19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 14:33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque fois que mon regard se tourne vers le Honduras, je ressens ce même mélange d’émotions : de la rage, une terrible tristesse mais aussi une immense admiration et un irrépressible élan de cœur vers ce peuple à l’avant-garde des luttes contre les destructeurs de Terre.

Souvent j’enrage de ne pouvoir transmettre ces sentiments à ceux qui ici noient dans le silence de l’ignorance ces peuples en lutte pour notre avenir à tous, pour celui de tous les petits garçons et toutes les petites filles de la Terre.

Souvent j’enrage de voir que même l’information dite alternative se préoccupe seulement des guerres que le pouvoir lui donne en pâture sans prendre conscience jamais de cette guerre diffuse, présente sur toute la planète avec des « intensités » variable.

Souvent j’enrage, de ne pouvoir me multiplier par 10, par 100, par 1000 pour transmettre les clameurs d’un peuple qu’on assassine, torture, emprisonne, harcelle, dépouille de tout, mais qui résiste debout et sans perdre le rire.

Parfois j’en pleure aussi

 

Anne


 

 


Voici donc les paroles des Femmes de l’Aguan au Honduras, pour rompre le silence !

Les faits décrits ci-dessous se produisent dans toute l'Amérique Latine ou un génocide silencieux se poursuit, et s'accélère sous l'égide des Etats-Unis et des transnationales qui les dirigent.

 

 

  

 Le Forum des Femmes de la Region du Bas Aguan, rapporte  devant la Communauté Nationale et Internationale

 

 

 

Communiqué 

 

Le Forum des Femmes de la région de l’Aguan, à la Communauté Nationale et Internationale, aux Organisations de défense des Droits de la Femme et des Peuples, aux Organisations de Droits Humains.


 NOUS DENONÇONS la répression permanente contre les COMUNAUTÉS ET LES ÉTABLISSEMENTS PAYSANS DU BAS AGUAN ET D’AUTRES RÉGIONS DU PAYS  et l’impact qui se traduit par les terribles dommages soufferts par les femmes d’Aguan et du Honduras. 

 

Depuis avril 2010, quand a commencé la Militarisation de l’Aguan, les familles Paysannes et en particulier les femmes NOUS NE VIVONS PLUS EN PAIX à cause des interventions militaires permanentes, car nous les femmes, nous partageons les plus grandes inquiétudes pour la sécurité de nos enfants et de nos hommes et aussi pour le peu de biens patrimoniaux que la vie nous a donné.

 La répression dans l’Aguan n’opère pas de discrimination entre sexes, ou genre, ou âges, dans certains cas des petits garçons, des petites filles sont harcelés par la police pour donner des informations sur leurs parents ou leurs voisins ou sur l’Entreprise Paysanne à laquelle ils appartiennent.

Il y a des Femmes qui ont perdu la vie assassinées par des paramilitaires, des Femmes qui ont été violées par les gardes des Grands Propriétaires, il y a des Femmes qui sont persécutées par la justice parce qu’elles se battent pour le Droit à la terre, plus de 100 femmes ont perdu leur mari parce que les sicaires, la police ou l’armée Nationale, les ont assassinés, il y a plus de 4OO enfants qui ont perdu leur père et qui subissent une crise alimentaire, il y a des femmes qui ont vécu l’expérience terrible de la séquestration par les gardes des Grands Propriétaires Terriens, il y a des femmes qui ont subi des attentats pour en finir avec leur vie, il y a des femmes qui ont avorté en conséquence des coups, des gaz ou parce qu’elles ont du courir, dormir dans la montagne ou traverser des rivières pour sauver leur vie. 

 

La répression, le harcèlement militaire permanent des femmes et des enfants provoquent de terribles traumatises psychologiques qui nous marquent durement dans la vie quotidienne. Il y a des petits garçons et des petites filles dont le corps se met à trembler ou qui fondent en larmes ou qui courent se cacher en présence des militaires ou de policiers, nous les femmes nous faisons de terribles cauchemars et le moindre bruit altère notre système nerveux. En vertu du droit à jouir des bénéfices d’une vie en paix et dans la dignité, cette réunion de femmes de la région de l’Aguan EXIGE d’en terminer avec l’intervention militaire dans les Etablissements Paysans et le retrait de la Force de d’Opération Conjointe XATRUCH III que dirige le Colonel German Alfaro qui jusqu’ici mène des actions qui ne bénéficient qu’aux seuls Grands Propriétaires Miguel Facusse, Reynaldo Canales et Rene Morales 

 

Halte aux persécutions judiciaires !

Halte à la violation des Droits Humains en Aguan !

Ni balles, ni coups contre les femmes  ,les petites filles et les petits garçons paysans du Honduras ! 

 

Colon, 16 juillet 2013 

 

Red de Mujeres del Movimiento Campesino del Aguan MCA. 

 

Red de Mujeres del MARCA. 

 

Red de Mujeres del Movimiento Campesino de Rigores. 

 

Red de Mujeres Campesinas de Orica. 

 

Red de Mujeres Campesinas de Luxon. 

 

Red de Mujeres Campesinas del Movimiento Campesino Gregorio Chávez 

 

Red de Mujeres Campesinas del Asentamiento Buenos Aires.

 

Red de Mujeres Campesinas del Asentamiento La Lempira.

 

Red de Mujeres del Asentamiento Campesino La Confianza.

 

Red de Mujeres del Asentamiento Campesino La Aurora.

 

Red de Mujeres Campesinas del Asentamiento La Concepción.

 

Red de Mujeres del Movimiento Campesino de Vallecito.

 

Red de Comedores Solidarios de Colon.

 

Mujeres de Ofraneh.

 

Mujeres Docentes de Colon.

 

Casa Luna de Tocoa, Colon.

 

 

Red de Mujeres del Movimiento Campesino de Rigores.

 

Red de Mujeres Campesinas de Orica.

 

Red de Mujeres Campesinas de Luxon.

 

Red de Mujeres Campesinas del Movimiento Campesino Gregorio Chávez

 

Red de Mujeres Campesinas del Asentamiento Buenos Aires.

 

Red de Mujeres Campesinas del Asentamiento La Lempira.

 

Red de Mujeres del Asentamiento Campesino La Confianza.

 

Red de Mujeres del Asentamiento Campesino La Aurora.

 

Red de Mujeres Campesinas del Asentamiento La Concepción.

 

Red de Mujeres del Movimiento Campesino de Vallecito.

 

Red de Comedores Solidarios de Colon.

 

Mujeres de Ofraneh.

 

Mujeres Docentes de Colon.

 

Casa Luna de Tocoa, Colon.

 

Source en espagnol :
Foro de Mujeres de la Región del Aguán, ante la comunidad Nacional e Internacional Informa.

Traduction Anne Wolff

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives