire… cela porte un autre nom aussi.

[10] No comment

[11] Bout du compte ??? quand les populations auront été décimées… etc , pour la rengaine, le refrain voir plus haut, cela se banalise tellement aujourd’hui des pays réduit en miettes que cela devient d’une affligeante normalité. Quant à leurs encouragements….  Ils sont toujours tellement vifs qu’il est impossible de s’y soustraire… cela ressemble à des diktats.

[12] Par une violence et une intimidation  incommensurable, nous nous dresserons contre tous qui ne sera pas d’accord avec ce que nous leur imposons

[13] Et les autres humains…. Les africains, les bouddhistes, les autochtones, les hindouistes, les athées,….etc… Au moins un point sur lequel il est d’accord avec Ahmadinejad… prédominance des grandes religions monothéistes…. Je pourrais pinailler et dire qu’il mélange religion et identité ethnique… mais il n’est vraiment pas le seul… m’enfin pour un président des USA dont le père était africain, un peu limité comme vision d’un monde qu’on prétend dominer !

[14] Bla, bla, bla… marchés ouverts est la seule chose à retenir.

[15] Dangereux un parano qui veut faire la guerre pour des menaces imaginaires… prenons l’Iran… même avec la bombe atomique, il ne peut en rien menacer les USA sans risque de représailles qui anéantirait le pays… il faudrait être fou. On pense ce qu’on veut d’Ahmadinejad, ce n’est pas un fou belliciste, lui.. Eh !il est vraiment loin le Obama, il est tellement belliqueux lui-même qu’il ne conçoit même plus que d’autres ne veulent pas forcément la guerre….

[16] Ah bon… jamais le monde n’avait été aussi divisé… il y a u semblant de ralliement international au niveau des gouvernements qui ne prennent même plus la peine de s’enquérir de l’avis des populations. La Russie, la Chine, une majorité de pays de la CELAC sont adversaires clairement déclarés des USA et soutiennent l’Iran. Dans le monde Arabe seul les laquais de l’impérialisme soutiennent les USA.

[17] Quelles obligations. Nous sommes en droit d’exiger le désarmement nucléaire des États-Unis et de juger les dirigeants de ce pays pour génocide par usage de substance radioactive qui contaminent toute la planète L’Australie est peut-être moins touchée ? Vous savez ce continent sur lequel les Rockefeller et compagnie ont acheté d’immenses territoires ?

[18] Ah ça, partout des gens en crèvent, partout des gens en souffrent… on le sent et on n’aime pas cela et nous sommes de plus en plus nombreux à dire haut et clair : US go home, faut que cela cesse.

[19] Avec les gouvernements, les populations elles vous haïssent de plus en plus. Ceux qui se réjouirait d’ue guerre civile qui mettrait les USA à feu et à sang et détruirait une fois pour toute la puissance de ce pays et le ferait éclater sont légion partout dans le monde. Non sans bonnes raisons.

[20] Là, il plane… ou alors par profond il entend occultes et enfouis,  les réseaux d’une guerre secrète pour déstabiliser le continent Sud, les escadrons de la mort prêts à intervenir à nouveau comme il le font au Honduras depuis 2009… 

[21] No comment

[22] Il est vraiment dingue, il se prend pour Rambo. Quant à sa morale… je n’appellerais pas cela comme ça. Immoralité absolue qui ne respecte rien si ce n’est le pouvoir et l’argent à n’importe quel prix… comment fait-il pour survivre à la noirceur de sa conscience. Seule la folie peut expliquer son cas !

[23] Rebelote… quand à ce qui est du déclin, il oublie que l’es Etats-Unis, c’est aussi une population, plongée dans la misère, parfois au bord de la rébellion, appelant à la sécession, mais cela n’a pas l’air d’être son principal souci. Dominer le monde oui, et peut-importe si la population des USA elle-même est en train d’en crever… tordu !

[24] ….

[25] Tous unis dans la même saloperie

[26] Il me semble la « grandeur » de ce pays est le lointain souvenir d’une époque où il n’était pas né. Ce pays, il le détruit aussi certainement qu’il détruit le reste du monde si le diable qu’il incarne prospère et persiste.

[27] Les uns les autres ? Les  petits copains de caste  du CFR.

[28] Ce sont des extraits du texte, mais quel discours creux qui ne donne même plus le change, une bande d’ordures décidés à mettre le monde à feu et à sang pour assurer leur domination et pouvoir racketter la planète entière. Les maffieux ancienne mode, à côté de cela méritaient le nom d’hommes d’honneur. Ici je ne vois que déshonneur, perfidie et fourberie. Schizophrénie, mégalomanie, psychopathie et paranoïa. Des symptômes que je croyais incompatible chez la même personne. Qu’il soit maudit. Je n’ai pas l’esprit de revanche… jusque-là, jamais je n’ai eu envie de voir des gens payer pour leur crimes s’ils cessaient d’être nuisible. Obama et ces petits copains, c’est cela qu’ils font, ils nous changent, partout ils font monter la haine, le désir de revanche, la cupidité, la trahison, la fourberie, la lâcheté, les soumissions avilissantes, ce qu’il y a de pire en l’homme, ils le font remonter du fond des âmes, ils fabriquent des tueurs, des bourreaux, des tortionnaires,  ils transforment des gens pacifiques en personnes qui souhaitent que les destructeurs de planète paye pour leurs crimes et payent cher. Puisse la force de la vie nous débarrasser de ces aberration de l’évolution.




Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives