12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 13:31

 

 

 

 

Politique française… Bonnet rouge et bonnet d’âne

le novembre 12, 2013 par Résistance 71

Fine analyse comme à l’accoutumée de Georges Stanechy. D’un État marchant sur les mains à la répression tout azimut… Attachez vos ceintures, on est parti pour une sérieuse descente. 

Dire qu’il y a encore des gens pour penser que voter sert à quelque chose ! 

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais. Y (faire) croire fait partie de la panoplie du parfait petit propagandiste, vendu (consciemment ou non…) à la perpétuation du consensus du statu quo oligarchique. Les solutions sont en dehors de la "boîte". Il suffit de dire NON !… A tout et ensemble… 

– Résistance 71 –

 

Éco taxe bonnet rouge et bonnet d’âne

 

Georges Stanechy

 

8 Novembre 2013

 

url de l’article original:

http://stanechy.over-blog.com/2013/11/eco-taxe-bonnets-rouges-et-bonnets-d’Âne.html

 

« Nous marchons vers un monde inconnu sans boussole et sans pilote, il n’y a qu’une chose qui soit certaine, c’est que tout finira par un naufrage. »

Talleyrand (1)

Révolte en Bretagne.

La mise en application d’une nouvelle « taxe » provoque la colère d’une région entière. Mettant en lumière l’incurie de nos gouvernements et l’irresponsabilité de nos « élus », censés représenter et défendre les intérêts de notre "collectivité". Votée à l’unanimité de tous les partis politiques, sous le précédent gouvernement.

"Collectivité" ? Oui, car on n’ose plus employer les termes de "peuple" ou "nation" pour ne pas être accusé de "populisme", de "souverainisme", voire de se retrouver peinturluré en "rouge-brun", par le terrorisme inquisitorial des fanatiques, radicaux imbéciles, dévots illuminés, ou mercenaires, de la « mondialisation »…

Soulèvement rappelant les lointaines Jacqueries de l’Ancien Régime par son rejet de l’injustice fiscale induisant la paupérisation croissante de ceux qui vivent non pas de spéculations ou de rentes de situation, aristocratiques, politiciennes ou mafieuses, mais de leur simple labeur. Sur fond de corruption et de gabegie d’un Etat en pleine régression, déliquescence.

Injustice fiscale et paupérisation

Taxe, s’appliquant aux transporteurs routiers mais payée "in fine" par leurs clients contraints d’expédier leurs productions ou fabrications locales vers des marchés éloignés. Tel qu’il est stipulé dans l’article 7 de la "Loi portant diverses dispositions en matière d’infrastructures et de services de transports" examinée par le Sénat, dans son rapport n° 334 du 5 février 2013 (2) :« Cette taxe sera répercutée par les transporteurs sur les bénéficiaires de la circulation des marchandises. »

Retenons le terme, au passage : "Bénéficiaires"…

Pudiquement intitulée « éco-taxe » au motif d’avantager, pour des raisons de protection de l’environnement, les transports moins polluants : ferroviaires, fluviaux, etc. Elle incarne à la perfection les dérives et distorsions du système fiscal qui ronge le pays par sa violence à l’encontre des plus précaires. Les Bretons en ont explosé de désespoir et de rage, ressortant les "bonnets rouges" de leur grande révolte de 1675 sous Louis XIV, pressurant alors le pays pour financer sa guerre en Hollande. Evidemment, férocement réprimée par la soldatesque du Roi Soleil…

Conséquence directe de la cupidité de l’oligarchie au pouvoir, méritant d’être coiffés de "bonnets d’âne" pour leur analphabétisme des conditions réelles du pays. De « la France d’en bas », comme disait un de nos marquis enrubanné de privilèges jusqu’à ses talonnettes…

Les rouages de l’injustice et de sa violence démontrent l’abyssal fossé entre une "démocratie vertueuse" que le système de désinformation nous vend dans les JT, en France comme dans les autres pays européens, et la réalité d’une "autocratie" exercée par la nomenklatura. Consternés, les observateurs les plus neutres n’ont pu que constater le broyage du bon sens et de la légitimité citoyenne, par le cynisme de la classe politique en cheville avec des intérêts privés (3) :

i) Répression

L’autocratie ne peut tolérer l’expression populaire surtout lorsqu’elle dénonce l’injustice du système, économique, social, ou politique dans son ensemble, qui l’accable. Première et immédiate réponse : la répression. Ne pas comprendre, ne pas écouter, ne pas dialoguer : cogner !

Ce qu’on a vu en Grèce, en Espagne ou ailleurs, pour nous limiter à l’Europe, est plus que révélateur de la détermination des castes au pouvoir. La France n’y échappe pas. Les Bretons, diabolisés par les médias de la propagande, ont vu ainsi débouler des centaines de CRS. Dans un sauvage déferlement de violence, avec des blessés graves parmi les manifestants armés de leur seule détresse, dont un a eu la main arrachée le 21 octobre dernier..

ii) Domination des lobbies

Région enclavée, la Bretagne souffre de son éloignement des grands marchés de consommation français et européens. De plus, ses productions sont soumises à un dumping implacable des producteurs hollandais, danois et surtout allemands, notamment dans la « filière » porc et poulet.

Obligeant à un nivellement par le bas, dans un premier effet, sous forme d’affaissement de la qualité. Au point d’en arriver, sous la pression de la grande distribution, à la "non qualité", dont on a vu les souterraines ramifications lors de l’affaire des "lasagnes à la viande de cheval". Puis, dans un effet collatéral, provoquant la disparition progressive des entreprises familiales incapables de lutter contre les groupes européens de l’agro-industrie employant une main d’œuvre, venant de pays "émergents", dans un contexte proche du servage moyenâgeux.

L’éco-taxe pénalise les éleveurs, mais aussi les producteurs de primeurs qui vont voir leurs produits plus taxés à 300 km de Rungis que ceux parcourant des milliers de kilomètres, arrivant par avion à Roissy, ou par bateau transitant via les ports d’Anvers, Rotterdam ou Amsterdam et les réseaux autoroutiers européens.

En effet, sous la pression des lobbies, l’écotaxe ne sera pas payée sur les portions d’autoroutes privatisées. Encore mieux, et suprême raffinement : la taxe n’est pas proportionnelle au kilométrage parcouru, pénalisant ainsi les petits trajets. Astuces servant sur un plateau d’argent des "bonus" mirobolants aux transports à longue distance et, en conséquence, aux grandes sociétés du transport international…

Mais aussi, tout aussi habilement, aux sociétés d’autoroute. Comme le reconnaît "naïvement", ou avec un cynique fatalisme, le Sénat dans son rapport (4) :

« [Cette taxe] entraînera un report de trafic vers le réseau concédé (autoroutes) générant une augmentation des recettes des péages comprises entre 250 et 400 millions d’euros.[…] Lors de son audition par la commission du développement durable et en réponse à une question de votre rapporteur, Frédéric Cuvilier, ministre délégué chargé des transports, a indiqué que "les concessionnaires d’autoroutes bénéficieront, je le crains, d’un effet d’aubaine"… ».

On comprend mieux pourquoi le chef de file du consortium (70% des parts) d’Ecomouv’, gestionnaire désigné de l’éco-taxe, soit le géant européen des autoroutes, de nationalité italienne : "Autostrade per l’Italia"… (5)

Ah !… Cette tendresse infinie de nos parlementaires pour les lobbies et multinationales…

 

Suite

Politique française… Bonnet rouge et bonnet d’âne 2

 

Source : Resistance71 Blog | Résistance solidaire au Nouvel Ordre Mondial

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Eurocrassie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives