29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 00:42

 

 

La souveraineté alimentaire de la Suisse mise en péril par l'accord de libre échange entre la Suisse et la Chine

20131213-suisse-chine.jpg

(Genève, le 9 décembre 2013) Le 6 juilliet la Suisse a signé un accord de libre-échange avec la Chine. Les jubilations et hochements approbateurs de l'ensemble de la classe politique laissent songeurs. Le soutien de l'Union Suisse des Paysans est encore plus incompréhensible. Alors que cette organisation s'active pour défendre la sécurité de l'approvisionnement, elle ne craint pas de s'enliser dans des contradictions insurmontables en soutenant cet accord de libre-échange. 

En Suisse, à l'envers de tout bon sens, l'idée maîtresse en matière de politique agricole consiste toujours à tout miser sur le libre-échange. Bien que la croissance débridée et une concurrence illimitée ont des effets dévastateurs sur les populations, l'environnement et les systèmes politiques. Ainsi cet accord est le 27ème accord bilatéral que la Suisse a signé. Les caisses fédérales se privent de recettes douanières qu'elles devront retrouver ailleurs. Dans la foulée des taxes douanières sont remplacées par des taxations du marché intérieur. Les contribuables suisses seraient bien avisés de réfléchir aux conséquences de tels accords.

Par ailleurs, le chômage de masse européen découle en partie de la destruction de la substance industrielle européenne provoquée par ces politiques. Pendant ce temps la Chine investit dans des infrastructures européennes, tels que des ports par exemple et des industries de transformation, telles que charcuteries, laiteries, conserveries. Parallèlement elle s'engage en première ligne dans la bataille mondiale pour les terres arables. De fait, les décisions chinoises en matière de politique agricole concernent également la population suisse et il est impératif qu'au moins les organisations paysannes portent un regard critique sur la logique de libre-échange et ses effets négatifs.

 Les 800 millions de paysans chinois représentent près du tiers des paysans mondiaux. La Chine, un des berceaux de l'agriculture, possède un héritage d'une culture agricole florissante*. Cette haute culture paysanne est cependant sujette à une destruction systématique. Cette tendance s'intensifie  plus particulièrement depuis le début de la réforme en 1978 par la mise en place forcée d'une agriculture industrielle. La Chine continue d'être un système de ségrégation dans lequel les droits paysans sont fondamentalement niés: pas de liberté d'organisation syndicale, pas de justice économique (taxations arbitraires, revenu de moitié inférieur au revenu médian), pas de droit à l'accès à la terre (expulsions), pas de liberté de mouvement à l'intérieur de la Chine (passeport intérieur).

Malgré cela un des plus grands mouvements migratoires mondiaux se déroule en Chine. Depuis trois décennies près de 280 millions de paysans ont quitté les zones rurales pour les zones urbaines. Ils y travaillent en tant que migrants illégaux, dépourvus de droits sociaux et de scolarisation pour leurs enfants dans l'industrie d'exportation. Avec sa population de près de 1,4 milliards la Chine est le plus grand marché alimentaire mondial. Elle ne possède cependant que 9% des réserves d'eau potable et 8% des surfaces agricoles utiles.

Pour le gouvernement chinois, il s'agit de garantir un approvisionnement bon marché en viande de porc et de volaille pour les populations urbaines. L'alimentation de 700 millions de porcs représente un défi énorme. Ces dernières années la Chine est devenu le plus grand importateur mondial de soja et de maïs. Ces importations ont provoqué des changements dramatiques. Ainsi 30 millions d'hectares, accaparés dans le cône sud de l'Amérique Latine ont été transformés en monocultures de soja pour la production d'aliments bon marché. Les plus grands élevages de porcs et de volailles se trouvent en Chine. Dans ce contexte se situe la chute des prix à la production à laquelle font face les paysans chinois. Cette évolution a poussé des millions de paysans à abandonner leur ferme au seul profit  des grandes sociétés. 

Les effets sont déjà palpables et s'accentuent: pollution des eaux et des sols, émissions croissantes de gaz à effet de serre, résistance aux antibiotiques, destruction de la biodiversité génétique, problèmes de sécurité alimentaire et de régime alimentaire, maladies chroniques, frais médicaux en rapport avec le développement et la diffusion d'épizooties, oppression des petits paysans et l'accroissement des inégalités entre les pauvres et les riches. Ceci devrait être de bonnes raisons pour impulser un changement de cap afin de garantir à long terme et durablement tant la sécurité alimentaire que le développement. Selon le rapport agricole mondial la poursuite des politiques agricoles actuelles n'est pas une option. Il faut des solutions pour une agriculture productive, écologique et sociale. En vue de la limitation des terres cultivables, des défis climatiques et d'alimentation, l'alternative est une agriculture multifonctionnelle, locale et de petite structure. Il n'y pas qu'en Chine où les politiques agricoles et alimentaires doivent orienter les conditions cadres des marchés dans cette optique. Les petits producteurs occupent une position clé dans le système alimentaire chinois et ils ont besoin d'être soutenus pour le développement d'un avenir durable. En reconnaissant ces faits, au lieu de s'adonner à une jubilation aveugle en faveur du libre-échange, le Conseil fédéral et l'Union Suisse des Paysans pourraient apporter leur contribution à la solution des ces questions d'importance globale.

Uniterre. 

*King, Farmers of Forty Centuries, Or Permanent Agriculture in China, Korea, and Japan, 1911

 

Source : La souveraineté alimentaire de la Suisse mise en péril par l'accord de libre échange entre la Suisse et la Chine

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives