23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 07:07

 



Islande a terminé l’année 2011 avec une croissance économique de 2,1% et selon les prévisions de la Commission européenne, elle va faire le triple du taux de croissance attendu pour l’UE en 2012 (La croissance de l'UE est prévue à 0,5% en 2012 contre 1,5% en Islande). Pour 2013 la croissance devrait atteindre 2,7%, principalement à cause de la création d’emplois. L’Islande est le pays qui a nationalisé les banques privées et qui a emprisonné les banquiers responsables de la crise.

L’Islande a été le seul pays européen qui a rejeté par un référendum citoyen le sauvetage des banques privées, laissant s’effondrer certaines d’entre elles et jugeant de nombreux banquiers pour leurs crimes financiers.

Pendant ce temps dans un pays comme l’Espagne, le ministre l’économie qui fut un grand responsable chez Lehman Brothers, a maquillé les soldes bancaires et a gonflé les résultats pour faire croire à une solvabilité du système financier résultant de la déréglementation des marchés mais ce dernier a fini par s’effondrer.

 Glitnir, Landsbankinn et Kaupthing furent les banques nationalisées en 2008 pour éviter leur faillite et qui furent placées sous contrôle démocratique, plutôt que de profiter d’injections inconditionnelles de capitaux publics, comme en Espagne ou dans les autres pays européens. En juin dernier, l’une d’elle Landsbankinn, a annoncé son intention de rembourser les intérêts aux détenteurs d’hypothèques pour compenser les citoyens de payer leurs pertes.

 La révolte pacifique a débuté en 2008, sans que celle-ci soit décrite dans les pages des grands médias européens, qui ont mentionné dans des notes en bas de page que ce pays était un dangereux exemple dangereux à suivre. À la fin de 2008, l’ensemble des dette de l’Islande égalait à 9 fois son PIB. La monnaie s’est effondrée et la Bourse a suspendu ses activités après une baisse de 76%.

 Le pays a fait faillite et a ensuite reçu un prêt de 2 100 millions de dollars du FMI et 2 500 millions de dollars provenant des pays nordiques et de la Russie. Le FMI, comme d’habitude, a exigé, en échange des mesures "d’ajustement" soit des coupures dans les dépenses sociales qui ont provoqué la colère de la population, la chute du gouvernement et la convocation d’élections anticipées au début de 2009 dans lesquelles la gauche a remporté la majorité absolue et provoquant l’effondrement du Parti de l’Indépendance, un parti conservateur, qui était traditionnellement la force dominante dans le pays, qui n’a conservé que 23,7% des voix.

 Le Mouvement Gauche-Vert a gagné 21,7%, Alliance sociale-démocrate 29,8%, le Parti progressiste 14,8% et Mouvement des citoyens 7,2%.

Johanna Siguroardottir a été choisi pour diriger le gouvernement réunissant des sociaux-démocrates, et les écologistes de gauche. En 2010, on a mis sur pied une assemblée constituante de 25 membres, des « citoyens ordinaires » pour réformer la Constitution. Cette même année, le gouvernement a soumis à un référendum sur le paiement ou non de la dette contractée par les banques privées en faillite au Royaume-Uni et dans les Pays-Bas, mais 90% des gens ont refusé de payer.

 Ses citoyens ont voté non à cause de l’effondrement de la Banque Icesave et les gouvernements de ces pays couvrent les dépôts à capitaux publics. Le FMI a gelé les prêts en espérant que l’Islande finirait par payer ses dettes illégitimes.

 En septembre 2010, l’ancien Premier ministre Geir Haarde a été mis en procès pour négligence dans la gestion de la crise. Interpol a également émis un mandat d’arrêt international contre l’ancien président de Sigurdur Einarsson. En avril 2011, les citoyens ont de nouveau dit non à un nouveau référendum sur le paiement de la dette.

Après cela, au mois de décembre la banque Landsbanki a décidé de retourner une partie de la dette. Le montant total des sommes versées par Landsbanki, selon Icenews à 350 milliards de couronnes, soit environ 33% de la dette totale. Pourtant, "les comptes Icesave ne représentent seulement 4% des obligations des institutions financières du pays, soit environ 4000 millions d’euros. 96% restant ne pouvait pas être renvoyé aux créanciers, car il était complètement impossible de le faire parce que le paiements d’intérêts chaque année aurait dépassé les revenus du pays.

 Dans les mots de l’économiste Jon Danielsson : « Les (banques) ont accumulé une dette égale à plusieurs fois le PIB annuel. Il n’y a aucune possibilité que les citoyens puissent payer cette dette."

 Il y a quelques jours, les responsable de la Fiscalité en Islande ont inculpé deux officiers supérieurs des banques qui ont commis des fraudes au moyen de prêts non autorisés pendant les opérations qui ont conduit à son système financier à s’effondrer en 2008 : l’ancien PDG responsable de la faillite de Glitnir, Larus Welding et le responsables des finances de l’entreprise, Gudmundur Hjaltason. Ils auraient abusé de leur position pour fournir environ 102 millions d’euros sans la permission, sans garanties de la part des bénéficiaires et sans avoir consulté le département de gestion des risques.

 Les agences de notation Moody, Standard & Poor et Fitch font pression pour punir l’endettement sans grand succès et toujours en essayant d’ignorer la reprise économique dans ce pays. Par ailleurs, en 2008, quelques mois avant l’effondrement de ses banques, le pays jouissait encore de la cote triple A donnée par ces mêmes organismes.

 * Journaliste.  Www.contralatortura.cl Dispatch

Source : Actualutte

via : Actualité Distincte: Après son refus de payer sa dette, l'Islande fera le triple de la croissance de l'UE en 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires

caroleone 23/06/2012 09:30


Bonjour Anne,


 


Bel exemple qui nous montre que quand on veut on peut et qu'ensuite tout s'arrange rapidement en fait...il faut être énergique. Et tu penses bien que les médias aux ordres avaient les consignes
au cas où ça donnerait des envies aux copains européens ces dindons de la farce qui sautent à deux pieds dedans.


Bises


 


caroleone

Anne Wolff 23/06/2012 10:52



Bonjour Caro....


Bel exemple en effet.


Je pense que l'immunité des politiciens est une crapulerie et une catastrophe... une élection c'est un mandat que l'on donne sur base d'un programme... n'importe quel mandataire qui n'accomplit
pas ce pourquoi il a été mandaté est condamnable. Point.


Je pense que si cela se passait comme cela, cela changerait complètement la faune politicienne. Ceux qui resteraient sont ceux qui ont un vrai sens des responsabilités collectives...


Quand aux médias !!! regarde le silence sur ce qui se passe de bien en Amérique Latine, et les crans crisà la moindre fissure quitte à mentir sans vergogne...


Mais il est clair qu'il ne serait pas bon de rappeler au bon peuple qu'il exste un socialisme qui nationalise, et remet du privatisé dans le bien commun, qui fournit de la nourriture à prix
coutant, des soins de santé gratuit et garde les écoles ouvertes le soir pour les adultes...


Il est clair que les propriétaires des médias ont beaucoup (pas tout, ils sont bien trop mégalomaniaquement riches pour cela) à perdre dans un partage plus équitable...ils sont malade, ils ont
trop jouer au Monooly quand ils étaient gamins et maintenant, ils n'arrivent plus à s'en sortir...


Zelaya disait, après le coup d'état, que quelle que soit leur fortune, les riches prendre un sous dans leu poche pour soulager la misèredu peuple, c'est déjà trop, cela les rend malade... si
c'est pas une forme de mauvaise folie, cela...


Et pour l'Union Européenne, tout proposition de constituante qui ne remet pas d'abord en cause la constitution européenne et les traités qu'elle a permi est une GROSSE arnaque, il n'y a plus
assez de liberté dans le cadre national pour que cela ait du sens.


Je ne vois qu'une solution pour commencer à s'en sortir : en finir avec l'Union Européenne dans sa version actuelle. Et personnellement je pense que la refondation devrait se faire à la mose
Latino, avec plusieurs regroupements différents et complémentaires selon les besoins, affinités et complémentarités des uns et des autres, en gardant l'ouverture sur le reste du monde, pas comme
un bloc monolithique mais en gardant une indépendance nationale et régionale...


Les jumellages de communes du monde c'était une bonne idée...  une forme deliens et d'échanges qui peut se retrouver à toutes les échelles et surtoute la planète, et plus ces liens seront
dynamiques, moins il y a de chance que le pouvoir soit monopolisé.


Le début de tout cela, ici, maintenant,ce sont les comités de base d'audit des dettes quiexistent déjà... je pense qu'en France il y aura bientôt une réunion nationale des comité locaux...


Plus toute une série d'autres initiatives, autogestion, monnaie, échanges de services et de biens, qui ont d'abord une implantation locale et ensuitese réunissent pour partager leur expérience et
nouer des liens à plus grande échelle...


A suivre...


Bisous


Anne



LG 23/06/2012 08:45


la gauche de là-bas n'a rien à voir avec celle d'ici quii lèche le cul des juifs de la finance, et celui des autres aussi !

Anne Wolff 23/06/2012 10:23



 


En ce moment l'Europe fonce droit dans le mur et continue d'accélérer... La gauche ??? Quelle gauche ? J'ai beau chercher... comme disent les latinos, la gauche occidentale est sectaire et
égoïste... les campagnes électorales l'ont montré et encore plus les échanges de commentaires qui les ont accompagné...


- La vraie gauche, c'est nous !


- Non, c'est nous...


- Non c'est nous, d'illeurs on est la gauche de la gauche de l'ultra gauche


Major parachute contre capitaine pédalo...


La droite, quelle qu'elle soit si l'on regarde les faits in fine, au pouvoir, s'attribue le gâteau et distribue les miettes... Un peu plus pour les bons serviteurs... mais la droite n'a jamais eu
d'état d'âme quand il s'agit de balancer ceux qui ne servent plus.


Bref, on est dans la galère et ça rame mou... mais si on veut s'en sortir, une première chose : une racine du mal, la même qui sévit sur toute la planète... voir la belle doctrine d'Obama, un
joli programme de dictature militarisé... mais aussi un sacré risque que toute la poudre accumulée prenne feu... et là on est vraiment mal. Donc identifier la racine, où du moins ces effets...


Faut commencer par dépasionnaliser... "banquiers juifs", c'est facile... c'est une cible mise en avant... Il est loin le temps où les juifs étaient banquiers parce que le christianisme
interdisaient le droit d'usure... Prenons par exemple le petit quatuor de la seconde guerre mondiale


Hitler - Ford - Bush (Prescott, le grand-père) - Rostschild (l'un des frêres finance l'Allemagne, l'autre les alliés)....


Un texte avec des passages très intéressants qui évoquent le rôle des même Rotschild dans la genèse d'un sionisme de (extrême) droite, contre les juifs pauvres qui l'emmerdent en Angleterre
Résistance politique: Bref historique de l’anarchisme,
ses applications hier et aujourd’hui… « Actualités Alternatives « Je veux de l'info


 


Se polariser sur les banquiers juifs, c'est perdre de vue l'ensemble de la cible.


Les Princes saoudiens et les émirs du Quatar ne sont pas juifs, pourtant comme fouteurs de merde à l'échelle planétaire, ils sont doués... Les Whasp... classe dominante US.... à l'origine des
sectaires protestants....


Et s'il y a bien des "étrangers" qu'il faut jeter dehors, ce sont tout ceux qui comme les riches qatari, et autres transnationales, s'approprient le territoire dans leur unique intérêt...


Etrange tout de même que Sarkozy qui joue le gros pourfendeur d'Islam ai fait cadeau de patrimoine immobilier français à grande échelle à des intégristes....


Le petit Bill (Gates) con comme un balai, mais  qui fortune faite l'emploie pour contribuer au dépeuplement de la planète (eugénisme) et bousiller les espèces naturelles (OGM ...) mais se
pose en sauveur avec ses vaccins pourris et sa grande réserve de semences.


Obama qui sert de façade à tousles autres, la paire Obama-Clinton... joli duo... des sous-fiffres manipulés, malade de gloire, n'empêche, fallait le trouver le duo pour incarner l'horreur du
monde en avant-scène pendant que cela s'agite dans les coulisses...


Ceci dit je ne crois pas qu'il y ait encore de réponse à chercher dans la politique politicienne, des audits de la dette se font déjà et tous ceux qui leveulent peuvent y participer.


Au Honduras, avec des militaires cagoulés qui se balladent dans tous les coins campagnes comprises,et tuent, torturent, enlèvent, menacent, emprisonnent, les gens n'attendent pas, ils se
réunissent en assemblées constituantes auto convoquées... mais là-bas le peuple a une conscience politique, et lutte.


En Europe, je vois trois combats d'urgence à mener...


- contituante et constituante européenne des peuples en tête, parce que tant que la constitution européennes et traités adjoints sévissent tout est coincé


- audit des dettes et refus de payement


- défense de la terre et souveraineté alimentaire... les émeutes de la faim se profilent à l'horizon, les méthodesd'de l'agrobizness rendent les terres stériles... alors quoi de la bouffe
chimique + nanotechnologie produite en usine... c'était à l'ordre du jour à Rio...


Et rationné bien sûr parce que dans cette dictature technocratique militarisée qu'ils s'inventent dans leurs petites tête de Ouf +++ tout est quantifié,, mesuré et rationné.


Mais aujourd'huiil est clair que l'Amérique Latine a infiniment plus de chance de s'en sortir bien malgré les lourdes menaces qui pèsent là-bas aussi, parce qu'ils sont créatifs et SOLIDAIRES,
unis contre le colonialisme.


 


 


 


 


 


 


 


 



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives