24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 16:01

 

A l'heure où je suis en train de traduire un texte sur le coup d'état "parlementaire" au Paraguay, après avoir publié un autre sur le battage médiatique qui commence en Occident pour faire croire que l'Argentine est sur le point de se révolter... voici un autre petit coup de cloche qui me fait dresser les oreilles et ouvrir les yeux... parce que je suis persuadée et je ne dois pas être la seule que les tentatives de déstabilisation et recolonisation de l'Amérique Latine libre sont en train de subir un bond en intensité....

Si je me trompe, mille fois tant mieux, mais sinon, à tous les amis de l'Amérique Latine en lutte pour un monde meilleur... soyez vigilants... les Racailles s'apprêtent à lacher leurs escadrons de la mort au-dela de la Colombie et du Honduras... Pérou sous état d'urgence, Guatemela en état d'alerte le mois passé,  je ne sais où cela en est aujourd'hui... Le Monde qui commence son sale petit jeu contre la Cristina et le peuple argentin... l'annonce de la fin prochaine de Chavez et plein d'etcaeteras... et les fous délirants du département d'Etatet du Pentagone qui ont commencé à mettre le feu à la poudre qu'ils ont entassé partout sur la planète...

Enième tentative de coup d’état en Bolivie


Hugo
 

C’est devenu une tradition néo libérale maintenant que d’infiltrer et armer une partie de la population contre les autorités établies. Que de faire croire à la « Communauté Internationale » qu’il s’agit d’une révolte « spontanée » contre un « méchant dictateur » ou un « incapable », suivant les cas. Avec la « révolte » des « Indigènes » (qui, par ailleurs refusaient toute négociation avec le président Evo Morales !), cette stratégie n’a pas abouti en Bolivie et il a été démontré par la suite que la « Marche des Indigène » prenait ses ordres à… Washington.

Qu’à cela ne tienne, la même stratégie est appliquée, mais avec une autre population, pour destituer un président favorable aux citoyens de son pays : ce sont des policiers, maintenant, qui « se révoltent » ! Comme ce fut le cas en Equateur, lors du coup d’état manqué, où le président Rafael Correa a failli être tué en 2010.

Prensa Latina : Des policiers Boliviens maintiennent leurs position face à l’échec du dialogue

La Paz le 23 juin 2012 – Après l’échec du dialogue entrepris la veille, la mutinerie des policiers continue aujourd’hui en Bolivie pour faute d’accord avec le gouvernement malgré le rapprochement opéré en ce qui concerne les augmentations salariales.

Le gouvernement a proposé d’augmenter la solde minimum des agents jusqu’à 2 000 bolivianos (environ 287 dollars), mais, après sept heures de négociations, tout était resté au point mort, c’est pourquoi de nouvelles manifestations des forces de police étaient attendues aujourd’hui.

La raison fondamentale du manque de consensus a été le changement dans les revendications des mutins, qui ont d’abord exigé d’avoir un salaire équivalent à celui des militaires, puis une retraite à 100 % de leur dernier salaire, mais après les dégâts occasionnés, ont changé d’apparence.

Ceux qui ont causé la révolte ont nui à sa considération dans différents secteurs de la police, y compris le ministère du gouvernement. Entre autres choses, ils ont brûlé des papiers, des ordinateurs et des meubles. Ces incidents ont fait changer les revendications et la principale de celles-ci fut l’annulation de la loi 101 du Règlement Disciplinaire, afin que les coupables ne soient pas punis.

La position des policiers a été réprouvée par les mouvements sociaux et la population après une journée durant laquelle plusieurs des principales villes du pays sont demeurées sans protection, tandis que fermaient en même temps les commissariats et les autres sections qui contrôlent habituellement les agents de la force publique.

La révolte a commencé au milieu de la journée de jeudi quand quelques 30 agents encapuchonnés et 10 de leurs épouses ont pris par la force l’Unité Tactique des Opérations Policières, (Utop), non loin du Ministère, et à quelques 200m du Palais du Gouvernement et de l’Assemblée Législative.

Au début, il n’y avait pas plus de 40 personnes, mais le nombre s’est accru dans la soirée du vendredi . Ils ont même réalisé une marche comprenant environ 150 personnes, avec des passe-montagnes, dans plusieurs rues de la capitale, pendant que d’autres se postaient avec des armes lourdes au sommet de quelques uns leurs propres bureaux.

Aux mutins se sont ajoutés quelques personnes qui incitaient à continuer par le saccage d’autres institutions même si les leaders de la révolte ont pu maintenir le calme en appelant à la sagesse.

URL de cet article 17064
http://www.legrandsoir.info/enieme-tentative-de-coup-d-etat-en-bolivie.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Sud Amérique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives