3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 12:42

 

 

 

Par Jairo Mejía

 

Washington, 14 avril (EFE). Les milices aux USA grandissent dans l’ombre, alimentées par les vétérans de guerre, « patriotes » armés organisés sous la discipline militaire, convaincus que cela représente l’ultime garantie pour ne pas laisser au gouvernement le monopole de la force.

Malgré le débat pour améliorer le contrôle des armes aux USA, les données indiquent que l’affection pour les fusils et pistolets n’a pas diminué et, les milices, obscurs groupes armés qui s’érigent en garants du Second Amendement de la Constitution, ne cessent de croître en nombre.

Tim Vance, un des leaders de l’autoproclamée Milice Citoyenne de Virginie Numéro 10, explique dans une entrevue avec Efe que la Constitution envisage et protège la création de milices armées informelles pour la protection des droits des citoyens  

Cette protection date de 1776, quand 13 états des récemment nés Etats-Unis craignaient encore de voir leur indépendance menacée par des empires envahisseurs, quoique les membres de la milice assurent que ces axes persistent et gardent leur validité.

Les milices armées secrètes ont augmenté de quelques centaines il y a environ 4 ans jusqu’à 1300 groupes de « patriotes » et opposés au  gouvernement fédéral, selon les données de « Southern Poverty Law Center »

Ce qui fait que cette dernière année, le FBI a reconnu avoir sans cesse vu augmenter le nombre de demandes de renseignement de la part d’autorités locales pour brider ce mouvement toujours mieux armés et entraîné.

En plus, selon ce que reconnait Vance, lui-même, les guerres d’Irak et Afghanistan ont alimenté ces organisations -dont les participants s’unissent de manière volontaire et avec l’engagement de servir leur communauté - en vétéran initiés à l’usage des armes et tactiques de guerre.

“Nous ne sommes pas des groupes anti-gouvernements, nous sommes contre la tyrannie. Les Etats-Unis tiennent la meilleure forme de gouvernement jamais crée par l’homme et les milices sont sujettes de ce gouvernement et défendront le mode de vie étasuniens en accord avec la Constitution » indique Vance

Tout bien pesé, les autorités fédérales surveillent avec vigilance ce type de groupements paramilitaires qui accueillent des personnes avec des idéologies conspiratives et disposées à attaquer le gouvernement fédéral pour défendre des libertés qu’ils considèrent toujours plus restreintes, comme celle de la possession d’armes.

Il ne faut pas chercher très loin pour rencontrer de telles idées chez des citoyens de Virginie qui n’ont jamais entretenus de contact avec les milices « subreptices »

Tom Clarke, un défenseur à outrance du droit à porter des armes librement des milices, explique qu’en Virginie « il y a une explosion du nombre de gens qui veulent apprendre le maniement des armes. En ce moment nous sommes en rupture de munitions, les balles arrivent dans les magasins et disparaissent à l’instant » .

Clark ne défend pas les milices mais partage cette paranoïa qui maintient en vie ces groupes. « La croissance exponentielle des dernières années est causée par l’inquiétude que provoquent des restrictions à venir de la liberté de la part du gouvernement. Les gens se préparent ; » dit-il.

Le leader de la « Milice 10 » est  préoccupé par les contrôles d’antécédents pénaux et psychologiques qui s’universalisent pour accéder aux armes et « sont initiés par les Nations Unies. L’ONU ne devrait se mêler en rien de ce qui affecte notre constitution.

Cette préoccupation est sous-tendue par la peur partagée par quelques membres des milices que le Président Obama, permette que d’autres pouvoirs extérieurs limitent les droits et libertés individuelles des étasuniens.

Les membres des milices sont discrets et ne souhaitent pas apparaître dans les médias, c’est pour cela que Charles –un autre membre – est prudent au moment de donner des détails de leur organisation. Il ne veut pas sauter par-dessus « la chaîne de commandement »

“Quelques membres préfèrent maintenir ces groupes occultés et ne souhaitent pas que la presse, les agents de l’ordre ou les agences gouvernementales s’informent à leur sujet, d’autres, au contraire, pensent que la publicité est bien. Nous avons choisi de vivre dans l’ombre », indique Vance.

En plein débat sur le contrôle des armes les milices continuent d’augmenter leurs files, à présent composées de centaines de milliers de gens, avec de nouvelles recrues soucieuses d’éviter ce qu’elles considèrent comme des abus du pouvoir central et de l’élite.

Pour le moment, elles continuent à s’entraîner régulièrement, amassant lentement des arsenaux, comme le laissent voir les saisies opérées par le FBI.

Traduction Anne Wolff, source en espagnol :

Milicias en EE.UU., la rebelión en la sombra contra el monopolio de la fuerza :: La Jornada Hispanic Newspaper :: América 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives