6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 10:42

 

 

 

Le tableau est de plus en plus net. Quelques grandes corporations dirigent toujours d’avantage, le monde, notre monde, dans tous ses aspects. A travers un long travail de sape et de subversion, elles ont, petit à petit, acquis les principaux medias, par les règles internationales du commerce qu’elles ont imposées, elles ont éliminé les barrières juridiques et protectionnistes qui freinait leur expansion, le Libre Commerce se traduit par liberté absolue pour les Corporations sur Le Marché (toujours plus) Unique qu’elles dominent entièrement. Grâce aux mécanismes de l’endettement, elles ont acquis un pouvoir d’usure en particulier sur des états, qui privés de la liberté d’usage de leur budget sont sommés de démanteler les politiques sociales et de remettre les biens communs entre les mains des entreprises privées. Elles ont infiltrés les organisations internationales et le gouvernement de l’UE qui est devenu vecteur de leur politique imposant des lois qui supplantent les droits nationaux et s’appliquent au détriment des populations. Elles appellent compétitivité, ce qui a leur échelle transnationale, où elles se sont partagé le Marché et sont parvenues à éliminer – où sont sur le point d’y parvenir – toute concurrence significative, est en fait une quête sans fin de rentabilité accrue qui s’obtient principalement par une baisse du coût du travail qui implique la réduction drastique de tous les droits des travailleurs tombés sous leur coupe et se traduit par des restructurations – économie d’échelle, informatisation, robotisation – qui réduisent tout aussi drastiquement le nombre de travailleurs humains nécessaires à la production. Pour imposer leurs programmes, elles ont instrumentalisé les forces de l’ordre des nations, contractent des armées privées et ont créé leur propres services de renseignements.

 La notion d’état dans l’état est désormais dépassée par cette tentative d’instaurer une gouvernance supra-nationale qui réduit le rôle des gouvernements à celui d’administrateurs de leurs intérêt. La notion d’accumulation de capital est dépassée, elle ne suffit pas à décrire ce phénomène sans précédent de concentrations de moyens financiers et de propriétés des richesses naturelles dont la mise en place impose un contrôle étendu des opinions publiques et la subversion, le démantèlement, la répression, l’élimination des dissidences qui se manifestent de toutes parts.

Tout cela est documenté, de plus en plus abondamment, il ne s’agit pas de théories fumeuses de quelques complotistes émoustillés par la fascination qu’exercent sur eux les théories les plus exotiques. Il s’agit d’un constat, qui se fonde dans des enquêtes fouillées qui mettent en lumière chacun des éléments de cet accaparement, de cette prise de contrôle, constat renforcé par une série de déclarations et autre documents du domaine public dont sont auteurs les Accapareurs et ceux qui servent leurs projets. C’est également un constat dont les manifestations se traduisent très concrètement au quotidien, à toutes échelles géographiques dans les modifications du monde que nous habitons de moins de moins librement dans des conditions de vie qui ne cessent d’empirer, pour tous, dans différentes mesures. La baisse de qualité du milieu ambiant nous affecte  tous, même s’il reste aux plus riches quelques échappatoires..

Bienvenue dans le monde des Grands Marchands, Bienvenue dans le Monde des Propriétaires de Planète.

Chacun peut à son échelle, contribuer à freiner ce projet, ensemble nous pouvons y mettre un terme. Le faire ou non est un choix que chacun peut faire – ou non.

 

Anne W.


 

 Hors de contrôle : Coca Cola et Monsanto espionnent les militants sociaux.

FULL DEMOCRATIE : Un nouveau rapport détaillé de la stratégie des grandes corporations contre les organisations et associations sans but lucratif qui, selon eux-mêmes, représentent une menace potentielle pour leurs activités.

Le rapport du Centre pour les Politiques des Entreprises, qui fait partie du groupe Essential Informations , ayant son siège à Washington DC, intitulé “Spooky Bussines : Espionage Against Nonprofit Organizations” (« Effrayant négoce : espionnage corporatif contre des organisations sans but lucratif ») se base sur une large gamme de preuves du domaine public, y compris des demandes judiciaires et des enquêtes journalistiques.

 

Cela crée un panorama inquiétant du programme d’espionnage corporatif global qui est hors de contrôle, et par lequel plus ou moins un activiste sur quatre est espionné.

D’après le rapport, sont espionnés divers groupes sans but lucratif, parmi eux ceux de la protection de l’environnement, de l’intérêt public, du contrôle des armes, les pacifistes, les défenseurs des droits animaux et d’autres.

 

. Parmi les corporations qui surveillent les activistes figurent la Chambre de Commerce des E.U., Monsanto, Wal-Mart, Bank of America, Coca-Cola, Chevron, Burger King, Mac Donald, Shell, BP et d’autres qui « ont été mises en relation avec l’espionnage ou ont planifié d’espionner des associations sans but lucratif, des activistes et des lanceurs d’alerte »

Pour mener a bien la surveillance privée, les entreprises contractent des ex agents de la NSA, de la CIA et du FBI

Qui va contrôler les forces de l’anarchie corporative qui sapent les activités des défenseurs de la justice sans but de lucre ? 

Un des groupes qui a été une cible dans la majorité de cas, et pour différentes corporation est Greenpeace.  Dans la décennie des 90 Greenpeace fut pisté par la firme de sécurité privée Beckett Brown International (BBI) au nom du plus grand producteur de chlore au monde, Dow Chemical à cause de la campagne de l’organisation écologiste contre l’usage de chlore pour la fabrication de papier et de plastique.

Selon le rapport, l’espionnage inclut “le vol de document dans poubelles, l’introduction d’agents sous couverture dans les rangs du groupe, la collecte des répertoires téléphoniques des activistes et la pénétration dans des réunions confidentielles.”

D’autres bureaux de Greenpeace en France et en Europe ont été « hackés » et espionné par des entreprises privées de renseignement françaises pour le compte d’Électricité de France, le plus grand opérateur mondial de centrales d’énergie nucléaire, dont 85% appartiennent au gouvernement français.

 Les compagnies pétrolières Shell et BP, d’après ce rapport, ont également contracté une entreprise d’investigations privées «ayant des « liens étroits » avec le M16 pour infiltrer Greenpeace par le moyen d’un agent qui se fit passer pour un sympathisant de gauche et directeur de ciné »

 Sa mission était de « saper les plans des activités de Greenpeace à l’encontre des géantes du pétrole », elle incluait la collecte d’informations sur les mouvements du bateau à moteur de Greenpeace dans l’Atlantique Nord »

« En effet, les entreprises actuellement sont capable de recréer les répliques miniatures d’une CIA privée, usant les services de professionnels retirés du renseignement […] Les entreprises sont à présent capables de contracter une entreprise privée avec ses capacité policières, qui se voient à peine limitées pas les normes légales et éthique, et l’utilisent pour subvertir au détruire des groupes civiles.

Ceci érode en grande partie la capacité du secteur civil pour contrebalancer l’énorme pouvoir des élites entrepreneuriales et fortunées “, résume l’auteur du rapport Gary Ruskin.

L’espionnage corporatif à l’encontre des organisations sans but lucratif est un abus flagrant du pouvoir corporatif qui est en train de subvertir la démocratie. Qui va contrôler les forces de l’anarchie corporative qui sapent les activités des défenseurs – sans fin de lucre - de la justice ? », demande-t-il ironiquement.

 

Traduction Anne Wolff

Source en espagnol

Fuera de Control: Coca Cola y Monsanto espían a militantes sociales 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cécile 06/12/2013 22:19


" Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher
quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes
d’eau que tu vas éteindre le feu ! »


Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. » "


(légende amérindienne)


C'est pourtant si simple de les faire plier... il suffit de ne pas acheter leur produit.


Alors je fais un peu comme le colibri, je fais ma part car je ne veux pas être complice


d'un monde sans aucun respect. Je boycotte.


J'essaie d'être le plus loin possible de ce système car il me dégoute profondément.


Je récupère, recycle. Je fais beaucoup moi-même.


Un de mes grand plaisir est la cueillette. Fruits, baies, plantes... il y a tout plein de


bonnes choses à manger dehors. Ceci n'est qu'un exemple, mais en ce moment c'est la


saison du "gratte-cul", baie de l'églantier, 10 fois plus riche en vitamine C que le citron.


Une petite ballade, et hop de la vitamine C .


Simplement pour dire qu'il est vital pour tout à chacun de se détacher le plus possible


de ce monde, qui est dans le non-sens, en vivant dans le Bon sens.


Plus qu'un choix, cela doit être une évidence.


Merci Anne pour l'article

Anne Wolff 07/12/2013 15:18



 


Voilà un commentaire qui me réchauffe le cœur et me remonte le moral… Je partage ce que
tu dis, moi aussi je déplace les montagnes à la petite cuillère et quoi de meilleur que de se sentir pleinement de la nature, de s’intégrer dans ces cycles en en faisant partie.


Mais je constate que pour beaucoup, c’est vraiment loin d’être une évidence, quand tu
leur parles de cela, t’as l’impression de venir d’une autre planète. C’est vraiment ma conclusion : avec ceux qui l’ont éprouvé aussi, même pas besoin de mots, pas besoin de parler, on sent
qu’on partage quelque chose d’essentiel. Mais avec d’autres, à un moment que tu réalises que tu pourrais leur parler des journées entières : ils ne comprennent pas de quoi tu parles…


Faudrait pouvoir leur montrer ais encore faut-il qu’ils soient de bonne volonté. J’ai
vu trop souvent les mauvais délires de ceux qui débarquent à la campagne sans la connaître… J’ai vu aussi les petites familles et autres qui (re)venait s’installer à la campagne, à la montagne,
mais le plus souvent c’est parce que le lien n’avait pas été coupé, et que si leurs parents avaient choisi la ville, eux depuis l’enfance ne se sentaient vraiment bien que pendant les vacances
chez les grands-parents et depuis gamin(e)s s’étaient mêlés à la vie des champs.


Les citadins sans racines sont un des pires maux de notre monde. Parce qu’ils trouvent
cela normal, je vois bien les campings « vacances du troisième Reich » qui gangrènent les paysages de Wallonie… Caravane, téloche, supermarché et pseudo-barbecue clé en main… et quand
parfois, ils se baladent, c’est pour aller semer canettes, bouteilles plastiques et autres emballages dans les bois. Faudrait leur dire que cela ne poussent pas.


Il y a quelques années je n’avais jamais entendu parler de « choc des
civilisations », puis j’ai passé quelques années en ville et dès que je marchais dans la rue, je collectais des saluts, des sourires, des bonjours, quelques mots échangés, avec toutes sortes
de gens, jusqu’à ce que je comprenne ce qui nous reliais : nous étions tous des villageois, qui se repèrent de loin parce que présents, physiquement, avec un regard…


Je crois que le vrai choc est là : des citadins avec un
« environnement » qu’ils surplombent en pensée, et des villageois plongé dans un milieu ambiant auquel ils appartiennent. Et il y a urgence : comment faire comprendre aux premiers
qu’il y a un choix à faire et que de ce choix dépend un avenir possible – ou une fin d’humanité en impasse…en vitesse accélérée comme nous sommes, se ramasser le mur au fond de l’impasse, cela va
faire très mal. Sortez les freins !


Anne



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives