13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 11:01

Un pays aussi où la privatisation des prisons y compris celles pour enfants a déclenché quelques scandales. Les entreprises privées qui gèrent ces prisons font pression sur les juges de la jeunesse pour qu'ils aident à la rentabilité de leur entreprise en y envoyant des gamins qui n'ont rien à y faire. Quand on sait les conséquences irréversibles de ce genre "d'accidents de la vie" qui bouleversent le destin... on peut s'interroger sur cette politique carcérale du pays qui a rappelons le plus haut taux d'habitants emprisonnés au monde. Et n'oublions pas cette petite brochure officielle récemment réédité qui programme la rééducation des dissidents politique dans des camps prévus à cet effet.

Or nous savons que les habitants pauvres courent pour de multiples raisons un risque accru de se retrouver en prison, nous savons aussi que les séquelles de la misère surtout quand la société n'offrent aucune perspective d'y échapper que n'existe plus même pour la plupart de perspective de pouvoir même pas individuellement améliorer sot sort... sont dramatiques et irréversibles. Nous voyons cette tendance à la privatisation de l'enseignement aussi qui fait de l'éducation une marchandise pour gosses de riches...là-bas, comme ici, comme ailleurs

Jusqu'où cela ira-t-il ? Sommes-nous vraiment condamnés à ces lendemains qui déchantent toujours plus ? Devons-nous continuer à dormir pour poursuivre, nous aussi, européens notre illusion d'une Europe qui permet l'amélioration de notre qualité de vie. Parce que si cet article fait référence à la situation aux USA, nous ne pouvons ignorer que chez nous aussi, chaque jour, toujours plus d'enfants sont plongés dans la misère, privés d'enfance,  privés de logement, condamnés aux conséquences à vie de la malnutrition précoce... Qu'ici aussi la tendance est à l'augmentation  de la répression d'une misère que le système ne désire en aucun cas soulager ou combattre... Cela n'arrive qu'aux autres ? Et quand bien même ? Est-ce une raison pour y être insensible ?

La jeune Diane de l'article ci-dessous a passé une nuit en prison pour avoir, cumulant en plus deux boulots et logée avec ses parents, par un de ses employeurs hors de la ville,, manqué trop souvent l'école. 18 jours d'absence à l'école et le juge décide qu'une nuit de prison, ce n'est pas la mort...Le cas de Diane a fait scandale parce que malgré ces absences et sa fatigue elle est "honnor student" étudiante brillante. Mais chaque jours des jeunes sont ainsi condamnés dont on ne parle pas.... et envoyé pour beaucoup dans des prisons pour adultes... Une absence de solution qui promet bien des problèmes.

 

1 enfant sur 4 vit dans la misère aux Etats-Unis

Publié le 12 juin

it’s call american dream because you have to be asleep to believe it . G.Carlin

Miracle du capi­ta­lisme, les mai­tres du monde, chan­tres du libé­ra­lisme débridé, ren­trent dans les charts selects de la grande misère, médaille d’argent pas loin der­rière la Roumanie. taux d"enfants pauvres dans les pays développés

Ils s’étaient déjà illus­trés suite à la crise capi­ta­liste par un accrois­se­ment spec­ta­cu­laire de gosses vivants dans la rue , 1.6 mil­lions, une pro­gres­sion record de 45 % depuis 2010, mais aussi 46 mil­lions d’amé­ri­cains sur­vi­vent grâce à des bons ali­men­taire soit une aug­men­ta­tion notoire de 74 % depuis 2007. Le gen­darme du monde n’est plus capa­ble d’assu­rer le gite et le cou­vert sur son sol.

N’en déplaise aux thu­ri­fé­rai­res ser­vi­les du sys­tème capi­ta­liste, l’ali­men­ta­tion, le loge­ment devien­nent un pro­blème crois­sant dans les pays consi­dé­rés encore pour com­bien de temps comme les plus riches.

"Le confort qui vous entoure n’est pas le résul­tat d’un heu­reux hasard, ni une gra­cieu­seté de l’inter­ven­tion de l’État. Notre mode de vie, c’est à l’économie de marché que nous le devons.

S’il est vrai que l’accès à l’ali­men­ta­tion est encore pro­blé­ma­ti­que pour une partie de l’huma­nité et que nous devons nous en sou­cier, n’oublions pas pour autant que des mil­liards de per­son­nes jouis­sent à pré­sent d’un niveau de vie ini­ma­gi­na­ble il y a à peine deux siè­cles."

“le capi­ta­lisme moteur du pro­grès par Nathalie Elgrably dans contre­point”

C’est vrai, on s’en était pas rendu compte, la chance ini­ma­gi­na­ble de ces gosses de vivre au pays DE la liberté d’entre­prise, et ils ne remer­cie­ront sans doute jamais assez l’économie de marché de veiller sur leur bien-être.

Diane Tran, 17 ans peut témoi­gner de l’atten­tion par­ti­cu­lière que l’état amé­ri­cain, fidèle ser­vi­teur du grand capi­tal, tou­jours prêt à brimer une popu­la­tion aux abois, lui a réservé : une nuit de taule pour absen­téisme sco­laire. La gamine cumule 2 tafs en plus de sa sco­la­rité pour nour­rir ses frères et sœurs, les parents ayant fuit le domi­cile fami­lial. Pas de médaille pour cette étudiante méri­tante, mais la geôle, seul crime repro­ché à Diane, la pau­vreté, ne pou­vant jouir de parents riches pour sub­ve­nir à ses besoins et payer sa sco­la­rité, l’état l’a immé­dia­te­ment sanc­tionné. Cette his­toire pathé­ti­que a eut le mérite de mettre en lumière le sort réservé aux ado­les­cents aux USA, com­bien de Diane Tran, au par­cours moins méri­tant au regard des médias mains­tream et pour des motifs aussi absur­des, crou­pis­sent dans les geôles démo­cra­ti­ques amé­ri­cai­nes dans l’indif­fé­rence géné­rale.

Ces pseu­dos phares de l’émancipation des peu­ples oppri­més par la nuit noire de la dic­ta­ture tra­cent un chemin vers la démo­cra­tie à coup de bombes et autres drones aux popu­la­tions avides de liberté, se pren­nent un sérieux coup dans l’aile, rap­pe­lés bru­ta­le­ment par la réa­lité. L’ame­ri­can dream vire au cau­che­mar. Le capi­ta­lisme can­ni­bale ne se contente plus d’affa­mer les popu­la­tions du tier monde n’ayant plus grand chose à tirer de leur corps déchar­nés et s’atta­que aux siens, au nord de l’hémi­sphère juste retour de bâton, face à l’apa­thie du char­nier pré­cé­dent, diront cer­tains mal embou­chés. Et les dégâts com­men­cent a se voir. Ce désas­tre n’est certes pas un scoop, les États-Unis, apô­tres du capi­ta­lisme , terre du libé­ra­lisme le plus sau­vage, ne peu­vent qu’engen­drer ce genre d’iné­ga­li­tés tou­jours plus crois­san­tes . SHOW must go on, les states ont une répu­ta­tion a main­te­nir au prix de quel­ques dom­ma­ges col­la­té­raux, hélas pour eux (les col­la­té­raux, pas les capi­ta­lis­tes pour eux tout va bien pas de soucis)

Le réveil de la popu­la­tion amé­ri­caine risque d’être brutal , celle-ci abru­tie par des heures de télo­che, incons­cientes de l’iné­ga­lité et l’appau­vris­se­ment crois­sants aux USA. Quelques amé­ri­cains à la per­cep­tion défor­mée par l’abus du lit de clous sans nul doute décla­rent béa­te­ment vivre dans une contrée ima­gi­naire, ou l’abon­dance et le par­tage des riches­ses règnent Freedonia (pour le coup l’étude s’est un peu plan­tée sur le carac­tère égalitaire de Freedonia, c’est quand même un royaume avec le clown cou­ronné qui va avec, un beau concept liber­ta­rien de droite), alors que le par­tage des riches­ses aux states n’a rien à envier à des pays « en voie de déve­lop­pe­ment » comme l’inde ( ou la pau­vreté s’octroie dès la nais­sance, pour la caste des intou­cha­bles par exem­ple). répartition des richesses par pays {JPEG}

Mais impo­ser sa vision du monde et pro­té­ger sa popu­la­tion ter­ri­fiée ( et l’a main­te­nir dans cet état) de l’axe du mal est un choix poli­ti­que et a un coût. Le budget mili­taire amé­ri­cain s’ est envolé depuis l’ère Bush et l’atten­tat des tours jumel­les. Les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs ne lési­nent pas sur la dépense : 1.5 bil­lions ( 1 bil­lion = 1000 mil­liards) de dol­lars pour le budget de la défense en 2012. dépenses militaires par pays {JPEG}

1 tiers des recet­tes fis­ca­les sont consa­crés à la guerre et au budget sécu­ri­taire, le gou­ver­ne­ment dépense plus pour pro­té­ger la popu­la­tion d’une hypo­thé­ti­que atta­que ter­ro­riste que du coup du sort mal­heu­reux que la vie lui inflige. Depuis le 9/11,238 citoyens amé­ri­cains sont morts dans des atten­tats ter­ro­ris­tes, soit 24 par an et pour la grande majo­rité loin du sol amé­ri­cain, en Afghanistan ou en Irak. Sur 25719 décès liés au ter­ro­risme dans le monde, les amé­ri­cains ne repré­sen­tent que 0.124%. Un pour­cen­tage loin d’être anodin et qui jus­ti­fie à lui seul, la dépense mili­taire amé­ri­caine. Et bien sur, cette suren­chère hal­lu­ci­nante et osten­ta­toire du budget mili­taire , se fait au détri­ment des bud­gets mineurs qui subis­sent des coupes dras­ti­ques : l’éducation, la culture, la santé . Mais face la menace ter­ro­riste hypo­thé­ti­que qui obsè­dent les amé­ri­cains, l’état ne mégote pas.

Selon la CPSC [1], un amé­ri­cain moyen est plus sus­cep­ti­ble de se faire défon­cer le crâne suite à la chute d’ un télé­vi­seur que d’être tuer par un ter­ro­riste. Entre 2000 et 2010, 293 amé­ri­cains sont morts chez eux parce qu’une télé, un meuble leur est tombé dessus. 55 morts de plus que le ter­ro­risme sur la même période. Les télé­vi­seurs tuent plus que le ter­ro­risme mais malgré cela ne béné­fi­cient pas d’un budget gou­ver­ne­men­tal équivalent pour pro­té­ger la popu­la­tion du danger poten­tiel que cet objet repré­sente (éteint ou allumé) . On cons­tate envi­ron 40 décès chaque année suite à une réac­tion aller­gi­que aux piqû­res d’abeilles, de guêpes ou encore de fre­lons. Les insec­tes tuent chaque année plus de bons citoyens amé­ri­cains que les ter­ro­ris­tes et ne sont guère inquié­tés par les agents retors de la CIA. Le gou­ver­ne­ment pré­fère, ali­men­ter la peur irra­tion­nelle d’une horde de barbus, bardés de bombes enva­his­sant le sol amé­ri­cain, que celle d’un crâne réduit en bouilli suite à la chute malen­contreuse d’une télé, on se demande bien pour­quoi. On a les ser­vi­ces publics qu’on mérite, Al-Qaïda versus télé­vi­seur.

Mais malgré tout, la plus grande menace qui pèse sur le peuple amé­ri­cain c’est lui-même. Selon le der­nier rap­port de l’OMS [2] les mala­dies non trans­mis­si­bles comme le cancer, les trou­bles pul­mo­nai­res, le dia­bète et les mala­dies car­dia­ques sont res­pon­sa­ble de 87 % de la mor­ta­lité chez les amé­ri­cains, com­pa­ra­ti­ve­ment 64 % dans le reste du monde. Ces mala­dies sont prin­ci­pa­le­ment causés par le taba­gisme, une mau­vaise hygiène ali­men­taire, le manque d’acti­vité phy­si­que, et l’abus d’alcool, (bref la vie ) ce qui signi­fie que les Américains se tuent à un rythme beau­coup plus sou­tenu qu’aucune orga­ni­sa­tion ter­ro­riste ne pour­rait jamais l’espé­rer. Malgré cela, le long et tor­tueux débat sur l’assu­rance mala­die uni­ver­selle, promis par Obama n’a guère avancé.

Ce der­nier , immé­dia­te­ment label­lisé prix Nobel de la paix à son inves­ti­ture, a achevé le taf de Bush et rem­placé son fameux patriot act devenu obso­lète. Impulsé par son admi­nis­tra­tion, le NDAA [3] permet l’arres­ta­tion et l’embas­tille­ment et le meur­tre de tout citoyen amé­ri­cain soup­çonné de rela­tion avec le ter­ro­risme [4] sans autre forme de procès où qu’il se trouve dans le monde, . Il étend ainsi les lois d’excep­tions de la non moins célè­bre prison Guantánamo sur le sol et contre la popu­la­tion amé­ri­caine en quel­que sorte en lieu et place de la fermer. On voit clai­re­ment que le bien être du peuple amé­ri­cain n’est guère la prio­rité bien au contraire de la plus grande démo­cra­tie libé­rale.

P.-S.

N.

Portfolio

dépenses militaires par pays répartition des richesses par pays

Notes

[1] Consumer Product Safety Commission

[2] Organisation Mondiale de la Santé

[3] National Defense Authorization Act

[4] http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-verschoore/180112/usa-obama-ndaa-et-l

 

Source : 1 enfant sur 4 vit dans la misère aux Etats-Unis

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives