25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 13:49

 

Comme nous le verrons par la suite, il ne s'agit pas d'une découverte anodine mais la poursuite d'un vieux programme qui a pour fin le contrôle des consciences.

 

 Découverte ?Comment éliminer les mauvais souvenirs avec des électrochocs

Les scientifiques ont découverts une manière d’éliminer les souvenirs douloureux ou non désirés à travers une intervention médicale par usages de chocs électriques.


Dans le film étasunien “Eternelle splendeur d’un mental sans souvenirs” (Oublie moi ¡ en Espagne) deux amants décident d’éliminer leurs souvenirs douloureux en utilisant un procédé expérimental de traitement neuronal du cerveau. Malgré qu’il s’agisse d’un film de fiction, aujourd’hui se débarrasser du passé non désiré est toujours plus près de se convertir en réalité.

 

Une équipe internationale de scientifiques a trouvé la manière de réduire les souvenirs négatifs spécifiques de la mémoire du patient par le moyen d’un sorte d’impulsion électrique, informe la revue “Nature”

« Ceci est une nouvelle occasion par laquelle la science a surpassé l’art » affirme Karim Nader, neuroscientifique de l’Université MgGill du Canada.

 D’après Nader, la thérapie électroconvulsive, connue précédemment comme électrochoc stimule les convulsions, en faisant passer un courant électrique à travers le cerveau par le moyen d’électrodes fixées sur le cuir chevelu.

Malgré la réputation négative de l’électrochoc, cette méthode à l’occasion s’utilise come une technique extrêmes pour soigner les dépressions aiguës, entre autre usages. Selon les scientifiques hollandais, utilisée au bon moment la thérapie électroconvulsive peut éliminer complétement les moments désagréables de la mémoires du patient.

La science a surpassé l’art

La théorie de la reconstruction affirme que chaque souvenir fait que le cerveau extrait l’information de la mémoire, la traite et la renvoie. En ce point, les souvenirs sont particulièrement vulnérables et peuvent être transformés ou même éliminés.

Les scientifiques réalisèrent une expérience avec la participation de 42 patients qui souffraient de dépression et qui furent choisis pour être soumis à un traitement par décharges électriques.

 

Pendant l’expérience, les enquêteurs découvrir que l’électrochoc n’élimine pas les souvenirs, sinon qu’il bloque le processus de reconsolidation qui d’habitude s’accélère quelques temps après l’ultime apparition des souvenirs.


Cependant les scientifiques admettent que la nouvelle méthode est toujours loin d’être universelle, mais pourrait être utilisée avec efficacité à l’avenir pour le traitement des symptômes de stress post traumatique et la dépression inclue.

 

Traduction Anne Wolff

Source en espagnol :


Texto completo en: http://actualidad.rt.com/ciencias/view/115142-borrar-recuerdos-desagradables-electrochoque

 

 

 

Quand je traduis ce genre de texte qui nous présente sous un ton lénifiant des techniques dont un mésusage pourrait avoir des conséquences gravissimes, je suis toujours choquée de voir comment la locution « les scientifiques » est utilisée comme une sorte de mot de passe magique qui est censé disqualifier d’avance les objections de tous les autres, les non-scientifiques (et donc « non-experts »), qui n’ont plus qu’à s’incliner sans interroger d’avantage les conséquences d’une découverte et de ses applications.

Nous verrons ici que "les scientifiques" désigne un groupe spécifique de chercheurs qui poursuivent des recherches très controversées de contrôle mentale menées dans les années 60 conjointement par la CIA et l'université MGGill ainsi que 150 et quelques autres centres de recherches et/ou d'expériementation.

 

 

 

Si mon imagination me déroule en arrière-plan des petits films pendant que je traduis, c’est que ma mémoire, va sélectivement chercher des souvenirs pertinents pour insérer le contenu du texte dans un cadre plus « global ».

Exemple de ces associations MgGill/MK Ultra ou Chocs post traumatiques/lobotomie en particuliers celles de soldats sur qui de telles mutilations ont été pratiquées contre leur volonté à leur retour de la Seconde Guerre Mondiale. (voir La lobotomie, symptôme d'une idéologie proche de la folie )

 

 

J'anticipe aussi à partir de ces éléments d’autres scénarios possibles pour l’avenir.

Avec cette méthode, fini les Bradley Manning, les souvenirs de soldats qui n’auraient pas supporté d’être associés à une entreprise criminelle et en concevraient des problèmes de conscience, seraient immédiatement traités…  plus de souvenirs, plus de problèmes… le prix : il en est fini par la même occasion de la conscience de la personne !!!

On peut imaginer sans problème l’usage qui pourrait être fait de telles méthodes dans le « traitement de la dissidence », pour effacer les souvenirs des violences institutionnelles…

 

Je vous donne ici quelques éléments pour comprendre pourquoi l’article ci-dessus m’alerte très fortement. Et j’insiste, faites vos propres recherches, je me limite à ces quelques citations aussi parce qu'overblog limite fortement la longueur des articles et que j'ai du faire de grosses coupures... Voici néanmoins de quoi jeter une début de lumière sur la continuité des recherches décrites ci-dessus et un vieux projet de contrôle mental ené par la CIA...


Anne Wolff

 

 

Au sujet de MKUltra


(…)La CIA voulait percer les mystères du cerveau humain et trouver une faille dans le libre-arbitre de chacun (…)

(…)Des révélations ultérieures d’anciens agents CIA ont confirmé les craintes que ces expériences n’avaient pas été stoppées.

Le projet MK-ULTRA, les expériences de contrôle mental de la CIA 

(…)they were known as the “mind control” studies done at McGill and were reported as a brainwashing conspiracy from the CIA and the Canadian government (…)

(…) elles sont connues comme les études de “contrôle » mental faite à l’université MgGill et ont été réliées à la conspiration de lavage de cerveau de la CIA et du gouvernement canadien

The McGill Daily » MK-ULTRAViolence 

« 

[…]Origines 

 

Dirigé par le Dr Sidney Gottlieb, le projet MK-ULTRA fut lancé sous l'impulsion du directeur de la CIA Allen Dulles le 13 avril 19532, en réponse à des utilisations supposées de techniques de contrôle mental qui auraient été faites par l'Union soviétique, la Chine et la Corée du Nord sur des prisonniers de guerre américains lors de la guerre de Corée. La CIA voulait développer des techniques similaires. L'agence voulait aussi être capable de manipuler des dirigeants étrangers et tentera d'ailleurs d'utiliser certaines de ces techniques sur Fidel Castro.

[…] Canada

Une partie de ces expériences eurent lieu au Canada après que la CIA eut recruté un médecin d'Albany, le Dr Donald Ewen Cameron, auteur d'un article dans l'American Journal of Psychiatry sur le psychic driving (instinct psychique) que la CIA avait trouvé particulièrement intéressant9. Cameron y décrit sa théorie de correction de la folie qui consistait à effacer la mémoire du sujet et à la reconstruire complètement. Il faisait l'aller-retour chaque semaine à Montréal pour travailler à l'institut Allan Memorial, un institut de santé mentale situé sur le mont Royal, et fut payé 69 000 $ au total entre 1957 et 1964. Il semble que la CIA lui avait confié les expériences les plus dangereuses à tester sur des ressortissants étrangers.

Projet MK-Ultra - Wikipédia

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne-Marie 26/12/2013 13:10


Depuis que les "scientifiques" se mêlent de tout nous ne sommes plus en sécurité nulle part. Mais à nous aussi d'être moins crédules.

Anne Wolff 26/12/2013 13:47




L’incrédulité est devenue une arme de guerrier qui se forge à travers un long travail de discrimination des causes et des effets de de construction consciente et volontaire d’intelligence
personnelle et collective. Elle implique aussi un immense travail de préservation de la mémoire. C’est un engagement intégral de l’être au monde.







Et j’ajoute, ce ne sont pas les scientifiques qui se mêlent de tout, ce sont industriels qui ont confisqué la science (et l’ont détruite) – comme le reste – en créant un label de scientificité
(objectivité fictive) censé faire taire sans retour toute objection possible à la mise en place de leur système-monde.



Nous avons besoin de savants pour recréer une science de la vie, une science vivante. Dans nos contrées, Isabelle Stengers incarne cette figure savante. Scientifique et philosophe, elle mène une
quête de science sage, et cela la conduit à des positions politiques claires de résistance, une écosophie politique.


 



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives