6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 20:03

 

Et tout cela au fais de contribuables de plus en plus mal en point à force de s'avaler les petites pillules pour leur faire oublier qu'ils vivent des vies minables et misérables et que c'est le système qu'il faut changer....

 


Les troubles neurologiques et les maladies mentales affectent chaque année 38,2% des Européens, selon une étude publiée par le Collège européen de neuropsychopharmacologie (ECNP) à l'occasion de son congrès annuel qui se tient à Paris du 3 au 7 septembre.

Cette étude, menée par Hans-Ulrich Wittchen et ses collègues pendant 3 ans dans 30 pays (ceux de l'union européenne plus la Suisse, l'Islande et la Norvège) inclut toutes les maladies mentales majeures des enfants et adolescents, des adultes et des personnes âgées ainsi que les maladies neurologiques (telles que la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer et l'accident vasculaire cérébral).

Les troubles mentaux les plus fréquents sont les troubles anxieux (14%), l’insomnie (7%), la dépression majeure (6,9%), les troubles somatiques (6,3%), la dépendance à l'alcool et aux drogues (au moins 4%), les troubles de l'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH, 5% chez les jeunes) et la démence (1% chez les 60-65 ans, 30% chez les personnes âgées de 85 ans et plus).

Alors que l'anxiété était habituellement diagnostiquée dans la vingtaine, elle l'est maintenant à l'adolescence, indique Wittchen. Environ 90% des troubles anxieux se produisent pour la première fois avant l'âge de 18 ans, précise-t-il. À ce moment, s'ils sont détectés, ils peuvent être facilement traités, considère-t-il. "Vous pouvez régler les deux tiers facilement". Généralement, ce serait avec une thérapie psychologique (psychothérapie) mais si nécessaire, avec l'aide de médicaments. Mais si ces troubles ne sont pas traitées, dit-il, ils récidivent souvent et peuvent être précurseurs de dépression et d'autres troubles mentaux plus tard dans la vie.

Wittchen propose un dépistage de routine dans les écoles (ce qui pourrait laisser craindre une utilisation excessive et dangereuse des médicaments, ndlr).

L'étude conclut à l'insuffisance des traitements et au besoin d'une augmentation substantielle du financement public de la recherche fondamentale et clinique. Publiée dans la revue European Neuropsychopharmacology, l'étude a été financée par le ECNP, l'European Brain Council (EBC) et Lundbeck (laboratoire pharmaceutique spécialisé dans le traitement des troubles psychiatriques et neurologiques).


Source : Psychomedia

         Un tiers des Européens souffrent de problèmes neurologiques- Dazibaoueb

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives