17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 09:44

 

 

Electeurs européens, entrez dans l’histoire… at exdisciplesleblog

Electeurs européens, entrez dans l’histoire… at exdisciplesleblog | Les Chroniques du Chaos | Scoop.it

La pensée n’est pas libre, parce que la pensée est à l’origine de l’action, c’est pour cela qu’elle ne peut être libre dans notre société totalitaire, elle n’a que l’apparence de la liberté, l’habillage trompeur masquant un mensonge ravageur, ce déguisement est nécessaire pour maintenir l’édifice .

Toute action est générée par une pensée, y’a que les pensées elles nous sont insufflées par des autorités qui ont pour fonction de maintenir le système debout, alors les mots sont au service de ce simulacre et tous depuis qu’on est petit de répéter sagement ce que l’on nous apprend, un bon élève n’est-il pas avant tout celui qui se conforme à CE qu’on lui met dans la tête, et on ne lui apprend jamais comment penser, on lui apprend juste CE qu’il faut penser, ce qu’il faut dire et répéter pour être reconnu bon soldat, nulle originalité n’est bienvenue, c’est le conformisme qui est de mise, l’accord tacite avec l’idéologie ambiante, c’est ça qui fait un bon élève, pas de pas de côté, du net, du propre, des pensées automatiques, stéréotypées qui font qu’on entre dans le moule proprement sans faux plis, Bernays qui savait de quoi il parlait le bougre parle du système scolaire en ces termes, chapitre 2 ” la nouvelle propagande” :

” Le trio de la révolution industrielle, c’est le moteur à vapeur, la presse à outils et l’instruction publique. La minorité a découvert le moyen d’influencer la majorité dans le sens de ses intérêts , on engage la foule dans la direction voulue.

L’école n’a pas donné de capacités intellectuelles, l’élève sait lire , écrire, compter, l’instruction lui a donné des vignettes en caoutchouc, des tampons encreurs, avec des slogans publicitaires, des éditoriaux, des informations scientifiques, toutes les futilités de la presse populaire, et les platitudes de l’histoire , mais pas l’ombre d’une PENSEE ORIGINALE. Vignettes reproduites à des millions d’exemplaires. On les expose à des stimuli identiques pour qu’elles s’impriment toutes de la même manière….”

C’est écrit en 1928!!!!!!!

Tout est dit, la réalité comme dit Orwell, elle n’est pas dehors comme on le pense, elle est dans nos têtes, c’est une construction, il l’avait bien compris, lui!

On n’a jamais autant menti qu’à notre époque, tous les progrès techniques sont mis au service du mensonge généralisé, c’est le propre d’un système totalitaire de baigner là-dedans ad nauseam, c’est grossier et c’est un mépris constant des facultés mentales des hommes qui reçoivent ces messages, la vérité pour ce type de système n’a d’ailleurs rien à voir avec l’universel, non, car cette objectivité là n’a aucun sens pour sa préservation, la pensée n’est pas valorisée en tant que nature de pensée, la pensée est instrumentalisée , et c’est cela qui fait toute la différence, elle est une arme au service d’une transformation du réel.

Je crois que la vérité est la nourriture des âmes fortes, et qu’elle ne se laisse pas apprivoiser facilement, il y a des vérités qui éblouissent comme un soleil qu’on regarde de face, elles aveuglent , c’est l’exemple des causes qui sont sous nos yeux, criantes de lisibilité et qui ne sont pas lisibles par la majorité, cela ne manque pas de nous étonner mais cela ne devrait pas nous étonner, il y a juste que la lumière est trop crue, et que nous avions oublié que les yeux sont sensibles.

A notre niveau, avec ce qui nous occupe, il faut user de métaphores, d’habillages pour essayer d’affaiblir l’intensité de la lumière afin qu’elle soit perceptible par le plus grand nombre, sinon rien ne sera possible, c’est trop dur et trop rude de s’y frotter directement, ça ébranle et ça fait fuir forcément, c’est pour cela que je dis que la vérité appartient aux âmes fortes .

Ce que nous faisons chacun à notre façon, c’est d’oeuvrer sur notre dernier champ de bataille qui est celui des idées, c’est là que nous devons batailler, guerroyer noblement, user de figures qui amèneront des interrogations, des doutes, et une relecture au final du vécu de chacun, je pense que c’est l’ultime lutte et elle doit être sans relâche afin que nous n’ayons aucun regret, c’est ce qui me fait multiplier les forums, pour essayer de ci de là de semer des petites graines qui germeront je l’espère. Les structures sont gangrénées, la seule voie aujourd’hui il me semble, c’est la cellule qu’il nous revient de dynamiser, par un supplément d’être au détriment d’un supplément d’avoir.

Amenez les gens à s’intéresser aux affaires du monde, réhabiliter les savoirs, la philosophie, la sociologie, qui apprendront aux gens à relier, à donner sens et vie à ce qu’ils vivent, renouer les liens, montrer dans nos rapports quotidiens que le vivre ensemble est possible et qu’il peut être porteur de joie, il me semble qu’il y a quand même des brèches qui valent le coup qu’on s’y essaie, ce qu’il faut faire c’est tout ce qui est en notre pouvoir, ensuite, ce sera une autre histoire;

C’est ce que je crois aujourd’hui à défaut de le savoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Refondation
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives