6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 11:51

 

 

Enregistrez vos meuh!……..


tumblr_mvcae0m7Kh1qkdrkzo1_r1_500

Depuis que je "fréquente" la toile, je dois bien avoir lu des milliers d’articles sur l’art de changer le monde, le comprendre, mais écrire pour le changer. Et j’écris pour le changer…

Nous avons bien appris la leçon: tout écrire pour changer les choses, mais ne rien faire.  C’est ainsi que fonctionnent les "gouvernements": des paperassiers, des commissions d’enquête, du papier, du papier, des avocats, des juges, etc. Le singe appliqué se prend pour un génie. Il est embouteillé…. Comme les bateaux en bouteilles.

Si nous ne voulons rien faire, tant mieux. Alors ne faisons vraiment rien… Il suffirait de ne rien faire pendant 30 jours. 30 jours assis, sans travailler, après s’être préparés pour que le système cafouille comme un moteur qui n’a plus d’essence. Puisque nous sommes l’essence de ce moteur affolé. Je suis une goutte. Tu es une goutte. Il est une goutte.

Puisque les banques, les dirigeants sont des pirates de citoyens, il faut tout simplement arrêter de transporter la cargaison d’esclaves: nous.

Dans la division et l’égoïsme cultivé, il n’y a pas de "nous". Nous sommes des agglutinés sociaux rongés jusqu’à l’os.

L’homo habituus est habité-habitué.

Un État laïc et la pire des religions, car elle confirme une neutralité moutonnière. Nous acceptons notre condition de bétail. Nous sabrons notre connaissance en autre chose qu’une machine de chair à vider, évider.

Dans moins d’une décennie, personne ne pourra aller nulle part pour jouer à l’autarcie. Tout aura été gobé, classé, javellisé.

Et la Terre sera la prison ronde.

Nous en travaillons les barreaux, la pierre, la structure. On nous dit artisans d’un pays… Nous sommes le noir sur un bateau rond dans l’Univers. Encagé. Fourbi.

Oui Msieux!

Oui Pa(l)tron!

Oui Maître!

Meuh! après meuh(s)’…. rien ne se créé. La bombe à cravate et à discours insidieux aura tout raflé.

 

 

 

art-and-fury:Garden -  Maggie Taylor

Image, source: http://missimpar.tumblr.com/


Silence! On ne tourne plus…

 

Gaëtan Pelletier

novembre 2013

Source LA VIDURE | Naître dans une explosion et finir en implosion!

 


PS : je vous conseille un petit détour par chez les castors, vous savez, ceux dont Leibnitz disait déjà que nous ferions mieux de nous inspirer de l’esprit de coopération plutôt que de nous focaliser sur une loi du plus fort qui dans la nature fait figure d’exception.

Petit castor à banques

Et quelques feuilles d’automne qui remettent de la beauté dans le paysage désolé du monde dévasté par les hommes.

Papillons d’automne

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Amie de la tendresse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives