29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 18:10

 

 

Le régime grec s’apprête à approuver la création de prisons de “conditions de détention spéciales” dans les prochains jours, sorte de prison à l’intérieur de la prison.

 

Ces prisons sont destinées aux accusés détenus pour vol et extorsion, aux prisonniers politiques, à ceux dont la peine dépasse 10 ans, ceux qui auront participé à des mutineries et en général tous ceux qui seront qualifiés de dangereux par les appareils répressifs de l’état. Dans chacune de ces prisons un procureur pénitencier devra rendre compte au Régime.

Elles seront installées dans des ailes spéciales totalement isolées du reste de la prison, les prisonniers qui y séjourneront n’auront droit à solliciter aucune sortie ni suspension de peine. Les conditions de détention consisteront en un enfermement en isolement 23 heures sur 24 sans contact individuel ni collectif, mais sous surveillance permanente. Le nombre et les temps de visites et d’appels seront drastiquement restreints. Les gardiens y seront remplacés par des policiers seuls fonctionnaires en contact avec les prisonniers qui exerceront sur eux une surveillance 24 heures sur 24. Les dites « Unités Antiterroristes pourront pénétrer dans ces ailes quand bon leur semble et les prisonniers seront soumis à leur entier arbitraire.

Par contre un traitement de faveur spéciale est prévu pour les balances pour lesquelles la loi prévoit une série de privilèges à conditions de donner des renseignements conduisant à la détention d’autres personnes, privilèges qui pourront inclure la suspension de peine, et conduire à leur libération.

Un résumé de 

http://verba-volant.info/es/movilizaciones-contra-la-creacion-de-carceles-de-condiciones-de-detencion-especiales/ 

 

Non seulement ce genre d’établissement existe déjà aux Etats-Unis (pays où 1% de la population adulteest emprisonnée) et des dizaines de milliers de personnes à travers tout le pays en sont victimes mais en plus ces conditions peuvent aussi être imposées à ceux qui refusent d’accepter de travailler. Je crois que nous devons être très attentifs aux dérives vers la société-prison en Europe, parce

1) Nous prenons le chemin des USA qui consiste également à créer sous prétexte de tolérance zéro une réserve de main d'oeuvre en total esclavage... pire que l'ancien Sud.

2) Nous voyons que l’opinion publique, les personnes et associations en lutte contre les dérives de la société de contrôle et carcérale qui progresse à grand pas ici sont justement une partie de la société de plus en plus criminalisée et faisant partie des prisonniers politiques en puissance. Qui restera-t-il alors pour protester contre les abus ? Demander la libération des prisonniers politiques ou des conditions d’incarcération plus douces ?

 

Une question juste pour voir :


Vea a uno de los terroristas de la oposición tratando de incendiar a un GNB

 

Ceci se passe au Venezuela, il s'agit d'un manifestant pacifique qui lance un cocktail molotov sur un membre de la Garde Nationale Bolivarienne. Que ce passerait-il si  ce jeune homme se retrouvait emprisonné dans les conditions prévues par la Grèce, mais au Venezuela ? Il serait temps que nous exigions ici des droits de manifester aussi larges que ceux que les dictatures occidentales veulent imposer au Venezuela. 


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans univers carcéral
commenter cet article

commentaires

caligula63 30/03/2014 11:14


Il y a une énorme différence entre les états dits civilisés du vieux continent, et ceux d'Amérique du Sud (et du Sud en général).


La pacification de la population.


Attention, je ne dis pas que les vénézuéliens sont des barbares sanguinaires, je dis que les peuples européens sont devenus des moutons. Là où les premiers se battent depuis des décennies, voire
des siècles, pour leurs terres, leur indépendance (nationale au moins, dans le sens où il ne deviennent pas le terrain de chasse des USA), et leur droit à jouir d'une éducation de bonne qualité,
d'une vie calme; de la Paix, en somme; les seconds se contentent d'aller voter, et de temps en temps, ils défilent dans la rue, pour des problèmes d'un intérêt plus que mineur (cf le mariage
gay).


De plus, lorsque au sein d'une manifestation, quelques heurts opposent les protestataires aux forces de l'ordre, invariablement, les manifestants - dans leur ensemble - sont montrés du doigt. Et
les heurts, ceci est un fait bien connu, viennent souvent d'appariteurs* travaillant pour la police. Ensuite, il suffit simplement de demander à une chaîne télé quelconque de montrer les images,
en boucles, pour que le "bon peuple" s'offusque et condamne les violences.


Mais ceci était vrai jusqu'à la crise de 2007. Depuis, les réalités nous ont rattrapé. Par exemple, certains pays "du Sud" de l'Europe, étaient plus proches des pays du grand Sud (je pense à la
Grèce, au Portugal, et à l'Espagne). Si la génération précédente avait décidé de raccrocher les fusils, la nouvelle, en revanche, a décidé de prendre exemple sur les combats - pas si lointains -
qui ont émaillé l'histoire de leur nation. Du coup, la liberté avec un "l" majuscule à repris le dessus sur une pacification par l'abrutissement des masses. Second problème, puisque personne
(chez les dirigeants) n'était préparé à cela, il a fallu sortir l'artillerie lourde; comprenant la restriction des libertés, et surtout, la délation.


Ahhhhh, la délation. Faire appel aux pires instincts de l'être humain, afin de le museler. J'ai une sainte horreur de la délation. Certains n'ont pas le choix, me direz-vous, puisque en gros,
c'est eux ou les autres, mais si tout le monde pensait comme cela, la Terre serait un enfer, non?


En plus, l'opposition à un gouvernement est un devoir, d'après la chartre des droits de l'homme. Bon, je dois avouer que cette chartre me fait bien rire, puisqu'elle est totalement à l'opposé de
la politique de ceux qui s'en réfèrent...


* Pour les appariteurs, une chose à le don de me faire sourire (même si le sujet n'est pas drole), dans les années 80, Coluche - un comique français - avait fait un sketch sur les policiers, où
il les tournait en dérision. Dans ce sketch, il parlait justement des appariteurs, en disant clairement quelles étaient leurs fonctions. Et maintenant, trente ans après, on s'étonne que des
policiers en civils lancent les hostilités...Les hommes ont la mémoire courte!


Plus léger encore, je suis allé faire des courses, hier, dans une grande surface. Je suis passé dans le rayon du lait et j'ai entendu un gamin dire à sa mère (en montrant une brique de lait):
"Maman regarde! Une vache!"


Et oui, les vaches sont rectangulaires avec un bec verseur. Bon, en fait, il s'est avéré que le bambin montrait la vache déssinée sur l'emballage...

Anne Wolff 30/03/2014 16:54



Je vais commencer par les vaches, je n’ai
pas d’amies vaches personnellement, mais bon je sais à quoi cela ressemble, j’ai même eu l’occasion d’en traire, et quand je croyais encore qu’il était possible de faire des choses vraiment
valables dans le monde associatif belge avec des gens un peu lucides concernant l’état du monde, j’avais la volonté de créer un lieu où des gamins de villes puissent se familiariser avec la
campagne et les bois. Je sais par expérience que ce sont des sources incomparables d’équilibre et de recentrage au besoin.


Je suis de plus en plus consciente du
fossé qui se creuse entre une Amérique Latine et l’Europe, celui qui caractérise une civilisation en plein essor d’une part et l’autre en décadence.


Je me rends compte aussi qu’une des
composante qui empêche les européens de franchir le pas et de se détacher d’un passé révolu pour tirer quelques leçon d’un avenir probable, c’est d’une part que l’Europe est pétrie d’orgueil, et
se vit toujours comme berceau de toute civilisation possible, et que et c’et lié elle est d’essence colonialiste et ne s’en remet pas, Comment faire accepter que des indigènes qui ont été écraser
pendant des siècle proposent à présent des options sur l’avenir infiniment plus complexes et évoluées, et que le syncrétisme latino est d’une incroyable richesse, un multiculturalisme épanoui, je
ne sais pas… et que ce qui se dessine là est une culture de paix.


Le mariage gay, un cauchemar oui. Je
voyais hier l’air auto satisfait des premiers mariés du genre au Royaume Uni et franchement, si la culture gay consiste à présent à avoir l’air de petits bourgeois auto satisfaits, et bien ils
provoqueront chez moi la même répulsion que les hétéros du genre suscitent en moi.


Quand à la fameuse Charte, non seulement
elle fait intervenir sans la remettre en question la notion de « peuples sous tutelle », elle propose une notion discutable de la protection de la propriété privée qui sert de
fondements à bien des dérives de l’actuel accaparement du monde, quand à consacré la famille comme cellule de base de toute organisation humaine, cela aussi se discute…


Un article que j’avais traduit consacré
aux luttes minières au Pérou, faisait remarquer qu’à travers ses luttes réellement populaires d nouvelles formes de droits humains étaient mis en évidence : celui à une alimentation saine
par exemple, mais pas seulement.


Avant que n’éclate la tentative de coup
d’état au Venezuela, je voulais approfondir cet aspect des choses, ce que sont les communerxs que l’ont retrouve à travers toute l’Amérique Latine, en quoi ce mouvement qui se construit dans la
pratique constitue une expérience inédite, quels sont les apports des structures indigènes et de leurs méthodes de justice réparatrice et non punitive,…


Mais là tout à coup le monde s’emballe et
il y a des priorités, tous ces mouvements communerx soutiennent le Venezuela populaire et son gouvernement parce que leur existence est une condition majeure de la poursuite de ces expériences
dans un espace de liberté plus ou moins préservé selon les pays, la paix et la liberté des peuples y étant inversement proportionnel au degré de soumission de leurs gouvernements aux diktats de
Washington.


Du coup je deviens une spécialiste des
révolutions de couleur, Poutine annonce qu’il s’apprête à les étudier de près,… il serait temps. Avec les milliards de dollars dépensés par Washington en Russie, dans cette optique, ce ne serait
pas plus mal de s’intéresser à leurs méthodes de déstabilisation.


La c’est de plus en plus clair, nous
sommes confronté à un saut qualitatif dans la volonté d’instaurer une société unipolaire de domination et de contrôle des masses. Et le sort du monde repose dans la capacité de résistance de la
Russie comme du Venezuela, pas seulement mais principalement… Après la victoire, il sera temps de critiquer Poutine et Maduro… mais entre alliés, entre amis, entre personnes qui peuvnt vivre dans
le même monde sans se nuire ! Ce qui n’est pas le cas avec Washington qui pour réaliser ses plans, assassine, infra-humanise et fait souffrir à sans limite… se donnant le droit de disposer
de nos vies en Maître ;.. et quoi encore !



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives