24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 16:22

 

La fascisation du monde est un fait. Le fascisme n’a jamais disparu, il a proliféré et s’est organisé dans l’ombre. Après un lent grignotage de la résistance des consciences et des patientes manipulations des mentalités et des situations pour formater une opinion publique qui lui soit favorable, il a été banalisé. Jusqu’à des courants islamistes qui se réclament de la lignée d’Hitler. Il peut à présent comme en Grèce ôter le masque de civilité dont il s’était paré –politiquement correct - pour dévoiler son vrai visage défiguré par le rictus de la haine. Sa réapparition n’est pas un hasard. Le nazisme de l’Allemagne est né sur le terreau d’une austérité aggravée par une insoutenable dette de guerre. A présent nous disposons de ce même terreau auquel s’ajoute chaque jour sa strate de misère et de frustration hargneuse qui cherche des exutoires. Des matrices d’opinions fabriquent des boucs émissaires qu’elles désignent à la vindicte des masses. Combien de commentaires dans certains de ces torchons belges qui ont remplacés les médias ne sont-ils pas des appels à peine dissimulés au lynchage… Ce qui se passe e Grèce n’a rien de spécifique, nous aussi nous avons nos hordes de l’ombre prêtes à fondre sur les cibles que leur désigneront des chefs dont on peut se demander au service de qui ils sont en réalité…. Il n’est pas toujours facile de démêler les méandres du pouvoir et les collusions occultes. Surtout dans les plus hautes sphères de la hiérarchie du système…

Je ne veux pas devenir comme ce chef de la CIA du temps de la guerre froide qui est devenu fou, il voyait des Russes partout. Mais tout de même…

Le fascisme peut se couvrir des oripeaux d’u anti-impérialisme de façade, pour mieux instrumentaliser les masses crédules qui cherchent en vain une issue alors que l’horizon de l’avenir est plombé. Pour comprendre l’histoire de cette résurgence, c’est l’histoire du 20ème siècle qu’il nous faut rouvrir, pour suivre ses métastases qui essaiment et prolifèrent. Nul doute alors n’est plus permis le fascisme quand il se la joue profil bas partout attend son heure et quand il se déchaîne ce sont toujours les mêmes horreurs, crimes en masse ou ciblés, torture et terrorisme… avec cette composante de sadisme qui fait froid dans le dos aux paisibles, aux doux, aux bienveillants et donne la nausée aux empathiques quand ils prennent conscience des innommables souffrances que prodiguent les tortionnaires de l’Ordre Noir sans limites que la mort.

Deux vidéos d’Aube Dorée en action à voir ici Merci l’Europe, voilà le résultat de vos démentiels plans de rigueur. « Mes coups de coeur   et en prime mon commentaire à la brève qui suit

 

 

Merci l’Europe, voilà le résultat de vos démentiels plans de rigueur.

Par Raphaël Meuders

Les idées d’Aube dorée percolent dans la société grecque et dans la police.
Grèce Reportage à Athènes
Shehzad Luqman avait 27 ans. Son destin s’est brutalement brisé mercredi alors qu’il se rendait au travail, à vélo, dans une pâtisserie d’Athènes : le jeune Pakistanais n’a pas survécu aux coups de poignards de ses deux agresseurs. Chez l’un deux, un pompier grec de 29 ans, la police a retrouvé des dizaines de tracts d’Aube dorée.

La suite à lire sur : http://www.lalibre.be/actu/international/article/791785/aube-doree-seme-la-terreur-dans-des-quartiers-immigres-d-athenes.html

 


Heureusement pour moi, avec ma connexion, je ne peux pas me permettre les vidéos, je sens que je ressortirais nauséeuse de la vision de celle ci-dessus. Je me rappelle d’un temps où le « Plus jamais ça » paraissait une évidence acquise au prix des dizaines de millions de morts de la seconde guerre mondiale.


Alors qu’on les croyait éradiqués, ils essaimaient, croissaient et se multipliaient. Quand j’ai commencé à comprendre cela (il n’y a pas très longtemps) je me suis rappelée ces textes qui évoquaient les industriels étasuniens qui avaient soutenu l’effort de guerre de l’Allemagne nazie. En remontant la piste, de fil en fil, j’ai dû remettre en question toute ma conception de l’histoire du 20ème siècle. Je n’aime l’idée de complot et pourtant… il y a là quelque chose qui se noue. Le triomphe d’une idéologie nouvelle, hybridation entre le mécanisme et le nazisme. Ford et Hitler, de bons potes. Gloup !… Quelque chose s’est passé là, mais nous avons été tellement gavés de mensonges, que c’est seulement maintenant alors que ce monstrueux hybride veut se faire idéologie dominante, que nous sommes quelques-uns à en prendre conscience. J’ai vécu trop souvent en ermite pour avoir vécu l’implantation de ce phénomène. Mais je l’ai perçu comme une suite d’arrêts sur images à intervalles décalés.

Puis j’ai compris que pour que cette idéologie puisse réellement s’implanter et faire des petits, il fallait que les témoins de la guerre disparaissent, ceux qui avaient éprouvés dans leurs âmes et dans leurs corps les horreurs du nazisme.
Ces anciens aujourd’hui disparus me manquent cruellement, ceux qui avaient dédiés leur vie à éviter que cela ne se reproduise. Je sais que par les actions de leurs consciences en éveil, ils ont différé le retour du fascisme à l’avant-scène. Cela ne l’a pas empêché de proliférer et de renforcer ses réseaux en souterrain. Aujourd’hui, ils sont un « phénomène émergent », ils sortent de leurs trous, ils sont nombreux et organisés, et à présent ils avancent en partie à découvert. Alors que leur idéologie gangrène toujours d’avantage « l’opinion publique »…


Et nous nous avons un solide problème sur les bras !
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Métastases du nazisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives