29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 14:52

 

 

À nous toutes et tous qui vivons dans cette ville !
Nous sommes l’Assemblée des Mal-logé.e.s, de Genève et de partout ailleurs. Nous nous sommes constitués en octobre 2007 pour reprendre la parole sur nos vies et l’initiative sur nos quartiers et nos villes. Nous voulons une cité où il fait bon vivre, où des logements beaux et bon marché aient la priorité et non pas tout ce qui rapporte un maximum d’argent.
La crise du logement est permanente et touche (presque…) tout le monde. Elle explose, non seulement parce qu’il n’y a pas assez de logements disponibles, mais aussi parce que les logements sont beaucoup trop chers tout en étant souvent non adaptés aux besoins des gens. Avec le capitalisme, le sol est devenu une marchandise et les prix des terrains décuplent dès lors qu’ils sont « à bâtir » et plus ils sont situés près des centres urbains. Cette absurdité est la source principale de la spéculation immobilière qui se répercute sur les loyers et le type d’affectation des surfaces construites : immeubles résidentiels, commerces de luxe, banques en lieu et place de logements spacieux à loyer abordable, de petits commerces et ateliers d’art et d’artisanat, d’équipements collectifs.
Nous avons compris que la ville ne sera vraiment la nôtre que si nous devenons ensemble une force capable de résister aux « maîtres de l’immobilier » qui font main basse sur notre ville et cherchent à modifier à leur avantage, avec l’aide de leurs alliés politiques, les quelques lois en faveur des habitants ! Nous avons compris que nous ne pouvons pas résister individuellement aux loyers qui sont tous abusifs, ni à l’expulsion des habitants hors du centre ville parce ceux-ci ne sont pas assez taillables et corvéables à merci ! Avouons que nous nous laissons mener par le bout du nez et que cela ne changera pas tant que nous ne nous serons pas décidés à nous parler de cette situation et, par la solidarité, à montrer notre capacité de nous opposer à ceux qui s’imaginent pouvoir nous manipuler jusqu’à la fin des temps ! Nous voulons apprendre à résister ensemble, apprendre à nous connaître les uns les autres, dans de beaux événements, où nous affirmons ensemble ce que nous voulons vivre, ici même et pas seulement pour après-demain !
Pourquoi la terre sur laquelle nous vivons devrait-elle être la propriété privée des riches ? D’où tirent-ils leurs fortunes ? Pourquoi leurs énormes revenus ? Et pourquoi auraient-ils le droit de tirer un bénéfice sur nos loyers ? Nous avons calculé que bien moins de la moitié de nos loyers sert à payer les frais de construction, de réparation et de conciergerie. Le reste n’est rien d’autre qu’un impôt privé que nous payons à des gens qui ont déjà bien trop d’argent et dont le but est d’en avoir plus, toujours plus. Leur revenu n’est justifié par aucun travail, mais sournoisement pompé sur nos salaires. C’est vrai ou ce n’est pas vrai ? Il faut oser l’affirmer clairement.
Loyers trop chers, logements non adéquats, distance de plus en plus grande entre habitat et lieux de travail, éclatement du lien social et isolement croissant, mais aussi confiscation de l’espace public par le « tout marchandise » et le « tout bagnole » et pollution du paysage urbain par la pub affligeante qui abîme nos désirs, voilà ce que l’Assemblée des Mal-logé.e.s conteste radicalement, aux côtés d’autres collectifs et associations. Ce que nous voulons ? Nous réapproprier nos vies et nos villes, rétablir le sol comme un bien commun, car le logement n’a pas à être une marchandise, pas plus que l’air, l’eau, la terre ! Nous voulons retrouver le plaisir du vivre ensemble ! Si nous prenons ensemble nos affaires en main, nous aurons bien plus de plaisir à vivre dans ce quartier, cette ville, à nous regarder les un.e.s les autres avec fierté en commençant par dire « bonjour » le matin aux gens que nous ne connaissons pas !
« Que toute chose au monde revienne à ceux qui en prennent soin ! » Berthold Brecht

 

Source : Nous réapproprier nos vies et nos villes ! - Assemblée des Mal Logés - Réaménagement urbain

Brochure "droit au logement" de l'ONU : Le Droit au logement - Assemblée des Mal Logés -Réaménagement urbain

brochure_droit_au_logement.pdf (Objet application/pdf)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Refondation
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives