24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 18:05

 

 

 

 

“Temednos, que ya llegamos!” Estas fueron las primeras palabras de Nikos Michaloliakos, líder de Amanecer Dorado, formación neo-nazi que obtiene 21 escaños en el Parlamento Griego después de conseguir el 7% de los votos en las elecciones griegas

"Craignez-nous parce que nous arrivons".

Première parole du leader d'Aube Dorée, Nikos Michaloliakos,à son entrée au Parlement Grec

 

 

 

Prises par d’autres préoccupations, je n’ai pas accordé au meurtre de Pavlos Fyssas, par des militants nazis d’Aube Dorée, l’attention que méritait cet évènement qui ‘est produit alors que la fille de Franco en Espagne, appelle ouvertement au coup d’état militaire, encouragée par le PP qui non seulement réhabilite le franquisme mais dont certains militants n’hésitent plus à afficher leurs sympathies nazies, par exemple en pratiquant publiquement le salut hitlérien.

Ce qui se produit en Espagne, aussi mériterait que nous soyons plus attentifs que ne l’ont été dans leur immense majorité nos grands-parents et leur gouvernements alors que e peuple d’Espagne, les appelaient au secours contre l’insurrection fasciste soutenue par les armées d’Hitler et de Mussolini ravitaillée par les pétroliers étasuniens. Les mêmes, ne l’oublions pas qui ont permis la seconde guerre mondiale, en contribuant de manière importante au développement de l’armée nazie, à son équipement, à son approvisionnement, mais aussi à son entraînement alors qu’elle était encore insignifiante.

Ce sont des leçons de l’histoire qui ont été gommée de nos manuels scolaires, raison de plus pour leur donner l’importance qu’ils méritent, une importance essentielle, pour nous permettre de comprendre cette sortie actuelle des hordes nazies depuis le  souterrain dans lesquels elles ont proliféré.

Un soutien au peuple espagnol assiégé par l’insurrection fasciste et ses alliés, aurait évité la seconde guerre mondiale, et aussi que nous soyons à présent témoins d’une résurgence du mal sans commune mesure avec cette poussée de fièvre du siècle dernier.

Je lisais cette nuit quelques documents relatifs à la stratégie de la tension et aux liens qui avait pu dans ce cadre se tisser entre les Opérations Spéciale US, certains membres de nos corps d’armée et de renseignement les plus secrets appartenant au réseau Gladio, mais aussi entre groupes terroristes d’extrême-gauche et membres de l’extrême-droite et/ou de la pire pègre, avec l’approbation tacite ou la complicité avérée de politiciens des hautes sphères.. Quel imbroglio, sur fond de construction d’une Europe nous échappe.

En vertu de l’adage : « Les moyens sont constitutifs de la fin, qu’ils déterminent » je ne peux approuver quelques formes de terrorisme que ce soit. Ce qui ne m’empêche d’être sensible à la détresse qui doit être celle de jeunes, idéalistes, lorsqu’ils comprennent – pour ceux qui le comprennent – qu’ils ont été manipulés et leurs actions détournées à des fins contraires aux objectifs qu’ils pensaient servir. Et voilà que cela recommence…

 

Extraits d’un article dont vous trouverez l’intégrité en espagnol ici : Altos miembros de la policía griega, apartados de sus cargos por presunta relación con Amanecer Dorado 

Un enquête est menée actuellement au sein de la police grecque,  un nombre importants de hauts gradés ont été écartés de leurs responsabilités ou transférés à d’autres postes à cause de leurs relations présumées avec Aube Dorée ou pour leur négligence dans la répression des actions violentes du parti néonazi.

Une enquête à été ordonnée par le Ministre de l’Ordre Public dans tous les rangs de la police pour débusquer les membres et sympathisants de ce groupe qui y seraient infiltrés.

L’inspecteur général de la région d Sud de la Grèce et le directeur général de la Police de Grèce Centrale ont remis leur démission. Pour des raisons personnelles dit le communiqué du Ministère, ce que dément la presse, qui affirment qu’ils y furent forcés.

Une autre enquête est menée sur l’ile d’Evia à 70 km d’Athènes qui concerne la présence d’individus armées au siège d’Aube Dorée. Des policiers de l’ile ont été suspendu en raison de la négligence dont ils ont fait preuve dans cette enquête, alors que les chef et sous-chef des forces spéciales anti terroristes,. Alors que d’autres hauts responsables de la région de l’Attique ont été transférés.

Quant au chef de l’unité anti-troubles il a été relevé de ses fonctions pour n’être pas intervenu contre les néo-nazis lançant des pierres aux manifestants qui protestaient contre la mort de Pavlov Fyssas. D’autres transferts ont eu lieu pour cette raison dans des commissariats où la présence de sympathisants s’Aube Dorée est soupçonnée.

Une autre enquête à également été ouverte. Elle concerne l’entraînement au maniement des armes que des militaires d’active donneraient aux militants d’Aube Dorée.

En plus, des membres de la famille et autres proches du chanteur, affirment qu’alors qu’il se faisait assassiner des forces de police étaient présentes et ne sont pas intervenues.

Suite aux pressions faites sur la police, des dizaines de sièges d’Aube Dorée auraient été perquisitionnés depuis.

 

 

Je vous renvoie aussi à la lecture de cet article édifiant du Courrier International

 

 

Un ancien membre d'Aube dorée témoigne


Le quotidien grec To Ethnos a rencontré un ancien membre du parti néonazi Aube dorée, deux jours après la mort d'un militant antifascite tué par un membre de la formation d'extrême droite. Extraits.


Des militants d'Aube dorée manifestent devant le Parlement d'Athènes, le 29 mai 2013 - AFP/STR  
Des militants d'Aube dorée manifestent devant le Parlement d'Athènes, le 29 mai 2013 - AFP/STR
Un ancien membre d’Aube dorée (AD), ayant appartenu à son noyau dur pendant un an et demi, révèle l'existence d'un bataillon d’assaut de l’organisation nazie.

Pendant cette période, il a côtoyé de près les hommes qui composent la branche locale du parti "dont le meurtrier de Pavlos fyssas était sous-chef", affirme-t-il. Dans ce long entretien qu’il accorde à To Ethnos, il fait sortir de l’ombre cette branche locale dangereuse d’Aube dorée de la ville de Nikaia [quartier du Pirée], au sud-ouest d’Athènes.

Ce qu’il nous révèle est plus ou moins ce que nous imaginions, mais demeure choquant. Le bataillon d’assaut de Nikaia, dirigée par Giorgos Patelis et présidé par le député [d'Aube Dorée] Ioannis Lagos, dispose d’une hiérarchie, d’une structure et d’une organisation que l’on rencontre seulement dans des équipes paramilitaires criminelles.

Lire la suite : GRÈCE • Un ancien membre d'Aube dorée témoigne | Courrier international

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Métastases du nazisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives