23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 02:11

 

Un texte toujours d'actualité :

Travail en prison = esclavage légal

 

Au fil des jours,
Périphéries explore quelques pistes -
chroniques, critiques, citations, liens pointus...

[01/05/01]  

Un communiqué d’Act Up-Paris à l’occasion du 1er mai

« Depuis 1987, le travail au sein des prisons françaises n’est plus censé être afflictif et obligatoire. Au contraire il serait devenu un “moyen de réinsertion”. Pourtant au simple regard du coût de la vie en prison, on comprend aisément que le travail salarié soit pour le détenu la seule façon de pouvoir “surpayer” les services qui vont de l’achat de biens de premières nécessités à la location d’une télévision.

Il existe trois types de travail en détention :
- le service général d’entretien de l’établissement : il concerne 8000 détenus et sa rémunération est de 800 Fr/mois environ.
- le travail pour la régie industrielle des établissements pénitentiaires, de l’imprimerie à la confection d’uniformes pénitentiaires, dont la rémunération est de 1900 Fr/mois environ.
- Enfin le travail en concession, dernier cas le plus courant, qui concerne plus de 11000 détenus et n’est pas le mieux rémunéré, de l’ordre de 1200 Fr/mois environ.

C’est depuis la mise en place du programme 13000 en 1987 que des entreprises privées peuvent cogérer une vingtaine d’établissements pénitentiaires français. Ils ont été construits par Vivendi, la Lyonnaise des Eaux ou Dumez et sont gérés de manière rentable mais souvent inhumaine et déplorable, notamment en matière de santé, par Sodexho, Eurest, Gecep, Gepsa. Les points communs à tous ces travaux sont l’absence de contrat de travail, de salaire minimum garanti, de congés payés, de congés maladie, des avantages de la retraite (alors même qu’ils cotisent), l’interdiction du droit de grève, de contestation, d’association, de syndicalisation. Des tâches répétitives et peu qualifiantes, un travail précaire n’assurant même pas ce maigre revenu pendant toute l’année. La flexibilité est d’ailleurs ici un mot d’ordre : on déclasse arbitrairement, on paye encore à la pièce. Un détenu de la Maison d’Arrêt de Caen ayant travaillé trois semaines pour un concessionnaire a ainsi perçu 200,88 Fr pour ce travail. Le Conseil de Prud’Hommes et la Cour de Cassation ne se sont pas sentis concernés par le cas de ce “travailleur”.

Ces entreprises “citoyennes”, épargnées dès lors par les charges sociales et les éventuels préavis de grèves, se cachent derrière l’alibi honteux de la “réinsertion”. Or, un prisonnier leur rapporte en fait 255 Fr/jour et elles touchent 3 à 5% du Chiffre d’Affaire de la prison chaque année. De plus ce sont elles qui gèrent le cantinage et par les prix exorbitants qu’elles y pratiquent, elles exploitent doublement chaque détenu qui ne peut vivre sans y avoir recours et ne peut payer sans travailler...

L’Administration Pénitentiaire organise cet esclavage légal des détenus et favorise leur exploitation. Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité n’accorde pas à ces travailleurs les droits qui leurs sont dus. Quant aux syndicats dits représentatifs, ils ignorent totalement leur qualité de travailleur et ne défendent que les intérêts des matons. »

Ecoutez « Ras les murs », émission sur 89.4 tous les mercredis de 20h30 à 22h30
Sur le(s) même(s) sujet(s) dans Périphéries :

 

Travail / Chômage
* Et vous, quel travail feriez-vous si votre revenu était assuré ? - Revenu garanti, « la première vision positive
du XXIe siècle » - décembre 2010
* Struggle for time - A la recherche des heures célestes - 5 octobre 2008 - 5 octobre 2008
* Pardon, mais il n’y a pas que « Siné Hebdo » - Abonnez-vous à « CQFD » ! - 18 septembre 2008
* Sacrées espèces
et menteurs menacés
- L’entreprise, c’est la vie - mars 2008
* L’emploi du temps - La Condition littéraire, de Bernard Lahire
Working, de Studs Terkel - mars 2007
* Le scandale du travail - L’argent, l’urgence, de Louise Desbrusses - janvier 2006
* « Pédagogie noire » et servitude volontaire - L’idéologie du travail - 26 août 2005
* « Un fantôme de travail » - Résolution, de Pierre Mari - 16 janvier 2005
* « Qui ne travaille pas »... - Les aventuriers du RMI, de Jérôme Akinora - 20 novembre 2004
* Les roseaux sont des cons - Autour des « recalculés » (1/6) - septembre 2004
* « Un monde comme ça, c’est l’enfer » - La Société des Vagabonds, de Harry Martinson - 4 juin 2004
* Gébé - 7 avril 2004
* J’en chie, donc je suis - Petite philosophie anti-grève - 24 juin 2003
* L’otage de la grève - Par Denis Fernàndez-Recatalà - 11 juin 2003
* Un intellectuel clandestin - Jean Sur, écrivain et formateur - mars 2003
* Perdre sa vie en main - Putain d’usine, de Jean-Pierre Levaray - 5 septembre 2002
* « Une boussole pour des combats dépareillés » - Pour la gratuité, de Jean-Louis Sagot-Duvauroux - mars 2002
* Un message des LU de Calais - 17 janvier 2002
* Un « OVNI social » atterrit - Les intellos précaires, d’Anne et Marine Rambach - 3 septembre 2001
* « Nous ne sommes pas en trop, nous sommes en plus » - Avec l’APEIS et Ne Pas Plier (1/5) - mars 2001
* « Créer des lieux où l’on peut reconstruire son identité » - Ricardo Montserrat, accoucheur de romans - janvier 2001
* Aiguillage : le Pare - 6 novembre 2000
* Marseille-Naples, la chienlit, c’est elles - A la recherche de l’autre cap - novembre 2000
* « Le nouveau prolétariat, ce sont les précaires » - Petites natures mortes au travail, d’Yves Pagès - avril 2000
* L’année du blaireau - Nouvelle économie - avril 2000
* Feignants et bons à rien - Le CARGO (Collectif d’Agitation pour un Revenu Garanti Optimal) - 14 janvier 2000
* « Quand tomberons-nous enfin le masque ? » - Le cauchemar de la « culture d’entreprise », par Pierre Lazuly - 27 septembre 1999
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives