30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 13:12

 

N'oublions pas tout de même que la guerre Chine-USA a commencé en Afrique... et se prépare dans le Pacifique...en bonus à la fin je reprends l'interpellation du ministre de la défense chinois qui n'est pas content du tout et en complément d'info sur les méthodes US, l'essai que je suis en train de traduie surles ateliers de "Culture Stratégique"... bientôt... je dois reconnaître que j'en apprends beaucoup plus avec les sources hispanophone qui me font prendre la mesure non seulement des censures et autocensures de l'information francophone, mais aussi des points de vue étriqués dans lesquels elle se cantonne, tout bien formés que nous sommes depuis plus d'un demi-siècle à être les gentils petits enfants des U- SA et E, les enfants de l'OTAN

Et comme dit l'auteur de l'article - malgré la houpelande rouge - les chinois c'est pas le père noël, là, ils font les gentils pour se mettre bien avec les populations qu'ils veulent séduire... ils y ont tout intérêt, mais que se passerait-il au cas, tout de même fort  probable, où ils deviendraient la nation dominante d'un monde multipolaire ?

Je ne saurais assez le dire et le redire et encore... la prorité, là présentement c'est d'en finir avec la dictature transnationale qui opère grâce sa main mise sur les centres de pouvoir de l'Union Européenne. Refonder l'Europe mais sans s'enfermer cette fois dans l'uniformité de la pensée unique et les carcans de l'économie unique, balancer le mythe fondateur et arnaqueur de la libre , concurrence qui comme la propriété privée telles que conçuent actuellement fonctionnent comme des accumulateurs qui concentrent richesse et pourvoir entre quelques mains.

C'est blessant tout de même, qu'elles que soient les sources extra-continentales que je consulte, les avis sont unanimes, l'Europe est balayée en tant que telle de la scène internationale et n'est plus que l'appendice bancal de ceux qu'incarnent le gouvernement des USA, culturellement décadente et économiquement agonisante... et je râle, parce que je sais que nous valons mieux que cela, parce que je sais que mêmesi elles ne trouvent plus place pour s'exprimer de manière significative, l'Europe est pleine de créativité latente qui ne demande qu'un peu d'espace pour pouvoir faire ces preuves, non plus comme héritières des colonialistes en tout genre mais comme ce petit continent qui a produit tant de grands savants, de grands artiste, de femmes et d'hommes qui ont lutté pour qu'un jour le mot équitable tombe en désuétude, celle qui frappe les concepts qui ont atteint l'évidence des choses réalisées, une évidence telle qu'on a même plus besoin d'en parler, seulement de la faire exister au quotidien.

,

 

 

Coopération chinoise et impérialisme américain

par Capitaine Martin

Il faut remonter loin dans le temps pour trouver un président des États-Unis qui ne s’intéresse absolument pas au continent africain. Malheureusement pour les Africains, Obama n’est pas de cet avis et l’Empire cherche aujourd’hui à contrebalancer la présence chinoise par tous les moyens. Et ils le font à leur manière : en militarisant le continent et en intervenant dans les affaires internes de ces pays… pour défendre leurs propres intérêts. Mais la politique qui est en train d’être déclinée fait émerger des doutes jusqu’à l’intérieur même du département d’État américain. Pourtant, des forces spéciales occupent désormais le rôle que tenait jusqu’à présent la CIA (Central Intelligence Agency) en Afrique; et comme cette dernière, elles entraînent les armées locales à contrôler et à éliminer les terroristes supposés, avec des effectifs nombreux et des ressources qui le sont tout autant.
« La lutte contre le terrorisme ». Une phrase dont on nous rebat les oreilles pour justifier n’importe quel tour de cochon et qui sera reprise à l’envi par les médias occidentaux… La réalité est malheureusement plus prosaïque : les Chinois, et non cette espèce de feuille de vigne que représente le terrorisme islamo-africain, sont en réalité le véritable ennemi que combattent les États-Unis au sud du Sahara dans une guerre qui n’est pas déclarée, mais qui apparaît désormais évidente.
OTAN en Libye
Les Chinois ne sont évidemment pas le père Noël, mais ils ont une approche profondément différente de celle, brutale, qu’a eue l’Occident depuis des siècles sur le continent africain. En effet, les Occidentaux, déjà coupables de la peu reluisante traite des esclaves, ont construit et construisent bien peu pour le continent noir; en revanche, ils continuent de rafler les immenses ressources qui s’y trouvent, décrétant de facto la mort de millions d’êtres humains.
En outre, les Chinois n’utilisent pas comme les États-Unis ces pays pour y implanter des bases militaires à partir desquelles ils bombardent d’autres pays africains (cf. la Somalie) ou pour agresser les pays moyen-orientaux comme le font les valets de la démocratie étatsunienne.
Ainsi, Ouagadougou, capitale du Burkina Faso dont l’actuel président Blaise Compaoré déposa puis assassina en 1987 Thomas Sankara, faisant ainsi régresser de quelques dizaines d’années son propre peuple en annihilant toutes les conquêtes de la révolution sankariste, est devenue la clé de voûte de l’espionnage des États-Unis en Afrique. Dans le cadre d’une action de surveillance répondant au nom de code de creek sand, des fonctionnaires et des entrepreneurs étatsuniens ont conclu avec les autorités locales la construction d’une base aérienne de dimensions modestes dans la zone militaire de l’aéroport international. Á partir de là, d’« inoffensifs » avions-espions partent en direction du Mali, de la Mauritanie et du Sahara à la recherche des combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique spécialisé dans l’enlèvement d’otages occidentaux. Même si la dangerosité de ces groupes, qui opèrent exclusivement à un niveau local et dont les revendications ne peuvent représenter un réel danger pour les États-Unis, reste à prouver... Mais le « terrorisme international » est devenu le terme magique qui permet de cacher les véritables intentions de l’Oncle Sam en Afrique, à savoir l’accaparement des ressources et le contrôle militaire du territoire.
Mais ce qui est en train de se passer au Burkina Faso n’est pas un cas isolé. Le Pentagone étudie également l’ouverture d’une base au sud Soudan, pays né récemment de la partition du Soudan et qui assurait avant celle-ci 85 % de la production des 470.000 barils quotidiens de l’ensemble du pays. Le pur fruit du hasard…
En Afrique de l’Est, les bases sont déployées en Éthiopie, à Djibouti, au Kenya et aux Seychelles. De là partent pour le Pakistan et le Yémen les drones Predator et Reaper. Une douzaine au moins de bases aériennes ont ainsi été créés depuis 2007, et les opérations n’ont cessé de s’intensifier au cours des derniers mois. Les forces spéciales américaines sont d’évidence en train d’acquérir un rôle croissant au sein de l’administration Obama en agissant au vu et au su de tout le monde… et pas seulement en zone de guerre.
L’approche du continent africain par les Chinois s’inscrit de toute évidence en faux par rapport à ces pratiques belliqueuses. Ce n’est pas un hasard si nombre de traités d’amitié et d’accords commerciaux lient déjà Pékin avec différents pays subsahariens. Bien sûr, une kyrielle de journalistes occidentaux mettent l’accent sur le caractère peu démocratique de certains pays africains qui commercent avec la Chine, mais la mauvaise foi de la plupart d’entre eux est d’autant plus grotesque qu’ils ignorent systématiquement ce que font les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne ou tout autre pays de l’Union européenne dans cette même Afrique ou au Moyen-Orient… où le critère de choix des pays partenaires n’est pas la démocratie, mais plutôt la fidélité aux intérêts stratégiques étatsuniens.
Aux critiques susmentionnées, l’une des réponses données par les Chinois est le droit à l’autodétermination des peuples ainsi que celui de choisir librement leur gouvernement et la voie de leur développement, et ce, sans aucune ingérence de puissances extérieures. Des principes qui apparaissent difficilement réfutables… Mais, au-delà de ceux-ci, le point à prendre réellement en compte est de savoir si l’intervention chinoise est bien acceptée des populations africaines. Une question peu anodine tant les interventions occidentales en Afrique, mais aussi au Moyen-Orient et pendant de longues décennies en Amérique latine, ont été fortement contestées par les populations, mais largement applaudies par les gouvernements corrompus. Et force est de constater que l’intervention chinoise, sur laquelle il est très facile de se documenter, est bien considérée par les peuples africains qui, malgré quelques défiances naturelles dues à des us et coutumes radicalement différents, voient d’un bon œil se construire des routes, des aéroports, des écoles, etc. Parallèlement, les Chinois fournissent les structures fondamentales nécessaires aux pays africains pour pouvoir affiner leurs ressources naturelles et ne plus être de simples exportateurs de richesses en échange de quelques miettes lâchées par l’Occident.
La Chine, je le répète, n’est pas le père Noël, mais un pays qui ne traite pas avec les autres sur le mode impérialiste ou néo-colonialiste. Preuve est que les Chinois maîtrisent encore aujourd’hui l’art antique du commerce dont ils ont été les maîtres incontestés pendant des millénaires. Ils ont besoin de ressources et de matières premières pour soutenir le développement exponentiel de leur pays (et assurer une augmentation du niveau de vie de leurs compatriotes), mais ils le font dans le respect des peuples et avec une approche qui va bien au-delà de la simple relation commerciale. Mais la chose la plus importante à souligner est qu’ils ne pillent pas les ressources africaines comme les puissances occidentales le font depuis des siècles. C’est en fait la différence fondamentale qui sépare les Chinois des Occidentaux.
Source Le Grand Soir
Via : SERGE ADAM
Bonus (29 juin) :


 

La Chine s'inquiéte d'actions contraires à la paix et la stabilité régionale


La Chine attire aujourd'hui l'attention sur les effets pour la paix et la stabilité du renforcement intentionnel des alliances militaires entre les USA, le Japon et la Corée du Sud qui ont effectué  récemment des manœuvres et exercices militaires conjoints. 

 

Le porte-parole du Ministère de la Défense Gebg Yansheng a déclaré à la presse que ces actions vont à l'encontre des tendances à la paix, au développement et à la coopération. 

 

Geng fait  également référence aux trois jours d'opérations réalisés par des effectifs du Pentagone et Séoul dans la mer Jaune et conclues lundi passé dans lesquelles est intervenu le porte-avion George Washington. 

Ces exercices navals s'ajoutent à d'autres effectués peu avant dans des zones au Sud de la partie méridionale de la péninsule auxquelles avaient également participé les forces Japonaises. 

Les déclaration du porte-parole précèdent la signature qui aura lieu demain d'un pacte militaire entre Séoul et Tokio, le premier du genre par lequel les parties espèrent partager des renseignements sur la République Populaire Démocratique de Corée, selon ce qui a "transpiré".

Cela, ajouté au reste, fait des réccentes manoeuvres  l'expression de l'intention d'agresser par surprise son territoire et agir contre la paix ce qui aggrave les tension dans la péninsule et dans le Nord-Est de l'Asie

Source en espagnol : China advierte sobre acciones contrarias a la paz y estabilidad regional

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tien 08/07/2012 21:29


Un exemple type en ce moment est le Mali !


http://effondrements.wordpress.com/2012/07/07/pour-les-maliens-aussi-la-fin-des-temps-est-proche/


Avec la manière de coloniser du FMI (institution sous l'autorité américaine)

Anne Wolff 08/07/2012 22:46



Merci pour cette référence... j'ai bien conscience que c'est de cela qu'il s'agit au Mali, mais j'essaye de publier des textes sur des sujets que je connais un peu mieux


Dans le grand chaos actuel auquel s'ajoute une féroce (et cruelle) désinformation, pas facile


 de s'y retrouver en plongeant dans l'actualité.... je préfère donc parfois me taire que de risquer d'ajouter du pire au mal par manque de conaissances approfondies de la situation



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives