27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 12:25

 

En réponse à

Colombie : à l’opinion publique internationale - Appel à la solidarité suite à l’attentat contre des dirigeant-e-s de l’Union Patriotique

 

Extrait

 

En Colombie (département d’Arauca, municipalité de Tame, secteur de Puerto Jordan), ce dimanche 23 février, la caravane de l’Union Patriotique dans laquelle voyageaient la candidate à la présidence Aida Abella Esquivel, le candidat au Sénat et journaliste Carlos Lozano Guillen, la candidate au parlement andin Lilia Solano et le candidat au Parlement de l’Union Patriotique du département d’Arauca, a subi un attentat commis par des individus en motocyclette qui ont tiré des coups de feu avec des armes à gros calibre. Plus de 18 balles ont atteint le véhicule blindé dans lequel voyageaient les dirigeant-e-s de l’Union Patriotique, qui par chance sont indemnes.


Un petit sourire tout de même : Vive la démocratie colombienne où les candidats populaires doivent se déplacer en véhicule blindé s’ils veulent avoir quelque chance de survivre jusqu’à l’élection… et s’ils gagnent, chaque jour de survie, méritera qu’on leur tire notre chapeau.

C’est exactement ce modèle de « Démocratie Internationale » comme l’indique le nom de sa fondation à Washington, qu’Uribe Velez et ses sponsors veulent imposer à toute la région, où les systèmes de militarisations de pays les plus retors, sadiques, assassins ont reçu la jolie appellation de « Colombianisation ».

Je lance une grande alerte, et invite à la réflexion : Démocratie Internationale  est employé aujourd’hui comme synonyme de Fascisme Mondialisé , ni plus ni moins et avec des armées qui se mettent en place pour l’imposer, celle paramilitaire d’Uribe  compte 46 OOO hommes, dont 20 000 s’occupent du Venezuela et des contingents ont été envoyés soutenir la « rébellion syrienne » qui sont aujourd’hui rapatriés pour prêter main forte aux changements qui se préparent dans la région .

 

Pour rappel les parles de Kerry : “L’hémisphère occidental (terme de la même connotation colonialiste utilisé aux USA pour désigner l’Amérique Latine. NdT) est notre cour-arrière, il est d’une importance vitale pour nous. Avec une grande fréquence, beaucoup de pays de la région sentent que les USA ne leur portent pas assez d’attention et dans certaines occasions c’est très certainement la vérité. Nous devons nous rapprocher vigoureusement, nous avons planifié de le faire. Le Président se rendra bientôt au Mexique et ensuite au Sud je ne me rappelle pas dans quels pays, mais il va dans la région ». 


Chronique d’une guerre annoncée. Fini la « basse intensité » on passe à la vitesse supérieure dans le processus de subordination de la région à la sécurité et aux intérêts des Etats-Unis Corporations ». Et pour qui suit l’inexorable progression des expulsions d’habitants dans tous les pays d’Amérique Latine non-Alba (6 millions de déplacés en Colombie), et voit qui les cause, et à quel usage, au profit de qui, le terme de Corporations prend un sens très concret, effayant et douloureus : leur pouvoir sur les politiques, leur instrumentalisation des forces de répressions locales et leur usage d’armées privées pour réprimer ou assassiner les dissidents fait que le terme Corporation apparaît chaque jour d’avantage comme le terme adéquat qui désigne très précisément les bénéficiaires de ce processus d’accumulation de capital qui sous le nom de « crise du capitalisme » s’approprie y compris les petites et moyennes entreprises. Et si les Etats-Unis semblent s’effondrer, c’est qu’ils ont cessé d’être utiles en tant que nation à ces Corporations qui sont en train  de tenter d’imposer leur pouvoir mondial – fasciste, j’insiste après amples études  et documentation  et constatations de terrain – une gouvernance qui n’a besoin du Nationalisme que comme solution de replis des peuples sur eux-mêmes, avortant dans l’œuf toute velléité de solidarité entre les peuples, une Anti-Internationale.

Une approche pour voir l’ampleur de ce mal… entrez néonazis dans un moteur de recherche, puis voyagez… Mexico, Kuala Lumpur, Etats-Unis, Syrie, Buenos Aires, Taiwan, Pologne, Russie, Espagne, Suède, Hollande, Palestine, Japon, Flandre, Bogota, Norvège, Tchéquie, Slovaquie, Roumanie, Pays Balte et des dizaines d’autres…. Et quand vous approfondissez vous voyez que ce sont les mêmes structures,  que ces gens sont liés entre eux, échangent sur le net, se réunissent, une partie d’entre eux « bénéficient » de formations paramilitaires avancées… Je n’ai pas encore visité l’Afrique !

Et je vous conseille aussi une petite recherche sur le nazi-chic-  ou la création dès l’enfance d’un inconscient collectif Hitlérien…  Et un petit détour par  la Colombie l’affiche qui annonce les camps de jeunesse, ses sœurs existent en Europe, même présentation et même contenu au programme !

 

Les résultats sont édifiants et effrayants et appellent une réflexion de tous ceux qui ne veulent pas de ce monde. Derrière ce nationalisme xénophobe  universel, se cache une internationale, constituée des héritiers de ceux qui ont armé Hitler, Mussolini, Franco, assassiné Eliecer Gaetan, Lumumba, Sankara, Arbenz, … et tant d’autres et plus que probablement Chavez,  fait des centaines de milliers de morts en Amérique Latine avec le Plan Condor entre autres.  Aujourd’hui, pas un jour sans que ne s’accumule les morts qui s’ajoutent à tant d’autres morts,  un journaliste assassiné au Honduras, un leader paysan et sa famille en Colombie, des militants qui luttent contre l’implantation d’une mine au Pérou, des membres d’une garde indigène de Guerrero au Mexique, une sociologue indigène au Guatemala, etc, etc… rien qu’avec Servindi  (plate-forme indiène) et Agencia prensa rural  (Colombie) vous en comptez quelques-uns chaque jour, suivez les liens et la liste s’allonge, faite un tour du côté de la Copinh (Honduras) ou d’Ofraneh (Honduras) et en dehors même des événements actuel sur apporea (Venezuela) des assassinats ou tentatives, d’indigènes yupka, de petits paysans  se sont multipliés depuis quelques semaines… Sabino, cacique yupka assassiné alors que mourrait Chavez, le génocide indigène est une réalité concrète, ciblée, voulue… Sans parler de ce nouveau trafic lucratif au sujet duquel l’OMS lance l’alerte et qui culmine au Mexique, parmi les migrants d'Amérique Central qui veulent franchir le MUR, je cite l’OMS « Chaque heure trois personnes sont mutilées ou assassinées dans le monde pour fournir des organes »


Tous sont les morts d’une guerre de conquête qui ne dit pas son nom.

 


La Colombie comme le Venezuela sont aujourd’hui des zones à défendre, des peuples frères, amis qui sont menacés par les ennemis communs d’une guerre qui est aussi la nôtre.

La GUERRE, voilà pourquoi les candidats de gauche, se déplacent en voiture blindée, en Colombie.

 

Anne Wolff


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives