26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 10:18

 

 

Il est toujours désagréable d’avoir à considérer le pire possible à venir, mais il peut être encore bien plus désagréable de se voiler la face et d’être pris au dépourvu s’il se réalise. Les constats que je fais sont ceux que peut faire toute personne bien informée. Peut-être 2012 verra la fin du monde, et si c’était le cas je n’aurais qu’un seul conseil à vous donner : profitez du temps qu’il nous reste, amusez-vous et mettez-vous en ordre avec votre conscience. A mes yeux, cela reste la chose la plus importe qui soit, arriver au terme de sa vie en ayant la conscience claire et sans reproche majeur. Face à une possible fin du monde, je ne vois pas ce que nous pouvons faire de plus…

Mais cela reste de l’ordre des prévisions apocalyptiques dont nous savons qu’elles ressurgissent régulièrement au tournant des millénaires ou au gré des fantaisies de quelque prédicateur en mal de sensationnel et en guise d’argument pour s »attacher un troupeau auquel il promet la rédemption pour autant qu’il se soumette à ses diktats. Le jeu du pouvoir systémique aujourd’hui, dans les processus de manipulation des inconscients collectifs qui reste sa grande spécialité, le domaine de sa plus grande excellence ne se prive pas d’utiliser cette composante dans le cocktail de carottes et de bâtons dont il se sert pour obtenir allégeance et soumission du bon peuple qui s’imagine encore qu’il y a quelque salut à attendre venant de l’oligarchie.

De bons toutous qui mille fois reviennent lécher la main du maître qui mille fois les a battus.

Si 2012 ne voit pas la fin du monde, ce sera certainement la fin d’un monde, l’année de tous les changements et chacun verra son petit monde bouleversé quelques soient les précautions qu’il ait prises pour ne pas s’en mêler, nul repli frileux ne résistera à la déferlante de changement qui déboulera incessamment. Les acteurs sont en place, encore quelques ajustements avant que le spectacle de la destruction commence… tel qui positionne quelques vaisseaux de guerre supplémentaires, tel autre qui fait voter à la hâte une loi liberticide de plus, le troisième qui presse les savants de mettre au points la bombe et les banquiers qui de toutes part racolent par tous les moyens les derniers sous qui peuvent encore être confisqués….

Tout est prêt pour le grand spectacle « apocalypse 2012 », le rideau va de lever.

Acteur, témoin, victime nous seront chacun sans doute un peu de tout cela, à chacun de choisir la composition de son propre cocktail. Le spectacle comportera une grande part d’improvisation qui donnera les opportunités à saisir de donner quelque importance à son rôle dans l’Histoire, car c’est bien de cela qu’il s’agira, d’écrire une page d’Histoire qui marquera un tournant irréversible de l’histoire humaine, à l’issue de quoi, rien ne sera plus jamais comme avant. Une pièce dans laquelle chacun a son rôle à jouer ; une pièce dans laquelle un tout petit rôle peut soudain faire sens, devenir le grain de sable qui bloque opportunément la machine de guerre en marche de la destruction systémique programmée.

Préparez-vous, je n’ai pas d’autre conseil à vous donner, soyez attentif, vigilant, faites appel à votre intelligence pour déterminer ce qu’il convient de faire. Pour protéger qui sa petite famille, qui le collectif des amis, qui sa ville ou sa région…. Aucune échelle ne sera insignifiante. C’est une caractéristique intrinsèque au chaos et à l’instabilité et c’est bien le chaos qui s’annonce et l’instabilité qui devient le régime de fonctionnement du monde, condition dans lesquelles quelque évènement aussi petit soit-il est susceptible de bouleverser le fonctionnement de l’ensemble du système.

Depuis longtemps je me demandais à quoi pouvait ressembler un point de bifurcation à l’échelle de l’histoire mondiale, 2012 assurément comblera ce souhait. Oui mais comment ? Un point de bifurcation étant par excellence ce moment où l’imprévisible peut se transformer en probable pour s’installer dans la certitude de ce qui est, dans la durée d’une nouvelle donne, inimaginable avant qu’elle se produise.

Ceux qui ont besoin que tout soit prévu, programmé, sous contrôle vont se sentir très mal dans l’année à venir. Ceux qui aiment l’imprévu, les changements soudains auxquels il faut s’adapter dans l’instant en saisissant au mieux les opportunités ont quelque chance de s’y retrouver et peut-être même d’y trouver les conditions d’un mieux vivre que dans l’ambiance d’une société figée dans la peur qui voudrait imposer à chacun c

ses carcans avec l’espoir futile d’arrêter le Temps.

Ma recette : être à l’écart des villes, sans cependant couper les liens. Choisir un lieu où la nature offre de nombreuses ressources,  regrouper en collectifs d’amis qui mettent en commun les compétences, les savoir-faire, les outils, se retrousser les manches pour produire au quotidien les réponses au besoin de chacun, multiplier les liens et les échanges avec des collectifs amis. Sortir les guitares et les djembé pour que nos nouveaux troubadours puissent nous chanter les historiettes d’un monde multipolaire.

Envoyez moi vos recettes, nous écrirons un livre.

Un nouvel Age Moyen certainement, en le sens que les temps qui viennent seront une époqué de transition, et j’en appelle à un Age Moyen débarrassé de tous les séquelles de féodalité qui depuis si longtemps nous empoisonnent l’existence. L’Empire continuera à semer le désordre et l’insécurité généralisés, depuis si longtemps il ne se prive pas de le faire. Nous allons passer un seuil, ce n’est pas la troisième guerre mondiale qui se profile à l’horizon, mais la Première Guerre Globale. Et espérons-le la dernière, et pas par faute de combattants, toute vie ayant été anéantie, mais parce que l’humanité enfin advenue aura enfin compris qu’il y a plus de bonheur dans la simplicité, la paix la solidarité avec tous ces voisins, habitants de la Terre, que dans le luxe, la convoitise, la capture des ressources d’autrui, la concurrence et l’écrasement de l’autre comme éternel rival.

Un monde dans lequel l’autre n’est plus le concurrent, le rival à abattre en puissance mais l »ami potentiel, le compagnon, l’allié dans les chemins de la vie.

A toute personne de bon cœur et de bonne volonté

Meilleurs vœu pour l’an 2012

Anne


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y

Cet article me plait beaucoup et je le vois comme un avenir transformant nos perceptions conditionnées du bonheur qui est bien autre que le confort (même si je l'apprécie), et ce désir toujours
inassouvi. Quand les hommes auront compris quelle est est leur véritable faim, ce sera un début.


...J'avais répondu à un de tes mails il y a quelques nombreuses semaines...je ne sais pas si tu l'as reçu.
Répondre
A


Merci, ton commentaire me va droit au coeur.


J'avais un peu peur ce texte soit pris au contraire de ce qu'il est : un message d'espoir... pas global... ce n'est malheureusement pas à ma portée... mais d'encouragement à se préparer pour
saisir les opportunités qui ne manqueront pas de se présenter.


Ceci dit, la simplicité s'accomode très bien du confort et j'aime que mon nid soit douillet, alors je m'arrange pour.


Je te souhaite le meilleur pour cette année à venir let aussi pour toutes celles qui suivent


Anne


PS je suis persuadée que le yoga peut être une aide précieusepour ceux qui le pratiquent, c'est une bonne manière de ce rapprocher de l'essentiel.



H

Quelques mots teintés d'optimisme signés Paul Eluard :


"Pour tous les innocents qui haïssent le mal
La lumière toujours est tout près de s'éteindre
La vie toujours s'apprête à devenir fumier
Mais le printemps renaît qui n'en a pas fini
Un bourgeon sort du noir et la chaleur s'installe
Et la chaleur aura raison des égoïstes
Leurs sens atrophiés n'y résisteront pas"


Et ce poème de Kibkarjuk - poète Inuit
 


"Et cependant il y a
Un grande chose,
La seule grande chose :
Vivre pour voir nos huttes et nos voyages
Le grand jour qui se léve
Et la petite lumière qui remplit le monde"


Pour vous présenter à mon tour mes meilleurs voeux cette nouvelle année
Répondre
A


contrairement à ce qu'on pourait croîre, le texte ci-dessus n'est pas un texte pessimiste. Je ne l'aurais pas écrit si je n'avais pas confiance en cette aptitude humaine à prendre son destin en
main pour transformer le monde.


Mais c'est clair que les Occidentaux seront les plus démunis devant les bouleversements qui viennent, trop habitués au confort, à la becquée prédigérée, à l'incompétence et que j'me vide le
ciboulot devant la télé... il risquent d'avoir du mal à surmonterles difficultés nouvelles qui ne manqueront pas de surgir....


Les gens de mon entourage sont mieux préparés que d'autres, nous savons cultiver un jardin, construire une habitation, utiliser les plantes sauvages, fabriquer les objets utiles, nous avons des
amis forgerons, luthiers, ébénistes... ce sont ceux qui n'ont jamais rien fait de leur mains, qui n'ont jamais imaginer et réaliser les objets qui répondent à leurs besoins qui ont réellement à
craindre de l'avenir... il n'est jamais trop tard pour apprendre...



Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives