6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 16:12

Bon, « Conspiration OR not conspiration ? », ce n’est pas la question. Ma vision  tout se passe comme si… il y avait quelques personnes regroupées au sommet de la hiérarchie sociale mondiale qui constituent le premier cercle.  Ces personnes ont effectivement un projet de monde à la fois très concret et très directif dont eux seuls ont une vision d’ensemble et cela est volontaire et calculé. Les cercles suivants non seulement n’ont qu’une vision partielle qui a subit la médiation du mensonge et de la manipulation de conscience qui sont des outils intrinsèque de la mise en œuvre de ce projet de monde.  

Ainsi de cercle en cercle non seulement se morcèle le champ de la réalité que nul ne puisse reconstituer la globalité du projet et de ses buts, mais manipulation et mensonges fait que plus le cercle auquel ont appartient est éloigné du centre de pouvoir, plus mensonges et manipulations ont perverti le sens des mots et des concepts mis en œuvre… Ainsi certains pensent agir au nom de la démocratie et la liberté en encourageant des armées au service du pouvoir central (voir « Joint Venture 2020[i] » document directeur du Pentagone pour les stratégies mises en œuvre en ce moment, traduction militaire du document ci-dessous et dont les applications concrètes ne laissent aucun doute quant au but poursuivi, sauf à être de mauvaise foi). D’autres, pensent lutter contre la pauvreté, alors qu’ils se font les agents de la plus grande traque aux misérables que l’on ait vue de mémoire humaine. Ce qui peut paraître épiphénoménal vu d’ici, ne l’est plus quand on le met en résonance avec ce qui se passe ailleurs dans le monde. Les paramilitaires d’extrême-droite qui massacrent les SDF de Bogota en Colombie, sont les cousins des néo-nazis d’Aube Dorée, de ceux qui assassinent des RRoms en Slovaquie et de ceux que l’on  soupçonnent d’avoir mis le feu à plusieurs immeubles abandonnés qui servaient de refuge à des SDF à Charleroi (Belgique), sans oublier les « exécuteurs » néo-nazis  Russes qui exécutent des clochards, des étrangers et publient les vidéos de ces meurtres sur le Net, une menace non négligeable… etc… etc…

Et donc un centre de pouvoir, porteur d’un projet global qu’ils sont seuls à connaître dans son ensemble. Plus on s’éloigne de ce centre et sommet de la hiérarchie sociale, vers les cercle les plus éloignés, les plus raz-des-Pâquerettes, plus ceux qui appartiennent à ces cercles de base sont susceptibles d’agir pour des buts contraires à ceux auquel ils pensent contribuer.

Il faut donc faire des recoupements entre ce qui se passe en différents lieux, établir des résonances dans des réseaux de similitudes pour comprendre le sens dans lequel ce projet se manifeste à son stade actuel. Un autre aspect est la mise en perspective temporelle, non seulement en se réappropriant l’histoire, en futurs vainqueurs que nous sommes (peut-être…), également en considérant que différents peuples ne sont pas dans des états et processus historiques identiques, ni au même moment de leur histoire. Ce qui les rassemble c’est cette tentative de globalisation qui est une homogénéisation, des histoires différentes qui prenaient des chemins de diversité se voient soudain imposer un même but – attracteur fatal dans sa plus grande horreur – les différences sont gommées, les marges effacées, il n’y aura plus d’alternative… tous sous contrôle dans les cités « modèles » de l’avenir, après sélection (et réduction de la population),une nouvelle hiérarchie sera alors redéfinie alors que l’opposition aura été éliminée ou neutralisée.

La colonisation culturelle qui a accompagné la colonisation économique ; la destruction du paysage citadin comme urbain, lieux dans lesquels s’enracinaient nos mémoires et nos cultures ; l’introduction d’une pacotille, remake des verroteries pour indigènes que l’on échange contre les richesses du pays, la manipulation des consciences et la destruction des mémoires s’opère sur différents plans alors que le rachat des médias concentrés entre les mains de quelques groupes transforme leur nature de moyens d’information en outils de propagande. Acculturation, triviale culture, culture de diversion sans racine qui ne fait pas sens. Une grande opération de reprogrammation des consciences de ceux qui ont été sélectionnés sur base de leur aptitude au conformisme et à la soumission. C’est cela que sont devenus les différents organismes auquel s’adressent les « sans-emploi » pour demander assistance, des centres de contrôle social qui sélectionnent ceux qui sont aptes à se couler dans le moule et refoulent les irréductiblement non-intégrables vers d’étranges périphéries aux territoires toujours plus restreints. En attendant que leur sort se règle radicalement à l’horizon du pire à venir, car la Solution Finale annoncée dispose de moyens qui auraient fait pâlir d’envie les nazis d’Allemagne.

De cela, je constate que nous sommes de plus en plus nombreux à être conscients. Partout cette idée apparaît à présent clairement. Le nouveau siècle américain est aussi un projet de génocides. Au sens réel de ce terme. Les recherches et travaux qui se mènent et se regroupent dans la « biologie de synthèse) nous parle d’une nouvelle espèce dont l’avènement nécessite le sacrifice de la plus grande partie de l’existant. Des processusoprent en ce sens et les processus de destruction irréversibles forts avancés, mais cela reste peut de chose à côté de ce qui se profile à l’horizon, alors que seraient concentrées les rênes du pouvoir mondial entre ces quelques mains, celles du centre de pouvoir et de ses héritiers.

Un des aspects de cette guerre est donc une course contre la montre. Pendant que la mosaïque d’un monde libéré de l’exploitation lutte pour se maintenir sur les territoires occupés et en conquérir d’autres, les premiers cerclent rachètent le monde avec leur argent fictif, le confisque par des dettes odieuses, se le font confier par des voies politiques douteuses ou le conquièrent militairement. Ce sont des territoires immenses qui changent de mains passant de la propriété publique ou de petits et moyens propriétaires entre les mains de la corporation capitalistes. La conquête du territoire est une chose. Celle des consciences en est une autre. Personnellement je refuse toute forme de conquête qui passe par quelque forme de manipulation ou de pression que ce soit. Un nouveau monde tel que je le souhaite ne peut naître du caractère amorphe qui est celui des mouvements de masse même les plus déchaînés et violent.

Je vois apparaître une critique récurrente faite à la gauche européenne, celui d’avoir prix refuge dans la théorie et le prosélytisme verbeux électoraliste. Exit la gauche… Même si là aussi, il m’arrive de croiser sur le Web quelques irréductibles fidèles au vieux projet (envers et contre tout et tous et faisant fi du politiquement correct), j’en reparlerai, quelques plus rares vont même de l’avant. Une des caractéristiques communes : être les héritiers d’une gauche anticoloniale. Autrement dit avoir non seulement aboli la notion de hiérarchie sociale, mais aussi la hiérarchie des ethnies et des cultures. Une des raisons qui me fait voir Abya Yala comme le lieu de fondation, c’est que c’est sur ce continent que se produisent les syncrétismes les plus harmonieux, les plus fructueux de toutes les cultures et ethnies de la planète.

Or nous sommes devant une situation de fait. Le « Principe de la table Rase » pratiqué par de nombreuses révolutions et par le Centre du Pouvoir globalisant, se traduit toujours par un nombre incalculable de destruction. Nous qui désirons vivre en bons voisins, avec la liberté de circuler librement aux quatre coins d’une planète en paix, ce nous que j’emploie rarement, et toujours en écho de parole partagée, nous venus des quatre coins du monde, nous qui nous rencontrons et pouvons échanger nos points de vue et nos acquis, en nous retrouvant sur une place improbable d’une petite ville d’ici ou d’ailleurs, nous ne voyons pas d’objection à partager nos territoires avec nos amis du monde, nous voulons retrouver ensemble ici et ailleurs nos souverainetés territoriales et alimentaires dans une monde ouvert.

J’enrage, quand je me rends compte que cette perte de valeurs que tant d’européens imputent à la présence de musulmans sur leur territoire, les musulmans vivent un phénomène très similaire. Ou il est question de perte de valeur. Sans approfondir, c’est le même désarroi face à la perte des valeurs ancestrales par les jeunes générations… les enfants sont des cibles de la propagande et de la publicité… Nike fait bien plus de mal que les islamistes, qui ne peuvent faire leur nid que grâce à la faille que creuse le racisme et le rejet mutuel encouragé par le pouvoir. Un nouveau siècle sous égide de la non-culture yankee.  

 

Pour la lecture du texte qui suit, et de beaucoup d’autres, il est important de garder en tête le fait que certains termes doivent être élucidés pour comprendre de quoi il est question. Et de s’interroger, sur le sens de certains termes que leur caractère d’évidence rend trompeur.

Pour commencer le titre. A priori, je suis entièrement d’accord, le 21ème siècle sera américain ou ne sera pas. Et je n’ai aucun doute à ce sujet, sauf que ce que j’entends par là, c’est que ce siècle sera Sud-Américain  ou ce sera la fin de notre monde humain. Je peux défendre cela et ne manquerai pas de le faire.

Une fois le titre élucidé… la divergence est posée, une contradiction inconciliable. Entre ceux qui fondent leurs espoir dans « Notre Amérique », Patria Grande ou Abya Yala qui nous parle du continent sud comme projet de refondation du monde et ceux qui défendent « les intérêts et la sécurité des Etats-Unis » dans le monde, la guerre est déclarée ou pour le dire plus justement, les seconds ont déclaré la guerre, de manière occulte d’abord et beaucoup plus ouvertement à présent parce que même si les temps ne sont pas mûrs, le temps presse et le projet se dévoile.

Et nouvelle question « Que veut dire Etats-Unis », la seule manière de donner réponse est de mesurer le hiatus entre le discours et la pratique. Nous voyons bien que le peuple du territoire des USA est saigné à blanc pour contribuer à « l’effort de guerre », et de plus en plus mis sous contrôle et privé de droits civiques, expulsé lui aussi de son territoire, pour que soit d’autant mieux « protéger les intérêts et la sécurité des Etats-Unis »…

Vive le nouveau siècle SUD américain ! Les piti yanquis, cela commence à bien faire.

 

Merci  Les Dernières Nouvelles du Monde  qui a introduit le sujet

 


 

USA - 1 janvier 2001

Déclaration de principe du Projet pour un Nouveau Siècle Américain

Par Projet pour un Nouveau Siècle Américain

Cette déclaration de principe est datée du 3 Juin 1997

La politique étrangère et de défense américaine est à la dérive. Les Conservateurs ont critiqué les politiques incohérentes de l’Administration Clinton.
Ils ont également résisté aux pulsions isolationistes à l’intérieur de leurs propres rangs.
Mais les Conservateurs n’ont pas avancé de vision stratégique du role de l’Amérique dans le monde.

Ils n’ont pas exposé de principes directeurs pour la politique étrangère Américaine. Ils ont permis des différences sur le dispositif pour cacher un accord potentiel sur des objectifs stratégiques. Et ils ne se sont pas battu pour un budget de Défense qui maintiendrait la sécurité américaine et l’avance des intérets américains pour le nouveau siècle.

Nous avons pour but de changer cela. Nous avons pour but de faire cela et de rassembler un soutien pour une domination américaine mondiale.

Alors que le 20ème siècle se termine, les Etats-Unis se positionnent comme la puissance dominante du Monde. Ayant mené l’Occident à la victoire lors de la guerre froide, les Etats-Unis font face à une opportunité et à un challenge : Est-ce que les Etats-Unis ont une vision pour construire sur les réalisations des précédentes décénnies ?

Est-ce que les Etats-Unis ont la volonté de batir un nouveau siècle favorable aux principes et aux intérêts américains ?

Nous sommes menacés de gaspiller l’opportunité et d’échouer face au défi. Nous vivons sur le capital – investissements militaires et réussites de politique étrangère – construit par les précédentes administrations.

Les diminutions de budget dans les affaires étrangères et des dépenses de défense, la négligence de l’outil qu’est l’habilité politique, et la direction inconstante rendent de plus en plus difficile le fait de maintenir l’influence américaine à travers le monde.

Et la promesse de bénéfices commerciaux à court terme menace de rendre inefficace des considérations stratégiques. Comme conséquence, nous mettons en danger la capacité de la nation à faire face aux menaces présentes et de traiter des défis potentiellement plus grands qui nous attendent.

Nous semblons avoir oublié les elements essentiels des succes de l’administration Reagan : une armée qui soit forte et prête à affronter les défis présents et futurs ; une politique étrangère qui favorise de façon audacieuse et avec détermination les principes américains à l’étranger ; une direction mationale qui accepte la responsabilité mondiale des Etats-Unis.

Bien sur, les Etats-Unis doivent être prudents sur la façon dont ils exercent leur puissance. Mais nous ne pouvons pa,s sans risque, éviter les responsabilités afférentes à une domination mondiale ou les dépenses qui y sont associées. Les Etats-Unis ont un role vital dans le maintien de la Paix et de la sécurité en Europe, en Asie et au Moyen-Orient.

Si nous nous dérobons à nos responsabilités, nous invitons des attaques contre nos intérets fondamentaux.

L’histoire du 20ème siècle devrait nous enseigner qu’il est important de faconner les circonstances avant que les crises n’apparaissent , et de rencontrer des menaces avant qu’elle ne deviennent sinistres. L’histoire de ce siècle devrait nous enseigner d’embrasser la cause de la domination américaine.


Notre but est de rappeler ces leçons aux américains et d’en tirer les conséquences pour aujourd’hui.

Voici quatre consequences :

• nous avons besoin d’augmenter les dépenses de Défense de façon significative si nous voulons aujourd’hui nous acquitter de nos responsabilités mondiales et moderniser nos forces armées pour le futur ;

• nous avons besoin de renforcer nos liens avec nos alliés democrates et défier les regimes hostiles à nos intérets et à nos valeurs,

• nous avons besoin de promouvoir la cause de la liberté politique et économique à l’étranger.

• nous avons besoin d’accepter la responsabilité du role unique des Etats-Unis en préservant et en étendant un ordre international favorable à notre sécurité, à notre prospérité et à nos principes.

Une telle politique Reaganienne de puissance militaire et de clarté morale n’est peut-être pas à la mode aujourd’hui. Mais cela est nécessaire si les Etats-Unis doivent construire sur les succès de la décénnie passée et d’assurer notre sécurité et notre grandeur dans le futur.


Elliott Abrams
Gary Bauer
William J. Bennett
Jeb Bush
Dick Cheney
Eliot A. Cohen
Midge Decter
Paula Dobriansky
Steve Forbes
Aaron Friedberg
Francis Fukuyama
Frank Gaffney
Fred C. Ikle
Donald Kagan
Zalmay Khalilzad
I. Lewis Libby
Norman Podhoretz
Dan Quayle
Peter W. Rodman
Stephen P. Rosen
Henry S. Rowen
Donald Rumsfeld
Vin Weber
George Weigel
Paul Wolfowitz

Source : http://www.newamericancentury.org

Traduction : MG pour ISM

via : USA : Déclaration de principe du Projet pour un Nouveau Siècle Américain - Projet pour un Nouveau Siècle Américain

 

 

Suit une liste des signataires suivants que nous donne Bernard Kouchner et la politique du pire at exdisciplesleblog   ainsi que PNAC, Projet pour le Nouveau Siècle Américain, non merci… at exdisciplesleblog

 Liste complète des signataires du PNAC 
 A Complete List of PNAC Signatories and Contributing Writers  
 Morton I. Abramowitz  
 Elliott Abrams  
 Gordon Adams  
 Ken Adelman  
 Urban Ahlin 
 Madeleine K. Albright  
 Richard V. Allen  
 Giuliano Amato  
 Mark A. Anderson  
 Uzi Arad  
 Richard Armitage  
 Anders Aslund  
 Ronald Asmus  
 Andrew Y. Au  
 Maureen Aung-Thwin  
 Nina Bang-Jensen  
 Gary Bauer  
 Rafael L. Bardaji  
 Roger Barnett  
 Carolyn Bartholomew  
 Wladyslaw Bartoszewski  
 Arnold Beichman  
 Peter Beinart  
 Jeffrey Bell  
 William J. Bennett  
 Jeffrey Bergner  
 Alvin Bernstein  
 Robert L. Bernstein  
 George Biddle  
 Joseph R. Biden  
 Carl Bildt  
 Daniel Blumenthal  
 John Bolton  
 Max Boot  
 Ellen Bork  
 Rudy Boshwitz  
 Pascal Bruckner  
 Mark Brzezinski  
 William F. BuckleyJr.  
 Reinhard Buetikofer  
 Janusz Bugajski  
 Jeb Bush  
 Michael Butler  
 Martin Butora  
 Stephen Cambone  
 Daniele Capezzone  
 Per Carlsen  
 Gunilla Carlsson  
 Frank Carlucci  
 James W. Ceasar  
 Linda Chavez  
 Richard B. Cheney  
 Steven C. Clemons  
 Eliot A. Cohen  
 Seth Cropsey  
 Devon Gaffney Cross  
 Ivo H. Daalder  
 Massimo D'Alema  
 Helle Dale  
 Dennis DeConcini  
 Midge Decter  
 Pavol Demes  
 Larry Diamond  
 Peter Dimitrov  
 James Dobbins  
 Paula Dobriansky  
 Thomas Donnelly  
 Nicholas Eberstadt  
 Robert Edgar  
 Uffe Elleman-Jensen  
 David Epstein  
 Amitai Etzioni  
 David Fautua  
 Lee Feinstein  
 Edwin J. Feulner, Jr.  
 Jeffrey L. Fiedler  
 Michele Flournoy  
 Steve Forbes  
 Hillel Fradkin  
 Aaron Friedberg  
 Francis Fukuyama  
 Frank Gaffney  
 Peter Galbraith 
 Timothy Garton Ash  
 Jeffrey Gedmin  
 Sam Gejdenson  
 Robert S. Gelbard  
 Reuel Marc Gerecht  
 Bronislaw Geremek  
 Carl Gershmann  
 Marc Ginsberg  
 Andre Glucksmann  
 Lt.Gen. Buster Glosson (UASF, ret)  
 Merle Goldman  
 Phillip Gordon  
 Daniel Goure Karl-Theodor von und zu Guttenberg  
 Istvan Gyarmati  
 Morton H. Halperin  
 Pierre Hassner  
 Vaclav Havel  
 John Hefferman  
 Richard C. Holbrooke  
 James R. Hooper  
 Charles Hill  
 Fred C. Ikle  
 Martin S. Indyk  
 Toomas Ilves  
 Bruce P. Jackson  
 Eli S. Jacobs  
 Michael Joyce  
 Kagan  
 Frederick Kagan  
 Robert Kagan  
 Max M. Kampelman  
 Adrian Karatnycky  
 Penn Kemble  
 Craig Kennedy  
 Zalmay Khalilzad  
 Glenys Kinnock  
 Bernard Kouchner  
 Jerzy Kozminski  
 Ivan Krastev  
 Harold Hongju Koh  
 Col. Robert Killebrew (Army, ret)  
 Lane Kirkland  
 Jeane Kirkpatrick  
 Peter Kovler  
 Louis Kraar  
 Krauthammer  
 William Kristol  
 Girts Valdis Kristovskis  
 Ludger Kuehnhardt  
 Mart Laar  
 Mark Lagon  
 Anthony Lake  
 Vytautas Landsbergis  
 Stephen Larrabee  
 James Lasswell  
 John Lehman  
 Lewis E. Lehrman  
 Mark Leonard  
 Sabine Leutheusser-Schnarrenberger  
 I. Lewis Libby  
 Todd Lindberg  
 James Lindsay  
 Perry Link  
 Bette Bao Lord  
 Rich Lowry  
 Connie Mack  
 Christopher Makins  
 Christopher Maletz  
 Tom Malinowski  
 James Mann  
 Yu Mao-chun 
 Mary Beth Markey  
 Will Marshall  
 Robert Martinage  
 Mathiopoulos  
 Clifford May  
 John McCain  
 Gen. Barry McCaffery (Army, ret)  
 Michael McFaul  
 Daniel McKivergan  
 Matteo Mecacci  
 Mark Medish  
 Edwin Meese III  
 Thomas O. Melia  
 Sarah E. Mendelson  
 Phil Meilinger  
 Michael Mertes  
 Ilir Meta  
 Adam Michnik  
 Derek Mitchell  
 Richard Morningstar  
 Ross H. Munro  
 Joshua Muravchik  
 Klaus Naumann  
 Wing C. Ng  
 Steven J. Nider  
 Dietmar Nietan  
 James C. O'Brien  
 Michael O'Hanlon  
 Janusz Onyszkiewicz  
 Mackubin Thomas Owens  
 Wayne Owens  
 Cem Ozdemir  
 Can Paker  
 Mark Palmer  
 Robert Pastor  
 Martin Peretz  
 Richard N. Perle  
 Ralph Peters  
 Friedbert Pflueger  
 Daniel Pipes  
 Danielle Pletka 
 Norman Podhoretz  
 Florentino Portero  
 Dan Quayle  
 Samantha F. Ravich  
 Janusz Reiter  
 Sophie Richardson  
 Peter W. Rodman  
 Alex Rondos  
 Jim Rosapepe  
 Stephen P. Rosen  
 Dennis Ross  
 Kenneth Roth  
 Henry S. Rowen  
 Donald Rumsfeld  
 Jacques Rupnik  
 Eberhard Sandschneider  
 Major Gen. Robert Scales (Army, ret)  
 Randy Scheunemann  
 Christian Schmidt  
 Schmitt  
 William Schneider Jr.  
 Richard H. Schultz  
 Simon Serfaty  
 Stephen Sestanovich  
 John Shattuck  
 Sin-Ming Shaw  
 Abram Shulsky  
 Gary Smith  
 Martin Simecka  
 Radek Sikorski  
 Paul Simon  
 Stefano Silvestri  
 Abraham Sofaer  
 Henry Sokolski  
 Stephen Solarz  
 Helmut Sonnenfeldt  
 Walter Slocombe  
 James B. Steinberg  
 Leonard R. Sussman  
 John J. Sweeney  
 William Howard Taft IV  
 Dick Thornburgh  
 Gary Titley  
 John Tkacik  
 Helga Flores Trejo  
 Ed Turner  
 Ivan Vejvoda  
 Sasha Vondra  
 Michael Vickers  
 Arthur Waldron  
 Celeste Wallander  
 Malcolm Wallop  
 Barry Watts  
 James Webb  
 Vin Weber  
 Ruth Wedgwood  
 George Weigel  
 Caspar Weinberger  
 Kenneth Weinstein  
 Richard Weitz  
 Paul Weyrich  
 Leon Wieseltier  
 Chris Williams  
 Jennifer Windsor  
 Marshall Wittmann  
 Paul Wolfowitz  
 R. James Woolsey  
 Minky Worden  
 Larry Wortzel  
 Dov S. Zakheim  
 Robert Zoellick 
 http://www.publiceye.org/pnac_chart/pnac.html 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives