9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 22:19

 

 

De la propagande, de la propagande et encore de la propagande. J’ai suivi la première campagne électorale d’Obama. En souvenir de « Devine qui vient diner ce soir », je l’ai intitulée « Devine qui va présider demain ? » La superproduction entre toutes les superproductions. Rien à dire, de la belle ouvrage, les cadrages, parfaits, avec ce qu’il faut d’émotion, les textes, peu consistants mais mobilisateurs des émotions populaires… surtout éviter la consistance, entre les lignes cependant il annonce la couleur, il parle de sueur et de larmes et de sacrifices qu’il faudra encore fournir pour enfin réaliser le grand rêve  « « « américain » » »,

Tellement bien fait qu’on a envie d’y croire, malgré que toute notre histoire récente nous raconte que dans un monde sans alternative  l’alternance est une fiction, puis tout un coup, les ficelles sont trop grosses, même s’il a le chic pour distiller le pathos avec un incontestable talent, j’ai une petite idée de qui sont ses sponsors  et des montants versés (Goldmann Sachs $ 900 millions, s’offrir le gratin d’Hollywood pour mettre en scène la campagne, c’est pas donné non plus. Alors quand il nous fait le coup de la petite vieille qui lui a envoyé un mandat de $3,  grâce aux économies réalisées sur le fuel de chauffage, fournit gracieusement pas le gouvernement bolivarien du Venezuela sans doute, Obama ne nous le dit pas, il y va de légers trémolos et d’une ébauche de larme, c’est grâce à ces gens-là qu’il peut faire campagne, il est le candidat des pauvres qui le soutiennent…. On a vraiment envie d’y croire, comme quand le pathos d’un film nous prend aux tripes de manière totalement irrationnelle et qu’un se dit… « N’oublie pas c’est du cinéma…et alors cela prend une autre dimension : fiction. Retour sur terre.

Obama n’est pas un acteur, c’est un simulateur… il sait jouer sur commande des émotions utiles à sa propagande avec un parfait contrôle de soi. Encore que là, il semble que de temps en temps il commence à se lâcher et la façade alors se craquelle. La pression de la mauvaise conscience peut-être, encore que je doute que ce mec ait à proprement parler une conscience. Mais cela n’a plus d’importance à présent qu’il est réélu, il peut laisser d’avantage tomber le masque.

Hollywood ce sont aussi les manières de vendre un candidat, de faire passer une mesure désagréable. Les campagnes électorales n’ont plus de programmes mais des scénarios publicitaires qui ont le temps de la campagne comme durée de vie.  En France cela reste du « petit budget », série B. Mais les principes sont les mêmes. Et en Belgique tout le monde s’en fiche, il y a longtemps que tout le monde a compris que nous ne sommes plus gouvernables, alors quelques guignols se dévouent pour interpréter une fiction de gouvernement qui maintient une illusion de pays, et c’est bien lamentable. Pas besoin de guignols de l’info, chez nous c’est naturel.

Et tout cela, la Belgitude, à laquelle nous sommes attachés, cède toujours plus de terrain à l’acculturation hollywoodienne. Et notre bonne humeur, faite de surréalisme et d’autodérision, bon enfant, si propice à ce multiculturalisme dans lequel personne ne perd ses racines, mais s’ancre toujours d’avantage dans le rhizome… mais notre bonne humeur fout le camp, même si elle a la peau dure, la sinistrose prend place… C’est aussi cela Hollywood, un mirage, un horizon de convoitise, et le Lotto pour seul espoir, et du coup à beaucoup, leur vie parait terne… le Lotto, c’est comme l’emploi, chacun peut gagner mais tous ne le font pas…. Et pendant ce temps, la vie passe et ne revient pas. Propagande, quand tu nous tiens !


La propagande hollywoodienne et la CIA

 

CIA Hollywood

« L’une des tendances les plus répandues dans la culture occidentale au 21e siècle est presque devenue une obsession aux États-Unis : « l’histoire hollywoodienne ». Les studios privés de Los Angeles dépensent des centaines de millions de dollars pour confectionner sur mesure des événements historiques afin qu’ils conviennent au paradigme politique prédominant. » (Patrick Henningsen, Hollywood History: CIA Sponsored “Zero Dark Thirty”, Oscar for “Best Propaganda Picture”)

Black Hawk Dawn, Zero Dark Thirty et Argo, ne sont que quelques unes des productions récentes démontrant comment l’industrie cinématographique actuelle promeut la politique étrangère étasunienne. Le 7e art a toutefois été utilisé depuis le début de 20e siècle et la coopération d’Hollywood avec le département de la Défense, la CIA et d’autres agences gouvernementales n’est pas une nouvelle tendance.

En laissant Michelle Obama présenter l’Oscar du meilleur film, Argo de Ben Affleck, l’industrie a montré sa proximité avec Washington. Selon Soraya Sepahpour-Ulrich, Argo est un film de propagande occultant l’horrible vérité à propos de la crise des otages en Iran et conçu pour préparer l’opinion publique à une confrontation prochaine avec l’Iran.

« Ceux qui s’intéressent à la politique étrangère savent depuis longtemps qu’Hollywood reflète et promeut les politiques étasuniennes (déterminées par Israël et ses sympathisants). Ce fait a été rendu public lorsque Michelle Obama a annoncé le gagnant de l’Oscar du meilleur film, Argo, un film anti-iranien extrêmement propagandiste. Dans le faste et l’enthousiasme, Hollywood et la Maison-Blanche ont révélé leur pacte et envoyé leur message à temps pour les pourparlers relatifs au programme nucléaire iranien […]

Hollywood promeut depuis longtemps les politiques étasuniennes. En 1917, lors de l’entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, le Committee on Public Information (Comité sur l’information publique, CPI) a enrôlé l’industrie cinématographique étasunienne pour faire des films de formation et des longs métrages appuyant la “cause”. George Creel, président du CPI, croyait que les films avaient un rôle à jouer dans “la diffusion de l’évangile américaniste aux quatre coins du globe”.

Le pacte s’est fortifié durant la Seconde Guerre mondiale […] Hollywood contribuait en fournissant de la propagande. En retour, Washington a utilisé des subventions, des dispositions particulières du plan Marshall et son influence générale après la guerre pour forcer l’ouverture des marchés cinématographiques européens réfractaires […]

 

 

Lire la suite ici : La propagande hollywoodienne et la CIA | Mondialisation

 

Qui vous propose aussi

SELECTION D’ARTICLES

En français :

Lalo Vespera, Zero Dark Thirty : Oscar de l’islamophobie radicale

Lalo Vespera, Zero Dark Thirty et masque de beauté

David Walsh, Démineurs, la cérémonie des oscars et la réhabilitation de la guerre en Irak

Samuel Blumenfeld, Le Pentagone et la CIA enrôlent Hollywood

Timothy Sexton, L’histoire d’Hollywood : la propagande pendant la deuxième guerre mondiale

Matthew Alford et Robbie Graham, La politique profonde de Hollywood

En anglais:

Patrick HenningsenHollywood History: CIA Sponsored “Zero Dark Thirty”, Oscar for “Best Propaganda Picture”)

Soraya Sepahpour-Ulrich Oscar to Hollywood’s “Argo”: And the Winners are … the Pentagon and the Israel Lobby

Harry V. Martin, The Real Iranian Hostage Story from the Files of Fara Mansoor

Rob Kall cited inWashington’s Blog, The CIA and Other Government Agencies Dominate Movies and Television

Marjorie Cohn, “Zero Dark Thirty”: Torturing the Facts

Matthew Alford and Robbie Graham, Lights, Camera… Covert Action: The Deep Politics of Hollywood

 

 

Mais encore : trouvé via Les Dernières Nouvelles du Monde | Scoop.it

Qui nous propose également ceci sur le thème de la propagande

 

 

LesDernièresNouvellesduMonde's insight:

En combinant les idées de Gustave Le Bon et Wilfred Trotter sur la psychologie des foules avec les idées sur la Psychanalyse de son oncle, Sigmund Freud, Edward Louis Bernays a été un des premiers à vendre des méthodes pour utiliser la psychologie du subconscient dans le but de manipuler l’opinion publique. Pour lui une foule ne peut pas être considérée comme pensante, seul le ça s’y exprime, les pulsions inconscientes. Il s’y adresse pour vendre de l’image dans des publicités, pour le tabac par exemple, ou il utilise le symbole phallique. En politique, il « vend » l’image des personnalités publiques, en créant par exemple le petit-déjeuner du président, ou celui-ci rencontre des personnalités du show-biz. Il considère qu’une minorité intelligente doit avoir le pouvoir « démocratique » et que la masse populaire doit être modelée pour accepter. Il est l’une des sources des méthodes ultérieures de propagande. On sait par exemple que Goebbels s’en est
fortement inspiré. Il fut identifié comme l’un des personnages les plus influents du XXe siècle par le magazine Life


Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie

Un ouvrage d’Edward Bernays

« La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays ».

 

http://exdisciplesleblog.unblog.fr/2007/12/19/propaganda-comment-manipuler-lopinion-en-democratie/

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne-Marie 11/03/2013 14:18


A propos de l'élection d'Obama, je me rappelle que lorsque je disais (à tous ceux qui s'enthousiasmaient de l'accession d'un noir à la présidence et du "profond changement" que ça impliquait) que
les USA avait seulement changé de président, pas de politique, tous me traitaient de rabat-joie. :-)

Anne Wolff 12/03/2013 10:27



J'ai commencé àte répondre,et finalement c'est devenu un billet que je publie illico.


Et oui, je connais ce sentiment même encore maintenant "Obama,c'est un bon qui a les mains liées"... parfois c'est désespérant autant d'aveuglement. Une méconnaissance absolue des processus à
l'oeuvre dans la réalité qui relègue la politique au rang de diversion.



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives