5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 20:04

 

Après la caissière gestapo (Quand une caissière se prend pour la GESTAPO) voici les mômes atteints de racisme ordinaire, graines de fachos… Liberté d’expression ? Liberté d’éducation ? Dans une Union Européenne qui s’apprête à sanctionner ceux qui s’opposeront à ses mesures d’austérité…(c'est ici L'article 458A et le sang pour rappel une directive de l'UE est impérative pour tous les pays membres qui ont un délai pour l'introduire dans leur législation qu'elle supplante)

Si on observe avec un peu d’attention on s’aperçoit que le fascisme est de plus en plus décomplexé au nom de la liberté d’expression, alors qu’après avoir été stigmatisé le discours anti-impérialiste en vient à être criminalisé…au nom de quel droit fondamental j’aimerais qu’on m’explique, de même que j’aimerais comprendre par quel tour de magie, soudain l’acte de délation se voit assimilé à une vertu civique.

Enfin, une bonne nouvelle sur le mode Egalité pour tous : il semblerait que l’UE, après ample (et coûteuse enquête) ait décidé de rendre conformes les chasses d’eau des chiottes de 28 pays…  (c’est ici Aux chiottes l’Union Européenne ! Bruxelles veut standardiser les chasses d’eau de l’Union Européenne. - Le blog de Lucien PONS ) Si ce n’est pas un hoax, nous pouvons nous réjouir de cette mesure qui nous rendra tous égaux au moins en nos intimités !

On va où là ?

Bananes d’Angers : en route pour le juge des enfants

1166531600.jpg

Gilles Devers
 
Taubira a voulu minimiser l’évènement, et ça se comprend : ministre, et être attaquée si bas… Il peut y avoir aussi un côté plus personnel : on se blinde, mais des attaques de ce genre font toujours très mal.
Ceci étant, maintenant, nous avons tous vu la vidéo publiée par Angers Mag : c’est bien plus grave qu’une fillette qui raconte n’importe quoi dans son coin.
La vidéo va devenir une pièce pénale, et elle méritera un examen très attentif, suivi d’une enquête pour retrouver les personnes présentes, recueillir les témoignages et explications. Ce qui est déjà clair, c’est que plusieurs enfants, une peau de banane à la main, scandent « Taubira, mange ta banane ». Les adultes participent-ils ? Ont-ils donné de bonnes idées à ces gamins appelés en renfort à la manif ? Et tout cas, ils entendent bien les enfants proférer le slogan raciste, et aucun ne réagit.
Le racisme bestial, par la couleur de peau... Il y a quelques années, nous étions offusqués découvrant que des joueurs de foot subissaient de telles injures raciales depuis les tribunes de supporters éméchés. Maintenant, c’est dans les manifs en famille…
La loi pénale est violée, et il va falloir répondre.
Si des adultes ont scandé ce slogan, ils ont leur place en correctionnelle pour injure raciale (Articles 29 - 2° alinéa et 33 - 3° alinéa de la loi du 29 juillet 1881, six mois d'emprisonnement et 22 500 euros d'amende).
Pour les mineurs, c’est un peu plus compliqué.
Selon leur âge et leur discernement, le procureur peut décider de les faire juger par le tribunal pour enfants (Code l’organisation judiciaire, art. L. 252-5). Ce serait logique, car les faits graves de délinquance appellent une réponse pénale.
Mais le procureur peut aussi saisir le juge des enfants dans le cadre de l’assistance éducative (COJ, art. L. 252-2)  car il y a de fortes raisons de penser que ces enfants sont en danger, au sens de la loi, et il faut investiguer sérieusement.
Ces enfants sont l’ignorance des limites : la loi a été votée, démocratiquement, et la ministre représente d’autorité de l’Etat.
Or, l’enfant fait comme s’il n’y avait rien. Il faut donc, certes, reconnaître à l’enfant un apprentissage de la liberté d’expression, mais par l’argument, pas par la négation du réel. Ce sentiment d’une surpuissance chez l’enfant est très inquiétant.
Ensuite, l’enfant qui adopte avec délectation les thèses raciales est en train de s’exclure de la communauté des hommes. Il entre dans un processus d’isolement et de domination, qui ouvre vers le déni de l’autre et peut conduire au basculement dans le crime. 
Surtout, cet enfant doit avoir une structure psychologique très faible pour se sentir obligé d’attaquer ainsi ses semblables. Il doit souffrir d’une vision assez effrayante du monde, où il est menacé par des singes en liberté. 
Sont donc bien remplis les critères de l’article 375 du Code civil : la moralité du mineur est en danger, et de plus, les conditions de son éducation ou de son développement affectif, intellectuel et social sont gravement compromises. 
La justice doit donc s'orienter vers l'assistance éducative, pour dans l’intérêt de l'enfant, ordonner les mesures nécessaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Métastases du nazisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives