23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 15:58

 

 

 

Proclamation d’intérêt général

 

Les réseaux sociaux d’Amérique centrale se prononcent au sujet de la signature imminente de l’Accord d’Association avec l’Union Européenne.

Réunis dans la ville de Guatemala le 4 juin de la présente année (2012), déléguées et délégués des réseaux sociaux de la région d’Amérique Centrale et du Mexique, face à la signature imminente de l’Accord de l’Association entre la région de Centre Amérique  et l’Union Européenne déclarent :

 

1.      Cet ’accord se signe dans un contexte de crise profonde de l’économie mondiale, et plus spécialement celle que vivent les pays européens, ainsi que des conditions d’asymétrie, de vulnérabilité, d’exclusion et de fragilité des économies d’Amérique Centrale. Dans ces conditions il serait contreproductif de signer un nouvel accord de libre-échange basé sur les principes néolibéraux d’ouverture commerciale et de déprotection sociale. Il est évident que ce nouveau traité impliquerait l’impossibilité pour les pays Centre Américains s’établir leur propre processus d’intégration et de définir leurs propres stratégies de développement économique et social, ainsi que l’a déjà démontré un accord en vigueur avec les Etats-Unis,  connu comme le CAFTA, qui subordonne l’intérêt des peuples centraméricains à des intérêts étrangers.

2.     Nous observons avec une forte préoccupation que l’accord changerait les relations traditionnelles entre les deux régions en matière de coopération et de dialogue politique pour le développement. Canalisant les flux de la coopération externe pour le développement vers les mécanismes du marché, l’appui aux entreprises et le renforcement des compétences des états en matière de viabilité de l’accord Commercial de L’ADA. Il est préoccupant aussi que dans l’accord de Dialogue Politique, les consultations et la participation de la société civile organisée – qui jusque-là avait la possibilité d’intervenir dans ces domaines – soient restreintes. Nous constatons en plus un recul en matière de droits humains, droit du travail et droit de l’environnement, sapant ce qu’ont été historiquement les relations entre l’Union Européenne et l’Amérique Centrale. Et nous constatons un recul dans la consolidation des processus démocratiques et de la participation des peuples.

3.     Nous manifestons notre rejet de la signature de cette convention et par-dessus tout le Honduras, à trois ans du coup d’état, qui a provoqué jusqu’à ce jour de graves violations des droits humains. L’UE met en évidence, qu’elle place l’aspect commercial, par-dessus l’aspect des droits humain et la construction d’un système démocratique dans lequel se cherche le bien-être des peuples.

 

 

 

Face à cette situation, les réseaux centraméricains déclarent :

-       L’Accord d’Association avec l’Union Européenne, est un autre Traité de Libre-Echange subordonné aux règles du marché qui ne favorisent que les intérêts des grandes entreprises transnationales européennes et subordonnent le dialogue politique et la coopération à ce même marché.

-       Nous réaffirmons notre position de résistance et de rejet indiscutable à l’Accord d’Association qui sans doute aucun, approfondirait la pauvreté, la migration, la violence, l’inégalité et la dépendance des peuples centraméricains, comme ce fut déjà cas avec d’autres traités.

-       Nous voulons qu’avant la ratification s’établisse un large processus de débat et de discussion avec la société civile centraméricaine afin de discuter des  effets possibles que recèle ce type d’accord. C’est seulement en discutant et en confrontant  les différents points de vue  existants que peut se construire un modèle économique soutenable et une relation stratégique entre nations qui bénéficie réellement aux peuples de la région.

-       Nous exigeons des Congrès nationaux qu’ils réalisent un processus de consultation citoyenne au sujet de ce traité avant de le ratifier.

Pour terminer, nous affirmons que ce traité s’ajoutera aux accords qui sous la marque de G-20 et de Rio +2O serons pris par les gouvernements de l’Union Européenne et autres pays du monde qui favoriseront les transnationales et au détriment des intérêts des peuples.

 

En la ville de Guatemala, les représentants des réseaux sociaux centraméricains.

Vía Campesina.

Centro América por el Diálogo –CAD-

Alianza Social Continental –ASC-

Asociación Latinoamericana de Organizaciones de Promoción –ALOP-

La Iniciativa Mesoamericana de Comercio Integración y Desarrollo Sostenible –Iniciativa CID-

Red Centroamericana de Monitoreo del Libre Comercio.

Red Latinoamericana de Comercio Comunitaria –RELACC/RENICC-

La Red Latinoamericana sobre Deuda, Desarrollo y Derechos – LATINDADD-

Plataforma Interamericana de Derechos Humanos –PIDHH-

Plataforma Sindical Común Centroamericana.

Foro Mesoamericano de los Pueblos.

 

4 de junio de 2012.

 

Source : Redes Sociales de Centroamérica se pronuncian sobre la inminente firma del Acuerdo de Asociación con la Unión Europea


Traduction Anne Wolff


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Eurocrassie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives