4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 10:31

 

 

 

 

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/04/ucv-estudiante-guarimba-apr-3.jpg

 

3 avril - Une cinquantaine de manifestants, munis de cocktails molotov, battes, bouteilles et d’au moins 5 armes à feu s’emparent d’un étudiant chaviste. Ils le battent, lui cassant le nez et lui causant des fractures de la boîte crânienne ainsi que de multiples contusions. Ils affirment

« Nous allons brûler tous les chavistes. Nous ne les laisserons pas vivre. Aucun ! »


Ils jetteront ensuite de l’essence sur l’ambulance qui emmène le bléssé tentant d’y mettre le feu

 


Combien… au tarif étasunien… voici la carte !

 

 

Il ne se passe pas un jour sans que quelque officiel étasunien ne critique le gouvernement du Venezuela prétendant lui donner des leçons de démocratie. Le Venezuela ne traiterait pas ses manifestants en respectant les principes dont les States se sont fait les grands défenseurs. Je suggérais donc à Nicolas Maduro et à son gouvernement - qui justement doit adopter une nouvelle loi anti-terroristes – de s’inspirer du grand modèle des Maîtres es Democracy

Sauf que nous verrons ici des images  des manifestants pacifiques vénézuéliens,  celles d’actions de gens payés par les USA pour faire ailleurs AU NOM DE LA LEUR DEMOCRATIE ET DE LALEUR LIBERTE ce qu’ils ne toléreraient pas que l’on fasse chez eux..

Il devient urgent de juger les responsables étasuniens, dans leur pratique, selon les mêmes critères qu’ils prétendent imposer à d’autres, je suis aussi assez partisane de ce que les fauteurs de troubles du Venezuela soient jugés selon les mêmes critères qu’ils le seraient aux Etats-Unis…. Et comme il y a beaucoup de manifestants étrangers, paramilitaires ou terroristes de renommée internationale, on pourrait suggérer une évacuation de Guantanamo par les USA – qui ne manquent pas de prisons secrètes à travers le monde – afin qu’ensemble Cuba et le Venezuela, ces horribles dictatures, puissent - enfin - disposer de ce lieu, à la mesure de leur mauvaise réputation, pour y mettre en œuvre, avec ces terroristes et paramilitaires étrangers qui assassinent au Venezuela les pratiques exemplaires de démocratie que nous montrent les Etats-Unis…

Voici les règles démocratiques de traitement de l’opposition aux Etats-Unis qui devraient être appliquées au Venezuela

 

 

 

Tarifs étasuniens


- 3O ans de prison pour celui qui attaque avec des armes dangereuses des agents de sécurité ou des civiles

- 10 anspour incitation publique à renverser le gouvernement

- Jusqu’à 35 ans pour causer des blessures aux agents de la force publique

- 25 ans pour détruire ou endommager des installations ou des véhicules

-10 ans pour soutenir où financer une manifestation non autorisée

- Jusqu’à 6 mois d’emprisonnement pour des étrangers qui participeraient à une manifestation 

 


 

- 3O ans de prison pour celui qui attaque avec des armes dangereuses des agants de sécurité ou des civiles

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/03/img-20140322-wa0011.jpg

 

Venezuela, manifestants pacifiques, ceux-ci ont tué un civil et blessé plusieurs membres des Gardes Nationales

 

30 x ??? pour chacun d'entre eux ?

 

===========================

 

 

- 10 ans pour incitation publique à renverser le gouvernement

 

 

http://www.correodelorinoco.gob.ve/wp-content/uploads/2014/04/Machado-convoc%C3%B3-a-sus-simpatizantes-a-Chaca%C3%ADto-2.jpg

 

 

Maria Machado appelant à renverser le gouvernement et à poursuivre les actes violents de déstabilisation dans ce but - Venezuela

=========================================================

- Jusqu’à 35 ans pour causer des blessures aux agents de la force publique

 

http://www.aporrea.org/imagenes/2014/03/guarimbas_copia1.jpg

 

Venezuela, un manifestant jette un cocktail Molotov contre un membre de la Garde Bolivarienne

 

=================================================

 

- 25 ans pour détruire ou endommager des installations ou des véhicules

http://www.correodelorinoco.gob.ve/wp-content/uploads/2014/04/Ataque-TERRORISTA-contra-Ministerio-de-Vivienda-600x410.jpg

 

Incendie du ministère du logement qui a mis en danger 89 jeunes enfants

 

====================================================

On peut remplir des pages avec l'ensemble des exactions commises, ce qui manquent ce sont les prisons pour accomplir le modèle étasunien.

Un bon  conseil au gouvernement vénézuélien, au tarif étasunien, il serait urgent qu'il se mette à construire en série des prisons de haute sécurité. Je leur conseille aussi vivement de faire appel au soutien des voisins de l'empire du Nord, experts en traitement démocratique de leurs prisonniers et en gestion des incarcérations rentables....

 

Anne W

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives